AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le staff de cave inimicum vous souhaite la bienvenue sur le forum.
Bientôt le forum subira quelques modifications et améliorations.
La semaine des milles mots et les élections de préfets sont maintenues.


Partagez | 
 

 MAUN, Quinn Ann

Aller en bas 
AuteurMessage
Quinn Ann Maun

avatar

Messages : 34
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: MAUN, Quinn Ann   Mar 21 Juil - 6:50


L A R É P A R T I T I O N ;


La maison s’élevait juste devant moi. Ça faisait une semaine que j’étais revenue, que j’avais fini ma septième année et j’avais l’impression que tous les arbres, tous les cailloux et toutes les pierres me criaient « Welcome Home! ». J’adorais Poudlard, depuis le temps que j’y étudiais, mais rien ne pouvait être comparé à mon foyer. Les longues herbes balayaient les escaliers menant à la terrasse, elle-même couronnée de poutres croches soulevant la toiture où les divers oiseaux aimaient nicher. Les deux étages étaient bien enlignés, mais le toit était unique en son genre. Il y avait quelques tourelles et plusieurs artifices inutiles. Des tonnes de satellites pour le téléphone, la télévision, l’internet, des hiboux de plastique pour faire peur aux corbeaux et honnêtement, je n’aurais pas été surprise d’y trouver une gargouille.

Je courus à l’intérieur à toute vitesse : par cette belle journée, j’avais décidé de faire un peu de balais dans le champ derrière le petit boisé. Aucune chance que des moldus me voient, c’était complètement inhabité, entre deux villages perdus d’Angleterre. J’atteignis ma chambre au deuxième et me mis sur la pointe des pieds, position ballerine, pour dénicher mon engin au-dessus de l’armoire. Du coup, une vieille boîte oubliée tomba sur le sol, laissant s’échapper des tonnes de photos. J’aurais pu utiliser un simple sort et elles seraient retournées à leur place initiale, ni vues, ni connues, mais j’étais curieuse. Je savais parfaitement ce que ces clichés représentaient. Je m’assis parterre et pris la première photo sur laquelle mes yeux se posèrent. Notre petite famille, à une chose près : nous étions quatre. Ma mère, Nichole, mon père, Alton, moi-même, Quinn Ann, et finalement mon frère, Noah. J’avais sûrement 6 ans sur le portrait, lui 4. Quelques mois avant sa mort.

    11 ANS PLUS TÔT
    J’étais accroupie sur la petite plage de cailloux noirs encerclant le lac derrière la maison. Avec un bâton dans les mains, je faisais bouger les reflets à la surface de l’eau. Par contre, j’étais énervée. La cause ? Mon petit frère Noah, assis sous le vieil arbre crochu, pleurant comme on n’a jamais vu pleurer un enfant. Je ne voulais pas qu’il joue avec moi près de l’eau, il n’avait pas le droit de s’approcher lorsque nos parents étaient à l’intérieur. Il recommença à crier de plus belle. Je n’ai jamais vraiment eu de patience, à vrai dire, je suis plutôt colérique. Je me levai et partis vers la maison tout rapporter à ma mère. Je commençai à crier moi-même pour qu’elle accoure calmer le petit. Je ne pouvais pas remarquer le vent qui s’était renforcit, qui produisait de l’écume sur le minuscule lac habituellement si plat. Je ne pouvais remarquer les corbeaux qui s’envolaient vers des lieux plus calmes et les grenouilles qui faisaient de même à petits bons. Le si vieil arbre, probablement mort depuis des décennies, se mit à bouger, à trembler au rythme du vent. Noah continuait à pleurer en dessous, ne daignant pas se déplacer. « MAM --» Mon cri se perdit dans le craquement que l’épave produisit. Je me retournai alors qu’une partie du tronc se détacha et tomba directement sur mon frère. Il ne pleurait plus. Ne faisait plus un son. J’accourus, me servant de mes petites jambes pour m’approcher à toute vitesse. Il était déjà mort, une branche ayant transpercé son abdomen. Il n’y avait plus rien à faire, la tempête avait cessé, le calme régnait à nouveau. J’essayais de pousser l’arbre, de réveiller Noah. La seule chose donc je peux me rappeler ensuite est le regard qu’a eu ma mère lorsqu’elle m’a vue arriver dans la cuisine, les mains recouvertes de sang, des millions de larmes coulant de mes grands yeux bruns.

Je savais parfaitement que c’était moi qui l’avais tué et je m’en veux énormément. Mes parents étant moldus, ils ne se sont jamais doutés de ma culpabilité. À leurs yeux, il était bien étrange que cet arbre est décidé de se casser à ce moment, mais d’un autre côté il était bien vieux et avait vu beaucoup de choses. Je me disais « Peut-être que s’en était une de trop. » Évidemment, ils étaient en colère. Ils étaient tristes et en deuil. Mais pas autant que moi, j’aurais voulu qu’ils me crient dessus, me frappent, me rendent coupable, mais ils ne voulaient pas. Ils trouvaient normal que je m’attribue le blâme, étant celle qui avait assisté à l’évènement. « Tu ne peux rien y faire mon chou, il est parti. Il est bien et je suis sûre qu’il t’attend là-bas, qu’il ne t’en veut pas. Tu n’aurais pas pu l’aider plus que tu ne l’as fait. » disait ma mère alors qu’elle utilisait la vieille baratte, confectionnant toujours ses petits gâteaux, ne lâchant jamais le travail. Mon père lui, il ne parlait pas beaucoup, mais c’était tout naturel. Je pris une photo de lui entre mes mains, lorsqu’il était jeune avec ses propres parents que je n’ai jamais rencontrés. Cette photo m’était chère, une des premières photographies animée sorcière que j’ai vue.

    07 ANS PLUS TÔT
    Je venais tout juste de recevoir cette lettre étrange m’invitant à prendre part à un mouvement bizarre selon ma mère qui avait ouvert mon courrier. Lorsque mon père entra dans la salle à manger pour prendre le déjeuner, il figea un instant, par contre. Je ne pouvais pas comprendre pourquoi. Faisait-il parti d’une secte dans sa jeunesse et on me réclamait maintenant ? Était-ce dangereux ? Des gens portant atteinte à notre vie privée ? Je demandai des explications, évidemment. Et il ne pu que raconter, que nous dire la vérité.

    « Hmmm. Je crois bien que c’est le temps de déterrer les vieux démons, n’est-ce pas ? Vous avez très bien le droit de ne pas me croire. Ne me prenez pas pour un fou tout de même, cette lettre le prouve! Il y a différentes communautés dans ce monde, et ici je ne vous parle pas des bouddhistes ou des Italiens de villes, non. Je vous parle de quelque chose de bien plus grand que ça, que je m’efforce d’oublier depuis que j’ai 18 ans : la sorcellerie. Non, ne m’interrompez pas! Pas ceux qui sortent des lapins de leurs chapeaux, Ann. Ceux qui en font un mode de vie, de la vraie magie. On pourrait m’appeler un sorcier, j’imagine. Toute ma famille l’était. J’ai même fait des études. Mais lorsque je suis devenu adulte j’ai compris que tout cela me dépassait. Dans ce monde comme dans le nôtre, il y a les bons et les méchants. Et disons que ma famille était du côté des méchants, bien qu’ils se cachaient. Je ne voulais pas être comme eux. À la place de changer de camp, de me battre contre eux, j’ai décidé de m’éclipser, de me fondre aux moldus, pour qu’on ne me retrouve jamais. J’étais lâche sûrement, mais je ne le regrette pas, ma vie me plaît bien comme elle est. Couturier dans son petit coin tranquille d’Angleterre, qui aurait pu demander mieux ? Et avec deux belles femmes à ses côtés! Et maintenant, ma petite fille a à faire un choix. J’imagine que tu as hérité de mon sang magique. Tu as donc la possibilité d’étudier comme je l’ai fait. Ce n’est pas parce que j’ai renoncé que tu dois aussi faire les mêmes choix que moi. »

La raison pour laquelle j’ai décidé d’entrer à Poudlard : pour contrôler mes pouvoirs. La mort de mon frère planait constamment sur ma conscience et c’était la seule expérience de magie que je connaissais. J’avais peur de faire mal à d’autres gens contre mon gré. À vrai dire, c’était un évènement qui me hantait à toute heure et bien que je savais que ça faisait très longtemps, que ce n’était pas ma faute et que Noah était maintenant en paix. J’avais l’impression d’être une menace, je n’avais pas confiance en moi. Avoir tué une fois ne s’oublie pas.

    CARACTÈRE
Elle est très colérique, s’énerve pour un rien et le sait très bien. Elle déteste cela, puisque c’est à cause de ce trait de caractère que son frère est mort. Elle essaie de le contrôler, mais bien souvent elle réagit avant de penser.

Elle analyse tout ce qui se passe autour d’elle, elle n’a pas confiance en elle et est sûre que tous les gens autour la juge. Limite paranoïaque, si on peut dire. Elle a peur à tout moment de faire du mal à quelqu’un d’autre, même si elle sait que l’accident est arrivé alors qu’elle était inexpérimentée. Elle ne se fait plus confiance et a même peur d’elle-même.

Puisqu’elle se connaît tout de même bien, dès qu’elle s’énerve contre quelqu’un elle veut immédiatement se faire pardonner. Elle est loyale et dédiée aux autres. Elle ne manque jamais la chance de pouvoir offrir un service.

Elle essaie constamment de montrer un air soigné et attentif, mais à vrai dire, elle ne voudrait même pas participer aux conversations. Les gens, ça ne l’intéresse pas plus qu’il faut. Elle est plus centrée sur elle-même. D'un côté, elle est la personne la plus importante à ses yeux. Elle doit prendre soin d’elle, parce qu’elle est brisée à l’intérieure, n’est pas celle qu’elle montre.

Dédiée à ses études depuis qu’elle a 6 ans, que ce soient moldues ou sorcières, elle apprend tout rapidement, mais n’y prend pas nécessairement plaisir. Elle le fait seulement parce qu’elle n’a pas vraiment de passions ou de réels amis avec qui elle peut parler sérieusement. Les conversations sont souvent futiles, personne n’est assez profond.

Son patronus est une chauve-souris, créature nocturne et aveugle qui s’imagine bien ce qu’elle veut à partir de bribe d’information imaginaire. Son épouvantard est une représentation d’elle-même les mains pleines de sang, les larmes aux yeux. Elle excelle en potions, matière qui requiert beaucoup de précision. Elle aime beaucoup l’astronomie aussi, mais ne peut comprendre la divination, trop abstrait, sûrement.


Dernière édition par Quinn Ann Maun le Mar 21 Juil - 6:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quinn Ann Maun

avatar

Messages : 34
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: MAUN, Quinn Ann   Mar 21 Juil - 6:51

    le moldu que tu es
      pseudo ou prénom : Siryann
      âge : 16 ans
      avatar utilisé : Anne Hathaway
      code du règlement : Le poudre d'escampette s'en va au loin
      désirez-vous être en lien avec un préfet ? : Si c'est possible :)
      autre ? : Ça fait environ 2 ans que je n'ai pas sérieusement RP, donc j'espère que la présentation est à la hauteur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazeyneel M. Anjeston

avatar

Messages : 348
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: MAUN, Quinn Ann   Mar 21 Juil - 10:36

    Bonjour,

    Han *____________*. J'aime vraiment beaucoup ton style. Très fluide, très clair, l'histoire se comprend d'un trait. Bref. Je pense bien à Poufsouffle.
    Tu es donc validée dans cette maison x).
    Bon jeu parmi nous x).

_________________
    every step I'm taking
    every move I make feels
    lost with no direction
    my faith is shaking
      the climb - m. cyrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cave-inimicum.keuf.net
Quinn Ann Maun

avatar

Messages : 34
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: MAUN, Quinn Ann   Mar 21 Juil - 15:06

Merci beaucoup :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MAUN, Quinn Ann   

Revenir en haut Aller en bas
 
MAUN, Quinn Ann
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c a v e . i n i m i c u m . rpg :: • cave inimicum, le commencement • :: ▄ répartitions des personnages :: répartitions validées-
Sauter vers: