AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le staff de cave inimicum vous souhaite la bienvenue sur le forum.
Bientôt le forum subira quelques modifications et améliorations.
La semaine des milles mots et les élections de préfets sont maintenues.


Partagez | 
 

 Lucypher Van Hellsing - like a morning star ;

Aller en bas 
AuteurMessage
Lucypher Van Hellsing

avatar

Messages : 14
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Lucypher Van Hellsing - like a morning star ;   Jeu 28 Mai - 15:18

"Et sous leurs yeux danse,
et tombent, et tombent,

Grise sous la lune, avec légèreté,
elles tombent, elles tombent,

A l’aube, s'est évaporée,
mais tombent, mais tombent,

Et puis meurent. Les étoiles."



Lucypher Eurynome Marada Van Hellsing ;


    le contrôle d'identité
      nom : Van Hellsing, un ancien nom, plein d’histoires et de souvenirs.
      prénom(s) : Lucypher Eurynome Marada. Lucypher est bien entendu l’homonyme de Lucifer, le Porteur de lumière, un nom qui sonne un peu comme une private joke familiale. Eurynome, lui, est le prénom d’une océanide grecque, censée avoir donnée vie aux Charites, ou Grâces. Quand à Marada, il s’agit de démons moyen-orientaux, audacieux et insolents. Tout un programme.
      âge : 16 ans.
      date de naissance : Lucy est née un matin pluvieux, le jour de l’équinoxe du printemps, soit le 21 mars.
      lieu de naissance : Dans la demeure familiale au fin fond des montagnes roumaines, c’est une tradition dans la famille.
      lieu de résidence : Actuellement à Godric’s Hollow avec le reste de sa famille, la grande résidence secondaire des Van Hellsing à Londres.
      nationalité : Lucy à la double nationalité roumaine er anglaise.

    la fiche d'indentifcation
      description physique : C'est un petit gabarit, dans tout les sens du terme. Atteignant avec peine le mètre 63, elle est aussi "grande et massive que sa baguette" d'après ses propres mots, qu'elle lance avec un grand éclat de rire. Lucy possède des grands yeux rieurs d'un joli noisette, qu'accompagne souvent, pour ne pas dire toujours, le grand sourire joyeux, pleins de fossettes, qui la précède un peu partout. Elle aime garder ses cheveux lisses au niveau de ses épaules, ce qui lui permet toutes les fantaisies qui lui traversent continuellement la tête, sa couleur d'origine étant un brun roux automnal, actuellement elle, les a colorés en châtain clair. Son visage, ses gestes laissent transparaitre le flot continu d'émotions qui l'agite continuellement, c'est ce qui en fait sa force désarmante. Elle est plutôt mignonne et totalement frivole, elle aime par dessus tout s'habiller avec des vêtements amples et confortables qui lui donnent cette impression de légèreté qui la pousserait à s'envoler. Ses habits sont souvent bariolés de différentes couleurs : du bleu, du vert, du rouge bordeaux, du bleu encore, de l'orange, du violet. A tel point que sa mère la qualifie de "petit arc en ciel turbulent et déluré", sans comprendre le sarcasme, elle, elle aime bien être un petit arc en ciel.
      description du caractère : En un mot, c'est un petit concentré de bonne humeur et de fraicheur, plutôt naïve et candide, aussi insouciante qu'on peut l'être à cet âge, surtout vu le contexte familial. Partout où elle passe, c'est comme si une tornade de joie, d'insouciance et d'insolente candeur mettait la pièce sans dessus-dessous, bien qu'elle s'en rende rarement compte elle même. Elle à tendance à voleter d'une idée à l'autre sans trop s'y attarder, un peu comme un papillon. Elle écrit beaucoup, tout ce qui lui passe par la tête fini automatiquement sur l'un des innombrables carnets qu'elle trimballe un peu partout, bref, c'est une rêveuse. Souvent dans la lune, toujours à côté de la plaque, elle parle beaucoup avant de réfléchir à ce qu'elle dit répondant avec une insolence innocente aux professeurs, ce qui lui vaut de se retrouver assez fréquemment en colle. Ça et le fait qu'elle aime se balader un peu partout, à tout heure de la journée, comme de la nuit et plus particulièrement dans les endroits où elle n'a rien à y faire. En règle générale elle passe pour une personne gentille, franche et dépourvue d'arrière pensée. Lorsqu'elle a une "crise" elle devient totalement l'opposée de ce qu'elle est, et n'est plus qu'un lac de noirceur dans lequel il est difficile de lire quoique ce soit, ce qui peut être assez effrayant et complètement déstabilisant pour qui ne la connait pas. C'est ce qui explique qu'elle n'a en fait que peu d'amis. En général on apprécie sa compagnie, sans aller jusqu'à tisser des liens amicaux avec elle, ce qui la blesse un peu, avant de jeter son dépit par devers elle d'un haussement d'épaule. Elle aime beaucoup sa famille, même si certains lui font un peu peur ou lui paraissent trop austère. Elle s'entend bien avec ses 4 frères, partageant une relation privilégiée avec Faust, oubliant continuellement que c'est lui l'ainé des deux et pas elle, c'est comme ça, elle est très protectrice avec lui et c'est bien les rares moments où elle semble être sérieuse. Terriblement sérieuse. Elle adore papoter avec Azael, presqu’autant que lui suater dessus sans crier gare. Peut être devrait-elle arrêter de le faire dans les couloirs ? En fait... non, c’est tellement amusant !

    curiculum vitae
      composition de votre baguette : Une fine branche de noisetier de 16cm, d’une solidité remarquable tout en conservant la flexibilité caractéristique de ce bois. Elle contient entre autre un cheveu de naïade, une larme. Une larme d’un ancien vampire intimement lié à cette famille d’après son grand père qui l’a fabriquée. De fins entrelacs d’argent décorent la garde de la baguette, avec à la base, une inscription faite du même métal, LVH.
      année d'étude : Lucy est actuellement en 6ème année.
      la forme de votre épouvantard : L’épouventard de Lucy est assez surprenant car ne représentant pas quelqu’un ou quelque chose de vivant. Il apparaît comme un ou plusieurs points lumineux scintillants qui, les uns après les autres, se dilatent avant de s'atténuer et disparaitre, puis d’exploser littéralement. Allez savoir ce que ça peut bien signifier, ou ce qu'il y à d'effrayant là dedans...
      la forme de votre patronus : C’est un sortilège que Lucy ne maîtrise pas.

    le moldu que tu es
      pseudo ou prénom : Cat'.
      âge : 22 ans.
      avatar utilisé : Hilary Duff.
      code du règlement : la poudre d’escampette s’en va au loin…
      autre ? : ... vers l’infini et au-delà ! Youpip


Dernière édition par Lucypher Van Hellsing le Jeu 28 Mai - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucypher Van Hellsing

avatar

Messages : 14
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Lucypher Van Hellsing - like a morning star ;   Jeu 28 Mai - 15:21

"- Hé, Baal ? - Oui, Lucy ? - Si je tombe encore, tu seras toujours là pour me rattraper, hein ? Tu promet ? – Promis juré, Lucy."



    la biographie
      Hiver 2084, Manoir Van Hellsing, Roumanie. :

      Punie. Pff, tout ça pour une bête boule de neige dans le nez de maman. C’est pas juste, les autres, ils ont le droit de continuer à jouer dehors. La jeune fille de neuf ans, boudait sur son lit mécontente, elle n’aimait pas, mais alors vraiment pas être enfermée. Surtout quand la journée et la neige était propice à une bonne bataille et qu’elle pouvait entendre les autres s’amuser en contrebas. Pff, quoi ! C’était pas sa faute si sa mère s’était stupidement décidée à passer juste au moment où elle lançait sa boule sur Aaron ! Paf. Un paquet de neige venait de s’écraser mollement contre les carreaux, déclenchant chez elle un nouveau soupir de frustration. Ouvrant sa fenêtre en grand elle s’accouda au rebord, à genoux sur un tabouret pour être assez confortablement installée et observait les autres enfants. En plus, c’est son équipe qui allait perdre à cause de ça. La poisse. Attrapant une belle poignée de neige qu’elle tassa avec soin en une petite sphère, elle repéra sa cible et paf ! Avantagée par sa position, la fillette envoya la boule de neige en plein dans le cou d’Eden, qui se crispa sous l’attaque soudaine et imprévue. Peu de temps après, la bataille avait repris son cours normal avec en prime un tireur embusqué, perché à une fenêtre, c’était finalement tout aussi drôle, même si elle se ferait surement grondée encore a cause de la neige qui fondait désormais sur le sol de sa chambre. Qu’importe, au moins elle s’amusait au lieu de rester bêtement parquée dans sa chambre.


      - Et tu ne sortira d’ici qu’après avoir retenue la leçon, petite imbécile !
      - Mais maman !...
      - Suffit, Lucy ! J’en ai assez de tes singeries rêveuses ! Grandit un peu ma fille, au lieu de te comporter comme une fillette stupide !
      - Mais !...
      - J’ai cru entendre quelque chose ?
      - Non, maman…
      - Et pour une fois, tiens toi tranquille, cinq petites minutes !
      - Pff…

      Peine perdue, la porte de la chamber avait déjà claquer derrière le passage d’Emma Van Hellsing, laissant la petite Lucy ruminer son mécontentement. Encore punie, c’est pas juste. Elle n’avait rien fait de mal, non ? C’était juste un peu de neige, ça fait pas de mal la neige ! Remâchant son dépit, elle n’avait pas fait attention aux bruits de la porte qui s’ouvrait tout doucement avant de se refermer. Ni aux pas feutrés qui s’approchait tranquillement dans son dos.

      - C’est la deuxième fois de la matinée, hein ? Bravo, tu va établir un nouveau record à ce rythme là !

      Surprise, Lucy se retourna vivement pour se retrouver face à des mèches brunes et deux yeux verts qui ne pouvaient appartenir qu’à son frère. Avec un sourire mi-figue, mi-raisin, elle rétorqua.

      - Si t’es juste là pour te moquer, s’pas la peine Baal’.
      - T’as quand même réussi à l’énerver deux fois en moins de trois heures, chapeaux bas l’artiste !
      - Pff, t’es nouille… comme si c’était de ma faute à moi… Hé !

      Il venait de lui ébouriffer les cheveux. Elle aimait bien quand il faisait ça, c’était agréable comme sensation. Avec un nouveau sourire, elle battit des mains en se relevant rapidement, tout souvenir de la punition oublié. Avec un air de conspiratrice elle se pendit à son cou, lui chuchotant bruyamment dans l’oreille.

      - Tu m’emmène à la bibliothèque ? J’ai laissée mon herbier là bas et si maman me voit dehors toute seule, j’vais encore me faire engueuler. Hein dis, tu ferais ça pour moi ? S’ilteplaît-s’ilteplait-s’ilteplait-s’ilteplait-s’ilteplait-s’ilteplait-s’ilteplait…


      Elle aimait bien l’ambiance feutrée et chaleureuse de la bibliothèque, presqu’autant que celle du parc entourant le manoir. C’était si calme, si serein. Elle comprenait tout à fait pourquoi Baalberith s’y enfermait de temps en temps. Enfin, presque. Il lisait toujours des livres si ennuyeux. Mais après tout chacun ses trucs. La bibliothèque était répartie en 3 étages, donnant vue sur le « rez-de-chaussée » de la pièce, là où Baal’ l’attendait intrigué par son manège. Elle, elle avait son coin secret dans la bibliothèque. Un coin rien qu’à elle, où elle cachait des livres qu’elle affectionnait beaucoup. Elle se pencha par dessus la balustrade pour faire signe à son frère et sans prévenir, enjamba cette dernière pour poser les pieds sur la poutre centrale apparente.

      - Lucy ! Qu’est-ce que tu fiche ? Repasse cette barrière, de suite tu va tomber !
      - Hein ? Mais non, ça risque rien, je le fait souvent, je suis jamais tombée ! Je pourrais le faire les yeux fermés !
      - Repasse cette barrière, Luce, je t’en prie !
      - Mon herbier est là bas, espèce de froussard. Tiens regarde, les yeux fermés je te dis !
      - Lucy !

      Sans tenir compte du cri étranglé de son frère, les yeux fermés elle commença à s’élancer le long de la poutre, posant un pied devant l’autre comme une funambule en chantant une chansonnette pour agacer son frère. Par cœur, de toute manière, même pas besoins de mes yeux. Lucy cheminait tranquillement sur la poutre, gardant son équilibre en tendant ses bras. Elle faillit trébucher à un moment, posant son pied à moitié dans le vide avant de se stabiliser, sous le regard angoissé de Baal.

      - Allez, Lucy, c’est bon ! Fait demi tour, t’as rien à prouver !
      - Je prouve rien, je vais chercher mon herbier.
      - Ouvre au moins les yeux !

      Elle l’ignora superbement. Elle n’allait pas faire demi-tour comme ça alors qu’elle avait presque fait le chemin ! Continuant d’avancer, la jeune fille se demandait, pourquoi elle avait le sentiment d’oublier quelque chose d’important. Ce n’était surement rien, sinon elle s’en serait souvenue, non ? Avec un cri de surprise, elle rentra en contact avec le lustre, faisant instinctivement un pas de côté. Un unique pas de côté. Comme au ralenti, elle sentit le vide dans son dos la happer, alors qu’en équilibre précaire sur un pied, elle agitait ses bras en tout sens, pour essayer désespérément de se maintenir sur la poutre. Et chuta.

      - LUCY !

      Le plafond s’éloignait d’elle, bizarrement, lentement d’abord, puis de plus en plus vite, trop étonnée pour seulement réaliser qu’elle tombait de 3m pour s’écraser sur le plancher en contrebas. Hé ? Pourquoi je tombe ? Je devrais pas, je l’ai fais tellement de fois, passer sur cette poutre ! Avec un cri, elle se prépara à la rencontre brutale avec le sol dur. Et tomba dans les bras de Baal, qui sous le choc, s’écroula lui aussi au sol avec un cri de douleur qui se surajouta à celui de sa sœur. La porte s’ouvrit brutalement sur la foule d’adultes accoururent aux cris des enfants, étendus l’un sur l’autre, Baal sonné par le choc, Lucy grimaçant de douleur, pleurant en se tenant l’épaule. La dernière chose qu’elle vu avant de défaillir, ce fut l’air de dragon mi-consterné, mi-furibond de sa mère.


      La nuit était tombée, les deux enfants avaient été soignés et il avait été décidé qu’ils dormiraient dans l’infirmerie pour se remettre. Du moins était-il censés dormir. Lucy, grimpa dans le lit de son frère, grimaçant en bougeant le bras en écharpe. Elle s’était démise l’épaule, mais ça aurait pu être pire si Baal ne l’avait pas rattrapée, amortissant sa chute. Bizarrement, maman n’avait rien dit. Du moins pas pour l’instant, même si ça viendrait surement plus tard. Se décalant pour lui faire de la place, son frère l’accueillit avec un hochement de tête un peu sec. Dépitée, elle passa sous la couverture, se couchant contre lui. Il devait être en colère contre elle. C’était de sa faute s’il s’était cassé le bras et les poignets. Avec un faible chuchotement, tout triste, elle commença.

      - Pardon, Baal, pardon… si je t’avais écouté, tu te serais pas fait mal... je suis désolée, c’est ma faute, excuse moi…

      Les larmes commencent à lui venir, contrecoup du choc d’être tombée et de pas être passée très loin de la mort. Une main vient lui ébouriffer les cheveux, sécher ses larmes, elle relève les yeux sur son frère qui lui fait un sourire réconfortant, avant qu’elle ne se jette dans ses bras en reniflant, provoquant une grimace chez lui en effleurant son bras.

      - Chut, chut, ça va Lucy, c’est rien, c’est fini maintenant.
      - Je suis désolée…
      - Ca va, n’en parlons plus, ça c’est pas si mal fini, non ?

      Elle acquiesça en reniflant, restant contre lui pendant plusieurs minutes sans rien dire, bercée par sa respiration et ses reniflements. Au bout d’un moment elle se redressa pour poser un baiser sur le front de son frère, surpris par son geste soudain.

      - Hé, Baal ?
      - Oui, Lucy ?
      - Si je tombe encore, tu seras toujours là pour me rattraper, hein ? Tu promet ?
      - Promis juré, Lucy.


      Vacances scolaires 2086, Godric’s Hollow, Angleterre. :

      Tout le monde dormait dans le manoir des Van Hellsing. Le manoir lui-même semblait plongé dans une profonde narcolepsie, a croire que même les rongeurs, familiers de ces grandes et vieilles maisons, dormaient, eux aussi, d’un profond sommeil. Une ombre fugitive traversa rapidement le couloir, le bruit de ses pas, étouffé par les tapis qui recouvrait les lattes du parquet grinçant. Longeant d’un pas incertain, les portes qui donnait sur les chambres des enfants, l’ombre s’arrêta, hésitante devant l’une d’elle et d’une main tremblante la poussa, dévoilant un escalier qui menait aux combles. Elle s’y engagea sur la pointe des pieds, prenant garde à ne pas faire grincer les vieilles marches en bois et finit par arriver jusqu’à un petit couloir donnant sur sept portes. Sans hésiter, l’ombre se dirigea droit vers la plus éloignée, posant doucement la main sur la poignée. Prenant une inspiration étranglée, elle tourna la poignée, ouvrant la porte sur la chambre avant d’entrer et de refermer la porte doucement. La lune éclairait la pièce, donnant étrangement vie aux ombres des meubles. Une grande armoire projetait son ombre sur un petit bureau bordélique, où s’entassait quantité de papiers inutile. Un coffre mal fermé laissait s’échapper la manche d’une veste froissée, adossé au pied d’un vieux lit, où émergeait au milieu des draps une petite tête endormie, aux mèches brun-rouges. L’ombre se rapprocha du lit, sans quitter des yeux la petite qui dormait à poing fermés, la respiration calme et paisible. Dans son sommeil elle avait repoussée en partie les draps et ses mimiques silencieuses indiquaient qu’elle devait rêver. Elle s’était encore rapprochée de la jeune fille, pouvant presque la toucher quand une latte du plancher grinça sous son poids, troublant le sommeil de la petite. Se réveillant en étouffant un bâillement en se frottant les paupières d’une main engourdie, Lucy, laissa l’ombre sanglotante la rejoindre, faisant grincer le lit en se hissant dedans.

      - Mmh ? Faust ? Qu’est ce qu’il y à ? T’as fait un cauchemar ?
      - Lucy…

      Son frère dans les bras, elle le serrait contre elle, le berçant lentement en caressant ses cheveux avec douceur pour le réconforter. Elle sentait ses larmes couler, s’écrasant sur sa peau, mouillant sa chemise de nuit, avec le coin de sa manche elle sécha ses larmes en continuant à le bercer dans ses bras.

      - Chut… Calme-toi, là. Regarde, je suis là, je suis là. C’est encore tes voix ? T’en fait pas, je suis là, je les laisserais pas te faire de mal, d’accord ? Regarde-moi Fafa’, hé ? Je suis là, t’as plus rien à craindre d’elles…

      Elle se voulait rassurante et sur d’elle, mais au fond d’elle-même, elle était en plein désarroi. Qu’est ce que ses voix lui avait soufflé, cette fois ? Elle s’inquiétait énormément et s’en voulait beaucoup, ne sachant pas comment l’aider. Elle aimerait tellement, tellement pouvoir lui arracher ses voix de sa tête, lui apporter la paix loin d’elles. Qu’il les oublie. C’était pas juste, il méritait pas ça, vraiment. Il commençait à se calmer dans ses bras, ses larmes s’étaient taries, elle continuait de lui parler tout bas, pour le rassurer, pour lui lancer une ligne à quoi se raccrocher pour ne pas les entendre. Sans le lâcher, Lucy ramena la couette sur eux, se lovant contre son dos, ses bras passé autour de lui et se remit à somnoler doucement, la tête appuyée contre son épaule.

      - J’ai eu tellement peur, Lucy, elles… elles disaient des choses si horribles… si…
      - Calme-toi Fafa’, je suis là, tu n’as rien à craindre d’elles, je te tiens, je te protège. Faut pas que tu les écoutent, elles ne font que mentir, ne les croient pas, jamais.
      - Mais, ça paraît si vrai… si horriblement vrai…
      - Oh, Fafa’… c’est pour ça, pour ça que tu dois pas les croire, parce qu’elles te mentent si bien… si bien… Rendors-toi, je veille sur toi.

      A force de cajoleries et de caresses rassurantes Faust se rendormit bientôt, le visage toujours si inquiet. Il avait l’ai r tellement vulnérable comme ça, comment ne pouvait-on pas craquer devant lui ? Passant une dernière fois sa main dans les cheveux du garçon, Lucy se pencha pour déposer un baiser sur son front avant de se recoucher, gardant les bras autour du cou de son frère comme pour le protéger dans son sommeil, lui communiquer son amour. Le lendemain, Lucy se réveilla seule dans son lit, les cours devaient reprendre demain, les autres étaient repartis vers Poudlard. Tête basse, elle resta un moment assise dans son lit, seule et triste. Intriguée elle ramassa le petit bout de papier, posé sur sa table de nuit, un rapide coup d’œil avant de se relever toute guillerette pour allez débusquer sa tante Samaël, à la recherche d’une nouvelle histoire. Le papier retomba sur le matelas après son départ, une unique mot à moitié effacé par une larme, inscrit dessus.

      « Merci. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucypher Van Hellsing

avatar

Messages : 14
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Lucypher Van Hellsing - like a morning star ;   Ven 29 Mai - 13:17

J'crois avoir finis ce coup-ci. Smiley !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivy Truescott

    faithless • je ne crois pas au destin, chaque homme a le choix.

avatar

Messages : 107
Age : 40
Localisation : mystère.
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Lucypher Van Hellsing - like a morning star ;   Ven 29 Mai - 13:36

Bienvenue, validée à serdaigle, vers l'infini et au delà *zbaf*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://priori-incantatum-rp.forumpro.fr/forum.htm
Lucypher Van Hellsing

avatar

Messages : 14
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Lucypher Van Hellsing - like a morning star ;   Ven 29 Mai - 13:41

Merci ! Love =D S'pas ma faute, c'est sorti tout seul. *zbaff*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lucypher Van Hellsing - like a morning star ;   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lucypher Van Hellsing - like a morning star ;
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I'm in the land of the morning star - ANGES
» Teddy ◈ The morning star, the lord of flies
» Repòtè Morning Star, jounal angle vinn gade sak pase ann Ayiti.
» Star Wars Pocket Models TGC
» sable, caniche star

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c a v e . i n i m i c u m . rpg :: • cave inimicum, le commencement • :: ▄ répartitions des personnages :: répartitions validées-
Sauter vers: