AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le staff de cave inimicum vous souhaite la bienvenue sur le forum.
Bientôt le forum subira quelques modifications et améliorations.
La semaine des milles mots et les élections de préfets sont maintenues.


Partagez | 
 

 anyone else but her = cleophée

Aller en bas 
AuteurMessage
Cleo A. Beauregard

avatar

Messages : 28
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: anyone else but her = cleophée   Sam 23 Mai - 20:46

        MISERY ANGEL
      cleophée «cleo» beauregard
THE DO — LILLY WOOD&THE PRICK — CDP — SHE&HIM



    le contrôle d'identité
      nom : Pas anglais du tout, mon patronyme, me diriez-vous. Vous auriez bien raison. Un nom purement français, bourgeoisement français. Certains des élèves anglophones ont même du mal à le prononcer. J'aurais pu m'appeler Fitzerald de par ma mère, mais c'est le patronyme paternel dont j'ai hérité, soit Beauregard. C'est fou de voir comment ce simple nom me donne une forme de prestige, auprès des petits anglais.
      prénom(s) : Comme tout le reste de ma famille, j'ai hérité de trois prénoms. La tradition familiale voulait que mon prénom usuel soit celui de ma mère, Cleophée dite Cleo, il en fut donc ainsi. Ce fut au tour de mon père de choisir mon deuxième prénom, qu'il me donna uniquement pour la sonorité qu'il aimait beaucoup. Sonorité à l'anglaise, s'il vous plait. Car selon les pays, elle avait une toute autre prononciation, ce qui décida mon père à ajouter un deuxième "e" à la fin d'Adelee, obligeant mes professeurs à le prononcer plus ou moins correctement a-de-li. Vient ensuite Agnès, à l'image d'une vieille tante qui sort de je ne sais où.
      âge & date de naissance: Depuis le 23 Février, je suis âgée de 26 ans. je vous laisse faire le calcul quant à mon année de naissance. Je suis encore toute jeune pour une employée de Poudlard, et je trouve cela plutôt amusant, de me fondre parmi la masse des élèves. La seule chose qui me différencie d'eux, c'est cet uniforme que je n'ai pas à porter.
      lieu de naissance : Je n'ai pas vu le jour comme un bon nombre de petits sorciers anglais à Ste Mangouste, étant née dans un autre pays, pas très loin. J'ai vu le jour en France, chez mes parents. Il habitaient à l'époque un petit appartement en plein cœur de Paris, très joli selon les photos. M'enfin, je n'en sais pas grand chose puisque nous avons déménagé peu de temps après, direction le Sud de la France.
      lieu de résidence : Aujourd'hui, j'ai quitté l'hexagone pour me rendre au pays du pudding. Bien plus pratique pour mon emploi à Poudlard, avouez. Mon salaire ne me permettant pas des extravagances, et n'étant chez moi que rarement -un à deux mois maximum dans une année-, je loue un petit appartement au Nord de Londres.
      nationalité : J'ai beau habiter le royaume-uni depuis la fin de ma scolarité, je n'en demeure pas moins Française. Vous l'entendrez d'ailleurs sûrement, puisque j'ai un accent inévitablement horrible. Chic pour certains, je suis certaine qu'écorcher votre nom ne vous fera pas apprécier cet accent français.

    la fiche d'identification
      description physique : On m'a toujours dit qu'il fallait aller du général aux détails. N'étant pas très à cheval sur les règles, je vous passerais ce procédé. De toute façon, j'ai toujours eu du mal à me décrire, c'est un fait. Je ne me trouve pas franchement jolie, ni même mignonne. Peut-être que même que chez moi, une seule chose m'est chère. Dans ma famille, le patronyme de Beauregard nous va comme un gant : depuis des générations, nous avons tous des yeux bleus, dans lesquels ont aimerait bien se perdre. Je ne déroge pas à la règle, étant moi même dotée de deux immenses yeux bleus, qui varient du bleu ciel au turquoise, en passant par un bleu des plus profonds. Voilà peut-être ce qui représente ma fierté. C'est d'ailleurs la seule chose qui me fasse vraiment ressembler à ma famille, car la majorité de mes aïeuls sont blonds, ou châtains clairs. Je suis quant à moi brune, comme si j'avais amassé tout les pigments auxquels mes parents n'avaient eu droit. J'ai il est vrai parfois des pulsions qui m'amènent à devenir blonde, mais cela ne dur guère longtemps et je reviens vite à ma couleur naturelel. Une teinte qui fait ressortir d'autant plus mes iris. Dans le côté original, je ne m'arrête pas là. Déjà bien grande, je suis souvent montée sur échasse -enfin, sur des talons quoi-, et affublée de vêtements plus ou moins étranges. Ma garde robe est un savant mélange de ce que j'aime : vêtements moldus et sorciers, anciens ou légèrement vintage, passés de mode ou bien même d'avant garde. Étant d'une nature plutôt fine, bien qu'avec des formes très convenables, je me permets tout, allant même jusqu'au faux pas. De toute façon, sous ma blouse blanche personne ne me remarque. Ou pas.
      description du caractère : Je ne suis pas bizarre, je suis différente. Un autre terme que je préfère, qui est bien moins péjoratif. Ce n'est pas dans ma nature d'être négative. Je suis plutôt positive, dans n'importe quelle circonstance. Peut-être niaise et naïve, il n'empêche que je suis la plupart du temps joviale, et enthousiaste. Sans nul doute bien trop pour une personne, ce qui explique peut-être que je sois d'une nature très communicative. J'aime la vie, j'aime mon travail, j'aime les autres, le reste je m'en fou. La preuve, je vois le bien partout, si bien que j'ai du mal à envisager qu'une personne se montre négative. J'ai un peu tendance à l'excuser. Malgré mon univers relativement masculin, je suis assez candide, et mon monde reste très acidulé. Je vis un peu dans mon propre monde de toute façon, c'est certain. Je sais que tout n'est pas tout rose, ce pourquoi je suis aussi un peu garçon manqué, parfois. Je passe de la fille idiote et naïve au garçon blasé et molasson sans difficulté. Mon père voulait un fils boxeur, il a eu une sorcière lunatique. Je lui offre donc avec plaisir cette vision qu'il aurait voulu de moi. Généreuse, je le suis sans doute un peu, pour faire ce que je fais. Il me faut sans doute une dose de courage, mais surtout de l'amour du travail. Heureusement que je ne fut pas à poudlard, car ce Choixpeau aurait eu du mal à me répartir. Je suis très polyvalente, comme fille. Si j'aime mon travail, les études, j'ai une sorte d'allergie à toute forme d'ordre établi, qu'il soit juste ou non. Je n'aime pas vraiment les hiérarchies, ce pourquoi j'ai eu quelques difficultés, à Beauxbâtons. J'ai tout de même réussi à m'en sortir, par ma débrouillardise ou grâce à ce don que j'ai toujours eu de mentir avec force. Je suis gentille et simple en apparence, mais je suis bien plus que cela. Peut-être un peu rebelle, c'est vrai. Avec un désir d'acquisition de nouvelles choses, de nouvelles sensations. Je suis sans doute un peu masochiste, car j'aime me sentir vivante, du côté négatif de la chose. Folle, je le suis certainement. De toute façon, je suis insaisissable. Un peu naïvement, je me prétends ainsi, mais j'y crois. J'aurais pu être une chanteuse de rock, et puis c'est tout. Je suis là pour casser les codes de la vieille infirmière peau de vache, pleine de ride et à cheval sur les règles, ainsi soit-il.

    curiculum vitae
      composition de votre baguette : On l'a dit idéale pour les sortilèges, bien pratique pour mon rôle à Poudlard. Elle m'a été offerte à mon entrée à Beauxbâtons, et ce fut sans doute l'une de mes plus grandes satisfactions. Composée de bois de Saule, elle mesure 27,3 cm, et est composée de poil de licorne.
      métier : J'aurais bien aimé devenir enseignante, mais c'est la médecine qui m' choisie. Après mes études de medicomage, j'ai été engagée septembre 2092 comme infirmière ici, à Poudlard. Il paraît que mes collègues précédentes étaient deux bonnes femmes d'un certain âge, je prend actuellement la relève.
      la forme de votre épouvantard : J'ai une sainte horreur des spectres, malgré que le château en sois bondé. De ce fait, je fais tout pour les éviter, ce qui semble énormément les amuser. Pour ridiculiser ces joyeux lurons, je les imagine étendus comme du linge propre. Simple, mais efficace.
      la forme de votre patronus : Petite, j'étais obnibulée par les contes sur les licornes. Plus grande, cette fascination a persévéré, au point que leur image me donne du courage. Mon patronus en a donc la forme, aujourd'hui d'une netteté parfaite.

    le moldu que tu es
      pseudo ou prénom : crocodilee (:
      âge : 16 ans et un coup de balais à passer
      avatar utilisé : zooey deschanel
      code du règlement : la poudre d'escampette s'en va au loin, si loin que je l'a vois plus >>
      autre ? : toujours rien (: -double compte d'eurybie-


Dernière édition par Cleo A. Beauregard le Sam 23 Mai - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cleo A. Beauregard

avatar

Messages : 28
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: anyone else but her = cleophée   Sam 23 Mai - 20:46

    la biographie
      Tout aurait pu en être autrement. Moi, mes frères, ma famille. Mais c'est comme ça, on ne choisit pas son destin. On ne choisit pas son destin, parce que sinon ça se saurait, même dans le monde des moldus. Alors on le laisse faire. Surtout quand il ne s'agit pas du notre.

      Le jour où le mien s'est scellé, ce fut il y avait trente six ans, six mois, et treize jours. Ce jour là, mes parents se rencontraient. J'ai entendu mainte et mainte fois l'histoire de leur rencontre, mais je suis aujourd'hui incapable d'en retranscrire la moindre ligne. De ce jour là je n'ai en mémoire que les sourires béats et les regards amoureux qu'avaient alors mes parents, quand ils nous racontaient leur histoire. Mes frères et moi avions un point de vue totalement différent quant à ce sujet. Je ressentais alors comme une mélancolie, le regret de n'avoir pu y assister. Bastien et Simon, mes frères aînés étaient eux admiratifs des deux tourtereaux, imbéciles et amoureux. Mon tout jeune frère, lui, avait seulement faim, le reste il s'en fichait. Car dès lors qu'il naquit, les anciens sourires béats et les regards amoureux s'envolèrent. Beaucoup de mes amis avaient des parents divorcés, et j'étais l'exception. Mais un an et six mois après la naissance de mon frère cadet, le divorce fut prononcé, et je découvrit alors ce que le mot «divorcés» voulait dire. Garde alternée, déchirement, pleurs. Les quatre enfants Beauregard allaient une semaine chez leur mère, l'autre chez le père, avait décidé le juge. Sauf qu'il n'avait pas pris en compte que ma mère était idiote et naïve, comme moi, et qu'elle rencontrerait à nouveau l'homme de sa vie, auraient à nouveaux des sourires béats, des regards amoureux, et des enfants. C'est à ce moment là que j'ai décidé de ne plus apprécier les règles, et ma mère.
      Cléophée Maribel Fitzerald avait toujours été une femme pleine d'entrain, joviale et exaspérante, tout comme moi. Son futur ex mari, Eugeniel Bastien Simon Beauregard était quant à lui sportif, élégant, un sourire bright accroché systématiquement aux lèvres. tous deux formaient le couple par excellence, Barbie et Ken, en plus blonds. Ils nous élevèrent dans leur petit appartement parisien les quatre premières années de ma vie, pour ensuite partir à Avignon, une charmante ville du Sud de la France. Toujours dans un petit appartement, toujours tous les six. C'est ensuite qu'intervint le destin, le juge, les règles. Ma mère resta telle qu'elle avait toujours été, et s'accrocha à un nouveau bellâtre. Mon père quant à lui changea du tout au tout. Chargé de notre éducation au départ de ma mère, ce sportif blond et bright devint mou, sale et aux tendances alcooliques. Mes frères et moi étions alors de simples moldus, ignorant que deux d'entre nous possédions des pouvoirs magiques, étranges, détonants.

      J'avais onze ans, tout juste. J'avais onze ans, je riais encore quant on me disais des mots grossiers, et je me cachais les yeux quand je voyais un couple qui s'embrassait à la télé. Je vivais comme les autres, allais à l'école comme les autres, étais comme les autres. Et puis, un jour -un jour comme les autres-, à l'heure ou les autres préparaient leurs premières années de collège, je reçus une lettre qui changea le reste de ma vie. Le destin sur un bout de papier. Un papier bleuté, qui m'annonçait que je gagnais à la rentrée suivante l'Academie de Magie de Beauxbâtons, l'une des trois plus grandes écoles de sorcelleries de monde. Une école où je grandit donc, sans mes frères, sans mon père, et à nouveau sans ma mère. Chaque vacances, je retrouvais ma famille, jamais ma mère. Chaque rentrée, je regagnais l'academie, mes amies, mes études. Lors de ma Cinquième année, je découvris que je n'étais pas seule dans mon rôle de sorcière. Car jusque là, j'avais été à nouveau l'exception. La brune, la fille, la trop douée, et la sorcière. Mais avec moi, j'emportais mon petit frère, celui qui me ressemblait le plus. Le garçon, mais brun, trop doué, et sorcier. Ce que j'ignorais, c'était qu'une autre ecole existait alors, et qu'elle venait de rouvrir. Mon petit frère faisait partie de la deuxième promotion à bénéficier de la nouvelle ouverture de l'Ecole de sorcellerie, Poudlard. A ma sixième rentrée à Beauxbâtons, il entrait à Poudlard pour la première fois. Moi, j'avais mes habitudes, ma langue, mes amis. De plus, j'avais eu le bénéfice du sexe, et donc de la différence. Mais le dernier des Beauregard n'en eu pas la chance, et s'attira les foudres de Bastien et Simon, beaucoup plus forts que lui, et donc encore plus jaloux. De plus, il devait intégrer une nouvelle langue, barbare à ses yeux. Mon frère, fragile, en fut déboussolé. Dès que j'eu donc finit mes classes à Beauxbâtons, je le rejoins au Royaume-uni, où je passais parfois le voir, à Pré-au-Lard. Avec des résultats excellents dans toutes mes matières, équivalent aux E pour les A.S.P.I.C.S, j'aurais pu me permettre un métier d'excellence. Ce que je fis, d'une certaine façon. J'allais devenir infirmière.

      Comme ma mère, les garçons m'avaient toujours rendue incroyablement idiote et influençable. Et lui encore plus. Jim, je l'avais rencontré à Ste Mangouste, lors d'un stage. Il était là en visite, et il m'avait tout de suite plu. Sa nonchalance, son sourire pervers, ses cheveux noirs et sa barbe de trois jours, tout chez lui me faisait frissonner. Je savais que c'était mal, de l'aimer. Alors je me mettais d'autant plus à fond dans mes études. Pourtant, même loin de lui je sentais son regard intense sur moi, comme tatoué. J'étais sienne. J'allais le devenir, du moins. Mais là encore, le destin en avait décidé autrement. Il avait murmuré des choses qui avaient troublé Jim, sans doute. Jusqu'à le faire partir avec une autre, une blonde. Une blonde comme ma mère. J'avais eu un certains nombre de petits amis, mais lui, c'était lui. Et il me laissait, comme ma mère avait délaissé mon père. J'aurais du régir comme lui, mais toutes mes pensées sombres, je les enfouissais au fond de mon être, sans les chasser. Je devais être prête avant de l'oublier, et je ne le suis toujours pas. Décidée à protéger mon frère, malgré les années, je trouvais un emploi comme infirmière dans un lieu qui nous semblait cher à tous deux : Poudlard. Elle était sa deuxième maison, ce serait donc la mienne.



Dernière édition par Cleo a. Beauregard le Sam 23 Mai - 22:47, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cleo A. Beauregard

avatar

Messages : 28
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: anyone else but her = cleophée   Sam 23 Mai - 23:04

      Présentation potentiellement terminée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: anyone else but her = cleophée   Dim 24 Mai - 0:31

Ce sera donc dans le clan des prof (a)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: anyone else but her = cleophée   

Revenir en haut Aller en bas
 
anyone else but her = cleophée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c a v e . i n i m i c u m . rpg :: • cave inimicum, le commencement • :: ▄ répartitions des personnages :: répartitions validées-
Sauter vers: