AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le staff de cave inimicum vous souhaite la bienvenue sur le forum.
Bientôt le forum subira quelques modifications et améliorations.
La semaine des milles mots et les élections de préfets sont maintenues.


Partagez | 
 

 Bal d' Halloween « are you ready ? »

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Hazard Dust

avatar

Messages : 17
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Mar 28 Juil - 20:23

. . . . . .



TAKE ME TO THE BALL






    Une effervescence sans pareil régnait sur Poudlard. L’annonce d’un bal pour Halloween avait mis tout le monde en émoi et chacun se préparait comme il le pouvait. L’annonce de ce bal était, en plus d’être l’occasion de faire danser autrui, une nouvelle occasion d’oublier les récents évènements survenus à Poudlard. Évènements qui, en plus d’avoir provoqué un grand froid, avaient été le point de départ d’une guerre sans merci entre le ministère et Poudlard. Entre Gallner et Truescott. Chacun avait sa propre manière de « gouverner » Poudlard et/ou le ministère et chacun faisait tout pour que l’autre s’en aille de son champ de vision. Mais pour le moment laissons Gallner et Truescott où ils sont et intéressons nous à nos chers élèves de Poudlard.
    Chacun se prépare pour un bal qui promet. A l’accoutumée, Halloween n’est pas signe de bal mais plutôt d’une cérémonie, un festin, où chacun se nourrit avec bonheur et où personne ne bouge de sa chaise. Mais les temps ont vraiment changés voyez-vous. D’habitude on réserve ce genre de bal pour la St-Valentin mais il semble que ni Truescott, ni Gallner ne soit emprunt à écouter les mœurs. Cette année, un bal est donc organisé.

    Dix-neuf heures trente. Chacun se prépare. Pour les filles, c’est signe de parfum, des heures de queues sous la douche des salles communes, jolies robes, hauts talons et attente du cavalier tant espéré. Pour les garçons c’est différents. Eux aussi ont besoin de la doche et du parfum mais sont peut-être plus tressés que les filles. Ce sont eux les maîtres de la danse. Ce sont eux qui vont amener leurs cavalières sur la piste. Et c’est une soirée d’une frivolité mesurée et convenable qui s’annonce pour eux. Chacun fait comme il peut pour ne pas devenir rouge en la présence de son/sa cavalière, ce qui est guère facile. Mais bientôt, les rougeurs s’estomperont pour laisser place à une appréhension certaine quant à la danse et au discours de Ivy Truescott, directrice de l’établissement de renom qu’est Poudlard et Amadeus Gallner, professeur d’Histoire de la Magie et envoyé du Ministère. Chacun est en crainte du discours soit de l’un, soit de l’autre parti. Car ceci est une autre chance pour les deux adultes de s’affronter.

    Vingt heures trente. Chacun est allé chercher sa cavalière ▬ ou a attendu son cavalier, cela va de soit ▬ et chaque couple est en route pour le bal d’Halloween qui a lieu dans la Grande Salle. Pour cette occasion, cette salle qui a traversée les siècles a été décorée et même devrais-je dire redécorée. En fait il s’agit d’une redécoration générale. Chaque pièce, lieu, escaliers, murs, tableaux, tables ont été redécorée pour l’occasion du bal d’Halloween. Des citrouilles ont été disposées un peu partout dans le château, accrochée par magie évidemment, flottant dans l’air, comme de vulgaires ballons de baudruches. Chaque lieu dans Poudlard, même les divers tableaux, sont passés d’une couleur pierre, à une couleur orangé qui ajoute du charme à l’endroit. Tout a été fait pour évoquer aussi la frayeur de la fête. Des squelettes animés, des citrouilles aux formes étranges, des sorcières sur leurs balais ont été aussi placés dans le décor. Les armures elle-même ont été animées pour cette occasion et vous salueront si vous passez devant.

    Les élèves, accompagnés ou non, sont désormais tous au rendez-vous, dans la Grande Salle, parlant entre eux pour le moment. C’est le moment de complimenter son prochain, de serrer des mains, d’embrasser ses amies, de parler de choses diverses. Pour le moment tout est dérisoire, tout est que rigolade. Certains sont déçus de leurs proches, d’autres très heureux. Mais le moment des discours est enfin venu. Deux discours. Pour échapper à la tradition, c’est Amadeus Gallner qui commence. Le vieil homme, d’une soixantaine d’années s’avance, le pas déterminé, vers l’estrade et le pupitre, décoré d’une citrouille animée au devant. Le regard mauvais il regarde les élèves et leur demande de s’asseoir. Pour cette soirée, la Grande Salle est méconnaissable et nous y retrouvons multitudes de tables rondes, qui seront poussées par magie pour la danse. Chacun prend place, sur une table, avec ses amis. Gallner force sur sa voix. Une voix rauque et très violente Il n’a pas l’envie de plaisanter ▬ du moins son attitude le montrait…

    « Bonsoir à tous et bienvenue au bal d'Halloween. Avant que nous commencions tous à danser et être embrumés par les conversations je voudrais revenir sur les récents évènements qui ont eût lieu ici-même à Poudlard. Je sais bien que ces attentats vous ont tous bouleversés. Moi aussi j'ai été choqué de l'apprendre. Malheureusement je n'étais pas là au moment des faits et je ne sait pas ce qu'il c'est passé. Alors je parlerais au nom du ministère. Plus que jamais, l'école devient un endroit très peu sûr. C'est pourquoi l'adjoint du ministre ainsi que plusieurs aurors ont été postés dans le domaine pour vous assurer sécurité et sérénité » Un léger silence se fit, sous le regard interrogatif des élèves. Depuis quand les membres du ministère interféraient dans les affaires de Poudlard ? Néanmoins Gallner reprit de nouveau, de sa voix sèche et claquante. « Quoiqu'il en soit, amusez-vous tout en restant sages ! Ne partez pas trop au-dehors, les esprits farceurs ont tendance à se manifester les soirs d'Halloween... Le bal est ouvert. » finit-il par dire sans trop conviction.

    A la fin de son discours, tout le monde, dans un élan de bonté, applaudit, comme à chaque fois… Et les élèves sont priés d'ouvrir le bal avec la valse d'ouverture !

    ______________________

    HJ :

    • Les esprits farceur ont ce soir eut l'idée que les couples formés ne pourraient pas se séparer. Stupeur ; une fois que vous avez mis les pieds dans la salle de bal, vous vous retrouvez magiquement attaché à votre partenaire par un lien invisible : il vous est donc impossible de rester éloigné à plus de cinq mètres de votre cavalier(e), sous peine d'être violemment propulsé contre lui, comme si votre lien devenait aussi élastique que des baguettes magiques à la réglisse.
      - Ce sortilège il prendra fin à minuit.
      - Vous pouvez danser avec une autre personne que votre cavalier respectif néanmoins, mais pensez à respecter les cinq mètres !

    • Ce topic est le premier sujet commun, vous pouvez rp que ici, ou bien en ouvrir d'autres ailleurs dans le château, tout en précisant [BAL] dans le titre de votre sujet ou dans les premières lignes de votre post. Tâchez néanmoins de revenir à la grande salle pour minuit, si vous voulez élire le roi et la reine du bal...

    • N'oubliez pas que votre personnage doit être déguisé !

    • Pour élire le roi et le reine du bal merci d'envoyer le nom du couple pour lequel vous voulez voter au PNJ " hazart dust ", vous n'avez le droit qu'à un seul choix. Les résultats seront communiqués à la fin du bal.

    • ... mais avant tout, une valse.


. . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Slayers Kent

avatar

Messages : 677
Age : 28
Localisation : Dans la grande Salle
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Mar 28 Juil - 22:57

[Trop fan du sort de collage
Sa fou encore plus la merde Chat Potté ]


    Pourquoi avait-il le chic pour se mettre dans des situations impossible sans vraiment le chercher ? Hein pourquoi ? Pourquoi se foutait-il toujours tout seul dans la merde sans le savoir ? C’est ce que James aurait bien aimé comprendre. Ça n’aurait arrangé en rien ses problème actuel mais cela l’aurait éviter de se demander se qui clochait chez lui. C’est vrai quoi il n’avait aucun doute quand a son charme et son intelligence, ayant une forte confiance en lui mais là il doutait sérieusement de son sens logique. Etait-il logique qu’il invite l’une de ses meilleurs amie au bal au lieu de celle pour qui son cœur battait ? Etait-il logique que sa cavalière soit l’ex petite amie de son best friends et non celle qui hanter toute ses nuit ? Etait-il logique que ce soit Casey qui partage cette soirée où tout était possible et non Susi ? Non. Non ça l’était pas du tout. Et pourtant c’est ce qui aller se passer ! James poussa un soupir. Il se serait limite donner des gifles tellement la situation l’agaçait. Pourtant malgré ses envie il n’avait pas pût se résoudre a refuser l’invitation de sa petite protéger qui était en total dépression depuis que Blake avait abandonner la petite poupée fragile qu’elle était. Impossible de lui tourner le dos au moment où elle avait tant besoin de lui. Casey avait presque autant de fierté que lui et il savait que si elle s’abaissait a inviter un ami au bal s’était seulement parce que s’était important pour elle de ne pas y aller seule et qu’il ne lui restait probablement que cette solution. Impossible dans ce cas de refuser. Impossible de la trahir. Alors il avait accepter son invitation sans hésiter, feigniant d’être ravie alors qu’une grande dose de culpabiliser l’envahissait. Certes il ne sortait pas avec Susi mais…. Il avait comme la net impression qu’ils s’étaient rapprocher ses derniers temps et que leurs relations était a deux doigt de devenir ce qu’elle aurait dût être si la rouge et or n’était pas devenu amnésique. Enfin c’était peut-être qu’une impression….

    Mais voilà que maintenant il invitait la fille que Susi détesté au lieu d’elle. Un peu normal qu’elle l’ai mal pris… Ou du moins il avait deviné qu’elle lui en voulait, la connaissant par cœur, car face a lui elle s’était efforcé de garder les apparences et faire comme si ça lui était égal. Il avait eut alors envie de lui avouer qu’il avait songer de suite a l’inviter et qu’il y allait avec Casey seulement pour lui rendre service mais il ne voulait pas mettre sa cavalière dans l’embarra et la laissait penser qu’il avait pitié. Résultat voilà il était dans la merde ! De un parce que Casey était une ennemi de Susi. De deux parce que c’était l’ex de Blake . ( Mais lui il perdait rien pour attendre.) Et De trois parce que du coup la Diamentino aller au bal avec…. Raziel ! Oui son ex petit ami encore fou amoureux d’elle. James sentait que la soirée allait être longue. Très longue. Il poussa un soupir avant de franchir l’entrée de la grande Salle. Ce soir il était déguiser en prince charmant. Pas très effrayant, pas très halloween, mais James l’avait choisit pour une raison bien précise. S’il avait choisit un tel costume c’était pour faire passer un message a quelqu’un . Il n’était pas n’importe quel prince. Il était celui de Blanche neige….

    Les élèves commençaient tous a arrivaient. James chercha des yeux sa cavalière et esquiva un sourire en apercevant son costume. Pompom girl… Est-ce qu’elle l’avait fait exprès ou…. ? La pompom girl était un de ses fantasme mais a choisir il aurait préférait voir une autre demoiselle dans cette tenue. Quoiqu’il en soit il trouvait l’attention délicate et en fût légèrement amusé. Il se dirigea vers elle d’un pas assuré tandis que Gallner faisait son discours pour commencer le bal.

    James – « Casey tu es… » il fit style de chercher ses mots, tout en la regardant de bas en haut. « Waw ! Si j’avais sut que la tenue de pompomgirl t’allait aussi bien je me serait inscrit dans un lycée Moldu pour être dans l’équipe de Football. »

    Un sourire malicieux et espiègle, il se pencha vers elle pour déposer un baiser sur sa joue. Geste beaucoup plus approprié a la situation qu’une simple bise mais qui trahissez le fait qu’il n’était pas un réel couple. Il n’avait pas pour habitude de lui démontré l’affection qu’il lui portait mais là il voulait qu’elle sache qu’il était là pour la soutenir en ces temps difficile qu’elle travers ait. Ce soir il tacherai de lui redonner le sourire et de cacher sa propre peine pour la satisfaire et ferait comme si il était ravie qu’elle soit sa cavalière. Il était hors de question qu’elle sache qu’il se sacrifier pour qu’elle soit heureuse. Lui pouvait souffrir mais pas elle. Il s’était toujours promis de la protéger et c’est ce qu’il faisait. Pour l’instant il préférait garder son regard fixer sur sa cavalière sans se soucier des autres élèves, sachant très bien que de toute façon tôt au tard il croiserait une de ses nombreuses connaissances et pas forcément celles qu’il souhaitait. Gallner avait enfin finit son blabla inutile et tout les élèves rejoignait la piste de danse afin de danser la valse. Un sourire espiègle passant sur les lèvres de James, il tendis sa main sur Casey.

    James – « M’accorde-tu cette danse ? »


    Un air malicieux, il saisit la main de la jeune fille et l’entraina vers la piste et essayant de ne pas chercher du regard celle qu’il aurait dût inviter ce soir….

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey S. Donahue
    fail meDo me a favour & break my nose

avatar

Messages : 216
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Mer 29 Juil - 0:53


      Casey souffla un coup. Son cœur battait à tout rompre faute de s'arrêter subitement comme elle l'aurait souhaité. Assise devant sa glace, la jeune femme s'était observée. Vêtue d'un costume de cheerleader d'équipe de football moldu. Ce n'était pas son idée à elle, mais bien celle de d'Arianne. Sa copine de chambre avait suggérer ce costume à son amie alors que la bande de filles discutaient de cette soirée. Casey lui avait confié qu'elle n'avait aucunes idées de comment se vêtir et qu'elle voulait plaire à James. Elle voulait le remercier d'avoir accepté de son cavalier. Elle ne lui avait pas tordu un bras, mais elle savait clairement qu'elle n'aurait pas été aux bras de James si elle ne lui avait pas demandé. Contrairement à ce que certains pensaient, il n'y avait aucunes mauvaises pensées derrière son invitation. Elle ne comptait pas s'approprier James ni de faire de lui sa nouvelle conquête. C'était justement la raison pour laquelle c'était à lui qu'elle avait demandé plutôt qu'à qui que ce soit d'autres. Casey savait que James ne tenterait rien avec elle et c'était ce qu'elle voulait. Elle était trop fière pour s'y rendre seule et trop amoureuse de Blake pour s'y rendre avec un paumée qui la draguerais toute la nuit. Susi la détesterait lorsqu'elle la verrait aux bras de James, Casey avait oublié ce détail. Mais toutes les deux pourraient sans doutes discuter calmement et Casey lui expliquerais le tout. À moins que Casey ne se rende simplement pas au bal ? Cette idée lui était passée par la tête en contemplant son reflet. L'idée d'Arianne avait été stupide, Casey n'aimait pas l'allure qu'elle avait dans cette jupe trop courte de cheerleader. Elle allait passer pour la fille aguicheuse, mais il était trop tard pour changer de costume et laisser James en plan, alors qu'il avait laissé sa chérie aller avec un autre, ne serait pas juste du tout. Son cœur se pressa doucement contre sa cage thoracique alors qu'elle songeait à Blake qui serait là. La jeune femme ferma doucement ses paupières, poussant un long soupir pour se calmer. Elle n'avait qu'à pas poser son regard sur lui, sur eux. Oui, eux, car il était impossible que Blake vienne seul. Il y avait toute une liste de filles qui auraient donné la lune pour être au bras du sombre prince à cette soirée. Ainsley, Svetlana, Charly, Elise, Angel, Ashlann, Ashley, Sasha et j'en passe pour ne pas nommer toutes les filles de Poudlard. Casey elle-même aurait aimé passer la soirée avec lui. Il lui manquait affreusement depuis qu'il avait trouvé ce nouveau jeu pas drôle du tout. « Tu pars deux semaines, loin de moi, et tu tentes de trouver quelqu'un d'autre. Si tu estimes que tu n'es pas plus heureuse avec lui qu'avec moi, alors reviens. Mais si c'est le cas, reste avec lui. » Le réentendait-elle dire en y songeant. C'était cruel de sa part, cruel de lui faire aussi mal, de la laisser à elle-même alors qu'elle n'allait qu’inévitablement se perdre. Casey fronçait doucement les sourcils alors que quelques flashes de cette soirée lui revenaient en tête. « Je suis désolé, je ne crois pas que je sois fait pour toi. Tu mérites mieux. » Non, non, c'était faux. Elle ne méritait pas mieux, elle ne le méritait même pas lui. Et de toute façon, il n'y avait pas mieux que Blake. Il était la seul personne au monde à pouvoir la faire sourire même dans les moments les plus tristes. Il était le seul contre lequel elle ne pouvait pas être fâchée bien longtemps, il n'avait qu'à lui faire un de ses sourires et Casey stoppait immédiatement ses bouderies. Il était le seul qu'elle n'avait jamais réussis à oublier, ne serais-ce qu'une simple seconde. Il était la seule personne qui, même loin d'elle, pouvait influencer son humeur en un rien de temps. Lorsqu'elle revoyait ses sourires amoureux, elle souriait toute seule comme une idiote. Alors qu'elle réentendait ses paroles plus blessantes que des lames brûlantes lui transperçant la peau, une larme coulait sur sa joue. Casey ouvrait alors les yeux, fixant son image dans le miroir. Son mascara avait coulé à cause de ses stupides larmes, elle était encore plus moche qu'elle n'avait pu l'être. Elle soupira encore, pointant sa baguette sur ses yeux pour réparer les dégâts d'un seul coup.

      Et voilà, Casey se retrouvait au milieu de tous ses gens. Assise à l'une des petites tables en compagnie d'Arianne, Rebecca et leurs cavaliers. Le sien avait peut-être décidé de l'abandonner. Voilà une brillante idée, Casey n'avait maintenant plus qu'à retourner à la salle commune et enlever ce stupide costume. Pour le moment, Gallner avait entamé son discours mortellement ennuyant. Ministère, bla bla bla, sécurité, bla bla bla, attentats, bla bla bla. Casey en avait vachement marre d'entendre parler de ses attentats. Oui, certains élèves avaient étés traumatisés, certains étaient morts, d'autres blesser. Mais Casey ayant elle-même été une des victimes, préférait oublier ses évènements plutôt que de retourner le couteau dans la plaie toujours béantes. C'était arrivé une fois, ça n'arriverais plus. Ce n'était pas le genre de chose qui se produisait tous les jours. Il n'y aurait plus d'attentats, plus de morts, ni de blessés. Casey croyait au destin, s'ils étaient encore en vie, c'était parce qu'ils devaient vivre, même s'ils auraient préférer mourir. Ceux qui étaient partir, devaient partir. Ils seraient partit d'une façon ou d'une autre. Tous le monde part un jour. Casey n'était donc que peu attentive au discourt du vieux professeur. C'est alors qu'elle aperçu son cavalier s'approchant d'elle. Elle lui adressa un charmant sourire, même si pendant un moment elle aurait préférer qu'il ne se pointe pas et qu'elle quitte ce bal des tortures. James était charmant, comme toujours. En beau prince alors qu'elle manquait complètement de classe en cheerleader.

      « Casey tu es… » Commença-il en la regardant des pieds à la tête. La jeune femme se trouvait particulièrement ridicule et ne pouvait faire autrement que d'attendre le verdict du prince. « Waw ! Si j’avais sut que la tenue de pompomgirl t’allait aussi bien je me serais inscrit dans un lycée Moldu pour être dans l’équipe de Football.»

      Idiot... Ne put-elle s'empêcher de penser. Malgré cela, elle était heureuse qu'il aime bien son costume. Elle se sentait déjà moins ridicule. La demoiselle lui souriait, complice car elle savait qu'il plaisantait, bien entendu. Comment Casey aurait-elle pu plaire à James ne serait-ce qu'une seconde ? Ce n'était pas pour rien qu'il n'avait jamais accepter qu'elle froisse ses draps. Si elle lui aurait plu, il n'aurait pas hésité une seconde. James ce pencha vers elle, déposant un baiser sur sa joue, absolument rien de déplacer. Quoi que habituellement James détestait montrer son affection en publique, elle en fut donc légèrement étonnée. La demoiselle lui fit un sourire alors qu'il se reculait. Elle le regardait, elle n'avait pas envie de regarder ailleurs. Elle avait trop peur de voir Blake et que son cœur ait un raté qui pourrait lui être fatal. Gallner finit son discours, invitant les élèves à commencer à danser en ouvrant le bal avec une valse. James lui tendit alors ça main.

      « M’accorde-tu cette danse ?» Demanda-il avec galanterie. Casey ne pu s'empêcher de sourire. Heureusement qu'il était là son James pour mettre un peu de soleil dans sa vie devenue si noire depuis un moment.

      « Oula, j'suis pas trop certaine que j'ai envie de danser avec toi... »

      Répondit-elle, plaisantant. Comment pouvait-elle refuser une danse à son cavalier ? James compris la blague et saisit sa main avant qu'elle n’ait le temps de le faire. Ils s'aventurèrent donc tous les deux sur la piste de danse. Casey ne regardait que James, elle avait presque l'air complètement dingue de lui à force de le fixer de la sorte, mais elle avait seulement trop peur de ne voir celui qui ferait chavirer son âme tout entière par un seul regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellôra Leroy Kent

avatar

Messages : 148
Age : 29
Localisation : Dans la salle de Bal
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Mer 29 Juil - 1:24

    « Non je suis pas prête ! » cria une voix féminine à travers la porte de la salle de bain de son dortoir.

    La voix, vous l’avez deviné, appartenait bel et bien à une petite brune fraîchement débarqué à Poudlard, enfin fraîchement pas vraiment, ça faisait tout de même déjà deux semaines qu’elle était arrivée… Enfin bref, passons, Ellôra était dans la salle de bain entrain d’enfiler son costume pour le bal, alors que les quelques demoiselles de sa maison, encore présentes, la pressaient pour qu’elle sorte de la pièce, histoire qu’elles opèrent quelques retouches de dernières minutes. La sang et or enfila son costume, une longe robe noir à manche et à capuche, Ellôra avait opté pour la simplicité, elle enfila une paire de lunette et se regarda dans le miroir pour voir le résultat. Vous n’avez pas devinez en quoi elle s’était déguisé ? Pas étonnant, attendez un instant il manquait quelque chose en effet. Ellôra se pencha sur le côté et attrapa du bout des doigts… une longue faux. C’est plus clair à présent ? Les plus malins ont au moins trouvé, la sang et or avait décidé en cette nuit d’Halloween de ce costumer en une créature que la grande majorité d’entre nous craigne, la mort personnifié : la faucheuse. Le seul petit problème avec ce costume c’était la taille : les manches étaient beaucoup, mais alors vraiment beaucoup trop grandes, à la limites le faites que la robe couvre ses pieds n’étaient pas un problème, ça avait au moins le mérite de cacher la paires de converse qu’elle avait enfilé… Mais les manches…Ellôra agita sa main libre dans tout les sens pour pouvoir délirer sa main, mais il n’y avait rien à faire, avec dix centimètres de trop on ne pouvait pas vraiment lutter. Ellôra, n’ayant rien de particulier à ajouter à son costume, étant donné qu’on avait pas plus d’information sur le physique de la faucheuse, il n’était pas nécessaire d’en rajouter des tonnes, alors la demoiselle décida de céder sa place à ses camarades. En ouvrant la porte Ellôra tomba nez à nez avec une vampirette sexy et une… une… eu à vrais dire Ellôra n’aurait pas su mettre de nom sur cette chose… en tout cas elle était très… peu couverte au niveau vestimentaire, d’ailleurs Ellôra avait cru un instant reconnaître une simple culotte de maillot de bain en guise de pantalon. Ellôra se racla la gorge comme pour se concentrer et éviter de fixer plus en détail le costume de la créature inconnue. Les demoiselles face à elle, la regardèrent comme si elle était un extraterrestre.

    Fille 001 : « Qu’est-ce… C’est quoi ce costume Ellôra ? »

    Ellôra se figea un instant, alors soit elle était blonde d’esprit, soit son costume était foireux…

    Ellô : « Bah la faucheuse, pourquoi ça se voit pas ? »

    Fille 001 : « Non ce que je veux dire c’est qu'Halloween c’est juste un prétexte pour s’habiller comme des garces sans que personnes n’y voient rien de choquant, alors à quoi tu joue ? »

    Ellô : « Oh … bah ça sera pour une prochaine fois… »

    C'est-à-dire…Jamais ! Non mais ça va pas… elle allait pas s’habiller en péripatéticienne juste parce qu’elles allaient le faire…

    Fille 002 : « Et depuis quand la mort porte des lunettes de soleil ? »

    La question qu’elle attendait mouahahah, d’un coup la fille 002 venait de remonter dans son estime. Brave fille !

    Ellô : « C’est un p’tit cadeau, je me suis dit que la mort devait se choper des supers migraines à passer tout le temps du noir des profondeurs du monde souterrain à la clarté du monde des humains »

    Gros blanc… fille 002 tu étais si bien partit !! Quelle déchéance ! Aucunes subtilités ses filles là… Ellôra préféra ne pas ajouter un mot, car elle se sentait bien partit pour s’enfoncer, elle laissa passer les deux demoiselles et descendit dans la salle commune attendant un couple charitable qui la laisserait se rendre au bal avec eux. Elle était même prête à les payer si elle pouvait éviter d’y aller en compagnie des deux machins qui se pomponnaient dans la salle de bain de son dortoir. Fort heureusement pour son argent de poche, un couple accepta de l’escorter jusqu’à la salle de bal sans la faire payer. Une fois devant la salle elle laissa le couple et entra peu après en se frayant un chemin. Elle avait le cœur qui battait la chamade, elle détestait littéralement les bals, danser en publique très peu pour elle, se retrouver dans une salle pleine à craquer de couples plus excités par leurs hormones les uns que les autres, très peu pour elle, vous me direz elle n’avait qu’à pas venir si elle n’aimait pas ça, mais Ellôra se devait de venir ! Elle avait une mission ! Un but ! Que dis je une quête !! Et là tout le monde veut savoir, mais quelle est donc cette quête au combien mystérieuse qu’on a tous trop envie de savoir ??? Et bien je vous le dit, là, maintenant, genre tout de suite : elle était venu voir James en costume ! Elle n’aurait manqué cela pour rien au monde ! Elle était certaine qu’il avait pris un costume qui le mettrait en valeur, un truc cool, classe, bref un truc qui lui ressemble.

    Ellôra scruta la salle de fond en comble quand elle le vit ! Merlin un prince ! Elle se retenait de rire aux éclats, non ça aurait été pris comme de la méchanceté… n’empêche elle se mordait bien fort les joues pour ne pas rire. Ellôra suivit le regard de son frère et s’aperçut qu’il était en charmante compagnie, très charmante en réalité, tant pis elle attendrait la fin de sa valse pour aller le saluer, après tout les couples devaient tous danser la fameuse première valse, elle le savait bien.


Dernière édition par Ellôra Leroy Kent le Mer 29 Juil - 14:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Midnight

avatar

Messages : 44
Age : 31
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Mer 29 Juil - 12:12

    « Tu as invité qui, en fin de compte ? » lui demanda son camarade de chambre et meilleur ami par-dessous le masque de son costume de Détraqueur.

    Luke fit mine de ne pas l'avoir entendu et ajusta son bandana noir, laissant retomber avec élégance le tissu sur ses épaules. Il jugea longuement de l'effet obtenu dans son miroir à pied, avant d'attraper du bout des doigts, avec cette grâce qui lui était innée, son tricorne élimé et de le visser solidement sur sa tête. Car, oui, vous l'aurez compris, Luke avait choisi de se déguiser en pirate à l'occasion du bal de Halloween. Il scruta son reflet dans le miroir, plongeant son regard dans les prunelles vertes de son double. Pourquoi avait-il choisi d'inviter Thalya alors qu'il se doutait bien que ce choix risquait de transformer cette soirée en bataille rangée ? Vus leurs caractères respectifs à tous les deux, le moindre faux pas risquait de faire basculer le bal d'Halloween dans un enfer sans nom. Mais avant tout, il l'avait fait par taquinerie, pour la provoquer, car elle n'avait pas de cavalier. Et, chose surprenante qu'il n'aurait pas cru possible, elle avait accepté de s'y rendre avec lui.

    « Alors ? C'est qui ta cavalière ? »
    « Tu verras bien dans la Grande Salle. »
    « T'en as pas c'est ça ? »
    « Non, toi tu n'en as pas. Tout ça parce que t'a été trop lâche pour inviter Amy. »
    « Tu sais que les pirates sont habituellement moches, édentés et puants ? »
    « Je te répondrais bien que les Détraqueurs sont habituellement muets mais je n'aurais pas besoin de ça pour te faire taire.

    Et en effet, l'autre n'insista plus et Luke put se rendre dans le hall pour y récupérer sa cavalière. Ajustant une dernière fois sa ceinture de cuir ornée de deux pistolets et époussetant d'un geste négligent ses bottes noires et élimées, il posa son regard sur l'escalier que sa belle ne manquerait pas d'emprunter pour se rendre de sa salle commune à leur lieu de rendez-vous. Et finalement, il la vit. Il ne put retenir un sourire devant cette apparition ravissante, car comme à son accoutumée, Thalya était magnifique. En parfait gentleman, il s'avança vers elle, la salua en ôtant son tricorne et en faisant une courbette malicieuse.

    « Tu es superbe.. » la complimenta-t-il en lui tendant son bras.

    Tous deux pénétrèrent côte à côte dans la Grande Salle, où nombre de couples patientaient déjà, saluant de la main ou d'un sourire leurs connaissances. Le regard vert électrique croisa celui de son meilleur ami qui regardait le couple avec un air interloqué, annônant silencieusement le nom de Thalya comme s'il ne pouvait croire que Luke soit son cavalier. Midnight détourna le regard avec un sourire satisfait et s'éloigna, avec sa cavalière, fier comme un paon d'avoir à son bras une aussi belle créature. Le silence se fit alors et Gallner prononça son habituel discours d'ouverture.

    « Bonsoir à tous et bienvenue au bal d'Halloween. Avant que nous commencions tous à danser et être embrumés par les conversations je voudrais revenir sur les récents évènements qui ont eût lieu ici-même à Poudlard. Je sais bien que ces attentats vous ont tous bouleversés. Moi aussi j'ai été choqué de l'apprendre. Malheureusement je n'étais pas là au moment des faits et je ne sait pas ce qu'il c'est passé. Alors je parlerais au nom du ministère. Plus que jamais, l'école devient un endroit très peu sûr. C'est pourquoi l'adjoint du ministre ainsi que plusieurs aurors ont été postés dans le domaine pour vous assurer sécurité et sérénité. »

    Des Aurors ? Imperceptiblement, Luke se raidit quelque peu. Il n'aimait pas ces gens-là, allez savoir pourquoi...

    « Quoiqu'il en soit, amusez-vous tout en restant sages ! Ne partez pas trop au-dehors, les esprits farceurs ont tendance à se manifester les soirs d'Halloween... Le bal est ouvert. »

    Rester sage ? Le directeur connaissait vraiment mal ses élèves s'il s'imaginait que cette nuit d'Halloween ne seraient pas l'occasion à de nombreux débordements. Pensant à cela, un nouveau sourire naquit sur ses lèvres tandis que ses yeux se posaient sur sa cavalière, rieurs.

    « Tu permets ? » demanda-t-il en attrapant la main de Thalya pour l'emmener sur la piste de danse afin d'exécuter leur première valse.

    L'entraînant au centre, il posa sa main sur la taille de la jeune fille et la fit tournoyer dans ses bras, au rythme de la musique, lancinante presque... Son regard plongé dans les yeux de la jeune fille, un sourire vissé sur les lèvres, Luke ne pouvait que prier pour que le reste de la soirée se déroule aussi bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pearl V. Owell

avatar

Messages : 152
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Mer 29 Juil - 16:33

        « Si je n’aime pas, je n’y reste pas. »


    Déclara Pearl à son reflet. Ce bal – pour une raison qu’elle ignorait – avait eu le don de mettre tout le monde en émoi. Les filles ne cessaient d’en parler en gloussant tandis que les garçons, eux, étaient tous à la recherche de la parfaite cavalière. Mais pour Pearl, c’était clair, net & précis, elle ne subirait pas un autre bal contre son gré. Toutes les années, c’était la même chose ; pendant l’entière durée du bal, elle restait immobile & seule sur une chaise, observant – avec une envie non dissimulée – tous les couples, sans que personne ne daigne l’inviter à danser la plus petit danse soit-elle. Aussi loin que ses souvenirs remontent, Pearl n’avait jamais eu de cavalier, elle ne s’en plaignait pas mais, l’envie d’en avoir un – rien qu’une seule fois – ne cessait d’accroitre. Elle n’avait jamais su réagir face aux garçons, mais elle ne cherchait pas à les comprendre, c’était trop compliqué, affirmait-elle. Ainsi, cette année, la jaune et or irait au bal mais, ne se forcerait pas à rester comme lors des précédents. En poussant un soupir exagéré, Pearl se jaugea une dizaine de seconde. Elle était vêtue d’une courte robe noire, dissimulée par une grande cape trainant jusqu’au sol. Son visage était maquillée d’une poudre blanche, tandis que ses lèvres, couleur rouge sang laissait apparaitre deux dents aiguisées. Ses cheveux, relevés en un chignon lui donnait cet air strict, qui lui allait plutôt à ravir .Un vampire. C’était Casey qui lui avait suggéré cette idée alors qu’elle ignorait la façon dont elle pourrait bien se vêtir. Dans un énième soupir, Pearl lança quelques jurons incompréhensibles et inaudibles à son image dans le miroir, tout en - d’une manière excédée - réajustant les quelques mèches de cheveux qui s’étaient libérées de son chignon. « Tous ces trucs de filles commencent à m’énerver » se marmonnait-elle exaspérée. N’importe qu’elle personne connaissait un minimum Pearl Owell aurait pu affirmer de manière sûre que cette dernière n’était pas le genre de fille à prendre grand soin d’elle. Peu lui importait d’être belle ou non. Pour le peu de personne qu’elle rencontrait, se pouponner s’avérait dénué d’intérêt. Campagnarde, Pearl était plutôt habituée aux bottes en caoutchouc et à la boue. Être la, devant un miroir s’avérait être un miracle total pour la jeune fille. Pearl haussa les épaules d’un air maussade avant de s’arracher à son reflet. Après un dernier coup d’œil à la chambre, elle sortit de la salle commune des poufsouffles.

    Un nombre de personnes considérable se trouvait dans les ici ; Pearl détestait ça, c’était une fille qui aspirait au calme, malheureusement pour elle, depuis son arrivée à Poudlard, elle avait du se résigner à demander un peu de silence à tout bout de champ. La bibliothèque restait donc le seul moyen d’avoir un peu de paix. Dans les corridors, certains attendait leur bien aimé, d’autres criaient à tue-tête que le bal allait commencer tandis que quelques groupes de filles ne cessaient de glousser et de se faire des messes basses. C’était plutôt pitoyable. En se passant de commentaires, Pearl observait. Les déguisements les plus grotesques étaient portés par les élèves de première année, peut-être certains diront qu’ils étaient mignons mais, pour Pearl, ils étaient ridicules. Voyez ce garçon de dix années enfoncé dans son énorme costume de citrouille. Surement prendrait-il une place considérable sur la piste de danse. Pearl se contenta d’étouffer un minuscule rire en imaginant l’horreur qu’il vivrait bientôt. La jeune fille continua son chemin jusqu’à la salle de bal, manquant de tomber à plusieurs reprises dans les escaliers à cause de sa cape trainant à même le sol, se faisant saluer par plusieurs tableaux qui – eux aussi – avaient décidé de revêtir leur plus beau costume pour l’évènement, et par un bon nombre d’élève dont elle ne se souvenait pas des prénoms et, même des circonstances dans lesquelles ils s’étaient rencontré. D’humeur joyeuse et amicale, Pearl répondait à leurs signes amicaux de la main par un sourire ou, par un simple et chaleureux « bonsoir »


    Enfin arrivée dans la grande salle, un élève chuchota à l’oreille de Pearl qu’elle venait de manquer le bref discours de Gallner. A vrai dire, elle n’en avait que faire ; Les attentats niah niah niah, le ministère bla bla bla… Gallner avait quelque chose de stressant dans le fait de toujours enfoncer très profondément le couteau dans la plaie, les adultes n’avaient que ça à la bouche depuis quelques temps déjà. A croire qu’ils étaient plus traumatisés que les élèves. De son côté, Pearl s’en était très vite remise, ce sont les aléas de la vie, point final. Il était complètement inutile de radoter sur ce genre de trucs à chaque évènement important. En réponse à l’élève, la jeune fille haussa les épaules de son habituel air désinvolte que seule elle savait si bien faire. Puis, elle décida de se faufiler vers un coin de la salle avant que la foule ne devienne compacte et que les élèves commencent à danser. Heureusement ou malheureusement pour elle, Pearl n’avait encore croisé aucun cavalier ne possédant de cavalière, à croire que toutes les filles avaient décidé d’en avoir absolument un. Il n’y avait que des couples, se disant des mots doux aux oreilles, s’embrassant passionnément ou, se regardant gênés dans le blanc des yeux, Pearl n’était pas réellement surprise, toutes les années, la même chanson se répétait encore et encore, inlassablement. Au fond, elle se fichait d’être accompagnée ou non mais, elle désirait, même une seule et unique fois, danser avec un garçon, pouvoir parler de la sensation, pouvoir tenir ses robustes épaules, voir sa robe effleurer son costume. Malgré son envie, Pearl, même sans cavalier, ne rentrait jamais déçue ou triste du bal, déjà cinq années qu’elle voyait ce maudit bal se finir de la même façon pour elle. Une mauvaise habitude disait-elle avec une once de frustration. Pearl haussa les épaules et se contenta d’observer la décoration ornant murs et plafonds. La première danse commencait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J. Dwayn McBright
    justice ♦ Somebody help me

avatar

vos doubles comptes : Slytherin ; Teacher
Messages : 1432
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Mer 29 Juil - 17:26



      Han j'me réjoui de la réponse de bonnie *ZBAF*. J'ai ajouté une musique en mode lecture auto *si jamais vous voulez que j'enlève la lecture auto -> MP*


La paix de l’âme, la sagesse d’esprit. Dwayn ne connaissait pas cette phrase. D’ailleurs son esprit, comme son âme, n’étaient ni en paix ni en sagesse. Aucune phrase de la sorte ne surgissait de son esprit. Les mots morts, douleur, peine et touts les adjectifs se rapportant à la tristesse étaient bien plus présent que n’importe lesquels des adjectifs du monde. Il souffrait d’une peine qu’aucun être humain du monde n’a le droit et ne doit souffrir. Une peine immense le submergeait, comme un navire est submergé d’eau quand un iceberg vient se fracasser contre sa coque. Dwayn était souffrant, une souffrance immense. Mais il était aussi malade, une maladie qu’on ne guérit avec un quelconque remède ou une quelconque potion ridiculement préparée en dix minutes chrono. La peine de l’amour est la plus difficile a surmonter et dans le cas de Dwayn il ne s’agit pas d’une petite passade mais d’une crise existentielle. Il souffrait du fait de ne pas savoir qui aimer, quoi prendre dans ses bras, qui rejeter. Il souffrait de cette prise de conscience comme si l’on lui enfonçait un poignard dans le ventre. Adam. Casey. Casey. Adam. Il ne savait pas qui choisir, qui rejeter, qui serrer dans ses bras et embrasser, qui éconduire.

Le regard dans le vide, Dwayn était pensif. Il pensait à Adam. Il pensait à Casey. Puis il repensait à Adam. Les deux occupaient ses pensées. Mais il fallait bien avouer que Adam était bien plus présent dans ses pensées que Casey. Mais Casey appartenait, avait appartenu et appartiendrait toujours à son cœur, ayant une place privilégiée. Mais Adam appartenait et prenait en réalité la quasi-totalité de son cœur. Casey n’était qu’une amie en fait et elle ne lui appartiendrait jamais totalement, il ne le voulait pas. Mais Adam non plus après tout. Il était un de ces êtres volages et sans but précis dans une relation. Dwayn se rappelait encore la nuit, l’unique nuit qu’ils avaient passés ensemble. Une nuit merveilleuse, pour ne pas dire divine. Mais il ne faut pas ressasser le passé n’est-ce pas ? La nuit, la soirée promettait d’être aussi merveilleuse que cette nuit-là, dans la cabane hurlante.

Conscience guides-moi, je t’en prie. Une douce supplication intérieure, que le jeune homme s’était murmuré à lui-même, alors que le cours de métamorphose prenait fin. Fais quelque chose je t’en supplie. Achève moi, tu me dois bien ça. Des suppliques encore et encore. Lui et sa conscience, se parlant intérieurement à lui-même. Le professeur de métamorphose fit signe aux élèves de sortir. Dwayn ne se fit pas prier. Il sortit de la salle et emprunta le chemin du bas, pour rejoindre la salle commune des Poufsouffle. Désormais réhabilitée, elle n’avait pas changée et se trouvait toujours aux cachots, la même couleur jaune brodant les murs. Il marchait toujours, croisant de temps autres des gens par-ci, par-là, se faisant bousculer par certain et saluer par d’autre.

Il arrivait enfin à la salle commune. Il se fit ouvrit par le tableau l’entrée de la salle, ne passa même pas dire bonjour à ses amis qui flânaient dans la salle et monta directement au dortoir, ses pieds foulants l’escalier en colimaçon menant aux dortoirs. Quand il arrivait enfin, il se débarrassa de son sac. La soirée promettait d’être intrigante. Le bal d’Halloween. Une soirée assez bizarre mais aussi tout à faire marrante en soi. Une soirée où chacun, dans une ambiance assez horrifique, s’amuse comme il le peu. Dwayn allait essayer de s’amuser. Il n’était pas découragé par cette fête mais s’y était pris à la dernière minute pour inviter sa cavalière. Il avait d’abord, tout naturellement pensé à Casey. Il avait commencé la démarche pour l’inviter, lui envoyant une lettre, à laquelle elle ne répondit pas, allant même jusqu’à la voir. Et quand il prit le courage de lui demander, la place était prise. Dans le fond de ses entrailles, il aurait voulu que Kent meurt à jamais, finisse par agoniser sur une route perdu du … Nevada. Il aurait voulu lui-même se charger de réduire en bouillie, en morceaux, en miettes, en détritus ce con de Kent. Il l’aurait volontiers écrasé à l’aide de son corps. Mais le mal était fait et rien ne pouvait le défaire. Après cette ultime bataille, il ne restait plus personne pour l’accompagner. Les dires disaient que Adam y allait avec Morgan. Et Romy y allait supposément avec Berlioz. C’était un effort vain que de ce trouver une cavalière pour le bal. Mais un miracle arrive toujours au bon moment et ce miracle, pour cette fois-ci du moins, il s’appelle Bonnie. Bonnie était une amie, ou du moins l’était-elle devenue après une soirée entre les deux élèves. Dwayn était dépité. Il n’avait pas de cavalière et Casey jouait avec ses nerfs. Mis Bonnie, fière Serdaigle arrivait dans ce couloir, désert, faiblement éclairé. C’est elle qui l’aida à surmonter ceci et à la fin de leur longue conversation qui dura pas moins de quatre heures, Bonnie se décida à inviter Dwayn au Bal. C’était inespéré. Dwayn ne pouvait tomber mieux. Dwayn et Bonnie ne se connaissaient à peine qu’ils étaient déjà parfaits amis. Cette demande réchauffa le cœur de Dwayn et sans réfléchir il accepta. On y va comme des amis, pensait-il. De simples amis. Ils n’avaient pas trouvés chaussures à leurs pieds niveau cavalier(ère) alors venir touts les deux ne serait pas une mauvaise idée, pas plus mauvaise que de ne pas y aller.

Les deux amis avaient donc décidés de se retrouver au bal même, sans que l’un vienne chercher l’autre. Dwayn arriva à l’heure juste, cherchant Bonnie du regard. Il la reconnue à sa robe très élégante et raffinée, vers la fontaine magique des boisons. La Grande Salle avait pas mal changé pour l’occasion. Seul le plafond magique n’avait pas ou presque pas changé. Les grandes tables habituellement dressées pour chaque maison avaient totalement disparues, laissant place à des centaines de tables rondes, dressées sur les côtés. Pour l’occasion la table des professeur avait été redécorée. Seul le pupitre habituel avait gardé sa couleur habituelle. Dwayn, observant tout le monde, alla rejoindre Bonnie qui semblait se servir un verre. Quand il arriva, il lui prit la main puis murmura doucement.

DWAYN ─ « Alors ta soirée se passe bien ? Je ne te manque pas trop ? »

Une ironie fut pointée sur sa phrase, bien placée. Au moment où la jeune fille semblait vouloir répondre, une voix leur barra la discussion.

GALLNER ─ « Bonsoir à tous et bienvenue au bal d'Halloween. Avant que nous commencions tous à danser et être embrumés par les conversations je voudrais revenir sur les récents évènements qui ont eût lieu ici-même à Poudlard. Je sais bien que ces attentats vous ont tous bouleversés. Moi aussi j'ai été choqué de l'apprendre. Malheureusement je n'étais pas là au moment des faits et je ne sait pas ce qu'il c'est passé. Alors je parlerais au nom du ministère. Plus que jamais, l'école devient un endroit très peu sûr. C'est pourquoi l'adjoint du ministre ainsi que plusieurs aurors ont été postés dans le domaine pour vous assurer sécurité et sérénité. »

Le vieil homme prit une pause. Dwayn pensait son discours inutile mais il ne fit pas de geste de rébellion, de résistance ou tout autre geste compromettant et qui nuirait certainement à l’ambiance de la soirée. Gallner continua.

GALLNER ─ « Quoiqu'il en soit, amusez-vous tout en restant sages ! Ne partez pas trop au-dehors, les esprits farceurs ont tendance à se manifester les soirs d'Halloween... Le bal est ouvert. »

Bien que Dwayn soit catégoriquement contre Gallner, et ce comme les autres, il applaudit chaleureusement. Après que le pupitre où Gallner avait parlé soit enlevé, une musique, une musique de valse commença. Le principe du bal était bien de danser. Et Dwayn n’allait pas priver sa cavalière d’une valse. Il la regarda, un sourire aux lèvres. Son regard, doux, la regardait avec amitié puis il demanda.

DWAYN ─ « M’accorderiez-vous cette danse ? »

Un sourire se glissait toujours sur son visage mais il n’attendait pas la réponse de Bonnie, quoi qu’il arrive. Il fila sur la piste de danse, avec sa cavalière, sans attendre réponse puis entama sa valse. Petit, son père lui avait appris cette danse assez difficile à danser. Mais avec de la pratique Dwayn s’était amélioré pour en devenir un bon danseur. Il avait apprécié cet apprentissage et était devenu un assez bon danseur sans aimer beaucoup cette danse. La chanson était entraînante et assez douce et donc les pas de Dwayn et Bonnie étaient lents. Dwayn aimait beaucoup l’air de la musique et fredonnait à moitié cet air. Puis, pour éviter que le calme soit complet entre lui et Bonnie, il demanda.

DWAYN ─ « J’espère que tu ne regrettes pas d’être venu avec moi. »

Il doutait. Comme à chaque fois. C’était une peur panique qui le prenait tout le temps. Il avait peur du lendemain, de lui-même. Il ne savait pas avoir confiance en soi. Il doutait de ses capacités, de son potentiel. Pourtant il était certain, et ça il le savait, qu’il avait une forte intelligence et un potentiel énorme. Mais rien n’y faisait. Pendant qu’il posait cette interrogation, la soirée continuait. Elle finirait sûrement bien tard…

_________________

    ♦️ Somebody help me&&&&&&&&&&&&

    Free me/ before I slip away
    Heal me/ wake me from this day
    Can somebody help me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A. Thalya Younglove

avatar

Messages : 71
Age : 31
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Mer 29 Juil - 20:37

    F I L L EWouah, Thalya, tu es magnifique ! J’ai l’air affreuse à côté de toi avec mon costume de sorcière à la mode des moldus… je suis ridicule !

    Descendant les escaliers qui menaient aux dortoirs des filles, Thalya releva seulement les yeux une fois que ses deux pieds furent posés sur le carrelage de la salle commune. Ouf, tant mieux, pas de faux pas avant le début du bal : elle ne s’était pas enfargé dans sa robe et n’avait pas déboulé les escaliers, un bon départ en soi. Quel était l’idée de mettre une robe aussi longue avec des souliers aussi hauts ? Mais bon, ça en valait la peine : son costume de bourgeoise était des plus raffinés, avec cette longue robe noir bustier avec corset et dentelles blanches se moulant à son corps comme une deuxième peau, révélant ses plus beaux atouts. Elle allait sûrement attirés des regards, ce soir, et pas que des garçons : les filles seraient sûrement jalouse de son accoutrement. Mais elle s’en fichait. Cette robe appartenait à sa famille depuis plusieurs générations et elle était heureuse que sa mère ait voulu lui prêter pour l’occasion, question de faire tourner quelques têtes.

    T H A L Y AMais non, arrêtes. Ton costume est vraiment bien, je n’en reviens pas de voir tout ce que les moldus peuvent bien inventer, surtout à Halloween. Se déguiser en sorcière, franchement. C’est comme si je me déguisais en moldu… ça n’a aucun sens. Mais le costume te va bien alors arrête de t’en faire.

    Passant devant le grand miroir qui recouvrait une bonne partie de l’un des murs de la salle, Thalya plaça le léger chapeau sur sa tête, accordant les derniers détails de sa tenue afin que tout soit parfait pour la grande soirée qui s’annonçait. Le voile noir enfin mit en place devant son visage, elle fit finalement signe à sa copine de la suivre.

    T H A L Y AAllons-y, et… surveille-moi. Je risque de tomber en tout temps avec ces souliers infernaux !

    Le chemin n’était pas très long jusqu’à la grande salle, là où se déroulait le bal. La salle commune de Poufsouffle se trouvant au rez-de-chaussée, il fallut à peine quelques minutes pour que les deux demoiselles y arrivent. Sa copine l’abandonna aussitôt, ayant repérer son cavalier et petit ami, sur qui elle s’élança sans aucune pudeur, l’embrassant avec ardeur… Ahh, les premiers instants d’un nouveau couple. Détournant son regard, elle se mit elle-même à la recherche de son cavalier de la soirée : qui aurait pu croire que c’est avec Luke Midnight qu’elle irait à cette soirée? Surtout pas elle. S’il ne l’avait pas provoqué, elle y serait sûrement aller avec quelqu’un d’autre, mais l’occasion était trop belle pour ne pas en profiter. Elle l’aurait à sa portée toute la soirée pour se venger et la fête d’Halloween s’y prêtait bien. Et en parlant du loup, le voilà qui arrivait. De sa courbette malicieuse, il la salua, retirant son chapeau de pirate – pour la politesse.

    L U K ETu es superbe… lui dit-il, en lui tendant son bras, en parfait gentleman. Elle ne pu s’empêcher de sourire de la situation : au final, la soirée serait peut-être agréable.

    T H A L Y APermet-moi de te rendre ce compliment, Luke. Tu as toi-même fière allure, ce soir.

    Puis, sans plus de chichi, ils entrèrent à la suite des autres couples dans la salle, qui, à l’instar du château, avait été parfaitement décoré pour l’occasion, citrouilles, lucarnes, chandelles, fantômes et cie. Tout y était et tout était plus magnifique que les années précédentes : évidement, il n’y avait pas eu de bals, auparavant, que des soirées avec festin, mais jamais rien de plus. Cela permettrait peut-être à tous de se changer les idées avec les évènements des dernières semaines. Accrochez au bras de ce cher Midnight, elle avait l’impression d’être une petite princesse : il la pavanait fièrement, comme si elle était un trésor inestimable. Probablement qu’il était assez fier de son coup, car les invitations avait été nombreuse, on s’était arraché la belle Thalya et c’est lui qui avait gagné cette bataille. Elle voulut lui dire quelque chose mais Gallner prit alors la parole et elle préféra se taire.

    G A L L N E RBonsoir à tous et bienvenue au bal d'Halloween. Avant que nous commencions tous à danser et être embrumés par les conversations je voudrais revenir sur les récents évènements qui ont eût lieu ici-même à Poudlard. Je sais bien que ces attentats vous ont tous bouleversés. Moi aussi j'ai été choqué de l'apprendre. Malheureusement je n'étais pas là au moment des faits et je ne sais pas ce qu'il c'est passé. Alors je parlerais au nom du ministère. Plus que jamais, l'école devient un endroit très peu sûr. C'est pourquoi l'adjoint du ministre ainsi que plusieurs aurors ont été postés dans le domaine pour vous assurer sécurité et sérénité. Quoiqu'il en soit, amusez-vous tout en restant sages! Ne partez pas trop au-dehors, les esprits farceurs ont tendance à se manifester les soirs d'Halloween... Le bal est ouvert.

    Même si elle était certaine d’avoir senti Luke se raidir, Thalya décida de ne pas en faire un plat – il avait surement ses raisons et elle ne désirait pas en entendre d’avantage. Ce soir, c’était la fête et ils étaient là pour se changer les idées, pour avoir du plaisir et passer du bon temps. Bref, Luke semblait avoir repris ses esprits car il l’a regardait encore avec ce sourire en coin qui l’avait séduite.

    L U K ETu permets ?

    Et sans plus attendre, il prit sa main et l’a traîna, presque de force, sur la piste de danse. La grande valse allait bientôt commencer et il fallait que tous les couples soient en place. Choisissant une place de choix en plein centre, ils se mirent alors à danser au rythme dans la musique qui s’était mise à jouer, entraînant dans son sillage une bonne centaine de danseurs, ceci incluant aussi les professeurs et les membres du personnel. Luke la faisait tournoyer, il en profitait aussi pour la coller à lui, posant ses mains sur sa taille, voir peut-être même un peu plus bas, selon son humeur et ses pensées du moment. Et, étonnement, il ne la quitta pas des yeux une seule seconde. Thalya s’en sentit presque gênée, il faut dire qu’il ne l’avait pas regardé comme ça depuis… plus d’un an, quoi. Depuis leur rupture, depuis qu’il avait mit fin à leur relation.

    T H A L Y AJe me pose une question… Pourquoi m’as-tu invité, ne serait-ce que par défi? J’aurais pensé que tu aurais eu une préférence pour un des beaux mâles de cette pièce, mais non. Tu m’as provoqué et, te prenant au piège, j’ai accepté. Mais tu avais sûrement une idée derrière la tête, tu ne fais jamais rien pour rien.

    Elle le scrutait elle aussi, de ses yeux vairons, caché derrière son voile en dentelles fragiles. Ses boucles blondes habituellement libres trônaient en chignon derrière sa tête, tressée, de façon à ne pas l’encombrer durant cette soirée. Remplaçant une mèche rebelle qui s’était glissé jusqu’à ses yeux, elle en profita pour replacer d’un milicentimètre le chapeau qui avait glissé de sa tête durant la danse.

    T H A L Y AAlors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duncan J. More

avatar

Messages : 83
Age : 26
Localisation : Edinburgh, Scotland
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Mer 29 Juil - 22:22

Très bon choix de musique, Dwayn <3



« Ce costume est archi-nul ! »

La voix de mon ami me fit sortir de mes pensées lugubres. Qu’avait-il donc encore à gémir ainsi, parfois, vraiment, il exagérait. Signe que sa capacité émotionnelle était sur le point d’exploser…

« J’espère, en tout cas, continua-t-il sans interruption, que ma cavalière se mettra sur son trente et un pour une fois, ça changera ! Non pas qu’elle soit laide, se contredisait-t-il, mais elle ne se met pas souvent à son avantage… »

« Non mais, tu t’entends parler, parfois ? Pourquoi l’as-tu invitée si elle ne te plaisait pas ? »

Il haussa les épaules. Mais ne répondit plus rien. Du coin de l’œil, je le vis jouer piteusement avec son bandeau de pirate noir. Je ne pus m’empêcher de lever les yeux au ciel. Pour ma part, j’avais revêtu un costume sobre mais élégant, avec une touche de bleu, non sans rappeler Serdaigle, et j’avais même commandé une canne dans le style des aristocrates, avec un aigle sur le pommeau. Oui, ce soir, j’allais jouer mon propre rôle. Pour nuancer quelque peu le déguisement, histoire de le rendre un peu plus Halloween, j’avais éclairci mon teint et avec passé du noir sous mes yeux, d’une manière assez discrète, cependant, histoire de faire ressortir des cernes fictives. On pouvait croire que j’avais des yeux au beurre noir avec ces couleurs violacées et noirâtres qui entouraient mes yeux… C’était assez basique, mais je n’étais pas vraiment fan des grands déguisements. Si cela avait été un pari, je me serais déguisé en n’importe quoi, tant que le prix en valait la peine, mais aucune offre alléchante n’avait été faite et j’avais donc choisi la sobriété. Classique. Mais classe.

« T’y vas avec Eve ? » Me demanda-t-il soudain. Me retournant franchement vers lui, je lui répondis à l’affirmative. « Ah. Pourquoi t’as pas invité cette fille de la bibliothèque ? »

Oui, pourquoi ? C’était une bonne question. A vrai dire, je n’en avais aucune idée. Quand nous avions parlé du bal, Eve et moi, nous n’avions pas de cavalier respectif et je lui avais donc naturellement demandé si elle voulait m’y accompagner, et jusqu’ici, ça ne m’avait pas plus effleuré l’esprit que ça.

« Parce qu’au moins, je suis sûr de passer un bon moment ? » Répondis-je sur le même ton.

« Hum, ouais. Pas bête. Je suis en train de me dire que je n’aurais pas dû inviter Isaline. Plus j’y réfléchis et plus je la trouve niaise… »

J’eus un petit rire. Ca, c’était tout Edward. Il regardait d’abord le physique, ensuite, le physique et finalement, il réfléchissait et se concentrait sur le mental.

« Comme quoi, mieux vaut être seul que mal accompagné ! » Lançais-je avec ironie. Il me lança un pseudo regard noir, parce qu’il n’était pas vraiment fâché contre moi, et je jetais un rapide coup d’œil à ma montre. « Bon, je dois te laisser. Je ne veux pas la faire attendre. On se voit plus tard. Et, si c’est vraiment trop dur… j’suis persuadé qu’il y aura d’autres filles ! » Je lui lançais un clin d’œil et sortit du dortoir.


***



Poudlard en orange. Si on m’avait dit un jour que le château se referait une parfaite beauté en l’honneur d’Halloween en privilégiant les tons citrouilles… je lui aurais ris au nez. Pourtant, même si la différence était grande, cela n’était pas choquant pour autant, parce que la couleur semblait avec toujours été là et il était même difficile d’imaginer les murs gris. Ah, la magie et ses mystères ! Ca pouvait être réellement passionnant. Mais, quand on naissait sorcier, qu’on était plongé dans ce monde de fou depuis la naissance, on en oubliait parfois de se poser et d’observer ce que l’on nous donnait. Ou là, j’étais en train de virer dans le romantisme, il fallait que je me ressaisisse. Où diantre était Eve ? Une foule compacte s’était formée dans le hall du château, comme si personne ne pouvait rentrer dans la grande salle sans son cavalier… Soudain, je la vis, un peu à l’écart, avec Delilah. Elles semblaient hilares, pour je ne sais quelle raison. Me faufilant parmi la foule, j’arrivai facilement derrière elle et je lui pris la main tout en lui déposant un bisou dans le cou, auquel elle me répondit par un large sourire alors que je m’étais mis à ses côtés. Je saluai Delilah de la tête, avec un léger sourire, je constatais que certains fixaient notre trio. Les histoires qui circulaient dans l’école étaient réellement ridicules, mais je n’en avais cure.

Gabriel, qui était le cavalier de Delilah ce soir, arriva peu après moi. Je l’accueillis avec un sourire et nous nous dirigeâmes tous les quatre vers la grande salle qui avait elle aussi, été redécorée pour l’occasion. Le résultat était stupéfiant.

« Tu es ravissante en femme fatale, chuchotais-je avec candeur, à l’oreille de ma meilleure amie.

Nous nous installâmes à une table commune et bavardèrent un moment avec les autres, quand notre conversation fut coupée par Gallner.

Gallner a écrit:
« Bonsoir à tous et bienvenue au bal d'Halloween. Avant que nous commencions tous à danser et être embrumés par les conversations je voudrais revenir sur les récents évènements qui ont eût lieu ici-même à Poudlard. Je sais bien que ces attentats vous ont tous bouleversés. Moi aussi j'ai été choqué de l'apprendre. Malheureusement je n'étais pas là au moment des faits et je ne sais pas ce qu'il c'est passé. Alors je parlerais au nom du ministère. Plus que jamais, l'école devient un endroit très peu sûr. C'est pourquoi l'adjoint du ministre ainsi que plusieurs aurors ont été postés dans le domaine pour vous assurer sécurité et sérénité. Quoiqu'il en soit, amusez-vous tout en restant sages! Ne partez pas trop au-dehors, les esprits farceurs ont tendance à se manifester les soirs d'Halloween... Le bal est ouvert. »
Je m’abstins de tout commentaire. Ils étaient inutiles, néanmoins, je lançai un regard qui en disait long à Eve. Je ne savais pas ce que ce type foutait ici. Il ne semblait au courant de rien de ce qui pouvait se passer dans l’enceinte de Poudlard…

Une musique de slow se fit entendre, je me levais, imité par plusieurs autres et je tendis ma main vers Eve, un sourire ravageur accroché aux lèvres.

« Me feras-tu l’honneur ? »

Eve se leva automatiquement et je l’accompagnais jusqu’au centre de la piste, où je me mis face à elle et entoura sa taille d’une main, l’autre tenant toujours sa main. Nous fîmes quelques pas en silence, mais il ne dura guère longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blake Milton-White
    Depraved prince • sex, drugs && rock'n roll

avatar

Messages : 1223
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Mer 29 Juil - 23:43


    STEWART – « Blake alors t'en penses quoi ? La rouge ou la bleue ? »
    DYLAN – « ... Laisse tomber les morts-vivants n'ont pas de cravate. »
    STEWART – « ... Blake ? »
    DYLAN – « ... de mauvaise humeur sans doute. »

    Le dernier Serpentard à avoir élevé la voix avant de se tourner vers le large miroir finit par hausser les épaules, tandis que Stewart observa une dernière fois Blake à la dérobée avant de faire de même et d'ajuster son col blanc. Milton se faisait taciturne, allongé sur son lit défait, les yeux ténébreux et le visage froidement pensif dardant le dais émeraude de son baldaquin, à le voir on aurait bien plus imaginé un enterrement se profilant qu'un bal où tout le monde parlait amusement et costume. Ramenant ses bras derrière sa tête brune, il lâcha un soupir froid et glacé, se refusant de répondre à ses camarades de dortoir, l'attitude décontractée et nonchalante malgré l'apparente mauvaise humeur à laquelle il se prêtait. Le jeune homme était réputé pour son lunatisme, aussi ses amis avaient toujours su à quoi s'attendre et n'insistaient jamais lorsque Milton les prenait en grippe pour une raison qu'ils ignoraient ; fort heureusement leur amitié sincère permettait de passer outre, et ses sautes d'humeur ne duraient guère longtemps. Ce soir pourtant, Blake était rongé par la jalousie qui le rendait d'humeur assassine ; savoir que son ami d'enfance, James, se rendait au bal aux bras de Casey le mettait déjà hors de lui, et le Serpent n'ignorait pas qu'une fois devant le couple, il se ferait cynique au possible dans le meilleur des cas, violemment agressif dans la pire des issues. Plus encore, la belle demoiselle qui l'accompagnait ce soir avait certes accepté son invitation, mais Blake regrettait déjà de lui avoir demandé de se rendre à ce maudit bal à ses côtés en tant que pure amitié. Pourquoi avait-il cédé, dans un élan d'amour sincère et d'envie illusoire, et demandé à Sasha d'être sienne pour ce soir s'ils ne devaient être qu'amis alors qu'il mourrait d'envie de la prendre dans ses bras... Et pourquoi se refusait-il de ne plus penser à Casey lorsqu'il savait que peut-être, cette dernière se sentait sans doute plus à l'aise contre ce Gryffondor que blottie contre lui. Dans un élan de perfidie notoire, Blake avait poussé le vice jusqu'à envoyer à Susi, amie proche mais surtout cible potentielle de Kent qui s'était monstrueusement attaché à cette dernière, la panoplie d'un costume sexy et provoquant, qu'elle porterait alors le soir du bal, seulement pour attiser la jalousie de James. Ce dernier avait toujours été l'un de ses meilleurs amis, qu'il comprenait et avec qui il avait partagé tant de choses, mais à le voir à présent aux bras de celle qui n'était pas tout à fait son ex, le Serpentard n'avait pas rechigné à lui faire les pires mauvais coups... Et gageons que Blake ne s'arrêterait pas là, par ailleurs. Soupirant une dernière fois, il entendit à peine les bribes de conversation de ses deux amis, jusqu'à ce que leur dernier mot ne vienne attirer son attention, faisant tourner ses obsidiennes vers les deux vert-et-argent : Sasha.

    BLAKE – « Sasha ? »
    DYLAN – « Ah enfin tu te réveilles on se demandait à quel mot tu allais butter. »
    STEWART – « On a essayé avec "sum" ou même vodka, ça n'a pas marché... »
    DYLAN – « Je t'avais dit que ça le réveillerait. »

    Le Serpentard se redressa, assis sur le rebord du lit il esquissa un bref sourire avant d'adresser un regard gentiment railleur et pénétrant à ses deux amis peaufinant les derniers détails de leurs costumes. Blake de son côté, n'avait revêtu qu'un costard noir, mais rien encore ne se prêtait à un quelconque déguisement spécialement conçu pour Halloween. Aussi, sous le regard interrogatif de ses camarades, Milton se leva, ne relevant pas leurs taquineries, car tentant de ne pas véritablement penser à la soirée à venir : Casey aux bras de James et Sasha à laquelle il ne devait plus se laisser tenter lui laisser entrevoir quelques heures difficiles et longues en perspective. Dardant alors des pieds à la tête ses camarades d'une oeillade moqueuse mais amicale, ses amis amusés finirent alors par lui demander où était toute l'originalité de son costume... Question légitime à laquelle Blake répondit par un bref tour de magie ; canines à présent aiguisées et peau devenue des plus pâles et légèrement glacée par le biais d'un sortilège aisé, le Serpentard ainsi mué en vampire n'avait en effet guère forcé sur l'originalité, mais au moins se trouvait déguisé. Lui qui n'avait plus l'imagination enfantine depuis des lustres peinait à trouver des costumes pour ce genre d'occasion. C'est ainsi que les trois amis finirent par quitter leurs dortoirs, rejoignant une bonne partie des verts-et-argent dans la salle commune, et s'avançant vers le hall d'entrée, spécialement décorée pour l'occasion. S'arrêtant en plein milieu de la foule, ne se gênant guère pour parfois donner des coups d'épaules un peu sec, Blake avisa autour de lui, à la recherche de Delilah, Lust ou Becky. Aucun d'entres eux n'étaient néanmoins en vue, aussi son regard se mit à la recherche d'autres têtes connues ; Susi dans son sublime costume qui laissa se dessiner un sourire carnassier plein de viles promesses sur les lèvres du Serpentard, l'immature Luke et sa cavalière, et enfin James déposant un baiser sur la joue de Casey. Le regard de Blake se fit alors assassin et des plus noirs, trop pénétrant sans doute pour croire à une quelconque simple mise en garde ; dans l'esprit de Blake se profilait déjà toute la vengeance glacée et sadique qu'il se dessinait à l'encontre de James, et ce sous l'élan d'un coeur battant un rythme jaloux et plein de colère froide. Néanmoins, le Serpentard parvint à détacher le regard du couple des Gryffondors, s'avançant au pied de l'escalier il fut comme indéniablement attiré par une présence qu'il ressentait parmi tant d'autres : la divine Sasha descendait les marches, dissipant par sa seule silhouette vaporeuse les élans de colère qu'il portait en lui. Soudain serein et apaisé, il lui offrit un sourire des plus tendres que la cécité de la jeune fille ne pouvait néanmoins lui laisser percevoir, et ce fut d'un geste galant qu'il attrapa aussitôt sa main avec douceur avant d'y déposer un baiser. Détaillant le costume sombre et somptueux de la demoiselle, il releva ses obsidiennes sur cette dernière, la dévorant sans doute un peu trop du regard, avant que sa voix suave ne se fasse murmure.

    BLAKE – « Ma belle Perséphone, c'est un honneur de pouvoir vous enlever ce soir. »

    Pas de compliments superflus que d'autres pouvaient octroyer ce soir à leurs cavalières, pas de mots trop lisses murmurés en des plats et ternes : Tu es sublime... Rien de tout cela en paroles mais seulement en pensées trahies par la douceur du geste de Blake que sa demoiselle pouvait alors ressentir. Le jeune homme se redressa alors, son regard sombre dardant les prunelles satinées de Sasha, aveugles mais étrangement rougies. Il fronça alors un instant les sourcils, suspicieux, sentant monter en lui une déduction logique qui lui déplut fortement ; visiblement la belle avait pleuré quelques minutes auparavant, laissant derrière ses larmes des yeux si doux, rougis par la tristesse.

    BLAKE – « Qu'est-ce qui ne va pas ma Sasha ? »

    SASHA – « N'aie pas d'inquiétudes, cela fait seulement partie de mon costume. »

    Le Serpentard ne répondit pas, suspicieux quant à ses dires, il ne put néanmoins résister au sourire de sa délicate cavalière, lui offrant alors le bras avant de l'accompagner jusqu'à la grande Salle où s'engouffrait déjà nombres d'élèves enthousiastes. Le rythme de son palpitant s'accélérait de sentiments contradictoires ; de son bien-être aux côtés de Sasha pour qui il offrait des oeillades tendres, jusqu'à sa jalousie assassine logée au creux de son ventre, il garda néanmoins toute son attention sur sa cavalière toute de noir vêtue, gardant son bras fin autour du sien. Le discours de Gallner se fit alors entendre, à la grande surprise de tous quant à l'évocation de la présence d'aurors ; Blake lui même fronça les sourcils, son regard trop sombre braquant sur Gallner à la voix aigrie et sèche. Enfin le discours prit fin, et une valse se fit alors entendre. Se tournant vers Sasha, le Serpentard lui souffla tendrement une invitation à alors aller danser.

_________________

    Blake Hunter Milton-White

    Come break me down, bury me, bury me
    I am finished with you. Look in my eyes
    You're killing me, killing me.

    blake's theme *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha I. Carlson

avatar

Messages : 209
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Jeu 30 Juil - 16:05

    Le miroir renvoya le reflet d’une jeune fille à la longue chevelure blonde qui n’était toujours pas prête, assise sur le bord de son lit, le regard perdu dans le vague tandis que ses camarades se préparaient. L’une d’elle avait opté pour un déguisement de Banshie, ajoutant des extensions blanches à sa longue chevelure brune, donnant un teint plus pâle à sa peau, quand une autre avait décidé de se déguiser en Alice au pays des merveilles, et l’autre en courtisane des anciens temps, calquant ainsi sur un costume que Sasha avait porté durant la petite soirée illégale en l’honneur des morts et des vivants. Ce soir, le bal d’halloween aurait lieu, mais la rouge et or de 17 ans ne semblait toujours pas décidée à s’habiller, son costume demeurant emballé dans son paquet, lui-même posé sur son lit, aux côtés d’un coffre en bois, scellé par un sort qui permettait à la jeune fille seule de l’ouvrir, de la même façon qu’un gobelin ouvre un coffre secret de sa banque. Pourtant, l’un et l’autre ne semblait pas être ouvert, comme si depuis le début de la soirée, la jeune fille n’avait pas daigné y toucher, pas plus qu’elle n’avait bougé depuis près d’une heure, allant jusqu’à inquiéter sa camarade déguisée en Banshie qui vint alors la voir, posant une main sur l’épaule de son amie, à l’en faire sursauter.

    ELLIANA : « Pardon de t’avoir fait peur Sasha, mais... Tu n’es toujours pas prête. »
    SASHA : « Je crois... Que je ne vais pas aller à ce bal. »
    VICTORIA : « Quoi ? Qu’est-ce que tu racontes ! Tu ne peux pas manquer le bal d’halloween enfin ! Tu n’es déjà pas venue l’an passé, ni l’année d’avant, ni les autres encore avant... il est hors de question que tu le manques cette année ! »
    ELLIANA : « Victoria a raison Sasha. Tu ne peux pas manquer cet évènement. Pas encore une fois. Et puis... Tu as pensé à ton cavalier ? Ce ne serait pas correct de ta part de lui faire faux bond. »
    SASHA : « Je lui enverrai une lettre. »
    VICTORIA : « Non mais tu es complètement folle ! Poser un lapin à Blake Milton-White, c’est... Juste impensable ! Est-ce que tu te rends compte que tu te rends avec le Serpentard le plus demandé de toute l’école et tu es prête à le laisser tomber pour un simple coup de déprime ? »
    ALANA : « Si tu ne veux pas de Blake, je peux m’en charger... »

    Instantanément, les deux camarades qui tentaient de changer la mauvaise idée de Sasha lancèrent un regard sombre à leur camarade déguisée en courtisane qui dès lors se tût. Elliana alors se retourna vers sa camarade, bien décidée à lui faire changer d’idée coûte que coûte. Attrapant fermement son amie par le bras, elle la leva, l’obligeant ainsi à se diriger dans leur salle de bain. Sasha tourna son regard éteint vers cette dernière, interrogative.

    ELLIANA : « Tu vas te rendre à ce bal Sasha ! Je sais ce que tu es en train de nous faire ! Une déprime tout naturellement, mais après une bonne douche chaude, cela va passer, tu verras. »
    SASHA : « ... Merci. »
    ELLIANA : « Va te doucher, dépêches toi. Il te reste trois quarts d’heure pour te préparer. »

    S’exécutant, la jeune fille se prélassa sous une longue douche chaude, ses pensées se mélangeant dans son esprit, toutes contradictoires les unes avec les autres, au point que la jeune fille ne savait plus que penser, que faire et comment agir. Certes, elle désirait se rendre au bal au bras de celui pour qui son cœur battait, mais dans un même temps, elle demeurait persuadée que c’était la pire chose à faire. Elle qui était en train de renoncer à lui ne savait pas comment elle pourrait le faire si elle dansait avec lui. D’un autre côté, ne lui avait-il pas demandé de l’accompagner en tant que simple amie ? Une condition acceptable naturellement, et qui valait mieux pour les deux, mais à laquelle ne pouvait véritablement se résoudre la nymphe, tant l’amour qu’elle lui portait était fort et sans appel. Quittant alors la salle d’eau, elle revint de nouveau dans le dortoir, que deux de ses camarades avaient quitté, y laissant Elliana et la cadette Carlson seules. Se manifestant alors en prenant de nouveau le bras de Sasha, l’autre rouge & or l’aida à s’installer devant la coiffeuse de cette dernière, pour l’aider à se préparer, séchant sa longue chevelure blonde à l’aide de sa propre baguette, tandis que la concernée demeurait songeuse, dardant son reflet sans jamais le voir, son regard demeurant toujours éteint. Sans doute tenterait elle d’aller voir son oncle durant les vacances afin qu’il trouve une solution à son mal qui la rendait de plus en plus malheureuse et la laissait sombrer dans une déprime encore légère… Elle avait beau être courageuse, il n’en demeurait pas moins qu’elle se rendait compte que ce dont elle se rappelait devenait de plus en plus fade dans son esprit, comme un tableau vieillissant et dont les couleurs viraient au sépia ou gris. Lorsqu’enfin ses cheveux redevenus blonds furent secs, Elliana entreprit de les brosser avec douceur, n’y traçant aucune raie comme le lui demanda sa camarade, juste avant de lui demander de lui donner le coffret en bois trônant sur le lit… Glissant son doigt sur les pourtours d’un cadenas en forme de cœur, un cliquetis se fit entendre, brisant le sceau, à en séparer les deux parties de l’organe sculpté dans le fer. A l’intérieur du coffre se tenaient quatre petites fées de contes, fragiles et endormies, que d’une petite chanson dans une langue ancienne la rouge et or éveilla, leur demandant de l’aide dans ce qu’elles savaient faire de mieux : préparer les jeunes filles. Déployant alors leurs petites ailes sous le regard émerveillé de la rouge et or brossant les cheveux de son amie, elles prirent le relais, dans un petit tintinnabulement de clochette, deux d’entres elles s’occupant de la chevelure de leur nouvelle maitresse tandis que les deux autres s’occupaient de la partie maquillage et vernis. Si le maquillage se fit discret et dans des couleurs pâles mais éclairant le visage de la jeune demoiselle, alors que le vernis qui fut posé sur ses ongles de mains et de pieds s’avéraient être des plus sombres. Les petites ouvrières s’activaient rapidement, afin que leur protégée fusse prête à temps… La coiffure prit alors forme, une partie de sa chevelure demeurait lâchée, tombant sur les épaules nues de la demoiselle, tandis qu’une autre partie servait à tresser une couronne discrète en forme de natte entourant le dessus du crâne de la demoiselle, et dans laquelle les petites fées piquèrent des petites fleurs ainsi que de petits épis de blés. Claironnant alors d’un petit son de carillons, Sasha comprit qu’il était temps d’enfiler son costume, se levant et laissant faire ses petites amies et la jeune fille de son âge qui entreprirent d’enfiler la longue robe noire vaporeuse à sa détentrice. Celle-ci, longue, formait une traine couvrant ses pieds qui demeureraient nus, quant au profil, il se voulait d’une coupe étrange, à la fois souveraine et empreinte d’une légère touche de séduction, veillant à laisser le dos entier de la jeune fille à l’air libre, entourant sa poitrine de façon à la maintenir sans qu’elle n’ait à porter de sous-vêtement. Les manches quant à elles, semblaient inexistantes et à la fois présente, se faisant ouverte sur tout le bras, long voile de ses épaules à ses poignets…

    ELLIANA : « Par Merlin, Sasha, en quoi donc es-tu déguisée ? »
    SASHA : « Perséphone. »
    ELLIANA : « C’est magnifique… Mais, pourquoi en Perséphone ? »
    SASHA : « Parce que je suis souveraine de mon propre enfer. »

    Ce fut alors le moment que choisit la jeune fille pour se laisser tomber sur son lit, voilant son visage de ses mains tandis que des sanglots quittaient ses yeux bleus. Son propre enfer dont elle ne voyait pas la fin, s’y attardant et le creusant en vérité chaque jour un peu plus. Prenant son amie dans ses bras, Elliana tenta du mieux de la consoler, recueillant chacun de ses sanglots sans véritablement comprendre pourquoi en cette nuit, la jeune Carlson ne se sentait pas bien. Pleurs qui durèrent cinq minutes, angoissant autant la coupable que les petites fées qui avaient mit tout leur cœur à l’ouvrage. Relevant alors la tête, la jeune fille se confondit en excuses auprès des personnes présentes, envers les fées plus encore, qui se remirent à l’ouvrage, essuyant le sillon de ses larmes. Lorsqu’enfin elle fut prête, Elliana vint à lui interdire de pleurer de nouveau, jugeant qu’il était l’heure de partir, auquel cas, leurs cavaliers respectif risquait de se poser des questions. Prenant alors la jeune Carlson par le bras, elles quittèrent les lieux, descendant les escaliers jusqu’au hall, où les couples commençaient à se former. Glissant le regard jusqu’au cavalier de la nouvelle Perséphone, Elliana laissa sa camarade à son bon soin, tandis que cette dernière sentait un baiser se déposer sur sa main, y reconnaissant la marque de son bien-aimé, laissant un léger sourire glisser sur ses lèvres alors qu’elle descendait les marches.

    BLAKE – « Ma belle Perséphone, c'est un honneur de pouvoir vous enlever ce soir. »
    SASHA : « Ta peau est glacée… Je me ferai un honneur de la réchauffer au cours de la soirée… En quoi es-tu déguisé mon Blake ? »

    Lui glissa t’elle à mi-mots, le souffle court tandis que sa main demeurait dans celle de son vert et argent, ne parvenant à deviner en quoi il pouvait bien être, sa cécité ne l’aidant vraiment pas. Laissant alors ses doigts dériver sur le visage de son ancien amant, elle tenta d’y trouver un indice, mais du se résoudre à esquisser une moue boudeuse ne devinant rien. C’est alors qu’il eut pour lui une phrase qui laissa présager à la jeune fille que son regard devait se trouver encore triste et légèrement rouge, suite à sa crise de larmes.

    BLAKE – « Qu'est-ce qui ne va pas ma Sasha ? »
    SASHA – « N'aie pas d'inquiétudes, cela fait seulement partie de mon costume. »

    Ne trouva t’elle que pour excuse, se laissant alors guider par son cavalier, lui offrant un sourire rassurant afin qu’il ne s’inquiète pas, et surtout, qu’il n’en vienne pas à lui poser de questions qui sauraient mettre la jeune demoiselle mal à l’aise. Gallner fit alors son discours, laissant tout le monde perplexe quant à la présence d’aurors sur les lieux, attitude néanmoins compréhensive. Et lorsque le court babillage prit fin, une valse se fit entendre, annonçant le début du bal… Acceptant l’invitation de son cavalier, Sasha accepta de bonne grâce, se laissant entrainer sur la piste de danse, suivant le Serpentard s’avérant bon guide et bon danseur pour la jeune enfant qui ne voyait absolument rien, et qui, bien qu’hésitante, ne laissa rien paraître, se laissant porter par les douce notes et suivant avec calme et passion son Prince.

_________________

      « I was damn near addicted
        I got into trouble with him, »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tybalt Thompson

avatar

Messages : 160
Age : 29
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Jeu 30 Juil - 18:58

    -Ne me déçois pas, Maïka. J'aimerais que la soirée se passe bien.

    Une main posée sur le mur qui lui faisait face, comme pour barrer le passage à la Serpentard, bloquée dans un des coins du hall de Poudlard, Tybalt avait parlé lentement, détachant ses mots un à un, d'un ton dur, laissant comprendre qu'il ne riait pas. Inviter la Vert et Argent était pour lui plus un supplice qu'autre chose. Il s'était laissé faire, une partie de lui-même s'étant assuré qu'il s'agissait là de l'un des meilleurs moyens de remporter le défi stupide qu'Elden S. Avel et lui s'étaient lancé. Un sombre crétin et un égoïste, voilà ce qu'il avait été... Comment avait-il pu laisser passer un pari entre amis au profit de Milena? Il avait songé des jours, se questionnant sur la meilleure façon de lui proposer d'être son cavalier. Puis cette idée saugrenue avait fait surface. En réalité, il avait compris. Il s'agissait, en quelques sortes, d'un moyen de fuir. Un lâche, voilà ce qu'il était et se mentant à lui même, il avait écarté la thèse de la fuite. Et voilà seulement qu'elle venait de le rattraper et de lui rappeler comme il avait eu tord. Milena aurait du être là, à son bras, ce soir. Il aurait dû danser avec la plus jolie des filles de Poudlard. Il aurait dû se perdre, lors d'une danse, dans le reflet glacé de ses yeux. Il aurait dû humer sa chevelure or, héritage de ses ancêtres vélanes. Il ne s'inquiétait pas pour elle, il savait que quelqu'un d'autre l'avait invitée. En un sens, c'était ici que résidait le problème. Un soupir de sa cavalière le fit revenir à la réalité et ses yeux tombèrent sur son costume. C'était de mauvais goût, vraiment. Que lui était-il donc passé par la tête? Ils étaient sincèrement très mal assortis. Lui en Vampire, elle en... Il n'y avait aucune définition pour ce costume si ce n'était qu'il avait de grands airs de vêtement servant à des fins sado-masochiste. Il n'y avait aucun doute, à les voir tous deux ainsi. On aurait put les croire sortis tout droit d'un film à l'ambiance gothique et malsaine, frôlant dangereusement avec le porno chic. Humiliant. Fallait-il vraiment qu'il danse avec... ça? Pouvaient-ils danser au milieu des autres étudiants sans attirer les regards? Certes non. Il fallait qu'elle se change, ou il ne viendrait pas avec elle. Il ne voulait pas passer pour le proxénète de service. Il se racla la gorge et essaya de faire sa voix un peu plus douceureuse et amicale, sans succès. Le costume de sa partenaire lui sortait par les yeux.

    -Maïka, je te préviens. Tant que tu resteras dans cet accoutrement, je ne rentrerai pas là dedans. Tu as tout intérêt à te changer, sinon, c'est niet!

    Il marqua un temps de pose en voyant passer quelques filles vêtues de costumes effrayants, ou somptueux. Une succube bien plus décente que la Serpentard passa la porte. La preuve même que l'on pouvait incarner un personnage désirable et très sexué tout en restant présentable. Il la pointa du doigt alors qu'elle discutait avec des amies.

    -Tu vois, elle incarne un personnage énormément provocateur. Cela ne l'empêche pas de garder une certaine classe et de ne pas faire dans le trash! Han, mais par Merlin! Change moi ce costume!

    Il était surprenant de voir que le Rouge et Or était au bord de la crise de nerfs, et il crut commettre un meurtre quand il reconnut Milena. Bien entendu, elle était accompagnée. Une guerrière Walkyrie au bras d'un héros grec. La rencontre de deux mythes aux origines différentes. Un mélange à la fois amusant et savamment recherché. Une moue de dégoût se dessina lentement sur les lèvres du sorcier. Était-ce donc là sa punition, après avoir laissé Milena à un autre, préférant inviter l'une des personnes qu'il détestait le plus en ce château? Très certainement. Chouinant sur son sort, il regretta que le bal ne fut pas masqué. Il s'y serait rendu avec plus d'assurance. Là, c'était tout bonnement inconcevable et irréalisable. Il se surprit alors à faire la plus belle connerie de la soirée. Prenant les mains de Maïka entre les siennes, il l'implora.

    -Je t'en supplie Maïka, change de costume. Je t'en prie... je ferai tout ce que tu voudras ce soir si tu t'habilles plus décemment.

    Il reçut ses propres paroles comme une gifle. Était-il fou? Était-il désespéré au point de lui faire une telle requête? Il se mordit la lèvre inférieur, oubliant la longueur désormais démesurée de ses canines et laissa échapper un petit cri de douleur. Cette potion qu'il avait faite grâce à l'aide de cette fille était réellement efficace. Le jeune homme passa sa langue sur sa meurtrissure, suçant le sang qui en coulait et réprima une petite grimace. Il détestait ce goût métallique, mais devait pourtant s'en accommoder. Il ferma les yeux durant l'espace de quelques longues secondes, fatigué de la bataille qu'il venait de livrer contre la vipère. Hallucinant de voir à quel point cette harpie parvenait à l'épuiser. Une voix qu'il connaissait trop bien le tira de sa semi-conscience. Un frisson parcouru son échine alors que ses poils se redressaient sur sa peau. Dans la trajectoire de son regard, s'étant arrêté près de l'immense porte de la grande salle, se trouvait l'être qu'il détestait certainement le plus en tout Poudlard. Celui qu'il aurait souhaité ne jamais connaître, mais qui, à l'instant même où il était entré dans sa vie -peu importait la façon d'ailleurs- ne devait surtout plus en ressortir. Celui qui lui faisait vivre un enfer et vers qui il revenait sans cesse, inexorablement. Ses dents grincèrent et ses prunelles dardèrent la silhouette de Sahän A. White. Chaque pensée allant vers cet élève, chaque regard, évocation,
    sensation, sentiment, rappel, était une réelle souffrance. Un tourment pour chaque pensée engagée. Un tourment inconsciemment convié, comme si le principal intéressé ouvrait ses bras à chaque fois, en signe de bienvenue. Un nuage obscur passa devant les yeux du Gryffondor.

    La soirée la plus atroce de toute sa vie allait se dérouler. Elle était d'ailleurs déjà en train de le faire et il ne désirait qu'une seule chose: Qu'elle se finisse. Il enviait certains de ses camarades ayant préféré rester dans leur salle commune Il les imaginait jouer aux cartes ou préparer tout un tas de farces idiotes. Il préférait passer mille et une heures en colle plutôt que de passer sa soirée en compagnie des trois quart du château, avec à son bras, la fille qu'il haïssait le plus; aux alentours, celle qu'il désirait par dessus tout, un peu plus loin, la personne qui avait créé un enfer à ses pieds. Tybalt brûlait d'envie d'aller lui adresser la parole, ou de passer devant son regard et de se poster un peu plus loin, dans le seul but d'attirer son attention. Tout ce qu'il entreprenait par rapport à Sahän A. White ne répondait qu'à cet unique projet. Suite au combat mental qui s'était livré, se questionnant s'il devait céder ou non à ses pulsions, il ordonna à Maïka d'aller se changer puis se dirigea vers le monstre infernal au physique d'ange, ne le quittant pas une seconde de ce regard pesant qu'il avait l'habitude de poser sur lui. Il ne se défit de celui qui l'attirait comme un aimant que lorsqu'il arriva à sa hauteur, feignant de l'ignorer, passa superbement devant lui, le frôlant même d'une main, ce qui eut pour effet de faire frissonner le Gryffondor, et alla se poser contre un mur à quelques mètres de la à peine, prenant pour cible une connaissance de sa maison et commença une discussion qui le désintéressait totalement. En réalité, il lui arrivait de jeter des coups d'œil rapides au Serpentard. C'était un fait. Dès que ce dernier se trouvait dans son périmètre tout tournait autour de lui. Il aimait que ce dernier pose sur lui son regard bleu glacier. Il aimait être ce qui semblait être le centre de ses préoccupations, peu importait si elles étaient négatives. Mais par dessus tout, il adorait quand il venait lui adresser la parole, entendre sa voix, et ce même si les seuls mots qui sortaient de la bouche du Vert et Argent lui faisaient l'effet d'une claque. Il adorait, pour finir, que le serpent crache son venin. Cela voulait dire qu'il l'intéressait un tant soit peu. Et il se fichait de savoir que seul de la haine ou du dégoût pouvait alimenter cet intérêt. Il s'agissait du seul plaisir sado-masochiste qu'il acceptait de subir. Ce mot résonna un instant dans son esprit. Il l'associait immédiatement à Maïka O. Allen et donc à son accoutrement du soir. Il guetta son retour, espérant qu'elle reviendrait plus convenablement habillée, tout en jetant un coup à d'œil celui qu'il adorait détester.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astaroth C & Raziel W

avatar

Messages : 209
Localisation : Somewhere Over The Rainbow!
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Jeu 30 Juil - 22:12




    Cela faisait plus de deux heures que Astaroth était resté à gloussé dans la salle commune avec une bande de jeunes demoiselles surexcitées. Il aurait été impossible de compter combien de fois certains garçons avaient été évoqués ni combien de fois les tenues et maquillage avait imaginairement été évalués dans les moindres détails. La petite bande avait décidé de se préparer en dernière minute pour ne pas se froisser ni se faner. Tout devait être parfait ce soir ! Astaroth avait depuis toujours adoré les soirées et événements mondains, il s'y sentait dans son élément. Cela faisait des mois qu’il avait choisi son costume et qu’il avait obligé Raziel à en faire de même bien que ce dernier n’y ait pas mis un réel entrain. Après avoir une dernière fois tout passé en revue, il posa les yeux sur l’horloge et constata qu’il était largement temps de s’activer. Après quelques derniers conseils il quitta donc ces compagnes et se précipita vers le dortoir des garçons. Raziel y était resté enfermé tout l’après midi et Astaroth avait refusé de se laisser contaminé par cette boule de nerf. Susi avait accepté d’accompagner le beau brun au bal et depuis ce moment Raziel n’avait fait que monter en nervosité de minutes en minutes. Cela faisait probablement deux nuits qu’il n’avait pas dormis et pour ce qui était de manger, Astaroth avait presque arrêté de compter. Voir Raziel se mettre une telle pression était terriblement fatiguant pour la reine des abeilles. Il avait déjà bien assez à faire avec tout ces plans et manœuvres en prévision pour le bal. Il avait prit soin de retourné 1000 fois dans sa tête tout les événements possibles du bal, Raziel en faisait de même mais étonnement il n'en résultait pas le même comportement compulsif. Inspirant profondément, Astaroth posa sa main sur la poignée de la porte. Petite préparation psychologique avant de faire face à la bête ! Il ouvrit lentement la porte, grimaçant et il découvrit Raziel allongé en travers du lit. Aucune réaction à son arrivée, Raziel gardait l’air absent, le regard vide…Astaroth fit un pas en avant et il remarqua les cadavres de deux bouteilles d’alcool, l’une d’elle pendait encore a moitié entre les doigts du brun. Ce n’était pas absent dont il avait l’air mais surtout bourré. Sentant le rouge lui monté aux joues, le blondinet ne pu s’empêcher de se mettre à hurler.

    As - Espèce de tarer ! Te bourré la gueule maintenant ? T’as l’air d’un pauvre clochard !

    Était ce le monde qui tournait autour de lui ou seulement le lit qui tanguait tel un bateau prit dans la tempête? La bouche pâteuse et le regard embuer, Raziel répondit dans un grognement rauque.

    Raz - Fallait pas me … seul ! Toi…Le clochard !

    Une heure plus tôt il avait cru devenir fou tellement son ventre se tordait et sa tête lui faisait mal. Une seule idée l’obsédait ! Et si il foutait tout en l’air ce soir ? Après avoir rongé tout les ongles de ses doigts, il s’était jeté sur sa petite réserve privée. C’était un comportement totalement digne de Raziel après tout…Puisqu’il avait si peur autant se saboter lui-même ! Il avait toujours eu tendance à agir de cette façon et malheureusement cette soirée n’échapperait pas à la règle. Astaroth mena une main à sa tête et faisant mine de s’arracher les cheveux il poussa un soupir exaspéré.

    As – T’es le pire des lâche…C’est clair qu’en agissant comme ça tu laisse toute les chances à James ou je ne sais quel autre bouffon. T’es désespérant et limite pathétique !

    Raziel se retourna et s’installa sur le lit en position fœtal…Il était effectivement à la limite d’inspirer la pitié mais se serait mal connaître Astaroth que d’imaginer qu’il pourrait le laisser l’y sombrer. Il se jeta donc sur Raziel et le tira hors du lit en hurlant.

    As – Maintenant tu prends tes couilles en mains ! Sois un homme putain ! Et ce n’est pas moi qui devrais dire ça.

    Raziel se laissa traîner par Astaroth tout en explosant de rire avant de reprendre une attitude d’escargot qui se replie dans sa coquille. Le blondinet le secoua et il entreprit de le déshabiller, déboutonnant un à un les boutons de sa chemise.

    Raz – Tu sais c’est pas parce que je suis bourré que je pourrais avoir envie de couché avec toi et je suis pas convaincu que ça me remonterais le moral.
    As – T’inquiète bouffon je sais que tu veux pas de moi ! Tu files sous la douche ! Tu pues la vodka à trois mètres à la ronde.

    Raziel se laissa guider jusqu'à la douche, tentant de se savonner il ne manqua pas de se vautrer lamentablement à trois reprises. Parfois éclatant de rire, d’autres maudissant la terre entière. Il oscillait entre réalité et paradis artificiel.

    As – Dépêche toi ! Il nous reste 20 minutes.

    Astaroth poussa un soupir de désespoir. Il était déjà bien trop tard pour les magnifiques costumes qu’il avait prévu. Dire que Raziel devait joué l’ange et lui le démon ! Mais comment enfilé des ailes à un type complètement bourré ? Astaroth en avait mal au ventre mais il n’était pas du genre à baisser les bras. Au final son objectif principal serait atteint : Raziel arriverait a temps pour le bal et il passerait la soirée en compagnie de celle qui était faite pour lui. Inspirant profondément, il opta pour une solution de rechange. Lorsque Raziel sortit de la douche il lui sauta dessus et lui enfila un jeans sans prendre le temps de passer par l’étape sous vêtements. Pour le haut il se contenta d’un t-shirt blanc sans manche. Connaissant Raziel il savait bien qu’il sen débarrasserait rapidement au cours de la soirée ! Le poussant sur une chaise mais le rattrapant avant qu’il ne s’écrase lamentablement, il posa sur sa tête des oreilles de lapin roses et une visière assortie. Il lui maquilla les yeux en noir et rose, et pour parfaire le tout il lui dessina des traits d’indien sur les joues…Se tournant vers le miroir, il ajusta sa chemise, retoucha son maquillage prenant soin de se transformer lui aussi en indien. Un fin bandeau rouge sur ses cheveux et il admira le résultat.

    Raz – Je suis quoi au juste ?
    As – T’es un lapin indien…Mais surtout…T’es super sexy et moi aussi !

    Raz releva un sourcil avant d’éclater de rire. Astaroth avait le don pour lui faire voir la vie autrement et il trouvait ces tenues improvisées bien mieux que ce qui était prévu au départ. Ange et démon…Tellement cliché ! Tellement Astaroth !

    ….

    Raziel s’était contenté de suivre Astaroth dans les couloirs. Sois disant, ils avaient déjà dix minutes de retard et Susi devait les attendre. Chaque fois que Astaroth prononçait le nom de Susi, Raziel faisait un pas en arrière mais après un sermon il acceptait de continuer. Un vrai gamin ! Après s’être enfilé une bouteille et demi de vodka il serait naïf de penser qu'une douche aurait pu l'aider a sortir de cet état. Arrivés en haut des marches du grand hall, ils prirent tout deux en même temps une profonde inspiration. Astaroth scruta la foule du regard et au bout de quelques minutes il s’arrêta sur la silhouette longiligne de Susi. Elle avait sortit le grand jeu ! Ne laissant pas le temps à Raziel de réfléchir, il l’entraîna à sa suite et fendit la foule pour rejoindre son amie. Le cœurs du jeune Warner ne cessait de s’accélérer, sautant un battement de temps à autres et résonnant jusqu'à ses tempes…Astaroth posa sa main sur l’épaules de Susi et lança d’entrée de jeu…

    As – Je te préviens il est bourré ! Incapable de gérer le stress, tu lui fait un de ces effets je te dis pas ! T’es magnifique, tu nous la joue femme fatale. J’adoooore ! Nous on a été un peu prit de court pour les déguisements….

    Raziel n’écoutait absolument pas un seul mot de tout ce qui sortait de la bouche de Astaroth. Il était resté figé sur place à l’instant même ou il avait enfin vu la Gryfondor. Les lèvres entrouvertes et les yeux presque exorbités! Susi était toujours magnifique et cette tenue sonnait presque un peu faux sur elle mais il était indéniable qu’elle était époustouflante de beauté. Pendant quelques secondes Raziel en avait oublié de respirer et si il avait été un réel lapin ses oreilles se serraient dressées sur sa tête façon cartoon pour moldus. Il poussa Astaroth en un coup de coude pas très délicat. et s'arrêta à quelques centimètres de Susi, il la fixa droit dans les yeux, tout autour de lui semblait avoir disparu et bien qu’il fût un peu titubant il restait tout de même plus ou moins digne.

    Raz – Tu es superbe…J’ai même pas besoin de voir les autres fille pour savoir que celui qui à le plus de chance ce soir c’est moi…

    Il lui adressa un sourire rempli de tendresse et glissa un bras autour de sa taille avant de poser un doux et léger baiser juste entre sa joue et ses lèvres. Raziel ne tenais pas droit sur ses pieds et affichait un sourire béat, il luttait pour ne pas s'appuyer sur Susi. Astaroth lui n’en revenait pas !!! Raziel venait de dire honnêtement ce qu’il pensait et cela sans faux semblants ni mauvais jeux de mots. Avait il eu raison de boire ? La reine des bailles n’eut même pas la force de se plaindre de s’être fait jeter de la sorte. Il se sentait déjà l’âme d’un anthropologue face à un passionnant sujet d’étude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elden S. Avel

avatar

Messages : 74
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Jeu 30 Juil - 22:58

    Le bal est une source de merveille et d'enchantement, tel un comte de fée. Qui n'a jamais rêvé enfant de rencontrer sa douce lors de cet événement. On avait fier allure dans notre costume de prince charmant et c'était avec élégance qu'on menait la danse. Ainsi est l'être humain, moldu ou sorcier à vouloir reproduire les légendes à travers cette fête. Poudlard n'échappait pas à la règle, créant cette ambiance angoissante depuis une semaine entre les murs du château. Les filles semblaient mettre toute leur vie en jeu pour cette soirée. Alors que les garçons avaient cette mine d'un homme qui doit annoncer une tragédie donc il ne serait pas par où commencer. Oui... Il y avait bien que la magie d'une danse qui pouvait rendre les hommes aussi fous.

    JOAKIM : « C'est quoi ton déguisement ? »
    ELDEN : « A ton avis ?! »
    JOAKIM : « En Cow-Boy ? Lucky luke ? »
    ELDEN : « Désespérant... »


    Elden avait lâché ce mot dans un murmure avant de se diriger vers la salle de bain, ignorant l'autre question du jeune homme. Il attrapait au passage sa veste en cuir ébène d'une main légère, puis il l'enfilait avec souplesse alors que son regard se contemplait dans la grande glace. Il n'avait jamais été un grand amateur de fête masquée, le Bal il n'avait pas pensé y aller. Après tout qu'avait-il à part danser toute la nuit dans une salle bondés d'abrutis et ces couples éphémères qu'ils se promettaient l'amour éternelle. Mais cette année il avait une bonne raison d'y aller, d'entrée dans la danse, de s'amuser. Il s'était donc pris dans le jeu avec sérieux - chose rare chez lui -, voulant marqué le coup avec un déguisement original. Et quoi de mieux qu'incarné le Ghost Rider ! Il l'avait quand même transformé à sa sauce, préférant le look western que motard. Voilà pourquoi l'autre crétin l'avait comparé à Lucky luke, comme s'il y avait quelque chose d'effrayant dans ce personnage-là. Elden attrapait sa baguette pour la pointer vers lui, un sourire s'était dessiné sur ses fines lèvres. Puis il fermait les yeux tandis que sa bouche murmurait une formule pour rendre son visage l'apparence squelettique accompagnée de légères flammes. Un sort d'illusion le clou de son déguisement, il l'avait tant cherché dans les vieux grimoires qu'il possédait. Il restait un instant à s'observer avec une lueur de satisfaction dans son regard sombre, il était enfin prêt. Elden ouvrait enfin la porte de la salle de bain, pour s'avancer dans la chambre en direction de ses camarades de chambre devenus béa en le voyant.

    ELDEN : « Alors ?? Qui je suis maintenant. »
    JOAKIM : « Putain... Elden... Tu...TU BRULES !!! »
    ELDEN : « Pathétique... »

    L'heure approchait à grand pas, il était temps d'aller à la grande salle - s'il ne voulait pas y aller en courant - pour l'ouverture du Bal. Il devait normalement avoir un superbe discours de Monsieur GALLNER et il n'avait pas envie de le manquer pour rien au monde, autant commencer la soirée en rigolant. Elden avait déjà le sourire aux lèvres en voyant l'ambiance des couloirs. Des filles vêtues de leur plus beau déguisement... ou pas. Des garçons qui semblaient aller tout droit vers une mort certaine, comme ce cher Tybalt. Il faut dire qu'il eut un moment de compassion pour lui, en remarquant comment cette chère Maika était déguisée... Lui lançant un clin d'oeil moqueur avant de se retourner vers son camarade qu'il venait de lui parler.

    JOAKIM : « Au fait tu m'as pas dit avec qui tu y allais. Elle est comment ta cavalière ? »
    ELDEN : « Viril et magnifiquement masculin ! »
    JOAKIM : « Elle se déguise en mec ? Mais pourquoi ?!! »
    ELDEN : « Irrécupérable... »


    Il s'éloignait de Joakim pour rechercher justement la source de sa venue ici. Corey son cavalier pour le Bal. Pourquoi l'avait-il invité lui et pas un autre ? Ce garçon qu'il avait croisé un jour lors d'une nuit trop longue, pour enfin devenir une habitude, une routine. Pouvait-il le considérer comme un ami ? Surement... Mais ce soir il n'avait pas envie de le voir comme un simple ami avec qui il papote entre deux bouffées de cigarette. Il voulait le considère comme un futur amant, ne cachant pas que le jeune homme avait un physique qui l'attirait énormément. Allait-il répondre à ses avances ? Se laissait prendre par la danse ? S'enivrant de ses gestes ? Elden ne pourrait le garantir, mais il allait tout faire pour le faire céder. Quitte à se prendre un vent devant tout le monde, l'humiliation il s'en foutait pas mal. Il le repérait enfin appuyer sur un mur isolé son regard semblait se perdre dans la foule déjà présente. Elden l'observait un instant, admirant son déguisement de psychopathe de haut en bas... Oui il le matait ouvertement. Et alors il était son cavalier après tout ! Il s'approchait enfin de lui ne le lâchant pas de son regard sombre, pour enfin se coller à lui son sourire sur les lèvres.

    ELDEN : « Bonsoir, mon magnifique psychopathe. Tu m'attends depuis longtemps ? » Dit-il d'une voix chaude.

    Il n'eut pas le loisir de rajoute autre chose que le discours commença l'obligation de se mettre aux côtes de Corey. Qu'allait-il bien sortir comme connerie Monsieur GALLNER ?

    GALLNER : « Bonsoir à tous et bienvenue au bal d'Halloween. Avant que nous commencions tous à danser et être embrumés par les conversations je voudrais revenir sur les récents évènements qui ont eût lieu ici-même à Poudlard. Je sais bien que ces attentats vous ont tous bouleversés. Moi aussi j'ai été choqué de l'apprendre. Malheureusement je n'étais pas là au moment des faits et je ne sait pas ce qu'il c'est passé. Alors je parlerais au nom du ministère. Plus que jamais, l'école devient un endroit très peu sûr. C'est pourquoi l'adjoint du ministre ainsi que plusieurs aurors ont été postés dans le domaine pour vous assurer sécurité et sérénité. Quoiqu'il en soit, amusez-vous tout en restant sages ! Ne partez pas trop au-dehors, les esprits farceurs ont tendance à se manifester les soirs d'Halloween... Le bal est ouvert. »

    Quel ennuie, tout cela pour du vent comme si parler pour rien dire était important. Un soupire s'était échappé de ses lèvres, puis il reposait son attention sur une chose bien plus intéressante. Son cavalier de soirée. Ses mains s'étaient glissées sur les hanches du jeune homme l'obligeant à rapprocher son corps au sien. Tandis que sa bouche s'était dirigé vers l'oreille droite de Corey, il déposait un baiser chaste sur la peau fine de son cou avant de lui murmurer ses quelques mots.

    ELDEN :« M'accorderiez-vous cette danse ? »

    Le ton de la soirée venait d'être donné, allait-il y répondre ? Une chose était sûre, ce Bal sera riche en émotion et en surprise. Mais deviendra-t-il un comte de fée ? Seul l'avenir nous le dira... ou pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Susi Diamentino

avatar

Messages : 604
Age : 28
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Ven 31 Juil - 21:07



    Le bal, la soirée parfaite pour s'amuser en compagnie des élèves, des professeurs, de ses amis proches dans l'enceinte de Poudlard. La soirée que personne ne veut rater, en général. Le moyen de rencontrer de nouvelles têtes, faire vivre un enfer à d'autres, flirter avec certains. Vous l'avez compris, Susi ne raterait ce bal pour rien au monde. Même si l'un des garçons qui faisait battre son coeur y allait avec sa pire ennemie et qu'elle devait regarder ce spectacle sans broncher. Mais heureusement, son cavalier s'avérait être le deuxième garçon en question, et oui, la vie est compliquée. James ou Raziel, Raziel ou James? Telle était la question qui trottait dans la tête de la rouge et or depuis qu'elle avait plus ou moins retrouvé la plupart de ses souvenirs. D'un côté il y'avait son grand amour de jeunesse qu'elle avait du mal à oublier et de l'autre il y'avait celui qu'elle avait longtemps considéré comme son meilleur ami pour finalement se rendre qu'il y'avait beaucoup plus que ça. Alors oui, c'était dur de prendre une décision, surtout lorsqu'on sait que ça entraînera la peine d'un des deux, chose qu'elle voulait à tout prix éviter. Mais breffons, on parlait du bal non? Et un bal d'Halloween digne de ce nom amène à une soirée costumée. Quoi choisir, comment se vêtir? Elle n'avait pas eut à réfléchir longtemps, quelqu'un l'avait fait à sa place! Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle reçu un colis, un matin, sans crier gare. La belle écriture de son Serpentard préféré la fit sourire avant même de savoir ce qu'il pouvait bien lui envoyer. Visiblement il avait autant envie qu'elle de faire regretter certaines décisions à certains. Un costume de guerrière illumina les yeux noisettes de la belle qui étouffa un éclat de rire. Ainsi donc, Blake voulait qu'elle vienne vêtue de la sorte. Aucun problème, elle s'en réjouissait même d'avance, surtout avec ce costume. D'accord, ce n'était pas son genre de mettre des habits très aguicheurs, mais la petite Susi n'y voyait que le côté guerrier qu'elle trouvait des plus amusants. Bon, c'était un peu court mais à l'époque il faisait très chaud et puis, on a besoin d'une certaine liberté de mouvement pour botter le cul des méchants non? Elle voyait les choses de cette façon en tout cas et n'hésiterait pas à remercier le beau vert et argent comme il se doit. Alliés dans cette bataille, par simple jalousie, parce qu'ils ne cherchaient pas à comprendre le pourquoi du comment d'un couple comme Casey et James.

    Passons, le soir du bal, le seul l'unique, c'était maintenant, là, tout de suite. Alors c'est sous les moqueries de sa meilleure amie qu'elle revêtit son costume, hilare devant son miroir. Ses cheveux en bataille pour accentuer le tout, un maquillage léger en dernière retouche. Des spartiates jusqu'aux genoux, une robe métallique assez courte et moulante, et le must du must, cette épée super cool qu'elle portait à la ceinture. Susi ne ressemblait pas à Susi, elle était surprenante vêtue de la sorte et se devait être l'effet que Blake désirait. Kathy tout aussi hilare qu'elle, la pointait du doigt et pour changer, le deux compères partirent en fou rire. Sa meilleure amie, quant à elle, était tout simplement à couper le souffle dans son costume. Mais vu les moqueries de la jeune McGregor, Susi n'allait pas lui en toucher mot. Elle devait aller rejoindre son cavalier, donc Kathy devrait se débrouiller sans elle. Un sourire moqueur sur le visage, la brune fit ses adieux, à sa façon.


    C'est ça rigole, rigole. T'es jalouse parce que pour une fois, je suis presque aussi canon que toi! On se retrouve en bas femme fatale!

    À sa façon aussi, elle venait de la complimenter, après tout, elle le méritait. Un dernier clin d'oeil et Susi la guerrière dévala les escaliers, non sans faire un certain bruit. La salle commune était pleine à craquer, certains attendaient leurs cavaliers/cavalières, d'autres hésitaient encore à rejoindre la grande salle. Quelques signes de mains pour les têtes connues et la brune arpentait les couloirs, rejoignant la grande salle avec une certaine excitation. Poudlard était paré de ses plus belles couleurs, qui n'étaient pas sans rappeler celles de Gryffondor, d'ailleurs cette réflexion arracha un sourire à la brune. Halloween était vraiment LA soirée, sans aucun doute. Elle ne ressentait aucune colère, ni jalousie pour le moment, n'ayant pas croisé son couple préféré. Elle eut cependant droit au doux sourire de Blake à qui elle fit un petit clin d'oeil. Bien d'autres passèrent encore, rejoignant la grande salle tandis que Susi attendait son cavalier. Il se faisait attendre, quelque peu en retard. Tant mieux, il devait se faire beau pour elle. Sauf que, pas vraiment... Elle s'en rendit très vite compte lorsqu'elle aperçu Astaroth qui traînait Raziel à ses côtés. Bon sang, ils étaient déguisés en quoi au juste? Drogués moldus pendant une rave? Mais c'était plus fort qu'elle, elle se mit à pouffer tandis que les deux amis s'approchaient d'elle. Astaroth ressemblait plus ou moins à un indien mais Raziel avait des oreilles de lapin et une visière en plus. De quoi la laisser perplexe, surtout quand c'est son cavalier et qu'il a de la peine à marcher.

    Astaroth mit alors les mains sur ses épaules et la brune le fixa, toujours aussi amusée. Le blondinet lui expliqua alors la situation. Raziel bourré, dur de gérer le stress, prit de cour pour les déguisements. Elle distingua tout de même quelques compliments dans tout cela et en fut reconnaissante. Les nouvelles n'étaient pas vraiment celles qu'elle aurait voulu entendre, mais soit, elle ferait avec. Et puis, elle avait toujours aimer le Raziel bourré, tant qu'il ne partait pas en bad trip elle pensait pouvoir gérer la situation. Impossible cependant de dire quoi que ce soit à Astaroth, au moment où la rouge et or ouvrit la bouche, Raziel se planta devant elle, évinçant son meilleur ami, la reine des abeilles. Le regard azur du bleu et bronze plongé dans le sien, Susi attendit qu'il daigne prendre la parole. Et, ô surprise, elle eut droit au plus beau compliment qui soit, surtout venant de la bouche de Raziel. La jeune femme lui rendit son sourire, attendrie et amusée à la fois. Finalement la soirée ne serait pas si catastrophique. Son cavalier glissa alors son bras autour de sa taille et déposa un doux baiser au coin de ses lèvres, de quoi lui redonner le courage qu'elle avait perdu lorsqu'elle avait appris qu'il était complétement finit...


    Bon aller mes playboys! On y va, ils n'attendent que nous pour commencer!

    C'est confiante et souriante que la belle franchit les portes de la grande salle. Ils eurent ensuite droit au discours de Gallner qu'elle applaudit poliment, sans vraiment l'avoir écouté, trop occupée à chercher des têtes connues dans l'assemblée. Il y'avait Dwayn et Bonnie, Blake et Sasha, et pour finir, James et Casey. Sa gorge se noua tandis qu'elle regardait vite ailleurs. Non, elle passerait une bonne soirée. Rien à battre de ces faux mecs qui invitent des filles détestables alors qu'elles sont les ex's de leurs meilleurs amis. Rien à battre de leur costume qu'elle n'avait même pas voulu étudié, elle verrait ça plus tard. Pour le moment, il était temps de valser! Susi se leva alors et invita Raziel à en faire de même saisissant la main de son cavalier dans la sienne. Elle allait devoir mener la danse vu que le jeune Warner en était incapable, ça allait donner quelque chose. Adressant un sourire moqueur à son cavalier, elle lui chuchota à l'oreille.

    Me fait pas tourner trop vite, j'aimerais éviter que tout l'école voit les sous-vêtements que je porte...

    C'est sous les éclats de rire de la brune qu'ils se mirent à tourner doucement, au rythme de la musique. Pour le moment tout était sous contrôle et tout se déroulait pour le mieux, mais pour combien de temps?

_________________
      Oh come on...
      Don't be bored, sad or anything else!
      Dance for me, smile for me...
      Have fun with me and everything will be ok
      I promise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïka O. Allen

avatar

Messages : 70
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Ven 31 Juil - 23:06

    « Ne me déçois pas, Maïka. J'aimerais que la soirée se passe bien »

    « Tu vas arrêter !? Oui ! J’ai compris ! »

    Ce qu’il était stressant, cet idiot ! Pouvait-il respirer trente secondes ? Elle n’avait encore rien fait pour le faire. Pouvait-il au moins attendre qu’elle fasse quelques choses de travers avant de lui sortir ce genre de truc débile ? Elle venait d’arriver dans son déguisement des plus provocateurs, mais de mauvais goûts pour savoir ce qu’en penserait le jeune homme, en fait. Maïka savait que son costume était des plus médiocres, même si ce n’était pas son genre, pourtant, elle en avait un en réserve spécialement pour ce bal si. Pourquoi ne l’avait-elle pas mis dans ce cas ? Elle voulait tester Tybalt, même si elle le cherchait dans un sens. En fin de compte, elle avait quelques choses, elle s’était vêtue de cette façon. La Serpentard avait ce malin plaisir à vouloir tester les limites des gens, même si elle n’était aucunement gênée par son accoutrement d’où elle s’attirait plusieurs regards. Elle cherchait à être celle qu’on regarde le plus, même si on la regardait comme si on était dégoûté. La plupart du temps c’était des femmes qui la regardaient dégoûter, ça la faisait tout simplement rire. Elle aimait attirer l’attention et ne changerait jamais pour ça. Maïka regardait son cavalier déguisé en vampire, même avec son autre costume, ils n’allaient pas du tout ensemble. C’était la vie après tout. Elle n’avait rien demandé à personne, mais elle choisissait ses vêtements exprès pour qu’on ne regarde qu’elle. La reine… C’était elle ! Essayez de lui voler sa place et vous rencontreriez une garce en personne. Maïka est une chieuse depuis qu’elle a l’influence de jeune Lady voulant autant le pouvoir qu’elle. L’ambition ! Me direz-vous. Avoir le dessus sur les gens était bien plus jouissif qu’être le petit con de valet ou d’acolyte qui suivait pas à pas le grand maître de ces lieux. Maïka le savait, elle aimait être celle qu’on vénérait, celle où on aimerait être à sa place et elle le faisait ressentir à chaque passage. Une diva ! C’est tout. On ne devait pas aller chercher plus loin, d’Ailleurs les divas cherchent toujours avoir l’attention. Quand elles n’ont plus l’attention qu’elles ont toujours eu, c’est qu’elles ont perdu de la popularité et même du pouvoir. Ça, ça faisait peur pour une diva, comme Maïka.

    « Maïka, je te préviens. Tant que tu resteras dans cet accoutrement, je ne rentrerai pas là dedans. Tu as tout intérêt à te changer, sinon, c'est niet! (…) Tu vois, elle incarne un personnage énormément provocateur. Cela ne l'empêche pas de garder une certaine classe et de ne pas faire dans le trash! Han, mais par Merlin! Change moi ce costume! »

    Elle avait regardé la fille qu’il avait pointée. Oui son costume était bien joli, mais Maïka avait fait exprès de s’habiller ainsi. Elle n’ouvrit pas la bouche dans l’immédiat réfléchissant un tout petit peu. Elle le fixait. La Serpentard avait juste envie de le faire patienter n’ayant pas envie de lui donner ce qu’il veut dès maintenant. Maïka était chiante, c’est vrai… Mais personne n’était mieux qu’un autre ! Elle sentit les mains de Tybalt prendre ses mains, elle le regarda plus intensément. Qu’est-ce qu’il voulait encore ? Qu’elle aille se changer ? Elle le savait déjà, on n’avait pas besoin de le lui rappeler, elle le savait plus que tout.

    « Je t'en supplie Maïka, change de costume. Je t'en prie... je ferai tout ce que tu voudras ce soir si tu t'habilles plus décemment. »

    « Si je vais me changer, tu vas sourire, un peu ? Tu vas arrêter de te dire que je vais te faire souffrir toute la soirée. Tu voudras finir ta nuit avec moi ? » Dit-elle en haussant les épaules d’une voix extrêmement calme, comme si rien ne pressait. Elle lui fit lâcher ses mains après quelques temps. Maïka allait l’écouter préférant se retrouvant dans son autre costume que celui-ci qu’elle n’appréciait pas. Ce n’était pas un déguisement, ce n’était rien du tout. Elle lui lança un dernier regard, elle l’avait détaillé pendant quelques secondes avant de reprendre les escaliers qui menaient aux cachots où se trouvaient la salle commune des Serpentard, ainsi que les dortoirs des élèves appartenant à cette maison. Il y avait encore quelques retardataires qui étaient toujours indécis de se présenter dans leur déguisement. Il y avait aussi des non accompagnés qui s’étaient organisés une soirée entre eux. Maïka tomba même sur un couple qui n’avait même pas eu le temps de faire la fête en haut qu’ils étaient déjà au lit. Ah, les jeunes ! Par moment, le sexe était plus fort que de se présenter à un évènement. De toute façon, elle n’avait pas à parler avec tout ce qu’elle avait raté pour se retrouver coucher sur le dos avec un garçon pour avoir du plaisir pendant les cours ou encore pendant des évènements complètement importants et spéciaux. Maïka était dans son dortoir à sortir une boîte où se trouvait son costume bien plié. Elle l’avait choisi spécialement, il y a quelques jours. Elle était tombée amoureuse de ce costume, même si ce n’était pas son genre de s’attacher à un vêtement. Ce costume était le sien à présent. Elle se vêtit rapidement, puis ensuite passa au maquillage et aux cheveux. Elle rajouta les accessoires, comme le sabre et son cache-œil qui cachait son œil gauche qu’elle avait relevé pour pouvoir voir des deux yeux. Elle s’était rapidement préparée pour ne pas faire attendre son cavalier à la grande salle.

    Elle quitta le dortoir avec un sourire triomphant. Elle était déguisée en pirate. Un costume avec plus de classe c’était certains, mais il y avait toujours la touche sexy au niveau du décolleté qui était déjà moins pire que le déguisement précédent. Elle montait les marches menant au hall, on pouvait entendre les talons de ses bottes claqués sur le plancher. Elle s’approchait de son cavalier avec assurance. Elle était bien mieux dans cet accoutrement. Les gens avaient sûrement remarqué le changement, puisqu’auparavant, elle avait eu l’air d’une prostituée ! Maintenant, elle avait plus de classe ! Maïka était à présent derrière lui. Elle posa sa main sur l’épaule de Tybalt pour le faire tourner en sa direction. Elle lui sourit en réussissait enfin à le faire tourner vers elle.

    « Ça te plait maintenant ? » Elle sourit encore une fois. « L’ancien costume n’était pas un costume. Sérieusement, je n’allais pas me promener avec ça toute la soirée, mais ce costume est le costume que je voulais porter pour cette soirée. J’espère qu’il te plaît, sinon je suis à court de stock pour les déguisements. » Elle se permit de prendre sa main. Elle devait être le plus gentille possible avec son cavalier, promesse qu’elle s’était faite face au miroir. Maïka ne bougeait pas attendant que son cavalier veuille bien l’invité à danser. « Tybalt, j’aimerais te dire, que je ferais le grand plaisir d’être sage, me comporter de façon des plus normals. J’espère aussi que tu apprécieras ta soirée. » Elle respira un grand coup avant d’ajouter. « Merci de m’avoir invité » Elle lui donna un baiser sur la joue.
costume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shawn Ross

avatar

Messages : 332
Age : 28
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Sam 1 Aoû - 18:35

    Posé sur un banc du parc, Shawn ferma les yeux pour se détendre un peu, deux heures avant le début de la soirée. Les blagues qu’ils avaient reçu dans la journée ont finit par l’énervé quelque peu. Ce n’était pas un grand fan d’Halloween, il aimait bien mais…sans plus y faire attention. Sauf cette année où la directrice avait décidé qu’il y aurait un bal, et tout de suite, son attention envers cette fête fut plus grande ! En effet, un bal était l’occasion de nouvelle rencontre, d’une soirée très sympathique entre amis, et peut être de chose un peu plus intéressante avec les filles ! Et c’est toujours dur pour un célibataire de trouver une cavalière. Shawn lui, avait adopté pour la facilité et la rapidité pour ne pas trop se compliqué la vie.


Flash back, trois semaines plus tôt :
      Shawn était dans la grande salle au repas du soir avec son meilleur ami, Nathanaël. On venait de leur annoncer, au début du repas, de ce bal d’Halloween pour dans trois semaine. Une semaine à peine après les attentats. L’heure n’était pas aux réjouissances et pourtant, on leur annoncerait cela comme si c’était un bal traditionnel. Certains étaient choqués, d’autre heureux de pouvoir avoir une fête, d’autre encore était d’avis mitigé. Shawn, lui, trouvait que c’était une bonne idée : cela permettrait à Poudlard de penser à quelque chose d’autre jusque là, cela permettrait de calmer un peu les esprits, cela permettrait de se détendre et de ne pas être constamment sur nos gardes…du moins, jusqu’au 31. Des rumeurs circulaient déjà entre les tables annonçant un nouvel attentat lors de la soirée. Shawn regarda celui qui relayait l’information d’un air qui voulait dire « arrête de raconter des conneries. »

      Avec Nathanaël, ils étaient plutôt du genre à se charrier sur le fait de savoir qui inviter. Lui se sentait d’y aller seul, il verrait bien sur place qu’il disait ! Shawn lui, voulait faire cela dans les règles, seulement, ces temps-ci il n’avait pas la tête aux filles et ne s’en était intéressé à aucune. Ce qui lui rendrait la tache plus difficile ! Pourquoi n’était-il pas déjà caser ?
      Shawn regardait toutes les filles. La majorité ne faisait pas transparaitre leurs sentiments, la situation était peu banal : faire la fête pendant la soirée des morts…sachant qu’une semaine auparavant quelques dizaines d’élèves ne s’étaient pas relevés…
      D’autres, semblait enchanté de cette soirée, une nouvelle fois elles pourraient être des princesses, une nouvelle fois elles pourraient avoir les garçons à leur pieds, une nouvelles fois elles pourraient faire ce qui leur plaisait.
      Quelques unes pleuraient les morts des attentats, d’autres préparaient de mauvaises blagues à faire ce soir d’Halloween, certaines mangeait sans parler.
      Mais une seule attira le regard de Shawn. Une fille qu’il connaissait. Très peu, certes, mais suffisamment pour l’intéressé. C’était une fille qui était dans sa maison, et ils se côtoyaient depuis la première année. Shawn sentit dans le comportement de cette fille qu’elle vivait la nouvelle comme lui. Peut-être se trompait-il mais…c’est ce qu’il ressentait. Elle esquissait quelques sourires, parlait aux autres de la fête sans pour autant se montrer aussi joyeuses que ses camarades. Elle était belle. Elle s’appelait Alexis.

      Mais il se souvint d’une chose importante, cette fille était avant tout l’ex copine de Nathanaël. Et le problème c’est qu’il semblait que ce n’était pas totalement finit entre les deux. Est-ce qu’il fallait lui parler de ce coup de cœur ? Tout les deux, ils s’étaient dit qu’ils ne se bâteraient pas pour des filles mais là, Shawn hésitait.
      Devait-il dire à Nath que son ex lui plaisait ?
      Devait-il ne rien lui dire du tout et l’inviter ?
      Devait-il ne rien faire du tout, oublier cette fille et ne rien dire à Nath ?
      Shawn soupira. Décidément, jamais cela ne sera facile d’inviter une fille au bal !
      Il décida de finir le repas et de voir comment cela se passerait avec Nathanaël, avec Alexis…Et il espérait que cela se passe bien !

      Le repas fini, tous les élèves se levèrent plus ou moins rapidement. Nath lui, s’excusa auprès de Shawn, il voulait se dépêcher pour une raison inconnue. Surement voulait-il ne pas avoir d’attente aux douches ! Déjà, Shawn se dit ironiquement que le destin ne voulait pas qu’il parle à son meilleur ami de son attirance envers Alexis. Par contre, Alexis, elle, trainait pour se lever, comme Shawn et ses amis partaient devant elle. C’était l’occasion rêvé pour aller l’aborder. Il prit une grande respiration, essaya de se décompresser un bon coup, et il se dirigea d’un pas assurer vers sa futur cavalière (l’espérait-il !)

      D’un geste délicat, il la stoppa par l’épaule en appelant son nom. Il lui soutint le regard en lui faisant un joli sourire et débita un speech qu’il avait préparé pendant le repas.

      "Je vais faire dans la simplicité : Est-ce que tu voudrais m’accompagner au bal d’Halloween ? "

      Bon…c’est sur, ce n’était pas le meilleur speech de tout les temps ! Et en voyant la surprise d’Alexis, Shawn désira se rattraper en improvisant cette fois ci, et c’était peut être mieux comme cela !

      "J’ai accroché ton regard juste au moment où ils ont fait l’annonce du bal et cela m’a donné envie de t’inviter. Cela nous permettra de faire mieux connaissance, cela fait huit ans qu’on se côtoie sans jamais vraiment faire connaissance. Alors ? Veux-tu être ma cavalière ? "
Fin du flash back.

    Elle avait accepté assez rapidement. Surement que la précipitation de sa demande l’avait enchanté, ou était-ce parce qu’elle était attiré par Shawn avant ? Shawn en doutait. Pour lui, il n’y allait qu’en amis et cela devait en être de même pour elle.
    Shawn rouvrit les yeux et vit que l’école était de plus en plus en effervescence. Les élèves, tous déjà déguisés, parcouraient les couloirs, accompagnés ou non. Il regarda sa montre : 19h30, puis posa ses yeux sur ses vêtements.

    *Arf…Il faudrait peut être que j’aille, moi aussi, me déguiser !*

    Il se leva et commença à parcourir les couloirs en courant. Il n’était pas en retard mais préférait être en avance ! Sur son chemin il croisa nombre d’amis avec qui il discuta. La joie de vivre était présente chez tout le monde, l’humeur de Shawn remonta rapidement. L’heure était désormais à la fête et son sourire était dés a présent accroché sur son visage, qu’il discute ou qu’il soit seul. Il arriva aux dortoirs vides et regarda sa montre : 20h05. Cela allait faire juste !
    Il accéléra le mouvement, ouvrit le colis que ses parents lui avaient envoyé sans qu’il ne leur demande rien ! Ces deux là avaient quelques secrets en réserves ! Et le costume était plutôt sympa : un costume de magicien médiéval. Et en plus, c’était un costume assez simple : deux grosses botes, un pantalon en toile, une chemise à lacet et une cape. Avec lui était fourni un bâton taillé et une potion pour la pousse rapide des cheveux. Il but la potion, s’habilla rapidement. Et le temps d’enfiler ses bottes, ses cheveux arrivait presque a ses épaules. Cela rendait vraiment bien ! Il piqua quelques crayons de maquillage posé sur un lit et se badigeonna légèrement le visage de noir. C’est bon, il était prêt ! De nouveau un coup d’œil et il partait : 20h20. Et là, il se passa la main dans les cheveux, il était en retard !
    Et pour cause, il avait dit à Alexis de l’attendre à 20h15 dans le parc juste en face de l’ancienne salle commune Poufsouffle pour pouvoir aller au bal ensemble. Il espérait qu’elle ne lui en voudrait pas. Il dévala les escaliers à toute vitesse et se retrouva dans le petit parc quelques minutes plus tard. Personnes…Il prit peur…se serait elle enfuit, vexé de s’être prit ce qui lui aurait semblé être un lapin ?
    Non, elle était là, adossée au mur. Shawn soupira de soulagement et ses yeux s’écarquillèrent devant la beauté d’Alexis. Il ne fit même pas attention à son costume, son visage l’éblouissait déjà assez. Shawn s’approcha avec un grand sourire et lui déposa un baiser sur la joue.

    "Je suis sincèrement désolé de mon retard. J’aurais tout le temps de m’expliquer un peu plus tard, en attendant il faut y aller sinon nous allons manquer la fête. "

    Shawn avança son bras pour que la demoiselle qui l’accompagnait veuille bien le prendre. Le cœur de Shawn battait a ton rompre et pas seulement parce qu’il venait de courir. Il avait une fille à son bras, c’était une chose exquise ! Et elle aussi était exquise !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jayden D. Bukater

avatar

Messages : 44
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Sam 1 Aoû - 19:53

C’était l’effervescence dans le dortoir de Jayden. Certains sautaient de joie, impatient, et d’autres se demandaient ce qu’il leur avait pris. Jay’ faisait partie de ce dernier groupe. Déjà, au début il n’avait pas compris que c’était un bal costumé et il lui avait fallut trouver un costume en même pas un jour. Mission impossible évidement. Enfin, Jayden n’était pas très mécontent du résultat final, même si en si prenant plus tôt il aurait pu faire mieux. Le plus dur avait été de trouver en quoi il allait se déguiser. Et puis déjà, quelle idée d’obliger les gens à se déguiser pour un bal, c’était une idée vraiment horrible assurément. Mais pour le moment, là n’était pas la question. Il n’était pas prêt et il allait être l’heure de descendre chercher sa cavalière. Tournant sur lui-même pour faire un rapide tour du la pièce, Jay’ vérifia qu’il n’avait rien oublié puis il entreprit d’inspecter son costume. Mais de toute façon, il était malheureusement trop tard pour changer, les dés étaient jetés. Allez hop, il fallait maintenant sortir de la salle commune, trouver sa cavalière, se diriger vers la grande salle puis faire semblant de s’éclater. C’était pour ce dernier point qu’il se faisait le plus de soucis, même si normalement il n’en avait pas besoin. En effet, il s’entendait très bien avec Odelis, du moins la seule fois ou il s’étaient croisés. Ah oui, il faut aussi faire remarquer que Jayden avait invité une personne qui connaissait très peu. A vrai dire, il savait son prénom, sa maison, son année et sa matière préférée. Ce n’est pas beaucoup pour inviter quelqu’un à un bal à Poudlard, mais il avait été mis sur le fait accompli. Comment aurait-il pu se douter qu’après qu’il ai plaisanté sur le bal, elle allait lui répondre qu’elle irait avec lui ? Personne de sensé ne pouvait prévoir çà, et encore moins Jayden, lui ne s’imaginait même pas qu’on lui dise oui c’est pour dire.

AMI - Bon, j’y vais, on se retrouve dans la salle !

Jayden acquiesça, n’osant même pas parler, on ne pouvait décemment pas prévoir quel sorte de son il allait produire. Pourtant, il n’était pas stressé par le fait qu’il aurait voulu sortir avec Odelis, pour lui elle faisait juste figure d’amie, c’est juste que la simple idée d’aller à un bal accompagné le rendait mal à l’aise. Le jeune Serdaigle respira un grand coup avant de sortir de sa salle commune. Il devait maintenant trouver Odelis. Ce fut moins difficile qu’il l’aurait. Pour l’occasion, il lui fit un baiser sur la joue, c’était approprié non ? Bien sur, il savait qu’il allait rougir mais Jayden s’obligea à penser à autre chose, évitant la catastrophe. Autour d’eux, les élèves discutaient par deux, ou certains étaient encore tout seul. Au moins, il avait évité de venir sans cavalière, et donc à rester dans son coin sans oser aborder un groupe de personnes, sachant que les gens qu’il connaissait avaient quasiment tous un cavalière ou une cavalière. S’attardant sur le costume d’Odelis, il la trouva époustouflante.

JAYDEN - Heu… Je… Ca te… Tu es… Ce costume te va… très bien.

Bon, c’est tout ce qu’il pouvait faire pour le moment, et encore il avait fait un gros effort pour aligner sa phrase presque correctement. Jayden sentit le rouge lui monter au visage. Cette fois il n’y échappa pas. Mais les lumières n’étaient pas trop fortes, et le jeune homme espérait qu’elle n’avait rien vu. Que personne n’avait rien vu même tant qu’on y est. Mais l’attention des élèves était au même moment reportée sur Gallner, qui venait d’entamer son discours. Jayden ne l’écouta même pas, trop occupé à reprendre une couleur normale. La première danse commença tout de suite après la fin du discours, une très belle valse. Jayden se tourna vers Odelis.

JAYDEN - Mademoiselle m’accorderait-elle cette danse ?

Le jeune homme laissa voir un sourire malicieux en faisant une mini révérence devant Odelis. Bien sur, il pensa après coup aux autres élèves et se sentit rougir à nouveau. Mon dieu, si ça se passe comme ça pendant toute la soirée, on n’est pas rendu ! Bien sur, Jayden avait apprit à danser la valse, sinon il n’aurait pas osé inviter Odelis. Le jeune homme pensait d’ailleurs qu’il faisait piètre figure dans son costume de hippie en face d’une si charmante cléopatre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corey T. White
I'll Be Just Fine Pretending I'm Not !
avatar

Messages : 105
Age : 33
Localisation : Trying to find my place in this F******* world!
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Dim 2 Aoû - 17:45





    If I could just hide the sinner inside
    And keep him denied
    How sweet life would be if I could be free
    From the sinner in me

    I'll never be a saint
    That's not a picture that your memory paints





    En cette nuit d’halloween, Corey se sentait avant tout d’une humeur particulièrement maussade. Il ne supportait pas bien l’excitation générale qui avait gagné à peu prêt tout les habitants de ce château. Cette atmosphère électrique et certainement grisante si l’on se laissait contaminé, avait le don de lui mettre les nerfs à vif. Allongé sur son lit, il posa son oreiller sur son visage afin de ne plus voir les multiples allées et venues de ses camarades. Étaient ils tous si naïf ? Corey avait un avis bien arrêter sur les bal : Au début tout semble si beau, si parfait mais au fil des heures il n’est pas rare de croiser une fille en pleure au détour d’un couloir ou encore des échauffements remplis de testostérone et d’une cruelle puérilité. Cette ambiance festive provoque des catastrophes en séries et il ne voyait aucunement ce qui pourrait le faire changer d’avis ! Poussant un grognement, il se tourna sur le ventre et enfuis son visage dans le matelas. Il savait qu’il se réjouirait du malheur de certains tout comme il se sentirais touché par celui d’autres. L’idée d’une soirée remplie de tant de sentiments extrêmes et divers le fatiguait d’avance. Corey appuya l’oreiller sur sa tête, tentant de crée une barrière avec le bruit qui l’entourait. Faisant le vide il parvint à se retrouver, à retrouver le vrai Corey ! Car derrière toute cette mauvaise humeur se cachait en réalité une furieuse soif de découverte. Dans sa quête perpétuelle de comprendre l’être humain il se devait d’admettre que ce genre d’événement se relevait d’une richesse intarissable.

    Perdu dans le néant il lui vint soudain l’image d’un visage …Elden ! Le Gryffondor avait attisé sa curiosité en l’invitant à ce bal. Celle la, il ne l’avait pas vue venir ! Elden lui plaisait, c’était une chose évidente mais ils ne se connaissaient que superficiellement. Quelques discussions autour d’une clope mais rien de bien profond finalement…Pourtant il brûlait d’envie d’en savoir plus et il se doutait qu’un petit jeu des plus savoureux se profilait à l’horizon. Tout ce qu’il espérait c’était que l’adversaire serait à la hauteur de ses attentes ! D’un geste brusque il chassa l’oreiller et inspira profondément comme s’il sortait d’une longue apnée. Bondissant sur ses deux pieds il prit le chemin de la salle de bain ou il profita d’une douche réconfortante. Sans perdre une seconde il enfila un pantalon noir et une chemise d’un blanc immaculé. Lissant le tissu de ses doigts fins, il vint parfaire sa tenue d’une paire de bretelle tout aussi blanche que sa chemise. Un élève passa derrière lui et il pu entendre un petit soupir moqueur qui ne l’ atteignit pas une seule seconde. Il c’était attendu à ce que beaucoup d’élève ne reconnaissent aucune valeur à son déguisement et pourtant…Tout droit tiré d’un film moldus qu’il avait vu étant plus jeune et qui l’avait terriblement marqué par la savoureuse cruauté morbide qu’il dégageait. Le héros : Alex, représentait très clairement le psychopathe dans toute sa maniaquerie et sa splendeur. Corey avait toujours aimé jouer sur l’ambiguïté et les nombreux mystères qu’il se plaisait à laissé planer autour de lui. Pourquoi donc imaginer une seconde qu’il aurait pu choisir un déguisement extrême et identifiable au premier regard.

    Un fin sourire pervers se dessina sur ses lèvres alors qu’il appliquait de la poudre blanche sur son visage. Du noir pour ses paupières, un peu de mascara mais surtout ce faux cil appliqué au bas de son œil droit. De quoi lui donné le regard qui irait parfaitement avec sa tenue mais il manquait un petit détail. Menant sa baguette vers ses yeux il murmura un sortilège et eut la satisfaction de voir son iris prendre une couleur rouge sang. Corey passa une main dans ses cheveux et légèrement de travers il posa un chapeau melon noir sur sa tête. Pas vaniteux mais soucieux du détail il prit quelques minutes pour admirer le résultat avant de quitter la pièce sans se retourner. Il se contenta se saisir sa baguette, ses clopes et une flasque d’alcool qu’il fourra dans ses poches. Regardant sa montre, il fut ravit de constater qu’il lui restait largement le temps d’aller se fumer une clope. Le calme du parc lui fit tout autant de bien que l’assouvissement de son addiction et ce fut presque à contre cœur qu’il regagna le hall bondé. Découragé d’avance ,il décida que serait à Elden de le trouvé et il prit nonchalamment appuis contre un mur. Au bout de quelques minutes il remarqua une lueur qui s’approchait de lui, croyant à l’hallucination, il plissa les yeux. Après quelques secondes il parvint à distinguer les traits de Elden et il prit aussitôt refuge dans regard sombre. Le Gryffondor avait sortit le grand jeu, il était indéniable que son déguisement était époustouflant.

    « Bonsoir, mon magnifique psychopathe. Tu m'attends depuis longtemps ? »

    Sans perdre une seconde il répondit du tac au tac.

    Je ne sais plus…Je brûlais d’impatience de te retrouver.

    Il adressa à Elden un sourire remplis de sous entendu. La métaphore n’aurait pus être moins adaptée à la situation et cela autant au sens propre que figuré. Corey ne prêta pas grandes attention au discours de Gallner, il se contenta de sourire lorsqu’il évoqua la requête qu’ils restent sage. Il n’en avait aucunement l’intention ! Où serait l’amusement sinon ? Sentant les mains de Elden se posées sur ses hanches il ne pus réprimé un frisson qui remonta du bas de ses reins jusqu’au creux de sa nuque. Ne tentant pas une seule seconde de fuir, il laissa leurs corps entré en contact tout en dévorant son camarade du regard.

    « M'accorderiez-vous cette danse ? »

    Dansé ! Oh non ! Comment avait il pu oublier ce détail ! Il n’avait jamais particulièrement été doué pour la chose et il n’y trouvait pas réel plaisir si ce n’était la proximité des corps. Affichant une grimace, il se laissa aller à un ricanement cynique.

    Dansé…Ce n’est pas trop mon truc ! Mais peut être qu’avec un peu d’alcool dans le sang je me laisserai aller plus facilement à t’accorder ce plaisir…

    Il glissa délicatement sa main dans celle de Elden avant de l’attirer à sa suite vers les boissons. Il prit deux verres remplis d’un liquide quelconque et discrètement, il les remplis de l’alcool de sa flasque magique. Affichant un sourire victorieux, il tendit un des deux verres à son camarade et murmura à son oreille.

    C’est une flasque sans fond…On en a pour toute la soirée.

    Et dans un gloussement il déversa une partie du liquide dans sa gorge et laissa son regard courir le long de la silhouette de Elden.

    Ce que j’aime par-dessus tout c’est l’observation.

    Se glissant derrière Elden, il le fit se retourner pour admirer la foule qui grouillait dans la grande salle.

    Tout ces spécimens, c’est fascinant de les voir interagir. Mais je dois l’avouer, ce soir je suis venu pour l’observation d’un spécimen en particulier.

    Collé contre le dos de Elden, il inspira la parfum de sa nuque, laissant l'illusion des flammes léché son visage. Il attendit une seconde et il reprit ses distances pour faire face au Gryffondor. L’œil vif et rempli de défis, le ton assuré, il conclut.

    Alors ? Comment vas tu t’y prendre pour me convaincre de danser ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loreliane R. Alkhore

avatar

Messages : 124
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Lun 3 Aoû - 0:02

-
-

    Des insultes le soir du bal d’Halloween ? Difficile à croire et pourtant l’ambiance n’était pas au beau fixe dans la salle de bain des Poufsouffles. Et pour cause, une furie refusait de céder sa place alors qu’elle squattait l’endroit depuis presque une heure et que le bal allait bientôt commencer. Cette espèce de folle n’était autre que Loreliane en fait. Une Lorel’ excédée qu’on vienne la déranger avec des jérémiades sans importance. Pourquoi ces filles avaient besoin d’un miroir ? Un coup de baguette magique et elles avaient la plus parfaite des coiffures et un maquillage digne d’une pin-up. Alors que elle avait besoin d’un calme absolu pour réaliser ce…. Ce putain de sort vraiment hyper compliqué ! Déjà qu’elle avait perdu deux heures à le chercher dans de vieux bouquins aux thèmes plutôt sombres alors qu’elle était censé bosser alors maintenant, ces crétines allaient lui foutre la paix ! Mais comme un énième coup était donné sur la porte, elle eu une idée lumineuse : elle ouvrit brusquement la porte de la salle de bain et grogna en montra les dents. Et manifestement sa petite plaisanterie fit mouche puisque la dizaine de filles amassées devant la porte hurlèrent telle une bande de pucelle effarouchée. Tout simplement à mourir de rire ! Lorel’ éclata de rire et se retourna face à son reflet. Il faut dire que son petit sort était particulièrement efficace : à la place de la peau blanche qui recouvrait habituellement sa mâchoire, il n’y avait plus que l’os à proprement dit ! Ne vous inquiétez pas, la jeune fille n’avait pas eu besoin de s’écorcher la peau mais simplement de fouiller à la bibliothèque. L’effet était saisissant en tout cas, on n’avait véritablement l’impression que son corps était en décomposition depuis déjà un petit bout de temps. Elle avait repris le même procédé pour faire apparaitre quelques unes de ses cotes sur son flanc gauche ainsi que le squelette de sa main droite. Mais pour jouer le rôle d’une mariée morte depuis des années il fallait bien ça ! Elle avait donc revêtue une robe de mariée bleu pâle, dévoilant l’une de ses longues jambes fuselée et avait installée un long voile dans sa chevelure brune.

    Elle se sentait tout simplement… parfaite ! Certes elle n’avait pas de cavalier pour ce soir mais peu lui importait. Ce qu’elle souhaitait c’était s’amuser, loin de ses soucis. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle devait y aller habiller de façon négligé. Or, là, elle allait montrer à tout le monde qui était la plus belle ! Un dernier tour sur elle-même pour s’assurer qu’elle n’avait rien oublié et elle sortit la tête haute, l’air dignement macabre ! Ses consœurs lui jetèrent des regards aussi effrayés que dégoutés. Elle saisit au vol son bouquin de fleurs séchées et rejoignit la foule des élèves déjà amassés devant la grande salle. Et manifestement, elle ne passait pas inaperçue. Même si de nombreux déguisements étaient assez loufoques et originales, il était bien possible qu’elle fasse partie des meilleurs. Plusieurs regards se posèrent sur elle et si certaines personnes semblaient approuvées son accoutrement, ce n’était pas le cas de toutes. Elle admira ses sujets avec un léger air cynique puis se détendit. Elle n’était pas là pour mépriser les autres mais plutôt pour profiter autant qu’eux de cette soirée qui permettait d’être très agréable.

    Elle finit de descendre les escaliers et se mêla aux élèves de toutes les maisons, très difficilement reconnaissable avec leur déguisement. Cependant, Lor’ tenta de reconnaître quelques uns de ces connaissances, ce qui n’était pas choses aisées. Pourtant, il y avait bien ce jeune homme là-bas avec ses oreilles de lapins roses –assez ridicule d’ailleurs- qui enlaçait une jeune femme assez sulfureuse. Ce pouvait-il que ce soit son Serdaigle préféré ? Sa réponse lui fut donné lorsqu’il saisit la main de Susi pour l’emmenait dans la grande salle. Le beau sourire qu’arborait Lor’ s’effaça lentement pour laisser place à une sourde colère. Raziel dans les bras d’une autre… Une simple amie serait-elle aussi jalouse ? Pas sûr… Etait-ce l’ultime preuve qu’elle ressentait bien plus que de l’amitié pour le brun ? Quasiment sur… Alors voilà, il avait choisi. La première greluche qui passe et il partait avec elle, un sourire béat éclairant son visage. Pfff, c’était tellement pathétique. Pathétique certes mais particulièrement horrible pour Loreliane. La tristesse lui donna l’idée de rebrousser chemin et d’aller s’enfermer dans son dortoir mais c’était trop facile. Non, elle ne pouvait pas s’en aller s’en même tenter sa chance. Sa dernière chance. Un autre visage apparut alors distinctement parmi la foule. Celui qui pourrait certainement être son allié de la soirée. Astaroth Corgan. Combien de fois s’était-elle pris le bec avec lui ? C’était franchement incalculable. Mais ce soir, elle allait devoir mettre sa mesquinerie de coté et essayer de lui tirer les vers du nez. Qui avait-il clairement entre Raziel et Susi ? Lor’ fendit la foule et attrapa le jeune homme par les épaules et le retourna vivement pour qu’il lui fasse face.

      « Asti, toi ici ? Mon dieu, je ne pensais pas qu’un homme de ta classe viendrait se mélanger aux communs des mortels ! Que dirais-tu d’accompagner une pauvre défunte se désaltérer ? »

    Elle lui empoigna le bras et le tira légèrement vers l’entrée de la grande salle où l’ambiance macabre réjouissait tous les élèves présents. Elle se força à réprimer une légère grimace : dire qu’elle allait devoir s’afficher avec cette espèce d’indien des moins convaincants. Cela l’étonnait d’ailleurs beaucoup de la part d’Astaroth qui prenait d’habitude particulièrement soin de son apparence. Il s’était passé quelque chose de relativement important juste avant le bal pour qu’il n’apparaisse pas dans le costume le plus délirant et le plus soigné de toute la soirée. Et vu celui de Raz’, cela le concernait aussi…



Dernière édition par Loreliane R. Alkhore le Mar 4 Aoû - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P. Z. Càllistô Càrpenter
    faithless ─ c'est la voix de la raison celle du mort

avatar

Messages : 162
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Lun 3 Aoû - 3:17

      J'suis toujours le seul à poster un HJ xD


Depuis sa séparation avec Svetlana, lors de la fête de Milton-White et Kent, tout allait bizarrement bien. Plus aucuns problèmes ne se profilèrent à l’horizon. Tout allait bien dans le meilleur des mondes. Puis sa séparation avec la belle russe lui avait apporté quelque chose de plus satisfaisant qu’un amour faux et faussement exprimé. En prime de se débarrasser d’une plaie du monde, il s’était trouvé immédiatement quelqu’un. Il avait réussi à dégoter une perle rare dans ce monde de brute et de cinglés. Il avait trouvé Charly. Charly R. Nicholls. Une belle blonde. En réalité pas si blonde que ça. Charly était quelqu’un de passionnée, d’affectueuse et d’une certaine intelligence. Dans ses bras, le jeune homme se sentait revivre. Il faut dire qu’elle n’avait pas perdue son temps pour sauter sur l’occasion d’attraper notre bel homme. Juste après la séparation de Svetlana et Càllistô, Charly était allé réconforter le beau blond en lui offrant un baiser fougueux. Cependant dans touts ses états, le jeune homme avait succombé au désir de rester dans les bras de la jolie blonde. Cependant Charly et Càllistô se sentaient assez mal en réalité. Car non seulement Càllistô était l’ex petit-ami de Svetlana mais Charly sa meilleure amie. Cela allait peut-être – rien était plus sûr – créer un froid entre les trois personnes. Et Charly redoutait cela. Càllistô, lui, s’en contre-fichait. Mais pour Charly s’était une situation inacceptable. Aussi la jolie blonde semblait s’être éprise fortement de Càllistô. Mais le jeune serpentard ne s’en plaignait pas, au contraire. Au début de cette relation, Càllistô c’était dit que c’était une passade, un simple coup de quelques jours, mais au fil des heures, des jours même, un sentiment était né. Un sentiment plus fort qu’une simple pulsion, une simple attirance. Un amour pour la jeune femme, chez les serpentard aussi était née. Un amour fort, très fort même. Mais Càllistô avait tout de même joué franc jeu avec la jeune femme qu’était Charly. Il lui avait bien expliqué clairement qu’au début il ne s’agissait que d’un jeu. Mais Charly semblait réellement prête à pardonner le jeune homme et n’avait pas relevé. Mais la réciproque sur l’amour de Charly était vraie. Càllistô, après avoir pris conscience que le jeu n’en était plus un, avait avoué à Charly qu’il l’aimait, d’une voix tremblante. Il n’avait jamais fait ça auparavant et c’était trouvé réellement idiot, les joues en feu, du moins jusqu’au moment où Charly s’était accroché à son cou pour lui dire la même chose. Ils étaient désormais amoureux l’un de l’autre et rien ne pourrait rien y changer. Sauf peut-être Svetlana. Enfin elle ne les séparerait pas mais Charly en sa présence, était clairement mal à l’aise et n’osait rien. Mais Càllistô, lui, s’en contre-fichait. Mais Svetlana avait sa propre vie et son propre nouveau copain alors pourquoi s’en préoccuperait-elle ? Pourquoi aurait-elle quelconque nausée et ferait-elle une crise à Charly si elle la voyait elle et Càllistô ? C’était insensé. Mais Càllistô, même s’il arrivait pareil évènement, jouerait la carte de l’incrédulité et ne relèverai pas. Il s’en fichait de ce que Svetlana pensait, désormais seul Charly comptait à ses yeux. Il ne voulait plus que voir cette jeune fille qu’il aimait de tout son être. Les journaux à scandale auraient pût titrer ceci comme « une grande épopée d’amour avec un soupçon d’extase. » Càllistô se fichait en réalité bien de l’avis de son entourage. Soit on aimait Charly, soit on ne l’aimait pas. Cependant il fallait s’en accommoder ou ne plus parler à Càllistô. Càllistô avait d’ailleurs fermé la porte à plusieurs connaissances depuis le début de sa relation avec Charly. Il n’aimait pas que l’on juge sa petite amie alors qu’on ne la connaissait même pas. Ils ne la connaissaient même pas. Càllistô, depuis les quelques semaines depuis la première fois où ils s’étaient embrassés avait tant appris en réalité. Charly était bien différente de Svetlana et ce en tout points. Et ça Càllistô trouvait cela formidable. Il aimait Charly pour ce qu’elle était. Pas pour ce que les autres en pensaient mais pour ce qu’elle était, elle, à l’intérieur, et ce qu’elle montrait à Càllistô. Il aimait sa fragilité comme son étrange optimisme et sa fascinante beauté. Charly était un condensé de tout ça à la fois. Il aimait la fraîcheur qui émanait du corps de Charly à chaque fois qu’il posait son regard sur son beau corps longiligne. Il aimait aussi entendre le son de la voix de Charly, ce qu’il avait toujours détesté avec Svetlana. Il n’avait jamais ressenti tel amour pour quelqu’un. Quand la question de la sexualité s’était posée, Charly avait avouée à Càllistô ne pas être prête. Alors le jeune homme avait affirmé qu’il attendrait. Et il tiendrait sa promesse quoi qu’il arrive, s’il le pouvait.

Càllistô fut réveillé par un soubresaut et un bruit d’éclatement de bulles de chewing-gum. Il se releva de son lit à baldaquin couleur verte et scruta de ses yeux la pièce. Seul un jeune homme, les yeux en diamants était là, à mâcher un produit moldu appelé chewing-gum – qui n’était d’ailleurs pas désagréable – et à ranger des affaires. Il regardait en même temps par la fenêtre du dortoir, donnant une vue sur le lac, puisque la salle commune était plongée sous le lac noir. On pouvait y apercevoir les sirènes vagabondant là et là mais aussi des strangulots, créatures grotesques qui leurs envoyaient des regards mauvais. Càllistô ferma les yeux puis les rouvrit en entendant le silence qui pesait sur la chambre. Un silence de mort, ou presque, régnait sur le dortoir et c’était devenu pensant. Càllistô se leva d’un bond puis enfila ses chaussures. Il vérifia sa montre, objet moldu très utile aux sorciers. Il était présentement dix-neuf heure trente, soit une bonne heure avant le début du bal.

Un bal ! Qui l’eût cru. Après les récents évènements qui avaient eût lieu à Poudlard, le ministère voulait arrêter d’être persécuté et c’était compréhensible. Mais qui aurait eût l’idée d’un bal pour remonter le moral de l’école ? Mais l’important c’était que le Bal serait peut-être l’occasion pour Càllistô de se rapprocher de Charly, encore plus. Une osmose parfaite. Et pour cela, il fallait que tout soit parfait. Le jeune homme n’avait pas pensé à un costume en réalité et avait donc décidé de se ramener en smoking à la fête. Ce serait son premier smoking et ceci c’était une innovation majeure. Il montrait, pour Charly en réalité, tout ce qu’il y avait de bon en lui. Il voulait lui plaire en tout point, et être sûr de ne pas se faire larguer au bout de deux semaines essentiellement. Mais pour lui l’enjeu de cette soirée était aussi de montrer qu’il n’était pas un lâche et qu’il n’irait pas voir ailleurs. Car Svetlana, visiblement d’une jalousie hors-normes avait avertie Charly des possibles … insomnies de Càllistô. Fabulations. Càllistô n’avait pas été fidèle à Svetlana parce qu’elle n’avait pas été fidèle à lui. C’était un cercle vicieux. Mais avec Charly c’était bien différent. Il l’aimait trop pour lui faire ça. Et cette fois-ci leur amour n’était pas programmé mais avait été soudain. Alors qu’avec Svetlana, c’était surtout un jeu, des pulsions. Alors qu’avec Charly ils étaient réellement amoureux l’un de l’autre. Il ne pouvait expliquer cela Charly semblait tellement fragile mais en même temps tellement forte. La reine des glaces. Voilà son seul indice quant au déguisement de la demoiselle. Il savait donc que le blanc serait de mise. Et quoi de plus naturel de se ramener, tout de noir vêtu, pour faire l’illusion d’un couple que tout oppose. C’était le cas. Du moins en apparence. Càllistô et Charly formaient un couple détonnant. Si différents. Mais pas tellement. Ils avaient traversés les même épreuves et ça soudait le couple, unis pour au moins plusieurs mois, Càllistô en était certain. Ils arriveraient par contre séparément au bal, évitant au plus les effusions. Ils avaient donc prévus de se retrouver là-bas.

Tout de noir vêtu, le jeune homme entrait désormais dans la salle. Il était pile vingt heures trente. Le jeune serpentard scruta l’horizon, alors que tout le monde était là à parler avec un ami ou sa cavalière. Il toisait ses amis, ennemis ou simple camarades d’un air suspect, investigateur jusqu’à trouver l’objet de sa quête. La jolie blonde, son corps enveloppé d’une jolie robe montrant ses jolies formes et les mettant en valeur se trouvait là, à discuter avec ses amis, qui étaient aussi ceux de Càllistô désormais. Quand il arriva derrière sa cavalière, il lui cacha les yeux, lui obstruant la vue, puis lui déposa un baiser sur le cou.

CÁLLISTÔ ─ « Tu es en beauté ce soir ma chère ! »

Il le pensait vraiment. Il le pensait réellement de toutes ses forces et de toute son âme. Il regardait les amis de Charly, qui semblait dégoutés, allez savoir pourquoi. Puis il retourna le corps de Charly pour pouvoir l’embrasser sur la bouche, comme tout petit ami le ferait. Quand il passa ses lèvres sur celles de Charly, il sentit une odeur de rose des bois. C’était son parfum. Un parfum de goût façon « Charly ». Cette jeune fille avait toujours l’art d’assortir le tout. Et ce soir encore plus que les autres jours. Elle était incroyablement belle et Càllistô s’enviait lui-même. Il s’enviait d’avoir une aussi belle petite amie à ses côtés. Après un long baiser, il relâcha son emprise sur elle, la laissant libre de ses mouvements, lui susurrant une phrase d’une douceur exquise, à l’oreille.

CÁLLISTÔ ─ « Tu es chaque jours de plus en plus belle, divine beauté ! »

Après sa douce et divine phrase, il éclata de rire, arrachant un sourire à sa petite amie. Il ne relâchait pas vraiment son emprise sur elle, ses bras toujours enlacés sur le corps de Charly. Il allait reprendre la parole mais on lui coupa la parole, lui annonçant que Gallner allait parler. Gallner n’était pas un de ces profs que l’on apprécie alors Càllistô, lui, jouait la carte de l’indifférence. Gallner prit la parole.

GALLNER ─ « Bonsoir à tous et bienvenue au bal d'Halloween. Avant que nous commencions tous à danser et être embrumés par les conversations je voudrais revenir sur les récents évènements qui ont eût lieu ici-même à Poudlard. Je sais bien que ces attentats vous ont tous bouleversés. Moi aussi j'ai été choqué de l'apprendre. Malheureusement je n'étais pas là au moment des faits et je ne sait pas ce qu'il c'est passé. Alors je parlerais au nom du ministère. Plus que jamais, l'école devient un endroit très peu sûr. C'est pourquoi l'adjoint du ministre ainsi que plusieurs aurors ont été postés dans le domaine pour vous assurer sécurité et sérénité »

L’homme, d’un âge déjà assez avancé, s’arrêta quelques secondes puis reprit, tout sourire.

GALLNER ─ « Quoiqu'il en soit, amusez-vous tout en restant sages ! Ne partez pas trop au-dehors, les esprits farceurs ont tendance à se manifester les soirs d'Halloween... Le bal est ouvert. »

Le vieil homme se dégagea du pupitre puis la scène se désencombra. Càllistô, avec finesse, repris à l’oreille de Charly.

CÁLLISTÔ ─ « M’accorderiez-vous cette danse, chère reine des glaces ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Odelis v. Helòw

avatar

Messages : 33
Age : 24
Localisation : derrière un écran, dah.
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Lun 3 Aoû - 16:28

    J'avais hâte, tout simplement. Je ne sais pas comment dire ça, mais autrement. Je voulais voir mon cavalier, je voulais danser avec et passer une super belle soirée. Je ne pouvais m'empêcher de contenir une joie intense. Moi, j'étais déjà toute prête. Je dois dire, sans vouloir me vanter, que mon costume était très beau et j'en étais très fière. Il restait simlement dix minutes avant l'ouverture du bal. La salle commune des Poufsouffles n'étaient pas très loin, donc bon. Il ne fallait pas se presser. La dernière étape de mon déguisement : les boucles d'oreilles. Je me mis à chercher dans mes tiroirs, ceux de la petite table de nuit que j'avais, avec une lampe de grosseur petite sur elle. Bon, je ne l'ai avait pas. Je crois que je l'ai est oublié chez moi, dans ma maison à Londres. Là, j'étais prise. Je devrais en voler à mes amis ou bien ne pas en avoir ? MAIS OUI ! Je sais ils sont où, sur mon livre chez moi. Je n'avais simplement qu'à faire Accio Boucles d'oreilles, non ? Ah mais merde, c'est de la magie à l'extérieur du château. Je ne peux pas. Bon, allons-y sans boucles d'oreilles. Je regardais l'horloge en arrière de moi. Il restait simplement cinq minutes avant que le bal commence. Je me retourne vite fait sur moi-même, me regarda dans le miroir, voir si mon maquillage est bien et si ma perruque est bien placé. Tout était bien. Je courrais vers La Grande Salle et plusieurs regards se tournent vers moi, comme si j'avais l'air d'une pauvre folle. On s'en fou ! C'était bien le bal de l'Halloween après-tout, non ? J'étais arrivé, et dès que je m'appraites à arrêter, une doux baiser se fit sentir sur ma joue gauche. C'était lui. Qui pouvait me donner un baiser et après rougir comme des flammes ? C'était bien Jayden. L'unique et le seul. Je me retournais, et son costume était un Hippie. Très original. J'adorais, tout simplement ! Cependant, il me dit un commentaire très agréable à attendre.

      JAYDEN : « Heu… Je… Ca te… Tu es… Ce costume te va… très bien. »


      ODELIS : « Merci, toi aussi tu es super ! Très original en tout cas ! mrgreen »


    Je mis mon bras dans le crochet qui faisait avec sn bras droit, et nous rentrons dans La Grande Salle comme tous les autres personnes, ici présente. Le décor était tout simplement à couper le souffle. Une petite merveille ! La valse venait de commencer.

      JAYDEN : « Mademoiselle m’accorderait-elle cette danse ? »


      ODELIS : « Pourquoi refuser, avec tant de classe dans ses paroles ? »


    Je lui pris la main et commencons à danser la valse. Je dois dire qu'il le dansait très bien, pour être honnête. Plusieurs pensées me venaient en tête, mais bon, ce n'était pas encore le temps pour penser, enfin, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahän A. White
    orgasmic man • pervers en puissance aux idées dérangées

avatar

Messages : 244
Age : 29
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Mer 5 Aoû - 17:55


    Un courant d'air, impétueux, virevoltant dans les méandres des couloirs, entra vivement dans le dortoir soulevant sur son passage les cadavres de papiers éparpillés sur l'édredon. Ouvrant brusquement les yeux, Sahän tendit instinctivement le bras pour les rattraper. Mais son geste fut vain et, dans une pluie irréelle, tous les petits morceaux de papiers se dispersèrent dans la pièce, flottant un instant avant de retomber sur le sol froid. Un soupir s'échappa alors des lèvres du serpentard, rompant le silence qui s'était installé jusque là. Qui avait bien pu laisser cette satané porte ouverte ?! Le coupable avait plutôt intérêt à avoir pris le large, il aurait ainsi la chance d'échapper à la mauvaise humeur du jeune homme qui n'aimait guerre être interrompu dans ses moments de paresse. En effet, après avoir préparer le bal avec minutie ces derniers jours, il méritait bien une petite pause avant de se lancer dans l'arène. Pourtant, il était prêt. Il ne l'avait même jamais été à ce point. Son plan avait fonctionné, il en était certain et ses lèvres se plissèrent, imprégnant une satisfaction sadique sur son visage. Oui, il était fier de lui, fier de son audace et du choc qu'elle allait engendrer. Il s'en délectait à l'avance, imaginant mille et une fois la scène, modifiant le scénario à sa guise bien que la fin restait toujours, incontournablement semblable... Svetlana, figée et soumise au plus glacial des effrois. Celui qui la confronterait à son bourreau lors du grand bal d'Halloween. Cette image était si parfaite, elle l'enivrait de ce sentiment de puissance qu'il connaissait si bien depuis qu'il se jouait de la jeune femme. Depuis qu'elle était venue se perdre dans ses filets, cédant à une fascination bien trop malsaine pour sa propre sécurité. Au fond, il n'avait fait que profiter de ce qu'elle lui avait inconsciemment donné. Savourant à présent cette force qui vibrait dans tout son être lorsqu'il lisait la détresse dans son regard, celle lueur tourmentée dont il se savait le seul et unique créateur. A ses yeux, c'était extrêmement gratifiant, parce qu'il était doué pour ça, parce qu'il était naturellement terrifiant et que suivant sa propre nature, il prenait plaisir à exploiter cette aura malfaisante qui ne le quittait que rarement. Se complaire dans sa sombre image était tellement plus aisé, tellement plus agréable.

    Le lit grinça légèrement lorsqu’il se leva avec nonchalance, étirant son corps dans une attitude féline qui le rendait d'autant plus inquiétant, plus intriguant. Suivant le mouvement, quelques papiers tombèrent à nouveau. Un grognement accompagna cette constatation, bien qu'il ne s'attarda pas sur leur cas, n'esquissant pas le moindre geste pour les ramasser. Il n'était pas d'humeur à faire du rangement, il avait bien mieux à faire. En effet, le temps s'écoulait rapidement et il n'avait pas encore revêtu son costume. Effleurant, le tissu du bout des doigts, il sourit à nouveau, repensant à tout ce qu'il avait mis sur pied pour rendre cette soirée... intéressante. C'était bien le mot. Au premier abord, il avait tout bonnement décidé qu'il ne se rendrait pas à ce bal ridicule. Ce n'était pas son genre, et il ne voyait vraiment pas l'intérêt d'un tel événement. Cependant, aussi étonnant que cela puisse paraître, tout avait commencé à germer dans son esprit lorsque certaines élèves de sa maison avait commencé à lui tourner autour dans l'espoir qu'il invite l'une d'entre elles. Bien entendu, il était hors de question qu'il demande à l'une de ces filles de l'accompagner. Non, au contraire, leur manège l'ayant exaspéré au plus au point, il en était venu à penser que si il devait inviter quelqu'un, il inviterait celle qui ne désirait surtout pas s'y rendre avec lui. C'était à ce moment là qu'il avait pensé à Svetlana. Cette dernière, bien qu'elle ne soit jamais parvenue à se libérer de son emprise, le détestait plus que tout et elle aurait sûrement préféré avaler de la bave de troll plutôt que d'accepter d'être sa cavalière. Voilà un défi qui semblait intéressant à relever, n'est ce pas ? Rien de tel pour attirer son attention, pour éveiller enfin son intérêt pour cette soirée si niaise. A partir de cet instant, tout cela devenait un jeu, dont il était le prédateur et sa proie ne quittait pas sa ligne de mire. Le plan qu'il avait mis en place était très simple en réalité, il se résumait même en une lettre. Un parchemin sur lequel il avait coucher des mots habilement choisis, afin de tromper la jeune femme. Elle croirait probablement que tout ceci était une surprise de l'un de ses proches, qui voulait l'inviter, restant anonyme par goût du mystère, offrant ce dernier comme un cadeau qui saurait à coup sûr attirer la curiosité de la vert et argent. Tout était choisi, calculé, de l'écriture aérienne et stylisée, au parfum envoûtant des mots emprisonnés dans le rouleau. La jeune femme n'avait pas vu le piège se refermer sur sa frêle silhouette, il en était presque persuadé. Néanmoins, elle ne se prélasserait plus très longtemps dans sa douce ignorance car bientôt, elle découvrirait l'identité de son mystérieux cavalier. Elle n'avait qu'un seul indice, qui lèverait enfin le voile, la laissant face à son supplice. Un indice qu'elle ne pourrait voir qu'au dernier moment puisqu'il s'agissait du costume du Serpentard.

    La fière allure d'un guerrier nordique se reflétait dans le miroir. Bien qu'étrangère, elle le mettait en valeur de façon troublante, renforçant sa posture de chasseur et son regard froid. Il n'était pas difficile d'imaginer qu'il aurait réellement pu être un guerrier, nordique ou non. Ne l'était-il pas d'ailleurs à sa façon ? Même si il ne menait jamais les bons combats n'ayant pas les prédispositions pour faire les bons choix. Ce soir là encore, il se lançait dans sa propre bataille, une de celles qui faisait de lui le monstre que l'on se plaisait à voir au fond de ses iris. Et peut-être l'était-il pleinement en un sens. Mais il était évident que rien ne pouvait être aussi simple. Soupirant, il se mit en quête du dernier élément qui viendrait compléter sa tenue, en toute discrétion cependant. Il s'agissait en effet d'une flasque de vodka pure qu'il avait ramener de Russie lorsqu'il était venue poursuivre ses études à Poudlard. Il trouva cette dernière cachée derrière l'une des lattes de son lit et lorsqu'il l'eut enfin extirpée de sa cachette, il la fit lentement tourner entre ses doigts. C'était son oncle Caleb qui lui avait offert, quelques années auparavant, cette flasque magique que les chasseurs utilisaient souvent lorsqu'ils partaient en chasse, car malgré sa petite taille, elle contenait en réalité bien plus de liquide qu'il n'y paraissait. Néanmoins, il ne s'en était quasiment jamais servi puisqu'il n'était pas vraiment un grand buveur, bien sûr il lui arrivait de boire quelques verres en soirée, mais cela allait rarement plus loin. Cet alcool ne lui était pas destiné, il était pour Svetlana, qui, au contraire, cédait facilement à tous les vices qu'il avait l'audace de mettre à sa portée. La voir céder à la moindre tentation l'amusait plus que de raison et il ne perdait donc pas une occasion d'en rajouter une couche, de la tenter à nouveau. De plus, la vodka lui permettrait de se détendre un peu, car il ne faisait aucun doute que la vert et argent en aurait besoin lorsqu'elle découvrirait l'enfer dans lequel elle avait inconsciemment mis les pieds. Cela pourrait amenuiser ses réticences, la maintenant davantage sous son emprise. Satisfait par cette idée, il glissa la flasque dans l'une des poches de son costume avant de quitter son dortoir d'un pas vif et déterminé.

    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



      ELEVE . « - Ah, Sahän ! Sympa ton costume. C'est quoi ? Un gladiateur ? »


    S’immobilisant brusquement, Sahän dévisagea l’élève qui venait de l’interpeler. C’était un serpentard, tout comme lui, mais il n’avait pas vraiment envie de lui parler. A vrai dire, sa remarque n’avait rien fait pour arranger les chose. Un gladiateur. Pas vraiment. Même si connaissant l’inopportun, il était persuadé qu’il venait de lui faire part de l’idée la plus noble qu’il aurait pu avoir. Et c’était une aubaine pour lui, parce que le jeune White n’aurait sûrement pas accepté qu’il compare son costume à quelque chose de plus ridicule. Si ça avait été le cas, il n’aurait pas tenté d’ignorer l’élève comme il était en train de le faire à cet instant. Non, il lui aurait fait regretter ses mots, écoutant ses multiples excuses pour avoir oser se moquer de lui, même involontairement. Qu’il réserve ce genre de comparaison pour son imbécile de frère. D'ailleurs, que faisait Samy ce soir ? Il n'en avait pas la moindre idée. Ayant une autre cible, il avait oublié le plaisir de tourmenter son frère l'espace d'un instant, même si ce n'était que partie remise, cela ne faisait aucun doute. Néanmoins, il le chercha tout de même des yeux, pour la forme, au cas où il 'apercevrait, mais ce ne fut pas le cas. Son regard croisa une silhouette bien différente de celle de son jumeau, un corps, une présence qui attirèrent son regarde avec énormément plus de force. Au point même que ça en était intolérable. Tybalt Thompson. Il était là, en compagnie de May, qui portait un costume qui rappela instinctivement au serpentard les lettres érotiques de mauvais goût que lui envoyait cette dernière. Pourtant, il n'y porta aucune attention, son regard, son être tout entier, n'était dirigé que vers le gryffondor, alors qu'une haine incontrôlable se déversait dans chacune de ses veines. Il serra instinctivement les points, douloureusement partagé entre l'envie d'ignorer le jeune homme, de se confondre dans cette colère qu'il rêvait de lui jeter à la figure, et le désir, brûlant, indomptable de se rapprocher de lui afin de se délecter de sa présence. Un dilemme malsain que seul Tybalt pouvait éveiller en lui et le serpentard le détestait pour cette raison et pour bien d'autres encore. Cependant, il fut brutalement arraché à la demi-conscience dans laquelle il s'était plongé malgré lui, lorsqu'une main se posa sur son épaule. L'élève qui lui avait adressé la parole un peu plus tôt essayait d'attirer son attention, sûrement dans l'attente d'une réponse. N'avait-il pas encore compris qu'il ne l'obtiendrait pas ? Il fallait pourtant être aveugle à présent pour ne pas remarquer que Sahän avait les nerfs à fleur de peau. Rien que son regard s'était soudain assombri, devenant plus menaçant que jamais. Dans un geste brusque, il repoussa vivement son interlocuteur, lui arrachant un hoquet de surprise.

      SAHÄN . « - Dégage ! Tu n'as personne d'autre à étouffer avec tes conneries ?! »

    N'attendant aucune réponse, il s'éloigna vivement de l'élève, excédé par la tournure que venait de prendre sa soirée. Pourquoi n'avait-il pas anticipé ce qui venait de se passer ? C'était évident qu'il serait là. Les personnes qui avaient préférés rester dans leur salle commune étaient tellement rares. Le serpentard aurait d'ailleurs du en faire parti, si il n'avait pas préféré tourmenter Svetlana, en l'invitant contre son grès. Finalement peut-être aurait-il passé une meilleure soirée si il s'en était tenu à sa première idée, celle de boycotter ce bal grotesque. Mais c'était trop tard à présent, et il n'était pas du genre à laisser la situation prendre le dessus, il garderait le contrôle quoi qu'il arrive. En attendant, ses pas l'avaient instinctivement mené à proximité de la porte de la grande salle où il s'était installé, figé dans une posture nonchalante tandis que son regard errait vers les escaliers, guettant l'arrivée de sa cavalière. Afin de retrouver son calme, il se concentrait sur la réaction de cette dernière, essayant à nouveau de visualiser ses traits déformés par l'effroi. Ces images réussirent à l'apaiser un instant, dessinant même un demi-sourire à ses lèvres. Cependant, ce retour au calme fut éphémère, volant en éclat à l'instant même où la silhouette de Tybalt passa devant son regard, l'accrochant à nouveau. Il capta immédiatement son attention, comme si il n'avait jamais quitté ses pensées un seul instant, puis le temps sembla s'arrêter l'espace d'une seconde. Une seconde durant laquelle la main du gryffondor le frôla, déclenchant ainsi involontairement un frisson qui lui parcourut entièrement l'échine, tandis que le temps reprenait violemment son cours, le forçant à reprendre ses esprits. La haine s'éveilla alors à nouveau comme un torrent impétueux et révolté, qui le traversait de part en part. Pendant ce temps, son regard suivait cette personne tant détestée, et pourtant... Il ne pouvait nier cette irrépressible envie de le suivre, de lui parler même si c'était pour déverser son venin sur lui, de le toucher ne serait-ce que pour le pousser, l'éloigner de lui pour mieux se rapprocher à nouveau. En écho à sa haine, s'élevait ce désir puissant qu'il n'avait jamais ressenti pour un autre. Un désir douloureux qui venait s'opposer à la profonde antipathie qu'il ressentait naturellement pour Tybalt, et qui le tiraillait de toute part, l'attirant vers le jeune homme alors que tout son être se refusait à céder. « Ne bouge pas ! Pas un geste, pas un mouvement. Je te préviens, ce serait une regrettable erreur... ». « Je sais. » Oui, il le savait, plus que tout, malgré tout. Mais cela ne changeait rien, ça n'enlevait rien à la douleur que lui causait ce déchirement. Pourtant, impassible, il ne lassa rien paraître, se contentant de laisser son regard bleu acier, assombri par la colère, dériver vers la silhouette du gryffondor, pendant de brefs moments d'égarement. En apparence, il continuait à attendre sagement Svetlana, dans une attitude sereine qui camouflait à la perfection, le combat intérieur qui faisait rage en lui.

    Hs - Mon premier RP sur CI *O*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly R. Nicholls

avatar

Messages : 488
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Jeu 6 Aoû - 21:41

    Ce que son monde était plus beau depuis qu’il était présent dans sa vie. Pourtant, elle avait peur. De quoi ? Qu’est-ce que Charly pouvait bien avoir encore peur, cette fois ? Elle avait peur que Svetlana mette son grain de sel dans le couple. Pourquoi cette peur ? Parce que Charly sortait à présent avec l’ex-petit ami, Càllistô, de Svetlana, sa meilleure amie. Elle avait l’impression de trahir sa propre meilleure amie qu’elle aimait beaucoup. Elle était pourtant le contraire de Svetlana, mais elle s’accordait très bien avec les quelques points en commun qu’elles avaient. Pourtant, Charly aimait réellement Càllistô. Pourquoi lui en vouloir ? Théoriquement, la Serpentard n’avait pas volé le petit ami de Svetlana. Sa meilleure amie avait lâchement rompu avec le Serpentard, Charly dans un geste de bonté avait décidé d’aller consoler Càllistô. Elle n’avait jamais agi ainsi avec personne, peut-être que ça l’annonçait déjà des sentiments pour le jeune homme. C’est elle qui avait déposé ses lèvres sur ses lèvres avant d’entreprendre un long baiser pour elle tout était claire, elle l’aimait. Oubliant, même Raphael, son ex copain pour qui elle croyait avoir toujours des sentiments. Elle semblait libérer d’un poid pour en remplacer par un autre qui s’appelait la colère de Svetlana. Charly attendait le moment où sa meilleure amie allait éclater pour lui mettre tout sous le nez. Si elle savait tout ce que Charly a pu endurer pendant ses années. Oh, si elle savait, elle lui laisserait peut-être la chance de vivre son petit bonheur avec le garçon qu’elle l’aime. Pourtant, la blondasse ne voulait pas se séparer de sa meilleure amie ni de Càllistô. Puis se confier à Svetlana était une chose dangereuse, qu’elle ne voulait pas essayer de faire. Charly souhaitait que Svetlana passe par-dessus le faire que Càllistô était son ex-petit ami. En plus, ce n’était pas le genre de Charly de donner son cœur aussi facilement, puis son cœur avait choisi un garçon de Serpentard qui était aussi blond qu’elle. La serpentard se sentait aimer par ce garçon, alors pourquoi gâcher sa chance quand elle ressent aussi des sentiments ? Càllistô était son petit-copain, maintenant. Elle n’était pas prête à tout dévoiler sur sa vie privée, mais chaque jour, il découvrait la facette cachée de Charly. Elle était méconnaissable dans ses bras, elle donnait ce qu’elle pouvait donner avec le peu de cœur qui lui restait. La peur faisait qu’elle tentait de s’éloigner de ses petits-amis, mais avec lui… elle en était incapable. Même si elle essayait d’être méchante avec ce dernier, elle en était incapable. La serpentard n’avait pas le droit de lui faire, elle n’avait pas le droit d’agir comme avait agi Svetlana avec le pauvre garçon, car oui, Càllistô avait été malchanceux. Il s’était fait jouer de lui. Charly ne s’était jamais mêlée du couple de sa meilleure amie, ça ne la regardait pas. Elle était spectatrice et essayait de freiner Svetlana dans ses excès, c’est tout ce qu’elle pouvait essayer de faire. Pourtant, elle voulait vivre le parfait bonheur avec l’ex-petit ami de sa meilleure amie qui allait sûrement avoir son mot à dire sur cette relation. Il n’y avait pourtant rien à dire. Elle n’était pas avec Càllistô que pour le sexe, elle ! Elle avait l’intention de prendre son temps. Charly avait eu d’autres relations sexuelles, mais qu’est-ce que ça servait de le faire trois millions de fois ? On finit par se tanner, peut-être un jour. Puis, c’était encore tôt pour ça, même si par moment, les baisers devenaient plus en plus fiévreux, mais elle l’arrêtait avant qu’ils passent à l’acte. Elle lui avait expliqué son point de vu espérant qu’il le comprenne, car elle voulait que son bien et voir le couple s’épanouir.

    Charly allait être accompagnée pour peut-être un de ses premiers bals qui allaient être réussis. Elle allait être en très bonne compagnie. Ça c’était certain ! Pourtant, elle avait eu beaucoup de misère à se trouver un beau costume manquant souvent d’imagination. Elle ne voulait pas être pareille aux autres. La serpentard ne cherchait pas un costume trop dénudé non plus. Elle ne voulait pas exciter son compagnon, ce n’était pas le but de la soirée, même si elle savait très bien que plusieurs baisers seront échangés. Elle finit par se trouver un costume qu’elle aimait bien. Ça faisait plutôt nature, mais elle voyait très bien ce qu’elle voulait comme costume. Charly s’était donc trouver des feuilles qu’elle a faites givrer par un sort. Elle avait trouvé aussi le moyen de faire devenir ses cheveux plus blanc, comme s’il y avait de la neige. Son visage semblait fait de glace, surtout par rapport à ses lèvres. Elle mit une robe blanche au reflet bleu. C’était son costume. Rien de bien compliquer, mais c’était tout de même classe. Elle n’était pas encore prête quand Càllistô avait fini de se déguiser, alors elle le laissa partir pour la grande salle. La serpentard avait perdu un de ses talons qui avait l’air de talons en cristal, comme un peu les souliers de verres de Cendrillon quand elle s’était enfuie du bal quand les douze coups de minuit a retenti. Son prince charmant l’attendait en haut, tout près de la salle de bal, pendant qu’elle fouillait dans le fouillis pour retrouver le soulier qui lui manquait sans lui, son costume ne sera pas parfait. En fait, elle croyait que Càllistô l’attendait en haut, mais il était lui-même en retard au rendez-vous convenu, mais ça… elle l’ignorait. Charly soulevait les valises qui n’avaient pas été complètement vidé en venant à Poudlard. Les filles s’étaient étalées un peu partout dans le dortoir, mais Charly était souvent bien rangée. Où avait-elle pu mettre ce foutu soulier ? Elle ne l’avait tout de même pas rangé un à un endroit différent de l’autre. C’était insensé ! La serpentard s’assit donc sur son lit. Déçue d’avoir gâché peut-être son costume. Elle voulait que tout soit parfait et c’est maintenant qu’elle est triste. Elle se mit à réfléchir, malgré le désespoir qui venait de faire place dans son cœur. Charly se leva et s’approcha des effets des autres filles, c’est alors qu’elle trouva sa chaussure sur sa troisième voisine de chambre. Non, mais ! Elle était frustrée de voir qu’on lui avait emprunté quelques choses et que cette personne aurait peut-être certainement parti avec pour le bal pour la mettre à son pied. La Serpentard avait senti la vague de frustration, elle respirait bruyamment. Depuis quand, elle prêtait ses affaires ? Depuis quand, on avait le droit de fouiller dans ses choses pour s’approprier ses objets ? C’était à elle ! Elle n’en avait rien à foutre que la fille en ait besoin, car elle en avait elle-même besoin puisque ce soulier faisait parti de son magnifique costume.

    Charly mit rageusement son soulier. Elle détestait ses filles, elle détestait tout le monde. La terre entière la faisait chier. Il y avait que quelques personnes, qu’elle aimait malgré tout. La plupart des gens n’étaient pas dans le cœur de Charly, surtout les imbéciles qui la vendent ou se mettent avec ses frères qui finalement la battent injustement ou encore l’agressent sexuellement, mais ça… les gens l’ignoraient sauf un, Lust. Elle aimait bien Lust, avant, elle avait cru l’aimé d’amour, mais elle s’est rendue compte qu’elle aimait, comme s’Il était son frère. C’est plutôt lui qui lui a fait remarquer. Elle devait être reconnaissante envers lui, si elle ne l’avait pas écouté, elle n’aurait pas été avec Càllistô. Son Càllistô. Charly se regarda une dernière fois dans le miroir. Elle plaça une dernière feuille givrée dans ses cheveux. Elle était prête, malgré sa mini-mésaventure. Elle espérait que le costume allait plaire à son amoureux qui l’attendait sûrement. La serpentard quitta donc la salle commune des Serpentard, traversa les cachots pour ensuite monter les marches qui menaient au hall d’entrée avant de bifurquer vers la grande salle. Charly chercha désespérément son copain, mais elle ne le trouvait pas. La blondasse finit par se faire rejoindre par un tout petit groupe de fille qui ne l’intéressait réellement pas. Les filles papotaient, mais elle surveillait l’apparition de son merveilleux et tendre Càllistô. Elle abandonne l’idée de le chercher, car il n’avait pas l’air présent. Elle souhait juste qu’il ne lui a pas fait faux bond, car ça serait malheureux pour la Serpentard qui s’est donnée du mal pour trouver un costume à son goût. Quelques secondes après la pensée d’avoir subi un lapin que deux mains vinrent se déposer sur ses yeux et elle sentit ses lèvres sur son cou. Il était là. Elle était réellement heureuse.

    « Tu es en beauté ce soir ma chère ! »
    « Merci » Un simple sourire sur ses lèvres givrées. Charly sentit Càllistô vouloir la faire tourner face à lui et elle ne se fit par prier pour se retourner vers lui. La Serpentard se fit embrasser, d’un long baiser et presqu’interminable pour les gens qui se trouvaient près. Le petit groupe de fille qui avait été là plus tôt c’était dispersé laissant le jeune couple seul. Ce n’est pas la blondasse qui allait se plaindre d’Avoir la sainte paix avec son petit copain. Ils étaient libres de faire ce qu’ils veulent sans avoir de spectateur indésirable, même si ce n’est que des baisers échangés, Charly aimait pas qu’on la regarde dans ses ébats amoureux. Au moins, elle avait tout mis au clair avec son petit copain à propos de tant de choses, mais elle se sentait nulle de lui faire endurer tous ses caprices. Était-elle cruelle avec lui ? En ce moment, elle se sentait terriblement cruelle. S’il voulait faire l’amour, il devait attendre son consentement qui n’arriverait peut-être pas de si tôt. Pourquoi le faire autant patienter ? Une peur injustifiée ou pour voir s’il n’est pas pressé ? Cela ne reste qu’à voir !

    « Tu es chaque jours de plus en plus belle, divine beauté ! »

    Elle ne dit rien cette fois-ci, elle rougissait à vu d’œil. Charly n’était pas habituée à ce genre de commentaire. La Serpentard n’avait jamais reçu des bons commentaires depuis qu’elle est toute jeune, comme si sa vie n’était qu’un échec et qu’elle en était une. C’est vrai qu’elle n’avait jamais vécu une vie normale, comme une petite fille de son âge était censée vivre. Elle n’avait aucun parent pour l’encourager préférant lui faire du mal, préférant leurs fils et détestant leurs filles comme pas possible, mais personne ne le savait, sauf la petite famille qui n’en était pas une vu qu’un des enfants était délaissé. Ne s’étendons pas plus sur le sujet, puisque Càllistô n’était pas au courant de ce que Charly vivait chez elle. Elle ne lui avait pas parlé de ce qu’elle vivait dans son milieu familiale, ni des viols… de rien. C’est alors qu’un adulte prit la parole. Charly se blottit contre Càllistô pendant le long discoure qui ennuyait Charly.

    « Bonsoir à tous et bienvenue au bal d'Halloween. Avant que nous commencions tous à danser et être embrumés par les conversations je voudrais revenir sur les récents évènements qui ont eût lieu ici-même à Poudlard. Je sais bien que ces attentats vous ont tous bouleversés. Moi aussi j'ai été choqué de l'apprendre. Malheureusement je n'étais pas là au moment des faits et je ne sait pas ce qu'il c'est passé. Alors je parlerais au nom du ministère. Plus que jamais, l'école devient un endroit très peu sûr. C'est pourquoi l'adjoint du ministre ainsi que plusieurs aurors ont été postés dans le domaine pour vous assurer sécurité et sérénité Quoiqu'il en soit, amusez-vous tout en restant sages ! Ne partez pas trop au-dehors, les esprits farceurs ont tendance à se manifester les soirs d'Halloween... Le bal est ouvert. »

    « M’accorderiez-vous cette danse, chère reine des glaces ? »
    « Je…non ! » Elle le regardait effrayer. Bougée gracieusement n’était pas son point fort. Quand elle avait essayé, on avait trouvé le tour de l’humilié, mais elle devait faire plaisir à son amoureux. « D’accord. Une seule danse ! Juste une. Je n’aime pas danser. » Elle soupira. « Tu pourras aller danser avec une autre fille si tu veux… vu que je… je ne veux pas te frustrer de… ne… pas danser » Voir une autre fille dans ses bras à sa place lui faisait mal, car elle avait si peur de déjà le perdre. Elle se blottit encore plus dans ses bras. Voyant, l’autre fille avec lui, elle en mangerait certainement ses bas pour se retenir de ne pas faire du mal à cette dernière. « Je t’aime Càll’ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makayla B. Winston

avatar

Messages : 54
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   Ven 7 Aoû - 17:54

C’était minable. Ouais, il n’y avait pas d’autres mots, c’était minable. Je n’avais que mes mains en paravent, et les larmes me montaient aux yeux, je manquais d’air, je faisais une crise, j’en étais certaine. Aaaah ! J’allais mourir d’une crise d’hilarité ! Rien que cette pensée me donna encore plus envie de rire et, ignorant les regards dédaigneux de mes camarades, j’allais m’assoir sur mon lit. Je tirais d’une main le rideau du baldaquin, l’autre toujours plaquée sur ma bouche. Le goût de sang me taquina la langue, et j’inspirais profondément. C’était toujours comme ça, quand je n’avais pas le droit de rire et que je tentais à tout prix de m’en empêcher : je me planquai derrière ma main, et si l’envie de rire se faisait trop pressante – comme là – je l’appuyais carrément à me faire mal aux lèvres. Collagène pratique, songeai-je en reniflant car les larmes avaient fini par couler. Ensuite, je me bouffais la main, espérant que la douleur calmerais mon hilarité, et puis, ça foirais. Enfin, pas tout le temps, des fois j’arrivais à me calmer. Mais j’avoue que ça m’arrive rarement, parce que j’arrive en général à me contrôler, ou à me calmer. Bien que la plupart du temps je me laisse éclater de rire sans faire attention aux autres. Mais je n’étais pas de nature moqueuse, et puis ces pauvres filles avaient passé des heures à se préparer. Moi j’avais pris des jours à faire mon costume, je devais l’admettre, et les gens se moqueraient de moi, sûrement. Mais non, franchement, non. Moi c’était un costume, un vrai, pas une espèce de…de je-ne-sais-quoi indéfinissable, avec des couleurs horribles. Et surtout, je n’aurais personne pour demander « alors ? Ça me va bien ? » Et aucunes de mes copines de seraient à côté de moi en me disant que j’étais magnifique et qu’il ne fallait que je ne change rien pour qu’elle ait la vedette. Quoi que cette copine en question n’était pas mal non plus, hein. Non seulement son ventre grassouillet dépassait généreusement de cette mini-jupe qui lui faisait un derrière énorme, mais en plus elle avait mis des bas en laine sous des pieds-nus à talons. Elle voulait se la faire à la moldue, apparemment. Eh bien…c’était loupé, on pouvait le dire. Cependant, je n’avais pas le droit de me moquer, bien que certaines personnes dont sûrement elle se mettrait à me critiquer sans honte sur mon costume ou mon maquillage. Mais de sa part, je prendrais ça comme un compliment, étant donné de la honte qu’elle faisait prendre à sa meilleure amie. Hypocrite, j’ai pensé.
Mais pour le moment, j’ai lâché ma main et j’ai enfoui ma tête dans l’oreiller, laissant libre cour à mes gloussements. J’éclatais rarement de rire, et surtout, mon rire n’était pas hyper bruyant. Etant donné l’agitation de la salle, et le peu d’attention habituelle qu’on me portait, personne ne se rendit compte que j’étais en train de mourir de rire sur mon oreiller. Accablée ensuite, la nostalgie me prit. C’était dégueulasse de faire ça. Mais quand j’écartais le rideau, mon visage devenu vide de toute émotion, il n’y avait presque plus personne, et surtout les deux filles étaient partie. Je poussais un soupir résigné, et puis me levai pour fouiller ma valise et sortir mon costume. C’était un simple costume, qui ne représentait rien de particulier, mais je l’avais fait au hasard, et personne ne s’habillait comme ça, de toutes façons. J’étais sûre d’être la seule habillée de cette façon, parmi tous les costumes de citrouilles, de vampires, d’animaux divers et autres. Ça représentait…moi, si l’on veut. Totalement décalée, à côté de la plaque, unique…bon, d’accord, je me fais un peu des fleurs, mais quand même. Et puis, c’était large, ça ne tenait pas sur mes épaules, je devais mettre des sous-vêtements assortis, déjà.
En observant une fille qui piquait sa crise parce qu’elle voulait mettre trop de maquillage et que ça avait coulé et goutté sur son costume, je compris je devais rester en petite tenue pour me maquiller et me coiffer. Heureusement que certaines filles gentilles étaient dans la salle, parce que je n’aurais pas réussi à m’habiller toute seule. Pour sa part, elle ne voulait pas y aller, et petit à petit, je lui réussi à lui dire qu’il fallait bien, que moi non plus je n’avais pas de cavalier, et que de toutes façons la plupart des gens y allaient pour s’amuser uniquement, et c’est ce que je comptais faire. Donc je réussis à la convaincre de venir, et je l’aidai pour s’habiller et se préparer au bal. Ensuite, elle partit sans m’attendre. Je finis de me maquiller et je m’habillai tranquillement, avant d’enfiler ma robe et mes chaussures. J’agrémentai le tout d’un collier et de boucles d’oreilles. En me levant, je m’aperçus que ma robe était trop large et tombait. Avec une grimace, je découpais un peu plus les manches, resserrai la taille et la poitrine afin qu’elle tienne mieux. Je virevoltai sur moi-même pour voir l’effet produit. Volupté, voile, et vent. Trois V, très féérique. Je souris à mon reflet, contente de moi pour une fois. Les choses larges ne m’avaient jamais gênées. Enfin, à vrai dire, il n’était pas difficile de m’habiller, donc j’arrivais à marcher avec tout.
Ma robe flottait derrière moi quand je descendis les quelques marches du dortoir pour aller dans la salle commune, qui était presque vide sauf quelques personnes qui ne voulaient pas y aller. Tant pis pour eux, songeai-je quand ils me virent. Deux personnes me regardèrent avec des yeux ronds, la bouche ouverte, et j’en fus gênée un instant. S’ils ne disaient rien, ils pouvaient trouver ça tout à fait ridicule comme tout à fait splendide. Alors, je dus me détendre. Je paressais sans complexes, mais j’en avais. Pas physiques, c’était sûr. Enfin, je ne crois pas. Je n’étais pas susceptible, je savais qu’on ne choisissait pas sa figure, mais je n’aimais pas que les gens me fixent avec intensité. Pour ce que je paraissais. Quoi que le regard que certains me jetaient pour ce que j’étais n’étaient pas mieux, et eux, ils me touchaient. Ouais, je n’aimais pas qu’on juge les gens sans les connaître, même si plus tôt j’avais traité intérieurement la grosse Poufsouffle d’hypocrite et que je ne l’aimais pas. Mais elle non plus, ne m’aimait pas, je le savais, et si elle ne me prêtait aucune attention, c’était mieux comme ça. Mais revenons au sujet. Je marchais, j’arrivais devant la grande salle, où il n’y avait pas tant de bruit que ça. Et puis, il y eu quelques applaudissement et, juste en dehors, il y avait des élèves qui attendaient en grimaçant. Je compris en voyant leurs têtes que Gallner avait fait son discours. C’étaient des élèves les plus engagés contre lui, et une rumeur courait même sur l’un d’eux comme quoi il serait amoureux de miss Truescott. Je n’y croyais pas, moi, et j’étais presque certaine que c’était uniquement les adorateurs de Gallner qui avaient lancé la rumeur pour pourrir ces rebelles. Il me jeta un coup d’œil et je leur souris. J’ouvris la porte et en scrutant le fond, j’aperçus le grand inquisiteur descendre de l’estrade. Je ressortis légèrement pour me tourner vers eux.
« C’est bon, il a fini ! »
Certains me sourirent pour me remercier et on franchit le seuil de la porte ensemble. Le bal commençait, et certaines personnes se mettaient à danser. Je reconnus quelques connaissances, occupées à danser avec des cavaliers. Certains couples étaient très étonnants, voir totalement improbables – mais qui étais-je, moi, oh pauvre mortelle, pour les juger ? – et pourtant ils semblaient tous plus ou moins s’amuser. Avec un sourire maternel, je les observais avancer sur la piste. Ce bal me rendait heureuse, parce que tout le monde semblait au moins s’amuser, et les costumes étaient tous plus ou moins réussis. Même Dwayn, - le seul que je ne pouvais vraiment pas saquer, beaucoup plus que la grosse fille de mon dortoir – était chouette dans son costume et bien que je n’avais jamais rien ressentis de néfaste à le voir heureux, je le trouvais tout à fait normal, le genre de personne avec qui j’aurais pu m’entendre. Ouais, enfin, s’il n’avait pas été aussi con, bien sûr. Bref ; je changeais directement de personne, parce que je refusais d’avoir des pensées néfastes dans cette ambiance. Enfin, je trouvais ça un peu mou, c’était vrai. J’aurais préféré une autre musique, plus entraînante, et une ambiance moins à l’ancienne. Peut-être que si miss Truescott l’avait organisé toute seule, il n’y aurait pas eu uniquement cette musique soulante et trop lente. Mais bon… revenons à notre sujet, encore une fois.
Ne sachant que faire, je me tournais vers le buffet. Je n’allais pas danser toute seule, c’était sûr, non pas par honte, mais parce que ça ne servais à rien. J’aimais la musique, c’était mon amie quand j’étais toute seule l’été dans ma chambre, ou dans le jardin, ou ailleurs, même, mais ce n’était pas ma folie et je ne m’enivrais pas comme ça parce que j’en avais le besoin, l’envie ou l’utilité. Et donc, même si je n’avais pas faim, je me frayais un passage parmi les gens qui se parlaient ou s’invitaient à danser, en prenant bien garde à ne pas laisser traîner trop ma robe histoire que personne ne se prenne les pieds dedans. Dans ce cas, j’aurais eu l’air fine… J’eu un sourire en imaginant la catastrophe, mais il s’estompa très vite, parce que ma robe ne tiendrait sûrement pas le coup, et puis je n’avais pas envie de finir en haillons devant tout le monde, bien que certains costumes ne soient pas loin.
Une personne me bloquait le passage, et je ne pouvais pas la contourner, j’allais lui demander de se décaler quand on me poussa, et ce faisant, les dominos s’enchaînèrent, je poussai aussi la personne. Je serrai les dents, espérant que la personne n’avait rien dans les mains et que rien ne se soit versé, parce que même si je n’étais pas la fautive je doutais qu’on laisse passer une tache sans rien dire. Enfin, je ne parle pas de moi, bien sûr, la tache, c’est ce qui a tâché le vêtement, pas moi.
« Pardon, on m’a poussé… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bal d' Halloween « are you ready ? »   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bal d' Halloween « are you ready ? »
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Let's go for Halloween ! [tous invités à participer !]
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too
» Halloween event !!!
» L'event d'halloween sur FR
» UN AMI D'UN SOIR (conte pour Halloween)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c a v e . i n i m i c u m . rpg :: • poudlard intra muros • :: ▄ le rez de chaussée :: La Grande Salle-
Sauter vers: