AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le staff de cave inimicum vous souhaite la bienvenue sur le forum.
Bientôt le forum subira quelques modifications et améliorations.
La semaine des milles mots et les élections de préfets sont maintenues.


Partagez | 
 

 Siana O. •• « One, two, three, four, tell me that you love me more. » over.

Aller en bas 
AuteurMessage
Siana I. O'Callaghan

avatar

Messages : 69
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Siana O. •• « One, two, three, four, tell me that you love me more. » over.   Lun 27 Juil - 17:55

      Le moldu que tu es.

    • Pseudo ou prénom : Luce suffira.
    • Âge : La quatorzaine.
    • Avatar utilisé : Mary Elisabeth Winstead. <3
    • Code du règlement :
    Spoiler:
     
    • Désirez-vous être en lien avec un préfet ? : Pourquoi pas. =)
    • Autre ? : Rien à ajouter.




    © Perle & The dø.
      On my shoulders.

    Et je portais tout cela sur mes épaules.

        Le premier juillet deux mille quatre-vingt cinq.


      « Récapitulons, Siana, tu veux bien ?
      Non, je ne veux pas récapituler. répondit la concernée calmement.
      Pourquoi cela ? s'étonna son interlocuteur.
      Parce que vous ne me croyez pas.
      Si, je t'assure que je te crois.
      Vous ne me croyez pas, vous pensez que je mens, sauf qu'en réalité, c'est vous qui mentez. »

      Un silence embarrassé s'installa entre ce monsieur, assis sur un grand fauteuil noir en cuir comme celui des ministres, et cette petite fille aux cheveux noirs de jais tressés d'une manière exemplaire qu'il venait d'appeler Siana. Ce docteur du cerveau comme l'avait surnommé la mère de la fillette fixait celle-ci, comme pour y trouver les réponses souhaitées tandis qu'elle restait les yeux fixés sur ses doigts, eux-même posés sur ses cuisses à moitié couvertes à cause de la petite jupe que la petite portait. Habillée soigneusement, la brunette devait sans doute être une enfant modèle, la petite fille que tous parents aimeraient avoir. Elle ne semblait en aucun cas déstabilisée par la présence du psychologue et encore moins par son insistance à tout savoir d'elle. Elle se contentait de répondre à ses questions, sans jamais esquiver, ou se dérober à répondre et bien sur, elle le faisait sans lever les yeux pourtant avec une politesse inébranlable.


      « Allez, s'il te plait, récapitulons. reprit le psychologue. J'ai une idée, on va faire un marché : nous récapitulons et ensuite, je te laisse raconter ta version des faits, d'accord ?
      D'accord, mais s'il vous plait, ne répétez pas tout ça à ma mère.
      Marché conclu. Alors, tu t'appelle Siana O'Callaghan, connais-tu tes autres prénoms ?
      Siana, Itzel, Maena, Zofia O'Callaghan.
      Tu as dix ans et tu es née le premier décembre de l'année deux mille soixante-quinze, c'est bien ça ?
      Oui. se contenta de répondre la petite fille.
      Tu es fille unique et ton papa est...
      Ne l'appellez pas "mon papa" s'il vous plait. coupa la petite brune qui avait soudainement perdu sa politesse habituelle.
      Euh... oui, c'est vrai j'avais oublié ce détail. Désolé. Donc ce monsieur est partit après ta naissance et ta maman vit seule à Londres. Elle travaille bien en tant que serveuse dans un petit café ?
      Oui. »

      Siana n'eut plus besoin de répondre après ça, le docteur Fitzgerald répondait à sa place, ou se satisfaisait des petits hochements de tête que faisait la fillette. La récapitulation dura une bonne demie-heure, ainsi la petite fille eut trente autres minutes à elle pour répondre des faits. Son récit, déconcertant, semblait en tout point sortir de son imagination débordante d'enfant. De toute façon, rien de tout cela ne pouvait être vrai, pensait Fitzgerald, cette petite n'était pas atteinte, elle était tout à fait normale, avec un jeu bien à elle : celui de la magie. Beaucoup d'enfants jouaient à ce jeu, certes, peu d'entre eux finissaient chez le psychologue et peu y croyaient aussi obstinément que la petite O'Callaghan, mais ce n'était pas alarmant. Pourtant, selon monsieur Fitzgerald, il était possible que la petite souffre de schizophrénie bien qu'il ne soit pas sûr. Il valait mieux faire encore quelques séances avant de tirer une conclusion aussi hâtive. Peut-être cette petite fille avait-elle simplement une immense imagination qui lui faisait croire des choses fausses, et qui lui faisait voir ces mêmes choses fausses.


      « Vous n'avez pas à vous inquiétez, madame O'Callaghan. Siana est une petite fille charmante et tout à fait comme les autres.
      Mais ses histoires de magie ne sont pas vraies, n'est-ce pas ?
      Non, bien sur mais ce n'est pas pour ça que votre fille est folle. Vous savez, beaucoup d'enfants comme elle s'imaginent des mondes magiques bien à eux mais ils finissent par se lasser en grandissant. Vous verrez. Cependant, j'aimerais bien revoir Siana, si vous le voulez bien.
      Je croyais qu'il n'y avait rien d'inquiétant, pourquoi vouloir continuer les rendez-vous si ma fille va bien ?
      J'aimerais juste revoir votre fille pendant quelques heures de plus, je ne suis pas totalement sûr de mon diagnostique d'où mon envie de la revoir. avait confié Fitzgerald à madame O'Callaghan.
      D'accord, donc je n'annule pas les prochains rendez-vous. »

      Et madame O'Callaghan n'avait pas annulé les rendez-vous pour sa fille. Elle en avait même prit de nouveaux, sous les conseils du docteur Fitzgerald qui semblait commencer à cerner la personnalité captivante et fascinante de sa fille. « Siana est une petite fille tout à fait intéressante, je pense bientôt toucher le but. » disait-il à la fin de certains rendez-vous. Sauf qu'il lui fallut plus de deux ans pour arrêter de chercher et déclarer que Siana était monstrueuse et folle, le tout sans aucune explication, ce qui lui avait valut une plainte de madame O'Callaghan. Siana, elle, s'était contentée de se plonger dans un silence que personne n'arrivait à briser et surtout, que personne n'arrivait à comprendre.


Dernière édition par Siana I. O'Callaghan le Mar 4 Aoû - 16:35, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siana I. O'Callaghan

avatar

Messages : 69
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Siana O. •• « One, two, three, four, tell me that you love me more. » over.   Lun 27 Juil - 17:56


    © Perle & KT Tunstall.
      Suddenly I see.

    Et soudain, je comprenais. J'y voyais claire.

        Le vingt-six février deux mille quatre-vingt six.


      « Va-t'en. Allez, dégage !
      Maman...
      Non ! Tu n'es pas ma fille, ce n'est pas possible.
      Arrête, je t'en prie. Tu sais que ce n'est pas de ma faute, je t'assure que je ne voulais pas être comme ça. plaida Siana vieillit d'une année
      Non. Tais-toi. Tu n'es pas ma fille, ne m'appelle plus "maman" ! Tu es un monstre, Fitzgerald avait raison. Dire que je ne l'ai pas cru. s'exaspera madame O'Callaghan. Je savais bien que tu étais beaucoup trop intelligente pour quelqu'un de ton âge et tu as toujours été toute seule, sans amis, avec ton carnet de malheur ! Tu n'es qu'une sale sorcière !
      Arrêtez, madame. murmura alors une jeune femme métissée munie d'un plumeau. Siana est trop bonne de vous avoir supportée pendant toutes ces années. Elle a toujours été exemplaire au près de vous, à ramener des notes incroyables, à toujours tout faire parfois même à ma place et elle n'a jamais bronché. Cette petite a eu le courage de vous dire d'où elle venait et ce qu'elle était véritablement, et vous, voilà comment vous réagissez ! Vous rendez-vous compte qu'en plus, elle a souffert de votre remariage avec monsieur Silverslone ? Vous n'avez rien vu, rien entendu. Vous n'avez pas voulu voir, ni entendre. C'est vous le montre dans toute cette histoire !»


      Rosa, la femme de ménage de monsieur Silverslone devenu veuf, avait toujours été d'une gentillesse inégalable. Dévouée comme tout, elle comptabilisait à ce jour vingt-cinq ans de fidèles et loyaux services. Tout comme Siana, elle avait supporté la nouvelle épouse de son employeur sans jamais se plaindre, sans jamais rien dire. Bien que Rosa n'eut pas son mot à dire dans les relations de son patron, elle avait toujours haït madame O'Callaghan et le lui avait fait comprendre par sa froideur à plusieurs reprises, ce que n'avait jamais fait la jeune Siana. Les deux avaient toujours été proches en raison du statut de Rosa et de la gentillesse naturelle de Siana. L'adolescente n'avait jamais été vraiment martyrisée ou maltraitée, mais sa mère lui rendait la vie difficile de par ses commentaires désobligeants et ses réflexions désagréables. L'épisode du docteur Fitzgerald avait valu sa réputation de folle à la jeune fille qui n'avait jamais réussit à s'en débarrasser. À chaque rentrée, à l'école, madame O'Callaghan se permettait d'avoir une entrevue privée avec le professeur de sa fille pour lui raconter tous les malheurs que lui avait causé sa petite Siana. Cette dernière était ainsi mal vue par ses camarades de classe et c'est pour cette raison, que la jeune fille n'avait jamais présenté de quelconques amis à sa mère. Bien sur, cette existence était loin d'être désastreuse, la preuve c'est qu'elle venait de prendre fin grâce à deux choses : Rosa, la femme de ménage et son entrée à Poudlard, l'école magique. A partir de cet instant, Siana n'eut plus jamais de nouvelles de sa mère, du docteur Fitzgerald et de monsieur Silverslone.



    © Perle & Kanye West.
      Love lockdown.

    Et puis il fallait aimer mais sans le montrer.

        Le vingt-huit août deux mille quatre-vingt huit.


      « Surtout écoute bien, ma chérie : tu ne te feras plus avoir par des petits machos de persiflard...
      C'est Serpentard, Rosa. coupa Siana. Et ce n'était pas très grave, d'accord ? J'ai l'habitude, maintenant ça ne me fait plus rien.
      Si, c'est très grave ! C'est comme ça tous les ans. Je sais qu'en plus, ça ne te fait pas rien, tu rentre abattue alors il faut que ça cesse et que tu te rebiffe contre les serpilards ! Écoute, il faut que tu en parle à un professeur là-bas, qu'ils arrêtent de te donner leurs devoirs et tout le reste. répliqua Rosa en baissant la voix en prononçant la dernière phrase.
      Oui, Serpentard, Rosa. Et ne propose pas cette alternative là, car tu sais parfaitement que je n'irais pas, en plus, les punitions sont beaucoup plus sévères que l'ancien Poudlard, je me suis renseignée dessus, j'ai trouvé un super livre, ça s'appelle l'Histoire de Poudlard.
      Arrête ça tout de suite Sia. N'essaye pas de te dérober, tu n'y arriveras pas. Et ton petit copain, Matthew, il est bien avec eux, non ? Siana hocha la tête. Alors pourquoi il ne te défend pas, lui ?
      Rosa, ce n'est pas mon petit copain. Je n'ai pas de petit copain. Il est mignon, mais je ne lui ai jamais vraiment parlé, sauf pour ses devoirs. C'est tout, nous ne sortons pas ensemble.
      Pourtant, tu m'as envoyé ton pélican toute l'année pour me parler de lui ! Je pensais que c'était une affaire qui roule, moi et sincèrement c'est ce que voulaient dire tes lettres, ma chérie.
      C'est une chouette, je te signale, une chouette qui s'appelle Albertine. Et non, mes lettres ne voulaient pas dire ça. On ne peut pas être comme moi et être attirée par des garçons comme Matthew.»

      Et Siana avait raison. Il ne fallait pas faire les devoirs de ses camarades et tomber amoureuse de l'un d'entre eux. Ça ne marchait pas, ça ne pouvait pas marcher et ça, la jeune fille avait mis peu de temps pour le comprendre. Il avait fallut trois mots et une réponse pour qu'elle devienne la risée de Poudlard. C'était en deux mille quatre-vingt neuf, durant la période de Noël. Les décorations, les cadeaux, les vacances qui approchent et surtout, le grand Bal de Noël, Siana avait saisit l'occasion pour aller parler à Matthew Collins sauf que ça avait été un désastre complet, à tel point que Siana avait demandé à Rosa de revenir chez elle jusqu'à la fin des vacances. L'adolescente était restée plongée dans son carnet, son carnet de malheur comme disait madame O'Callaghan.
      Vous devez vous demandez de quoi il s'agit et que représente donc ce petit carnet remplit de ratures et de multiples notes, pour comprendre, il faut remonter quelques années en arrière, trois pour être précis. C'était le dix mars de l'année deux mille quatre-vingt six, dans le bureau du docteur Fitzgerald, ce grand psychiatre de renom qui avait longtemps examiné notre Sia nationale pour finir par décréter qu'elle n'était rien autre qu'une misérable cause perdue. Madame O'Callaghan venait alors d'entrer en furie dans le bureau du médecin, suivit de sa fille qui ne se montrait pas le moins apeurée du monde et qui en profitait pour toucher tous ces petits objets complexes qui lui étaient hors d'atteinte peu de temps auparavant. Les deux adultes avaient eu une longue discussion sur le sort de Siana et de ce que son comportement pouvait inspirer, notamment à Fitzgerald qui la qualifiait alors de monstre. Pendant ce long échange entre les deux grandes personnes, la jeune Siana, alors abandonnée à son sort, en avait même profité pour jeter un coup d'œil à ce petit cahier dans lequel son docteur du cerveau écrivait souvent, alors qu'elle parlait toute seule sans être interrompue. À peine le précieux cahier ouvert, Siana l'avait regretté mais l'avait tout de même gardé tout comme le nombre d'autre objets qu'elle avait volé un peu partout où elle allait. Ce n'était pas de la kleptomanie, la petite Sia était bien des choses mais pas kleptomane. Disons qu'elle était, qu'elle est et qu'elle sera certainement toujours une grande fétichiste. Ainsi, qu'importe l'endroit où elle va, elle en ramène un objet, comme une sorte de souvenir, et le pose au fond de sa Grosse boîte. Passons, ce petit carnet relatant toutes les séances avec le docteur Fitzgerald et écrit de sa propre main n'eut jamais l'occasion d'aller faire un tour dans la Grosse boîte, pour la bonne et simple raison que Siana le lisait sans cesse. Sans doute même devait-elle le connaître par cœur depuis tout ce temps. Au fil des pages, les mots changeaient, passant de « petite fille bien élevée et polie » à « possibilité de troubles mentaux mineurs » et allant même jusqu'à « enfant complètement déséquilibrée, proposition d'un envoi en hôpital psychiatrique » Et malgré la clarté des propos inscrits sur ce cahier, Siana n'arrivait pas à comprendre ce qui clochait à ce point chez elle. De nombreuses fois, Rosa s'était efforcée de lui dire qu'elle était normale, avec cette petite chose en plus, ce petit bâton de bois de lierre mesurant 22.5 centimètres et qui se composait d'une plume de phénix. Longtemps, la jeune fille avait été sceptique à l'idée que seule sa baguette la rendait différente, mais avec le temps elle avait compris ce que Rosa avait voulu dire : qu'elle avait une baguette contrairement à n'importe quel autre moldu.
      Cependant, oublions ce carnet. Il était simplement de nécessité de le citer étant donné l'importance qu'il représentait pour notre héroïne qui le lit dès qu'elle en a l'occasion. Toujours enfouit dans la pile de livres de sorcellerie qu'elle porte à longueur de temps, l'adolescente n'hésite pas à le ressortir furtivement en classe, sous son bureau pour relire les inscriptions qui y sont écrites, ou bien à le feuilleter tranquillement aux abords du lac ou même à le survoler lentement le soir caché sous sa couette et munie de sa baguette. Revenons à nos moutons. Garder ses amours secrets était devenue une habitude chez Siana, après ce désastre avec Matthew Collins. Sauf que jamais, Siana ne put se résoudre à devenir égoïste, toujours là pour aider et donner de son temps. Généreuse la petite, certes elle s'abstint à l'avenir d'accorder sa confiance à n'importe qui mais resta le cœur d'artichaut qu'elle était. N'allez pas croire que Siana était soumise ni quoi que ce soit, les élèves qui lui donnaient leurs devoirs semblaient quand même l'apprécier, sauf qu'elle n'hésitait jamais à montrer son mécontentement. Sauf qu'il était de rigueur qu'elle tienne sa langue, maintenant, elle avait été trop humiliée, son cœur ne devait plus être atteint. Ni par sa mère, ni par un minable serpentard, ni par personne. Jusqu'au jour où...

      « Hey, Callaghan ! voyant que la concernée ne lui prêtait aucune attention, le jeune homme insista. Oh, pourquoi tu réponds pas ?
      Peut-être parce que tu viens de m'appeler Callaghan ? Je m'appelle Siana. Sia pour ceux qui me connaissent et que j'apprécie, en l'occurrence pas toi. J'accepte à la limite qu'on m'appelle par mon nom de famille... quand on le connait et qu'on le prononce correctement. Et puis, qui es-tu, toi ? Je ne te connais même pas.
      Je te connais, moi. Il parait que t'es super intelligente, que tu fais les devoirs de tout le monde et que c'est toujours les bonnes réponses que tu donnes aux contrôles. C'est vrai ?
      Je ne sais pas si c'est toujours bon, les devoirs et les réponses. avait répondu Siana devenue soudainement gênée.
      Pas grave, il faut que tu m'aides. Je ne veux pas tricher, ça ne sert à rien puisque ça ne durera pas. Je veux que tu m'apprennes à être aussi intelligent que toi.
      Je ne peux pas t'apprendre ce genre de chose. Je n'ai pas appris à être comme je suis, c'est comme ça, c'est tout. voyant la déception du garçon, miss O'Callaghan s'était empressée de continuer. Mais, je peux t'aider à apprendre certains sortilèges et quelques potions. Voyons. avait commencé Sia en entreprenant de sortir son emploi du temps de sa pile de livres. Il faudra faire ça discrètement, à moins que tu ne te fiches des moqueries, ce dont je doute. Je fixerai les séances de rattrapage et je t'enverrai un hibou pour te communiquer la date et le lieu. »

      Ayant enfin trouver le parchemin sur lequel était écrit son emploi du temps, Siana tenta quelques instants de le décoincer d'entre deux livres. Lorsqu'enfin elle y parvint sous les yeux du garçon vêtu de la célèbre robe noire de Poudlard, sa pile entière de manuels dégringola pour finir au sol. Le garçon ne se baissa pas aussitôt pour l'aider à reprendre ses livres, il fixa longuement le carnet de Fitzgerald avant de plonger dessus et de l'ouvrir pour en commencer la lecture, un sourire victorieux aux lèvres. Après avoir comprit ce qu'il lisait, Siana s'était jetée sur lui, abandonnant ses manuels au milieu du couloir dans lequel ils se trouvaient tous les deux. Le suppliant de lui rendre son carnet, le jeune homme qui dépassait la jeune fille d'une tête très facilement, releva les yeux du petit livret semblable aux permis de conduire moldus pour plonger son regard transperçant dans celui de Siana. Sentant le malaise arriver, cette dernière se dépêcha de rabaisser la tête vers ses doigts immobiles qu'elle commença à détailler comme dans le cabinet de Fitzgerald. Puis dans un accès de courage et de prise de responsabilité, la petite brune releva légèrement la tête, monta sur la pointe des pieds et attrapa le petit cahier que le garçon avait mis hors d'atteinte de Siana quelques secondes plus tôt lorsqu'il avait commencé à la fixer. Ainsi, elle récupéra son bien, et se remit à ramasser ses affaires laissées au sol, d'une manière sèche, le tout sous les yeux figés du garçon resté sans voix. Lorsqu'elle eut terminé, elle lui tourna le dos et lança d'un ton glacial qu'il pouvait aller se faire voir pour ses leçons particulières.


Dernière édition par Siana I. O'Callaghan le Ven 31 Juil - 1:24, édité 34 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siana I. O'Callaghan

avatar

Messages : 69
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Siana O. •• « One, two, three, four, tell me that you love me more. » over.   Lun 27 Juil - 17:59


    © Perle & Sara Bareilles.
      Love song.

    En réalité il ne me manquait qu'une chose.

        Le douze octobre deux mille quatre-vingt onze.



      « Bien. Qui peut donc me citer les propriétés du sang de licorne ? voyant que la classe restait silencieuse, le professeur s'approcha d'une table en particulier où la seule occupante farfouillait il ne savait quoi sous son bureau. Miss O'Callaghan, peut-être ?
      Bien sur, professeur. Le sang de licorne est réputé pour sa brillance et l'élixir de longue vie qu'il fournit. Mais il est extrêmement grave de tuer une licorne. Ces créatures sont considérées comme pure et tuer une créature pure est un acte horrible.
      Sachez, O'Callaghan que vous avez beau être l'une des plus brillantes élèves de cette classe, ça ne vous empêche pas d'être très stupide parfois. avait rétorqué froidement le professeur, tout en tendant la main vers le bureau. Bien, maintenant que miss O'Callaghan m'a donné le bout de parchemin qu'elle cachait sous sa table, peut-être pourrions-nous reprendre la leçon sur le sang de licorne là où nous l'avions laissée. Sauf si votre camarade a une objection à faire ?
      J'aimerais juste savoir, quand pourrais-je récupérer mon bout de parchemin ? »


      Le professeur s'était contenté d'un mauvais « perspicace, en plus. » et avait repris son cours normalement sans être interrompu. Après avoir récupérer son parchemin, Siana s'était empressée de le lire. Elle ne recevait jamais de lettre à son grand regret. Elle aurait aimé avoir quelqu'un pour lui répondre sauf que Rosa avait peur de sa chouette et n'osait y toucher. Et puis aussi, simplement pour que Albertine se montre un peu de temps en temps. Bien entendu, elle se rendait souvent à la Volière pour rendre visite à sa chouette dont le plumage variait de colorie, passant du brun au roux selon les rayons du soleil. La jeune O'Callaghan tenait particulièrement à sa chouette qu'elle avait acheté en premier lors de ses premiers achats pour sa première année. Albertine lui avait plu, dès la première minute, secouant ses plumes sans arrêt et penchant la tête à droite à chaque nouvelle rencontre. De plus, le petit son qui s'échappait de son bec lorsqu'elle voyait sa maîtresse était devenu tellement habituel entre les deux, l'animal et sa maîtresse, qu'il arrivait à Siana de se demander si elle pourrait un jour se passer de ce petit bruit caractéristique de sa chouette. Albertine était en plus de tout cela, la grande amie de notre Sia. Ça pouvait paraître bizarre, mais il arrivait à certaines visites de Siana de parler avec son animal.
      Passons, Siana n'avait jamais reçu la moindre lettre depuis quatre années, lorsqu'un matin, un imposant hibou noir avait atterrit sur la table, face à elle. Immobile, l'oiseau était resté la patte en l'air en attendant que Siana détache le message. L'arrivée de ce hibou avait suscité chez la jeune fille quelques doutes mais elle avait finit par libérer le gros oiseau qui avait aussitôt reprit son envol, derrière tous les autres messagers. D'abord, la jolie brune avait cru à une blague de ses camarades de Serpentard, sauf qu'ils n'y avaient jamais fait allusion, ils n'étaient pas au courant. Vint ensuite à l'esprit de Siana qu'il s'agissait d'une erreur, que personne ne pouvait lui dire de telles choses, à savoir qu'elle était très jolie et qu'elle était trop gentille avec tout le monde. Ne savant pas quoi faire, la jeune fille avait pris son courage à deux mains et était montée à la Volière, décidée à retrouver le propriétaire du gros hibou noir. Malgré qu'elle fut seule dans la haute tour et que l'oiseau s'était révélé être l'un de ceux de l'école, Siana avait décidé que sa propre chouette pouvait retrouver l'auteur de ce mot doux et lui transmettre une réponse de sa part. Et ça avait marché, Albertine avait retrouvé le garçon qui avait à son tour répondu que ce n'était pas une erreur, qu'il ne révélerait cependant pas son identité parce que trop timide, et enfin qu'à présent, il lui enverrait son propre hibou qui se trouvait être tout l'opposé du premier messager.


      « Ce n'est pas mon petit copain, Rosa. avait rétorqué Siana lorsqu'elles avaient commencé à parler de ça toutes les deux. Je ne sais même pas comment il s'appelle ! Je ne suis pas sûre non plus de sa maison, ni de son âge.
      Et pourquoi ne lui demandes-tu pas tout ça ? Je suis certaine qu'il serait disposé à te répondre. Et puis, pourquoi ne pas vous donner rendez-vous ?
      Je lui demanderais. Je t'enverrais Albertine pour tout te raconter. En attendant, notre situation de correspondance me plait bien, même si ça peut faire penser à Roméo et Juliette ou une de ces histoires à l'eau de rose. D'ailleurs, je crois que personne ne connait Roméo et Juliette à Poudlard. De toute façon, je verrais bien où cela me mènera. »


Dernière édition par Siana I. O'Callaghan le Ven 31 Juil - 1:28, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blake Milton-White
    Depraved prince • sex, drugs && rock'n roll

avatar

Messages : 1223
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Siana O. •• « One, two, three, four, tell me that you love me more. » over.   Lun 27 Juil - 18:11

Bienvenue sur CI miss, bon courage pour ta fiche =)

_________________

    Blake Hunter Milton-White

    Come break me down, bury me, bury me
    I am finished with you. Look in my eyes
    You're killing me, killing me.

    blake's theme *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siana I. O'Callaghan

avatar

Messages : 69
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Siana O. •• « One, two, three, four, tell me that you love me more. » over.   Lun 27 Juil - 18:13

    Merci. =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J. Dwayn McBright
    justice ♦ Somebody help me

avatar

vos doubles comptes : Slytherin ; Teacher
Messages : 1432
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Siana O. •• « One, two, three, four, tell me that you love me more. » over.   Lun 27 Juil - 18:14

Han Mary Elisabeth ; jt'aime déjà mrgreen
Bienvenue et bonne continuation x).

_________________

    ♦️ Somebody help me&&&&&&&&&&&&

    Free me/ before I slip away
    Heal me/ wake me from this day
    Can somebody help me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siana I. O'Callaghan

avatar

Messages : 69
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Siana O. •• « One, two, three, four, tell me that you love me more. » over.   Lun 27 Juil - 19:27

    Je m'aime aussi. *sbaff*
    Merci. =) Et je dois reconnaitre que je t'aime aussi déjà avec Ben Barnes. bave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siana I. O'Callaghan

avatar

Messages : 69
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Siana O. •• « One, two, three, four, tell me that you love me more. » over.   Mer 29 Juil - 21:39

    Désolée du DP. Je pense avoir finit ma fiche. Je suis désolée pour la qualité du texte que je trouve vraiment nul. S'il manque des choses n'hésitez pas à me le signaler que je rajoute ou modifie. =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blake Milton-White
    Depraved prince • sex, drugs && rock'n roll

avatar

Messages : 1223
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Siana O. •• « One, two, three, four, tell me that you love me more. » over.   Jeu 30 Juil - 11:21

    Non ta fiche est très bien au contraire, bien écrite et tu nous plonges vite dans ton histoire. Je vois d'ailleurs que les Serpy mènent la vie dure à la pauvre Siana XD (alors que ne nous leurrons pas, on est des anges en vérité (a) )
    J'ai beaucoup aimé le dialogue entre Rosa et Siana qui m'a bien fait sourire.

    Bref je ne sais pas trop où l'envoyer, mais je vais pencher pour Poufsouffle, en espérant que ça te convienne.
    Un admin passera te mettre tes couleurs.

    Bon jeu !

_________________

    Blake Hunter Milton-White

    Come break me down, bury me, bury me
    I am finished with you. Look in my eyes
    You're killing me, killing me.

    blake's theme *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siana I. O'Callaghan

avatar

Messages : 69
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Siana O. •• « One, two, three, four, tell me that you love me more. » over.   Jeu 30 Juil - 19:25

    Merci beaucoup, cependant je suis persuadée d'avoir bâcler la fin. >.<'
    Ça me va parfaitement. =) Merci beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Siana O. •• « One, two, three, four, tell me that you love me more. » over.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Siana O. •• « One, two, three, four, tell me that you love me more. » over.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les personnages de Siana =)
» Sans nom [ PV Siska,Hélia,Siana]
» Présentation de Siana
» ARCHIVES PARTIE 77 - L.O.V.E (2)
» Assommante Insomnie, elle me dit :Tu payeras tes délits quoi qu'il advienne ! On traine ses chaines, ses peines ... ♪ [PV Siana]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c a v e . i n i m i c u m . rpg :: • cave inimicum, le commencement • :: ▄ répartitions des personnages :: répartitions validées-
Sauter vers: