AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le staff de cave inimicum vous souhaite la bienvenue sur le forum.
Bientôt le forum subira quelques modifications et améliorations.
La semaine des milles mots et les élections de préfets sont maintenues.


Partagez | 
 

 24h01; Midnight

Aller en bas 
AuteurMessage
Babe L. Spencer

avatar

Messages : 117
Age : 26
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: 24h01; Midnight   Jeu 23 Juil - 13:25



MIDNIGHT D. CONSTANCE



    Un sursaut, une respiration haletante. Un réveil forcé. Et c’était reparti pour un tour. Mais en quoi consistaient ces cauchemars qui la tiraient de son sommeil si souvent ? Quel pouvait bien être la hantise de la jolie Serdaigle ? Tant de gens auraient aimés le savoir. Mais même elle l’ignorait. Même la concernée ne parvenait pas à élucider son propre mystère, à éclaircir ses propre rêves. Peut-être un jour parviendrait-elle a le comprendre et peut-être qu’a ce moment-là, ils se transformeront en images agréables. Pour le moment, elle était perdue. Perdue parmi une brume épaisse, perdue parmi cette image que l’on voulait d’elle, les actes qu’on lui faisait faire sans même qu’elle n’ai le droit de veto dessus. Et ses voix, ses murmures, sons quasi inaudibles qui ne cessaient pas. Dans la réalité, elle n’aurait jamais eu peur d’un peu de brouillard et de chuchotement. Mais dans son cauchemar, elle était effrayé, effrayé comme jamais elle ne l’avait jamais été. Effrayé par quelqu’un. Ou quelque chose. Un être qui la poursuivait. Elle ne le voyait pas, ne l’entendait pas, mais le sentait. Sentait sa présence derrière elle. Mais jamais elle n’avait su de qui il s’agissait. Car chaque fois, sa course effrénée la menait dans une impasse de pierre. Et alors elle se retournait, plantant ses yeux cristallin sur la silhouette brumeuse qui était apparu. Et alors que son cœur manquait un battement, alors que son inconnu faisait un pas, elle se réveillait. Et ne parvenait pas à re-trouver le sommeil avant deux bonnes heures. Passant son habituelle main dans sa chevelure brune, la jeune femme jeta un coup d’œil à son réveil 0h01. Elle c’était endormi il y a à peine une heure et voila qu’elle avait déjà fini sa nuit. Bordel, elle allait être dans un bel état demain, si elle se retenait de s’endormir lors du cours de Divination.

    Babe se résolut à se lever, comme toujours. Faire un tour lui permettait de se remettre les idées au clair. Elle enfila un short noir, dévoilant le galbe parfait de ses jambes, ainsi qu’un tee-shirt long, légèrement ample, fait d’un fin tissu bleuté. Cela suffirait bien assez, elle était pas censé croisé qui que ce soit alors la tenue, on s’en fout royalement. C’est juste histoire de ne pas sortir en nuisette quoi. Elle se saisit de son paquet de clope et du briquet qui ne le quittait jamais et s’enfuit du dortoir des Serdaigle sans un bruit. Se retrouvant dans le couloir, elle se demanda si elle parviendrait à re-rentrer dans la salle commune de sa maison. Avec elle, c’était toujours toute une épreuve et elle n’était jamais sure d’y accéder toute seule. Disons que les questions de cette porte l’exaspèrent. Pourquoi ? Trop théorique pour elle. Enfin tant pis, elle irait finir sa nuit dans le parc, par cette température, il suffisait juste qu’elle se fasse chopé par personne. Dans un soupir silencieux, elle se mit à déambuler dans les couloirs amplifiant le moindre bruit de marche. A un hic près. Les chaussures la nuits, c’était pas pour Babe. Disons qu’elle plus ou moins volontairement laissé ces dernières au placard, préférant le contact froid de la pierre sous ses pieds nus. La jeune sorcière visait le parc ou du moins l’extérieur, comme d’habitude, mais une lubie subite vint contrecarrer ses plans. Elle se vit alors emprunter les escaliers afin de se rendre au cinquième étage. Pourquoi au cinquième ? Que pouvait-il avoir d’assez intéressant pour que la demoiselle dérange son itinéraire ? La salle de bains des préfets. Et capitaines de Quidditch. Ayant toujours convoité un poste dans l’équipe de sa maison, voir au sommet de cette équipe, leur piquer leur salle de bains était une sorte de vengeance. Vengeance à Gallner aussi, pauvre idiot qui eut la merveilleuse idée de la coller le jour des qualifications cette année. Pour avoir été prise entrain de se taper la discut’ dans le parc en pleine nuit.

    Et maintenant la voila qui sort sa baguette et dans un sort apprit en première année, elle ouvrit la porte menant à la salle de bains.
    B.L - « Alohomora. »
    Simple chuchotement et elle franchit la porte, refermant derrière elle. S’offrit alors à elle, l’immense salle de bains, plein de marbre et d’autre richesse. En quoi les préfets avaient-ils droit à une salle de cette envergure ? Même pour ça, Babe ne serait jamais préfète. Ce n’était pas pour elle. Pourquoi ? Parce que guidé les premières années durant toute l’année et pendant la fin de ses études, trop peu pour elle. Devant ses prunelles à la couleur troublante la belle brune laissa ses pieds avancés sur le carrelage, au simple bruit de quelques gouttes d’eau, jusqu'à percevoir son reflet à la surface stagnante de l’eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midnight D. Constance

avatar

Messages : 238
Localisation : Très certainement dans ses appartements.
Camp : Un côté, l'autre. Je suis tenté par l'un puis par l'autre.

MessageSujet: Re: 24h01; Midnight   Sam 25 Juil - 19:50

Spoiler:
 


Un grondement s’échappa de sa gorge alors qu’il avançait dans les couloirs de Poudlard, le regard mauvais et plus que jamais en colère. Rien n’aurait pu calmer le professeur en l’instant, en proie à un mal qui le rongeait de l’intérieur. Sa soirée avait pourtant bien commencée, son cours sur les Lycans semblait avoir intéressé les élèves qui ne semblaient avoir qu’une seule hâte : le continuer quand il s’agissait du cours que le jeune professeur exécrait le plus, digne ennemi de ces sacs à puces… Mais soit, si ces créatures détestables éveillaient l’intérêt de ses élèves, il se plierait, pour une fois, à leur curiosité… La suite avait été rapide, comme d’ordinaire, alors que tous les élèves étaient censés se trouver dans leur dortoir, lui était sorti, se faisant garde du château, veillant sur une possible intrusion… C’est alors qu’il avait sentie cet étrange parfum, et qu’il ne connaissait que trop, alors que ses pensées le menaient à une élève dont il se voulait protecteur et futur assassin… Chacune de ses pensées se trouvait être pour elle, allant jusqu’à le torturer en se demandant si elle allait bien, s’il devait lui murmurer la vérité ou faire comme si de rien n’était… Son regard l’envoûtait, sa voix le berçait, sa peau le faisait frémir… Amoureux ? Ô combien il espérait que non, lui qui ne se sentait pas prêt à s’attacher de nouveau à une humaine qu’il ne pourrait que décevoir, voire tuer par accident ou déraison. Et c’était sur cette pensée qu’il avait sentit ce parfum épicé dont il demeurait tant attaché… Il n’avait pas eu de mal à retrouver celle qui le portait, assise dans un arbre devant les grilles de Poudlard, la chevelure flamboyante et le regard émeraude se voulant taquin quand son sourire se montrait plus que jamais moqueur et cynique… Ysaha. Sa reine et maitresse faisait de nouveau son apparition, lui qui demeurait persuadé de l’avoir semé pour un temps un peu plus long. Sans doute avait il eu tort de sous-estimer sa froide reine car elle était devant lui en chair et en os… Loin d’être ravi de la revoir, c’était en allumant une cigarette et en se montrant peu courtois qu’il l’accueillit, cherchant à savoir ce qu’elle venait chercher ici, si ce n’était cette envie de le défier, encore une fois… Leur conversation avait finit par tourner sur les mots acides et les menaces, comme d’ordinaire, le Prince ténébreux en arrivant à la chasser des lieux avec violence. Il savait qu’il la reverrait, et c’était très certainement ce qui en l’instant, le mettait hors de lui, comprenant désormais qu’aucun élève ne serait en sécurité avec la belle Ysaha dans les alentours ; bien que le bien-être des adolescents ne soit pas réellement son souci premier ; et qu’il devrait se montrer plus que jamais prudent… Là où Ysaha passait, on ne trouvait plus que sang et violence, et elle n’était pas toujours responsable…

Un parfum vint alors à attirer son attention, tandis qu’il avançait avec rapidité dans les couloirs du château… Un parfum sucré et mêlé à l’odeur de tabac… Il ne doutait pas un instant qu’un élève se trouvait en dehors de son dortoir en cet instant, et mieux valait pour ce dernier qu’il rentre au plus vite dans ce dernier s’il ne voulait pas une punition digne de lui… Glissant à pas feutré à travers le couloir où la fragrance se faisait plus forte, jusqu’à arriver devant la porte de la salle de bain de préfets… La poussant en prononçant le mot de passe adéquate, il y pénétra, trouvant une élève devant une baignoire. Il ne s’agissait malheureusement pas de sa protégée…


MIDNIGHT : « Le couvre-feu est passé depuis bien longtemps Miss. Je vous prie de retourner dans votre dortoir, immédiatement. »

_________________



      Les portes de l'Enfer
      Sont toujours ouvertes...
      Même à Minuit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babe L. Spencer

avatar

Messages : 117
Age : 26
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: 24h01; Midnight   Sam 25 Juil - 21:55


    Malheureusement pas l’odeur de sa protégée ? Etait-il déçu de rencontrer Babe ? Quel dommage. Enfin, on ne peut pas forcer tout le monde à vous aimer n’est-ce pas ? Vous avez de la chance, je suis de bonne humeur. Mais puisqu’on parle de Babe, connaître son état d’esprit est bien impossible ou alors très difficile. Elle devait posséder l’esprit le plus embrumé et le plus profond de la race humaine. Ou du moins être dans l’élite de ceux-ci. Tellement profond qu’elle-même s’y perdait, qu’elle-même ne se comprenait pas. Etait-elle de bonne humeur ? De mauvaise humeur ? Tout ça pour elle était trop concret. Le tout ou rien n’existait pas chez la jeune Serdaigle. Trop de nuances étaient disponibles entre le bien et le mal, les gentils ou les méchants, le beau et le laid, la bonne humeur et la mauvaise humeur. Comprendre le labyrinthe compliqué des émotions était bien compliqué mais Babe aimait s’y essayer parfois. Entrevoir le pourquoi du comment. Pour quelle raison ce sentiment grandissait en nous. Quelle était la cause de cette sensation, douloureuse ou agréable qui nous saisissait chaque partie de notre corps selon les événements ? Percevoir le monde, comment il fonctionnait, avait toujours fasciné la jeune Serdaigle. Etait-ce pour ça qu’elle s’était retrouvée chez les Aigles ? Elle n’a jamais su mais cela faisait parti des choses qu’elle ne souhaitait pas savoir. Parce que c’était quelque chose qu’elle ne pourrait jamais modifier. Alors où était le bel intérêt de chercher à comprendre ? Le passé n’intéressait en rien la jolie brune, s’il ne l’aidait pas à comprendre le futur. Ne vous détrompez pas, Babe n’était pas une curieuse compulsive, de celle qui veulent tout savoir tout de suite. Non, pour elle, tout cela n’étaient que des idiots sans cervelles. Le monde ne s’était pas créé en deux jours alors pourquoi faudrait-il en discerner les moindres détails en un laps de temps si court ? Babe n’était pas non plus une penseuse professionnel. Très vite cela pouvait l’ennuyer, où au contraire lui faire passer le temps. Tout dépendait de ses humeurs qu’elle-même ne parvenait pas à définir, ne cherchait pas à définir. Elle était comme ça, se sentait comme ci, un point c’est tout. C’était étrange…Elle était étrange. Elle aimait à appliquer aux autres ce que jamais elle ne se ferait, chercher chez les autres ce qu’elle ne cherchait pas même pas chez elle. Sa propre existence passait-elle au second plan de ses pensées ? Non. Elle était parfaitement conscience de ce qu’elle était, de qui elle était et ce qu’elle valait. Mais elle ne voyait pas l’intérêt de savoir comment elle fonctionnait, préférant quand ça lui prenait, observer les autres, des élèves aux professeurs. Ceci lui permettait-elle de mieux se voir ? Consciemment, j’en doute. Inconsciemment, je ne saurais vous le dire. Mais vous seriez étonné de savoir tout ce qu’elle sait de vous, de vos habitudes à vos réactions selon les situations. Certains sont tellement translucides à ses yeux, comme un livre ouvert sur les pages d’une vie.

    Mais certains restaient bien plus obscures à ces yeux, bien plus sombres et inaccessibles. C’est précisément ceux-ci qu’elle s’attachait à comprendre, à discerner le vrai du faux, la vie de la mort. Un bruit attira alors l’attention de l’élève, provoqué par un parfait spécimen d’incompréhension de la nature. Classé premier sur la liste des mystères à élucider de Babe. Si elle en avait eu une. Midnight Constance. Professeur de Défense Contre les Forces du Mal. Age inconnu. Comment s’avait-elle son prénom si elle ne connaissait pas son âge ? Entendu prononcé par un professeur où vu écrit quelque part. Elle l’ignorait car ses souvenirs trop sélectifs ne s’attachaient pas à de telles futilités. Pourquoi s’intéressait-elle à un professeur ? L’intuition. Une intuition qu’il était différent. Et puis professeur ou élève, il restait un obstacle à l’esprit de déduction de la jeune Serdaigle. Sur le coup, elle ignorait à quel point elle était jeune. Et ne le découvrirait-elle jamais. Elle posa son regard azuré sur la silhouette masculine, physiquement jeune. Ce qu’elle savait de lui ? Qu’il enseignait sa matière préférée, si on pouvait parler de préférence avec Babe, que ces cours étaient intéressants et qu’il n’était pas le plus aimable loin de là. Plutôt froid et distant, avec les élèves du moins ce qu’elle savait. Cela ne la renseignait pas véritablement sur qui il était. Le voir ici aurait pu l’affoler, surtout après avoir entendu les nouvelles reformes de Gallner sur les sanctions à appliquer suite à des infractions au règlement. Ce dont elle était le parfait exemple. Cobaye pour tester la salle de torture fraîchement dérouillée ? Elle n’y pensait même pas. Ce qui ne voulait pas dire qu’elle allait tranquillement renter dans ce dortoir. Si elle parvenait à passer la porte d’entrée. Ne serait-ce pas le cas viendrait-il encore lui reprocher d’être assise sur les marches après le « couvre-feu largement dépassé » comme il venait de le dire ? La question ne se posait pas puisqu’elle ne comptait pas y retourner. Du moins pas maintenant. A peine venait-elle de se trouver un petit lieu tranquille qu’elle s’y voyait chassé ? La chance n’était pas de son coté ce soir. Son cauchemar plus une expulsion de la salle illégalement ouverte. D’où elle était, Babe ne voyait pas clairement le visage de son professeur, juste une silhouette et un semblant de traits. Cela ne l’empêcha pas, sa baguette toujours en main, de sortir une cigarette. De la mettre entre ses lèvres fines et bien dessinés et de faire craquer le briquet. Une petite flamme vint éclairer la peau dorée de la sorcière avant d’entamer l'objet long et fin. Une latte et un nuage de fumé.

      B - « J’arrive pas à dormir. »


    Voila qui fut sa réponse. Voix bien plus cristalline que pourrait le laisser croire une fumeuse régulière. Légère sans être tonitruante. Passionnant n’est-ce pas ? Du Babe tout craché. Ce n’était pas la première fois qu’elle venait ici et ne serait pas la dernière. Les dangers qu’elle risquait à répondre ainsi au professeur qui – elle l’ignorait – était le plus potentiellement dangereux de cette école, ne lui effleuraient pas l’esprit. Et cet entretien avec le séduisant vampire risquait d'être plus difficile qu'avec un autre. Elle allait bientôt en avoir la preuve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 24h01; Midnight   

Revenir en haut Aller en bas
 
24h01; Midnight
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Midnight FairyTales; demande de parto
» La série des "The Midnight Library"
» MIDNIGHT EXPRESS
» [BD Gratuite] Dragons : Burning Midnight (2016)
» Premier entrainement de Roses! ( PV Midnight)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c a v e . i n i m i c u m . rpg :: • poudlard intra muros • :: ▄ le cinquième étage :: Salle de Bain des Préfets & des Capitaines-
Sauter vers: