AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le staff de cave inimicum vous souhaite la bienvenue sur le forum.
Bientôt le forum subira quelques modifications et améliorations.
La semaine des milles mots et les élections de préfets sont maintenues.

Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Beneath the appearences ... # PV. Eve& Duncan

Aller en bas 
AuteurMessage
Duncan J. More

avatar

Messages : 83
Age : 26
Localisation : Edinburgh, Scotland
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Beneath the appearences ... # PV. Eve& Duncan   Jeu 23 Juil - 21:03




Eve C. Vaughan & Duncan J. More
| Best friends, they say #





« DEBOUUUUUUUT ! »

Un grognement lui répondit. Je me retournais, me cachant la tête avec ma couverture, mais à mon grand dam, le perturbateur n’en avait pas finis. Après le coup du cri de harpie, j’avais droit à l’oreiller jeté à la figure. Attrapant le maudit objet, je le réexpédiais immédiatement à son destinateur. Celui-ci était soi disant mon ami. Depuis quand cette tradition d’emmerder ses amis au réveil était de rigueur ? Surtout que c’était quelque chose que je supportais peu, ça aussi, il le savait. Mais, de toute évidence, il ne craignait pas mes foudres. Il avait tort. Marmonnant dans ma barbe, je me retournai et me mis sur les coudes. Le « traître » me jeta un sourire goguenard. Je lui lançais un bref regard noir… avant de tourner les yeux vers mon réveil.

« Dammit, Ed ! Il est même pas sept heures ! J’avais pas cours aujourd’hui, au cas où tu l’aurais oublié, insistais-je avec une note sarcastique. Il haussa les épaules, satisfait que je ne lui aie pas sauté à la gorge. Ca aurait pu… avec une autre personne que lui, en tout cas.

Cependant, maintenant que j’étais bel et bien réveillé –j’étais toujours un peu grognon au début, mais je fais partie de ceux qui se réveillent assez vite -, il était impossible pour moi de songer à me rendormir. Jetant un regard circulaire, je pus constater que nous étions les seuls encore dans le dortoir, si on faisait exception de Blaise, mais lui, de toute manière, il ne faisait que dormir et le vacarme ne semblait pas l’avoir dérangé le moins du monde ! Y’en avait certains, je vous jure, fallait pas chercher à les comprendre. C’était une cause perdue d’avance et on y perdait un temps précieux. Quant aux autres, ils devaient certainement déjeuner, ou s’ils avaient finis, étaient partis pour la bibliothèque de grand matin… Mais qu’est ce que je racontais ? Tout ça, c’était de ridicules préjugés. D’accord, j’avais pas cours ce matin, mais je n’avais pas vraiment eu l’intention de bosser, ni même d’aller à la bibliothèque. Mon premier souhait aurait été de faire un peu la grasse matinée. Je dois dire que, pour le coup, c’était raté. Et en plein dans le mille ! Poussant un soupir, je finis par me lever. Je fis quelques pas et récupéra mes affaires qui étaient posées sur une chaise, à côté de ma table de nuit. Alors que je m’habillais, j’entendais Edward faire les cents pas, avec une balle en main, qu’il faisait rebondir inlassablement. J’eus à peine terminé de boutonner ma chemise, qu’il se retourna vers moi et me lança :

« Alors, on va le faire ce match d’échauffement ? »
« Tu te fous de ma gueule ? Tu m’as laissé m’habiller et t’as même pas pensé à me préciser qu’on allait jouer au quidditch ? » Mon ton s’était voulu incrédule, même si au fond, ça ne me dérangeait pas plus que ça.
« Hé, je respectais ton intimité, mec ! »
« C’est pas ça qui te gêne, d’habitude, quand t’as quelque chose à dire ! »
« Mouais, pas tort, eut-il encore l’audace de me répondre avec un air faussement réfléchis. Mais, je me suis dit : ‘Edward, mon vieux, t’as besoin de changement.’ Voici le nouveau moi ! »
« Ouais, bah ça promet. Son QI semble encore moins élevé que l’ancien… » Lâchais-je, non sans une certaine ironie.
« Ah, jalousie ! Jalousie ! Chantonna-t-il, et j’éclatais de rire. Bon on y va ou tu vas attendre que Poudlard tombe en ruine ? Chose tout à fait improbable, si tu veux un avis d’expert, je me suis toujours demandé… »

Et bla bla bla. Levant les yeux au ciel, je laissais Edward dans son monologue qui promettait d’être interminable –qu’est ce qu’il pouvait parler, quand il s’y mettait !- et attrapa mon sac de quidditch, puis, le suivit dans les escaliers…


***


Tout ce qu’on pouvait dire, c’était que la partie avait été épuisante, pis éreintante. Je me sentais plus fatigué qu’au réveil et pourtant, plein de vitalité. C’était assez paradoxal. Je venais de repasser dans la grande salle, afin de me prendre un ou deux toasts. Pas que le déjeuné matinal eut été frugal mais… presque. J’eus de la chance de pouvoir me resservir, d’ailleurs. L’horaire de table était presque terminé. En général, une fois passé huit heures et demi, les elfes commençaient à faire le grand nettoyage et puis, la plupart des élèves étaient déjà partis pour les cours. Néanmoins, quelques retardataires traînaient encore dans la grande salle au plafond magique. Certains parce qu’ils étaient, à l’instar de moi-même, dispensé de cours, d’autres parce qu’ils voulaient tout de même manger un morceau avant d’aller en cours et qu’ils s’étaient, de toute évidence, levés en retard. Une fois sortit, j’allais me poster près de l’escalier. Sortant une feuille de parchemin de mon sac, ainsi que ma plume fétiche, je notai ces quelques mots :

Citation :
Hey, beauté. Je t’attends au lac. Je sais que tu as cours, mais je sais aussi que le professeur Anjeston est absent aujourd’hui. Tu n’as donc pas cours à la deuxième heure.
Rejoins-moi.
Duncan

Lu comme ça, sans connaître les deux jeunes gens, on peut aisément croire qu’ils sont ensemble, pas vrai ? Et pourtant, Eve et moi, ce n’est que de l’amitié. Une amitié profonde, trop profonde peut être ? A nous voir ensemble, vous pouvez vous supposer certaines choses… Libre à vous de croire ce que vous voulez. Je serai certainement le dernier à démentir ces rumeurs ridicules et puis, je ne crois pas que Eve en soit touchée, si c’était le cas, ce serait différent, bien sûr. Poudlard compterait déjà quelques personnes en moins… Je blaguais. Mais j’étais capable de tout si on touchait à un cheveu d’Eve. Ca, c’était certain.
C’est donc d’un pas tranquille que je pris le chemin du lac noir. Parmi tous les lieux de Poudlard, celui là m’avait toujours attiré pour sa part de mystère qu’il recelait. L’eau noir miroitante donnait l’impression d’un immense abysse dans lequel on s’engouffrait sans jamais en ressortir, toutefois. Quelques minutes après, j’arrivais au lieu dit. Désert. Parfait. Je déposa mon sac près d’un arbre et fit quelques pas, les mains dans les poches, songeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve C. Vaughan

avatar

Messages : 28
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Beneath the appearences ... # PV. Eve& Duncan   Sam 25 Juil - 4:43



    Le réveil n’avait pas été des plus doux ce matin pour Eve, ayant veillée toute la nuit pour écrire une lettre à son père, elle n’avait dormie que deux heures à tout casser. C’est donc, les yeux cernés qu’elle était allée en cours, ne prenant même pas la peine de passer par la grande salle afin de manger quelque chose. Son premier cours était celui d’histoire de la magie, autant dire que ce n’était vraiment pas intéressant. Cependant, histoire de ne pas avoir d’ennuis, elle s’était quand même présentée à celui-ci, s’installant derrière un pupitre au fond de la classe. A côté d’elle, se trouvait une camarade de Serpentard qui répondait au nom de Cassandre. On ne pouvait pas dire qu’elles étaient grandes amies, mais c’était la seule place au fond qu’il restait, et Eve avait donc choisie la cohabitation plutôt que le premier rang. Le professeur fit son entrée et commença son cours magistral. Rêveuse de quelques heures de sommeil, Eve posa son sac sur son pupitre et y cala doucement sa tête. Somnolant, elle reprenait sa lucidité de temps à autre, mais la voix monotone du professeur l’endormait à nouveau et ce sans qu’elle n’ait à faire le moindre effort. Pourtant alors qu’elle avait finit par s’endormir profondément, elle sentie quelque chose qui lui piquait le bras droit. Attribuant un coup à ce qui l’empêchait de dormir, elle pensait que c’était sa voisine, mais lorsqu’elle sentie le bout de son doigt mordue, elle se releva d’un bond, ses yeux bleus se posant sur un hibou. Un hibou qu’elle ne connaissait que trop bien c’était celui de Duncan. Un énorme sourire sur ses lèvres, elle s’empressa d’attraper le petit bout de parchemin, et le hibou s’envola de nouveau par la fenêtre. Bien sur, son professeur n’avait rien vu, étant trop occupé à noter des dates au tableau que sûrement peu de personne allait au final prendre en note. Passant une main distraite dans ses cheveux blonds pour les ramener en arrière, elle décacheta le mot qui lui était adressé. A la lecture de celui-ci, elle ne pu réprimer un léger rire, ce qui alerta sa voisine, la reine des potins. Se penchant, elle tenta de le lire, mais la belle Vaughan l’avait déjà refermée et rangé dans son sac. S’installant de nouveau confortablement, pensant dormir jusqu’à la fin du cours, c’était sans compter sur la curiosité, trop grande à son goût, de sa voisine de table qui lui posait déjà des questions.

      « C’était de qui ? »
      « Duncan. »
      « Mais vous sortez ensemble, non ? On m’a dit que vous passiez beaucoup de temps ensemble, et certains vous ont même vu vous embrasser. »
      « Et alors ma chère Cassandre ? N’as-tu jamais embrassé un garçon sans que celui-ci soit ton petit ami ? »
      « Si, si bien sûr que si, mais vous êtes quand même proche, alors je me disais… »
      « Tu te disais que nous étions un couple ? Il vrai que d’une certaine manière, oui, nous en sommes un. »
      « Ah d’accord. »
      « Ravie d’avoir ensoleillée ta journée par cette nouvelle. »

    Puis sans adresser un mot de plus, elle se coucha de nouveau sur sa table, réprimant un énorme sourire. Duncan et elle avaient une relation très particulière qui faisait que beaucoup de personne se questionnait sur la nature de celle-ci, et Eve pour être honnête tout cela la faisait bien rire. Elle aimait Duncan, d’un amour immodéré, il faut l’avouer, mais elle n’était pas en couple avec celui-ci. Et même si leur comportement était bien étrange, et leur habitude, comme celle de s’embrasser pour se dire bonjour, appartenait à celle d’un couple, il était hors de question pour les deux amis de s’embarquer dans une relation amoureuse ensemble. Pourquoi ? En ce qui concerne Eve, parce qu’elle l’aime trop. Et puis, n’oublions pas qu’elle est fiancé et Nathanaël et le fait d’être promise à un autre, même si cela ne l’enchantait guère, faisait qu’elle ne pouvait plus avoir de vraie relations amoureuses, avec des sentiments et tout ce qui s’ensuit. C’est donc pour cette raison que tout ses sentiments qu’elle avait pour Duncan restaient dans le cadre de leur amitié. Une amitié fusionnelle et énorme, qui parfois pouvait devenir malsaine, mais au final elle s’en fichait, car tant qu’elle pouvait être avec lui, alors le reste n’avait pas d’importance à ses yeux.

    Soudain la cloche sonna, annonçant la fin du cours. Baillant de façon disgracieuse, elle vit toutes les filles superficielles se retournées et la fixée avec un air affolé sur le visage. Eve, toujours amusée par cela, leur adressa une grimace bien laide, puis après avoir remis son sac sur son épaule se dirigea vers la sortie de la classe. Le mois de septembre offrait encore quelques rayons de soleil aux élèves de Poudlard, et Eve aimait en profiter, détestant l’hiver et la neige. C’est donc ravi qu’elle descendit les escaliers. Cependant lorsqu’elle passa devant la grande salle, elle sentie son ventre grogner. Forcément, c’était maintenant qu’elle avait faim. Regardant sa montre, elle avait le temps de courir en vitesse jusque son dortoir pour récupérer quelques friandises qu’elle avait achetée à la dernière sortie et qui ma foi feraient l’affaire jusque l’heure du déjeuner. Hâtive, elle s’engouffra dans les cachots, passa le tableau qui renfermait la salle commune des serpents, traversa celle-ci monta dans son dortoir et attrapa les bonbons tant désirés. Alors qu’elle en fourrait trois dans sa bouche, elle refit le chemin en sens inverse. Regardant de nouveau sa montre, elle fut satisfaite, tout cela ne lui avait pris moins de cinq minutes. Continuant à mâchouiller les bonbons de diverses formes et couleurs, elle passa les grandes portes.

    Les quelques rayons de soleil qui étaient déjà présents vinrent agresser sa peau blanche, et elle dû fermée les yeux un instant avant de s’habituée à cette nouvelle clarté. Sortant une cigarette, elle l’alluma et la cala entre ses lèvres, se mettant en route vers le lac. Pourquoi ce rendez-vous soudain ? Elle n’en savait franchement rien, mais en même temps elle savait également qu’avec Duncan, ils n’avaient pas besoin de raison particulière pour se retrouver à deux, et partager des moments qui chaque fois était plus plaisant à Eve. Alors qu’elle continuait d’avancer, elle le vit au loin, sa silhouette se profilant près de l’eau noire et mystérieuse du lac. Soudain, elle fut prise d’une envie irrésistible qu’elle ne pouvait pas contrôler ; celle de le pousser dans le lac. Avançant encore doucement à pas de loup pour ne pas se faire démasquer par son meilleur ami, elle se mit doucement derrière lui, jetant sa cigarette à quelques mètres pour ne pas le brûler au cas ou sa manœuvre ne fonctionnerait pas comme elle le souhaitait. Un, deux, trois pas, la voilà derrière Duncan, retenant son souffle, elle poussa avec force et entendit un bruit sourd, signe qu’il avait finit dans l’eau. C’est dans morte de rire qu’elle le regarda remonter à la surface. Lui adressant un léger clin d’œil, elle passa une main dans ses longs cheveux blonds, avant de prendre la parole.

      « Navrée mon cœur, mais je voyais bien que tu regardais ce lac avec une envie particulière, et donc en bonne amie que je suis, je me suis dévouée pour t’aider à ne faire plus qu’un avec l’élu de ton cœur. Que je suis généreuse. »

    Puis n’attendant pas qu’il l’entraîne dans les profondeurs du lac, elle posa son sac sous un gigantesque arbre non loin de la et courut jusque la berge, sautant dans l’eau volontairement. Peu à peu, elle sentie de ses pieds à sa tête, l’eau glacée du lac qui venait s’emparer de l’ensemble de ses muscles. Paralysée un instant, elle finit par ouvrir les yeux, mais ne voyant pas grand-chose dans cette eau. Remontant à la surface, elle n’était qu’à quelques mètres de Duncan. Ce qu’elle aimait quand elle était avec lui, c’est qu’elle oubliait tout. Elle oubliait le masque qu’elle se devait de porter à longueur de journée, elle oubliait sa promesse en mariage, le fait que Blake lui avait brisé le cœur, la peau qu’elle avait pour sa petite sœur Lily. Son esprit se vidait, et c’était alors la véritable Eve qui pouvait s’exprimer librement, révélant son caractère joueur et enfantin qu’on ne soupçonnait pas le moins du monde chez elle si on ne la connaissait pas réellement. Se rapprochant du bord, elle souleva son corps à l’aide de ses bras et finit allongée dans l’herbe. Ses cheveux mouillées et bouclés par l’humidité venant se mélangés sur son visage. Riant de bon cœur, elle finit tout de même par se calmer et reprit alors la parole.

      « Rien ne vaut une bonne douche froide pour contrer une quasi nuit blanche et un mauvais réveil. »

    Cherchant à l’aveuglette son sac à l’aide de sa main droite, elle finit par attraper sa bandoulière entre ses doigts fins, et le tira vers elle. Fouillant dans celui-ci elle ne mit pas longtemps à trouver son paquet de cigarette, en sortant une et la mettant à ses lèvres. Allume. Inspire. Expire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duncan J. More

avatar

Messages : 83
Age : 26
Localisation : Edinburgh, Scotland
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Beneath the appearences ... # PV. Eve& Duncan   Sam 25 Juil - 19:18


Tout à coup, je sentis des mains dans mon dos et, sans le vouloir, je sursautai légèrement. Mais je ne me retournai pas tout de suite, je l’avais reconnue. Comment se faisait-il que je ne l’avais pas ent… Avec force, les mains me poussèrent vers le lac sans que je ne puisse réagir assez promptement. En une seconde, je sentis l’eau rentrer dans mes vêtements, ceux-ci s’alourdir. Je sentis le choc de l’eau glacée qui me rafraîchit instantanément. Remontant à la surface, je passai mes mains dans mes cheveux désormais gorgés d’eau. Je dois avoir eu un air dépité, ou peut être pas, quoi qu’il en soit, Eve était pliée en deux. Son rire cristallin résonnait dans ce lieu tranquille. Quel son magnifique, songeais-je.

« Navrée mon cœur, mais je voyais bien que tu regardais ce lac avec une envie particulière, et donc en bonne amie que je suis, je me suis dévouée pour t’aider à ne faire plus qu’un avec l’élu de ton cœur. Que je suis généreuse. »

« Quoi, tu trouvais que je m’étais pas assez lavé après ma séance de Quidditch ? » L’accusais-je en rigolant. Elle eut un moment de perplexité, mais son rire revint bien vite, ayant compris l’allusion. Ca nous arrivait souvent, ce genre de choses, parler sur des sujets complètements différents, qui n’avait pas vraiment de liens ensembles mais qui nous
faisaient rire un moment.

Eve fit alors demi tour, je la fixai, sans mot dire, me demandant où elle allait. Oh, d’accord. Son sac. J’envisageai un instant de la tirer dans l’eau, elle aussi. Avec ironie, je lui lançai :

« Allez, viens Eve chérie, l’eau est délicieuse » Ce qui était entièrement et honteusement faux. Ce foutu lac était glacé.

Je ne sais pas si elle cru à mon mensonge, ou c’était plus par envie personnelle, en tout cas, elle ne se fit pas prier. Une fois son sac déposé, elle courut jusqu’à la berge et plongea. Son corps ondula sous l’eau et elle émergea doucement quelques mètres plus loin. Je lui rendis un sourire radieux. J’adorais la relation que j’avais avec Eve. Elle était ma meilleure amie et, en même temps, bien plus que ça. C’était peut être pour ça que certaines de mes « conquêtes » ne l’appréciaient pas trop. Notre amitié améliorée, comme diraient certains, pouvait être très déconcertante, voire malsaine. Néanmoins, on savait où étaient nos limites et cela était tout ce qui pouvait nous importer. De plus, avec elle, je n’avais pas l’impression d’étouffer. Etre en couple semble signifier que l’on appartient à l’autre, corps et âme. Si mon corps pouvait encore supporter ce fait, mon âme, quant à elle, m’appartenait et personne n’était en droit de la réclamer. Avec Eve, je suis tranquille, libre de mes actions, de mes choix. Elle me laisse juge et me conseille, si besoin est. Mais la devise reste que chacun s’occupe de ses affaires. Il ne fallait pas empiéter dans la vie de l’autre. Et ne surtout pas, empoisonner l’autre par de la jalousie mal placée.

Suivant Eve, je m’extirpai de l’eau. Je dégoulinais, littéralement. Sortant ma baguette, je murmurai un sortilège de l’air chaud, qui sécha instantanément mes vêtements. S’ils venaient de sortir de la machine à laver magique, ils n’auraient pas eu meilleur éclat. M’installant à côté d’Eve avec nonchalance, je répétai la formule. En une seconde, elle fut elle aussi totalement séchée.

« Rien ne vaut une bonne douche froide pour contrer une quasi nuit blanche et un mauvais réveil. »

J’enroulai une boucle de ses cheveux avec mes doigts. Je les trouvais magnifiques. Ils étaient bouclés et si soyeux, quel champoing utilisait-elle ?

« Toi aussi, tu t’es fais réveillée par un fou furieux ? » J’eus un petit rire et je vis son regard se poser sur moi, interrogateur. Sans me faire prier, je lui contai les évènements de la matinée. « Edward n’a rien trouvé de mieux que de me réveiller, à six heures et trois quart, ajoutais-je, en levant les yeux au ciel. Alors que je n’avais même pas cours, ce matin. Moi qui voulais faire une grasse matinée, c’était plutôt loupé. »

Eve me répondit par un petit rire, tout en continuant de fumer sa cigarette. S’il y avait peut être une chose que je n’aimais pas chez elle, c’était sa manie de fumer à longueur de temps.

« Tu devrais arrêter de fumer ces saloperies, beauté. Ca te pourrit les poumons, tu peux attraper des cancers, et là, tu vois, sans vraiment le vouloir, tu me condamnes à être un fumeur passif parce que je respire quand même la fumée et… »

Eve me coupa dans mon début de monologue. Elle n’avait pas tort, si elle fumait souvent, il m’arrivait de boire souvent. Mais bon, ce n’était pas un travers, dans mon cas, c’était une tradition. Tous les écossais buvaient du whisky. Qui ne le faisait pas, n’était pas un vrai Highlander !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Beneath the appearences ... # PV. Eve& Duncan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Beneath the appearences ... # PV. Eve& Duncan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Libya: Scratching beneath the surface...[/
» « Two crowns beneath a veil. » | Arthur & Azilis
» [FB] - A World Beneath the Ground (pv Erwin)
» billie | beneath a sky full of stars
» augustus + beneath the skin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c a v e . i n i m i c u m . rpg :: • poudlard extra muros • :: ▄ le lac noir-
Sauter vers: