AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le staff de cave inimicum vous souhaite la bienvenue sur le forum.
Bientôt le forum subira quelques modifications et améliorations.
La semaine des milles mots et les élections de préfets sont maintenues.


Partagez | 
 

 You and me ; me and you {Luce}

Aller en bas 
AuteurMessage
Sasha I. Carlson

avatar

Messages : 209
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: You and me ; me and you {Luce}   Mer 3 Juin - 20:42






    C’est à contre cœur qu’elle quitta les bras de son amant, n’osant pas le réveiller tandis qu’elle tentait de se dégager du mieux qu’elle pouvait des bras réconfortant du jeune homme. S’asseyant au bord du lit, elle le regarda un instant continuer de dormir dans les bras de Morphée. Il était tôt, mais la jeune fille avait prit cette habitude de se réveiller avant lui, à ne pas le réveiller pour qu’ils ne partent pas ensembles, qu’ils ne se voient pas au petit matin, pour qu’ils ne se quittent pas tout simplement. Sans un bruit, elle se rhabilla, silencieuse et pensive, tentant de peigner rapidement, et à l’aide de ses doigts, ses longs cheveux châtains, avant de finalement les rejeter en arrière. Elle portait son parfum partout sur elle, qui la rassurait, la rendait heureuse et étrangement sereine. Elle portait en lui une confiance plus qu’aveugle, comptant sur lui pour leur éviter tous les désagréments du monde, pour que jamais personne ne découvre leur secret si bien conservé. Tout reposait sur ses épaules, et elle était là pour le lui faire oublier lorsqu’ils étaient ensembles. La nuit passée avait été mouvementée, comme d’ordinaire, à mettre sur le compte de leur jalousie commune. Ni l’un ni l’autre ne supportant qu’un ou autre s’approche de celui ou celle à qui l’on tient tant, et pourtant, il leur fallait l’autoriser afin de n’éveiller aucun soupçon, afin que jamais on ne découvre leur lien interdit, ce pourquoi il se regardait avec tant d’animosité. Chaque nuit devenait alors fiévreuse, les amants voulant alors se prouver combien ils étaient plus important que l’autre qui persistait à gâcher leur existence. Et ils y parvenaient toujours, lorsque la félicité les emportait, les poussant à se serrer l’un contre l’autre et à s’embrasser avec cette même passion qui régissait leur vie. Mais au petit matin, la réalité leur revenait en pleine face, cruelle et violente : ils n’avaient pas le droit de s’afficher en public et chacun devait alors retourner vers cette personne que l’on s’était choisie. Venant déposer un baiser sur le front de Lucas, Sasha ferma ses yeux brillants, puis disparut dans les couloirs du château, encore vide à six heures du matin…

    Ses pas la menèrent directement à sa Salle Commune, à la fois vide et remplie, tous les autres dormant encore. Sans un bruit, elle monta jusqu’à son dortoir, silencieusement, avant d’en pousser la porte. Ses camarades dormaient encore, et sans un bruit, elle vint se glisser dans ses draps, froids et prouvant qu’elle avait déserté son lit cette nuit. Pourtant, elle y demeura, se tournant sur un côté. Elle avait prit l’habitude de dormir avec rideaux du lit fermés, de sorte qu’on ne devine jamais qu’elle n’était pas là, comme cette nuit. Le noir envahie son lit, tandis qu’elle fermait les yeux pour se rendormir, l’esprit pleins de souvenirs, de moments passionnés dans les bras de son cousin, de leurs souffle mêlés. S’endormant sur ses pensées, elle ne se réveilla que quelques heures plus tard, sous les murmures bien indiscrets de ses camarades de dortoir. Etouffant un bâillement, elle tira les rideaux de son lit, portant sur ces dernières un regard amical.


    Cécilia : « Sasha, tu viens avec nous à Pré-au-Lard cette après-midi ? »
    Sasha : « Je pense que oui. J’ai cassé ma plume hier, il m’en faut une nouvelle. »

    Se levant, la jeune fille se dirigea vers la salle de bain qui leur était assignée et où des baignoires étaient installées, pour chacune d’entre elles, de sorte qu’elles puissent prendre leur bain ensembles et discuter. Délicate attention des fondateurs de l’école et on pouvait les en remercier. Et comme l’on pouvait le prévoir, les jeunes filles se glissèrent dans un bain chaud, tout en continuant à papoter, certaines affirmant les derniers potins de la semaine, d’autres parlant mode… Sasha se contentait de les écouter, jusqu’à ce que finalement, elle ne plonge la tête sous l’eau quelques instants, puis ne sorte de la baignoire après s’être lavée. Ses amies ne tardèrent pas à la suivre, le repas du midi allait bientôt être servi. Se séchant les cheveux du mieux qu’elle pouvait, Sasha s’observa un instant dans le miroir. Avec les années, elle ressemblait de plus en plus à sa mère, trop peut-être… Elle ne retrouvait que peu de détails de son père… Ce qui en soit n’était pas un mal, elle préférait posséder les traits de sa génitrice, si fins, si doux… parfaits. Ce qu’elle regrettait en revanche, c’était de ne pas posséder le même bleu que ses yeux. Ils étaient si beaux qu’elle en était presque jalouse, indescriptibles, d’outre-monde certainement, mais il ne fallait pas s’étonner ; Ashka Carlson, anciennement Mephistos était voyante, et ses iris en étaient une preuve… Peignant ses longs cheveux châtains, qu’elle fit sécher en même temps, Sasha repartie dans ses pensées, songeant aux futurs achats qu’elle aurait à faire durant l’après-midi… Il y avait un tas de choses qu’elle devait faire, comme passer chez l’apothicaire pour éviter tout désagrément indiquant l’absence de son innocence… Après avoir enfilé une robe noire, la jeune fille rejoignit ses camarades, pour le repas du midi. Instinctivement, son regard se porta sur Lucas, en pleine conversation avec un de leur camarade commun… Tant que ce n’était que cela.

    Finalement, l’heure de partir à Pré-au-lard se manifesta, laissant les élèves s’en réjouir tandis qu’ils faisaient le chemin, accompagné du Professeur Parker et Gallner, dont la mine était plus que renfrognée. Arrivés au village, on leur laissa quartier libre, et la douce Sasha en profita pour partir de son côté, passant dans un tout premier temps chez l’apothicaire, qu’elle avait prévenue quelques temps plus tôt de sa visite et qui devait lui avoir mit sa commande de côté, dans l’attente de sa visite. C’est ainsi qu’elle disparut dans les rues de Pré-au-lard, ses cheveux s’entremêlant au gré du vent, son regard fixé devant elle.


_________________

      « I was damn near addicted
        I got into trouble with him, »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce O. Sogno

avatar

Messages : 36
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: You and me ; me and you {Luce}   Jeu 11 Juin - 22:16

    Le vent soufflait fort en cette journée typiquement anglaise. Le jeune homme finit sa cigarette l’envoya au sol avant de l’écraser du bout de son pied. Son regard était sombre, ténébreux, comme presque tout le temps d’ailleurs. Il posa ses yeux sur le château, sur Poudlard. Cette année était différente, il le sentait, il se sentait différent aussi. Peut-être était-ce du à la récente liberté que lui et sa sœur avaient obtenu suite au décès de leur père. Il sourit faiblement, sourire aussi éphémère qui disparu à peine quelques secondes après son apparition. Beaucoup dirait qu’il était monstrueux de se réjouir de la mort d’un parent, pas Luce. Voilà bien longtemps qu’il ne considérait plus son géniteur comme son père. A présent, le jeune homme possédait la moitié de la fortune familiale, il pouvait faire ce que bon lui semblait sans craindre les représailles paternelles, il pouvait aussi protéger sa sœur, elle n’était plus obligée de se marier à une personne qu’elle n’avait vu qu’en photo. Luce avait toujours fait de son mieux pour garder sa jumelle loin du jugement de son père, il était celui qui se prenait les coups, il était celui qui recevait les réprimandes. Beaucoup lui demandait pourquoi il se trouvait toujours à Poudlard, lui qui aurait pu dès lors entrer dans le monde adulte, mais personne ne se rendait compte que Poudlard était sa maison, c’était chez lui, il ne voulait pas quitter ce château, surtout qu’il craignait d’être éloigné de Luna. Peut-être la protégeait-il un peu trop ? Peut-être ne devrait-il pas adopter pareil comportement avec elle, mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Elle était une de ses rares sources de bonheur, une des seules qui arrivait à lui tirer un véritable sourire. Luce avait du être fort pour elle quand leur mère était décédée, il avait du être fort pour elle, il avait du tout faire pour qu’elle retrouve le sourire. Quand leur mère était morte, le vert et argent avait lui aussi failli perdre pied, il avait lui aussi senti son monde s’écrouler autour de lui, mais il avait réussi à se relever rapidement et à aider sa sœur dans cette difficile épreuve. Oui, cela avait été dur, mais il avait réussi. Il avait eu l’espoir, la foi de la voir sourire à nouveau, cela avait suffi, cela avait fonctionné. Luna souriait à nouveau, bien sûr elle avait parfois ce regard qui se perdait dans le vague, ce regard qui indiquait au jeune homme que sa sœur repensait aux belles années qui avaient précédé la mort de leur génitrice, alors il la prenait dans ses bras et la laissait pleurer contre sa poitrine. Luce était un jeune homme sombre, souvent froid et méprisant, mais avec sa sœur il était une toute autre personne. Luce était l’opposé de Luna, elle était son complémentaire. Il était le mauvais jumeau, l’obscurité, elle était la lumière qui éclairait leur famille. Lui sans elle, c’était impossible, elle sans lui cela l’était tout autant. Ils avaient besoin l’un de l’autre, ils devaient être présents pour l’autre. Beaucoup trouvaient cette relation bien trop fusionnelle, cela jasait souvent à leur sujet, mais le Serpentard se fichait bien de savoir ce que l’on disait sur son compte, cela ne comptait pas, ce n’était pas important. Il se souvenait de ces craintes qu’il avait eues en entrant à Poudlard, il savait dores et déjà que jamais il ne serait dans la même maison que sa sœur, et il craignait de la perdre. Bien sûr qu’il était possessif, bien sûr qu’il était jaloux de tous ces garçons qui tournaient autour de la jolie blonde ! Luna n’était pas qu’une simple sœur, elle était sa jumelle, la personne dont il était le plus proche, celle qui comptait le plus pour lui. Mais ses craintes étaient infondées, Poudlard ne les avait pas séparé, au contraire, il les avait rapprochés, avait solidifié leur relation. Luce n’avait plus ce besoin d’être constamment aux côtés de sa sœur, et vice versa. Le jeune homme avait même réussi à ouvrir son cœur à une Poufsouffle qu’il avait approché au début par défi, pour tester cette demoiselle qui lui paraissait bien trop pure et innocente. Si il avait su qu’elle trouverait la clef de son cœur, il ne l’aurait jamais approchée. Jamais. Luce n’était pas le genre de personne à désirer s’ouvrir au monde, non, il préférait rester seule plutôt que de montrer une once d’humanité aux gens, mais Angel n’était pas la seule à avoir réussi à s’attirer les grâces du jeune homme, une autre demoiselle d’un an sa cadette avait elle aussi réussi à trouver l’humanité qui sommeillait en lui. Non, le vert et argent n’était pas amoureux de la Gryffondor, mais il tenait à elle et n’hésitait pas à le montrer. Paradoxale ? Oui, sûrement.

    Noah • « Luce ! Pré-au-lard ? »
    Luce • « Je voulais retrouver Sasha .. »
    Noah • « C’est quand que tu la mets dans ton lit ? »

    Regard noir, plus aucun mot de la part de son camarade. Il savait qu’il avait commis une erreur. On ne parlait pas ainsi des jeunes filles auxquelles était attaché Luce. Surtout pas de Sasha. Noah déguerpit sans se retourner. Le vert et argent avait retrouvé son regard sombre, aussi sombre que les nuages qui se trouvaient au dessus de sa tête. Il se mit en marche vers le château. Après avoir mené sa petite enquête, le jeune homme sut que la douce Gryffondor se trouvait à pré-au-lard. Luce n’était pas le genre d’homme à chercher constamment la compagnie de la jeune fille avec qui il sortait et même si Sasha était spéciale, elle ne faisait pas exception à la règle. Seulement, aujourd’hui il se sentait d’humeur légère, bien que cela ne se voyait pas, et il désirait passer l’après-midi en compagnie de la jolie blonde. Arrivé au village, il flâna longuement dans les rues. Il cherchait la demoiselle, mais regardait aussi les vitrines des magasins sans vraiment faire attention aux directions qu’il prenait, il savait que tôt ou tard il finirait par tomber sur la rouge et or. Ce qui se produisit alors qu’il tournait dans une ruelle. Il lui sourit, un sourire sombre mais empli de tendresse.

    Luce : « Bonjour .. » dit-il d’un ton chaud et envoutant.

    Il fit quelques pas vers Sasha et la laissa ensuite venir à lui. L’idée qu’elle ne voulait pas passer la journée en sa compagnie lui traversa l’esprit, mais il chassa cette pensée et plongea son regard sombre dans le doux regard de la Gryffondor.





Hj : désolé c'est nul '-' je me rattraperai promis <3


Dernière édition par Luce O. Sogno le Sam 4 Juil - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha I. Carlson

avatar

Messages : 209
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: You and me ; me and you {Luce}   Sam 13 Juin - 12:30

    Ce fut au détour d’une ruelle que la jeune Gryffondor trouva ce qu’elle cherchait, cette boutique connue pour ses ingrédients et ses philtres rares, recherchés ou communs, mais aussi pour sa discrétion absolue. Il n’y avait guère besoin de batailler avec le gérant de la boutique, homme que la nature ne gâta pas en beauté mais qui sut se faire pardonner par l’ouïe fine et l’odorat aiguisé, mais toutefois, pour le remercier de son silence, il était toujours bon de verser quelques petites pièces en plus. C’était amplement suffisant pour s’accorder la bienveillance du bossu. Vue de l’extérieure, la boutique semblait assez vieillotte ; les lettres blanches s’effaçaient doucement sur le panneau de bois, de sorte que le nom de la boutique n’était lisible que par moitié. Les vitres semblaient poussiéreuses, comme si l’on n’y avait pas passé de coup de chiffon depuis des années. Mais comme on le dit si souvent : « il ne faut pas se fier aux premières apparences. ». Aussi Sasha poussa la vieille porte de la boutique, laissant son regard traîner sur les étagères propres et bien rangées ; sur le sol ciré et luisant, sur les lustres où pas un grain de poussière ne venait se poser. Oui, l’intérieur de la boutique était au moins aussi propre qu’une maison bien tenue, et l’on pouvait y reconnaître le sort bien utilisé de la propreté perpétuelle. Le seul sort que l’apothicaire était à même de correctement lancer, pauvre Cracmol qui avait finit par se tourner vers les plantes et ingrédients en tout genre. Celui-là même était occupé avec une vieille dame, une habituée du coin, pourtant, cela ne l’empêcha pas de cesser sa conversation avec elle pour saluer la cliente arrivante, qui lui rendit un signe de tête en guise d’un bonjour discret. Veillant à ne pas le déranger, et n’étant guère pressé, Sasha dériva dans la boutique, à travers les couloirs entourant les étagères, jetant de rapides coup d’œil aux ingrédients. Certains étaient assez connus, et en grande quantité, des éléments pour les professeurs de potions… Il y en avaient de plus rares, dont l’étiquette étaient posée sur l’étagère, mais sur laquelle le flacon ne se trouvait pas, rangé très certainement dans l’arrière boutique pour éviter un vol ou une disparition trop rapide… La jeune fille continua de flâner, jusqu’à arriver devant un grand grimoire, recueil de plantes et ingrédients trouvables dans la boutique, le feuilletant, la jeune Carlson put aisément trouver des ingrédients que l’on ne trouvait nul part ailleurs, détaillant bien à quoi tout cela pouvait servir, les dérivés et autres… Loin d’être pressée, Sasha continua de feuilleter le livre, tandis que le claudiquement du bossu indiquait qu’il était en train de marcher lui aussi à travers les étagères, car il y avait une règle d’or dans cette boutique : nul ne devait jamais se servir par soi-même, de toute manière, la chose était bien impossible, les flacons étant tous protégés par un sort que seuls les doigts du bossu pouvaient défaire. Lui et son apprentie, une jeune fille que Dame nature avait gâtée en beauté, mais qui, comme son maître, était cracmol jusqu’au bout des doigts. Cette dernière pourtant ne se trouvait pas dans la boutique, absente certainement, de sorte que l’on ne pouvait avoir qu’à faire qu’au Bossu. Un bruit d’enregistrement de caisse, le tintement de la cloche et Sasha se retrouvait seule avec le marchand, qui allait jusqu’à elle, alors qu’elle délaissait le livre pour le rejoindre.

    Sasha : « Bonjour Thomas. Je… Hum, je vous ai envoyé un message pour une commande spéciale. »
    Thomas : « Une commande spéciale… Votre nom demoiselle ? »
    Sasha : « Carlson. Sasha Carlson. »
    Thomas : « Oh ! Oui je vois… Dans l’arrière boutique. Je vais allez vous chercher ça… »
    Sasha « Oh je… Je ne suis pas pressée, mais en revanche, j’aurai aimé vous acheter quelques ingrédients. »

    Énonçant alors une liste assez précise, la jeune fille suivit le bossu qui se plia en quatre pour lui servir ce qu’elle désirait, ajoutant toujours plus que la quantité énoncée, par mesure de précaution répétait il. Si elle se trompait une fois, elle pouvait toujours recommencer grâce à ce surplus, la rassurant quant au fait qu’elle ne paierait pas plus, la raison en étant obscure cependant. Et quand vint le moment de payer, le propriétaire disparue dans l’arrière boutique, avant de revenir avec dans la main droite un sachet de velours pourpre, contenant ce dont la demoiselle avait prestement besoin, bien qu’il s’avèrera plus tard qu’elle oublia de s’en servir, ainsi qu’autre chose, dans un tissu grossier mais qui protégeait ce mystère carré. Si le regard de la douce jeune fille demeura des plus calmes, il n’en demeurait pas moins qu’elle semblait plus qu’excitée au fond d’elle-même.

    Thomas : « Prenez-en grand soin Miss Carlson… Il n’est pas à prendre à la légère… »
    Sasha : « Je peux vous assurer que je le ferais et vous le ramènerai dès qu’il ne me sera plus d’utilité. »
    Thomas : « Il vous sera toujours utile… Croyez-moi. Bien… tout cela nous fait un montant de … »

    Un prix élevé, mais la jeune fille le savait. Tirant alors une bourse, elle la déposa sur le comptoir, laissant un peu plus que ce qu’elle devait, s’assurant ainsi du silence du propriétaire. Puis, sortant de la boutique, son sac en main, elle reprit sa marche. Il ne lui restait plus qu’à acheter son parchemin et sa plume. Des achats simples en somme. Après quoi, elle retournerait très certainement au château, afin d’y retrouver Luce. Elle éprouvait le désir de le voir, chose étrange en vérité, mais pas banale. Et alors qu’elle songeait à lui, elle se retrouva dans la même ruelle que lui. De la lueur de surprise dans ses yeux, il en vint à naître un léger sourire taquin, et dont elle avait le secret. Diminuant alors la distance entre eux, la rouge et or vint se loger dans les bras de son Serpentard, adoucie par un « bonjour » envoutant et qui ne laissait guère de place pour autre chose d’autre que la tendresse. Glissant ses bras autour de son cou, sur la pointe des pieds, elle vint chercher les lèvres du jeune homme d’un an son aîné, lui soutirant un baiser à la fois chaste et passionnel, quand son petit corps frêle venait se serrer contre lui. Plongeant ensuite son regard millénaire dans le sien, la jeune fille, loin de vouloir le lâcher, demeura dans cette position, bien que demeurant légèrement plus petite que lui…

    Sasha : « Bonjour mon géant de Serpentard. » Un petit rire taquin alors qu’elle finissait par reposer ses talons au sol. « Je me rendais à Scribenpenne, pour y acheter des plumes et du parchemin… Tu m’accompagnes ? »

    Un regard plein d’espoir, limité entre l’amusement et le vrai. Elle désirait qu’il l’accompagne, pour beaucoup de raisons valables ou pas…

_________________

      « I was damn near addicted
        I got into trouble with him, »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce O. Sogno

avatar

Messages : 36
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: You and me ; me and you {Luce}   Lun 15 Juin - 17:36

    Luce plongea ses yeux dans ceux de la rouge et or et la serra dans ses bras alors qu’elle venait à l’assaut de ses lèvres. Il répondit tendrement au baiser et le prolongea même encore un peu. Elle avait les lèvres douces, elles avaient un léger gout sucré. Les yeux du jeune homme, moins sombre qu’auparavant, brillait d’une lueur qu’il était rare de voir dans le regard du Serpentard. Il garda le corps frêle de Sasha contre lui quelques secondes encore avant qu’elle ne brise le doux silence qui s’était installé après ses salutations. Luce scruta longuement le regard bleuté de la rouge et or. Un petit sourire vint se dessiner sur ses lèvres. Il repensa aux commentaires qu’avait faits un ami sur le couple. Il avait dit qu’ils allaient bien ensemble, mais que leur maison gâchait le tableau. Luce, lui, se moquait bien de ce genre de chose, la pureté du sang, la maison d’un élève. Être avec Sasha .. C’était devenu comme une évidence. Il n’y avait pas d’amour, non le jeune homme s’était bien gardé d’offrir la clef de son cœur à la demoiselle, mais un attachement mutuel très fort s’était tissé entre les deux êtres. Elle avait pris, en à peine plus d’un mois, une très grande place dans la vie du vert et argent. Parfois, il venait à se demander où tout cela les mènerait, mais alors il voyait le doux sourire de la demoiselle et ses yeux profonds, alors toute trace de toute s’envolait et le poussait à profiter du moment présent. Depuis toujours, le jeune homme s’était donné pour mission de ne pas être heureux tant que sa jumelle ne l’était pas, depuis toujours il avait mis de côté son propre bonheur afin de faire passer celui de Luna en premier, il avait vécu en pensait aux conséquences que ses actes pouvaient avoir sur la vie de la Poufsouffle qu’il chérissait tant. Avec Sasha, il vivait pour lui. Avec elle, il ne pensait pas à sa sœur, il pensait à lui, à la rouge et or qui se trouvait dans ses bras. Les choses étaient dès lors plus faciles, elles coulaient de sources.

    Sasha : « Bonjour mon géant de Serpentard. »

    Un petit rire taquin vint se perdre dans la mémoire du jeune homme. Il lui sourit à nouveau. Oui, il était grand. Il était son géant. Quand Sasha était avec lui, qu’il la tenait dans ses bras, on aurait dit un petit être fragile qui se cache dans les bras de son sauveur. Cela ne déplaisait pas au jeune homme, au contraire. Quand il était petit, il rêvait d’être un chevalier, en grandissant ce rêve s’était transformé en un autre rêve : celui de donner un sens à sa vie.

    Sasha : « Je me rendais à Scribenpenne, pour y acheter des plumes et du parchemin… Tu m’accompagnes ? »
    Luce : « Bien sûr. »

    Le jeune homme ne précisa pas qu’il était là pour passer du temps en sa compagnie, il n’avait pas besoin de le faire, ses yeux le faisaient pour lui. Il brillait toujours de cette étrange lueur, lueur qui était apparue à peine une semaine plus tôt. Sa sœur lui avait fait remarquer que son regard avait changé, qu’il paraissait moins sombre. Elle avait dès lors énoncé la possibilité que la rouge et or qu’il tenait dans ses bras n’était pas étrangère à ce regard brillant. Il l’avait contredite, mais dans le fond, il savait qu’elle avait raison. Cela faisait une semaine que le vert et argent s’était rendu compte qu’il tenait réellement à la demoiselle. Depuis le début, elle avait une fille spéciale, il avait toujours su qu’elle n’était pas une fille parmi d’autres, mais de là à s’avouer qu’il était attaché à elle ? Il faisait des efforts le Serpentard. Il l’embrassa à nouveau avant de desserrer son étreinte et de prendre la main de la Gryffondor dans la sienne. Si cela avait été une autre fille, il ne l’aurait pas fait, il n’aurait même pas été là. Si elle avait été une autre, il se serait sûrement trouvé dans le lit d’une autre en cette après-midi grise, mais ce n’était pas le cas. Cela faisait plus d’un mois qu’ils étaient ensemble, et il ne l’avait pas encore trompée. Preuve, à nouveau, qu’il tenait à elle, car si cela n’avait pas été le cas, voilà une semaine que le jeune homme aurait mis un terme à cette relation, quatre qu’il aurait déjà été voir ailleurs. Pourtant, il aurait pu céder à ses pulsions, il aurait pu ne pas repousser Charly et céder à la tentation, mais il ne l’avait pas fait. Avec Sasha, ils n’avaient pas encore été jusqu’au bout. Elle l’avait repoussé à la dernière minute et Luce n’était pas le genre à forcer une fille, d’ailleurs il devait rarement les forcer, mais là c’était simplement par respect pour Sasha. Car oui, il la respectait. Après tout, elle était parvenue plus loin que beaucoup de filles avant elle, elle tenait presque la clef de son cœur entre ses mains, mais le vert et argent ne voulait pas la lui offrir, il ne voulait pas la briser comme il avait brisé Angel. Inconsciemment, il resserra la main de Sasha dans la sienne et son regard s’obscurcit instantanément. Il se souvint des larmes qui avaient roulé sur les joues d’Angel quand il lui avait annoncé qu’il l’avait trompée, la haine qui était apparue dans son regard. Son cœur s’était déchiré, il avait eu envi de la prendre dans ses bras, de lui dire la vérité, à savoir que tout était faux et que si il lui racontait pareille histoire c’était simplement car il ne voulait pas s’attacher à elle, qu’il avait peur de la faire souffrir en s’attachant. Quel bel idiot. Seulement, depuis que Luce sortait avec Sasha, le jeune homme pensait de moins en moins à A ngel. Avait-il enfin trouvé quelqu’un qui l’aiderait à penser cette blessure qui était à vif depuis la dernière conversation qu’il avait eue avec la jaune et noir ? Apparemment. Il jeta un coup d’œil en coin à la demoiselle qui se trouvait à ses côtés et un sourire doux vint s’épanouir sur ses lèvres. Il eut une soudaine envie de l’embrasser. Ce qu’il fit. Il s’arrêta au milieu de la rue et attira la rouge et or à lui avant de venir lui voler un baiser. Il embrassa la demoiselle fougueusement avant de la serrer dans ses bras à nouveau. Peut-être pourrait-il se laisser aller à l’aimer, peut-être pourrait-il tout de même lui offrir cette clef qu’il gardait précieusement .. Un jour peut-être ..




Dernière édition par Luce O. Sogno le Dim 21 Juin - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha I. Carlson

avatar

Messages : 209
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: You and me ; me and you {Luce}   Mar 16 Juin - 19:52

    Il lui était étrange de constater combien elle pouvait se sentir bien dans les bras du Serpentard. Elle se sentait coupable envers lui et envers Lucas, mais en même temps, elle se sentait persuadée qu’elle pouvait elle aussi avoir quelqu’un de permanent dans sa vie, pour la soutenir comme le Serpentard le faisait. Certes, au départ, Luce n’était qu’une couverture destinée à briser ce célibat dans lequel la Gryffondor s’était volontairement plongée afin de ne jamais être à quelqu’un d’autre que son cousin… Mais avec la réflexion…elle ne pouvait pas rester ainsi, brûler de jalousie pour ce dernier au point de se sentir un peu plus délaissée au fur et à mesure que le temps avançait. Et Luce était arrivé tel un chevalier sur son destrier blanc… Ou tout du moins, presque. En réalité, ils s’étaient plus ou moins rencontrés dans le plus pur des hasards, dans la Salle sur Demande, lieu pourtant peu fréquenté des élèves… Cette nuit là, la Gryffondor s’était aventurée dans les couloirs, jusqu’à ce lieu, pensant y retrouver son amant, ne l’y trouvant pas, elle eut la surprise d’y croiser le Serpentard dont la réputation n’était peut-être pas à refaire. Assis à un piano, il jouait un air que la jeune fille connaissait parfaitement, pourtant, elle n’avait soufflé mot durant le temps où il joua, l’observant silencieusement, ses prunelles bleues suivant avec précaution chacun des mouvements du vert et argent… Lorsqu’il eut finit pourtant, elle ne put s’empêcher de le complimenter, et ainsi commencèrent les véritables présentations. Longtemps ils parlèrent, presque toute la nuit en vérité, riant, se plaisant mutuellement. Un baiser volé, et le premier pas vers quelque chose qui pourrait ressembler à une relation. Il avait fallut pourtant que quelques jours passent pour que tout se mette véritablement en route, la jeune fille se montrant à la fois douce mais détachée. Jusqu’à ce que finalement… Elle ne regrettait pas son choix, bien au contraire, aimant sa compagnie, la chaleur de ses bras. Pourtant, ce n’était pas pareil qu’avec son amant, mais qu’importe. Lorsque Lucas était sa Lune, Luce se trouvait être son soleil. Son sourire suffisait à lui remonter le moral lorsqu’elle percevait son cousin dans les bras d’une autre, son parfum chassait ses soucis, et surtout, elle se sentait bien dans ses bras, comme en cet instant. Ses lèvres frôlaient les siennes, épicées, son début de barbe venant la chatouiller. Son nez se fronça un instant, sans qu’elle n’en dise mot pourtant, car malgré tout, elle n’aimait pas lorsqu’il se rasait, lui préférant cet aspect rebelle. Toujours sur la pointe des pieds, elle savoura chaque baiser qu’ils s’offraient, comme si le temps avait été trop long pour eux. Elle paraissait si fragile dans ses bras qu’ils semblaient tout à fait assortis, elle si frêle, fine et lumineuse quand il était sombre, grand et imposant. Il fallait croire que la jeune fille était réellement attirée par les hommes qui possédaient une aura ténébreuse…

    Quelques paroles échangées pour des regards qui en disaient longs. Il n’y avait pas toujours besoin de mots pour dire ce que l’on ressent… A cet instant, il était évident que Sasha avait besoin de se changer les idées, de profiter de celui qui était désormais son petit ami officiel, et ce malgré les qu’en dira t-on, leur différence de maisons et d’opinions. Qu’importait en réalité, s’ils se sentaient bien ensembles ? Pour l’heure, la jeune fille voulait le trainer à Scribenpenne, ils aviseraient pour la suite, rentreraient au château ou flânerait le long des rues du petit village, il y avait plusieurs programmes, il ne tenait qu’à eux de le choisir. Un autre baiser, qui laissa la jeune fille rêveuse alors qu’elle se laissait prendre la main, entrelaçant ses doigts avec ceux du Serpentard, amorçant le pas. Elle était loin d’être pressée et en profita pour observer les autres boutiques, détaillant les articles en vitrines… Loin d’être une grande dépensière pourtant, elle ne s’arrêta pas une seule fois, s’avouant qu’elle avait déjà pas mal dépensé avec ses achats chez l’apothicaire. Grand bien lui fasse, elle était une héritière assez fortunée grâce au côté Mephistos, aussi ne manquait elle jamais de rien, bien que la vie lui ait apprit à aimer les choses simples. Perdue dans ses pensées, ce fut la main de son compagnon se resserrant sur la sienne qui la sortie de ces dernières, la laissant porter un regard sur lui pour l’observer… Il s’était fait lointain, comme pensant à autre chose… Posant sa tête sur son épaule, Sasha se fit présente et absente, rassurante et détachée. Un instant d’égarement qui leur en valut un autre. Son regard croisa celui du jeune homme, tandis qu’un sourire naissait sur ses lèvres. S’arrêtant, Sasha se sentit attirée contre lui avant qu’il ne s’empare de ses lèvres, dans un baiser fougueux qui coupa un instant le souffle de la jeune rouge et or. C’était le genre de baiser qu’il ne fallait pas donner à la demoiselle lorsqu’on ne la connaissait pas… Pas sans en subir les conséquences. La passion vint à se mêler dans ce baiser, activant dès lors les gènes de la belle, ce cadeau de fée qui voulait qu’un baiser de la sorte rende le destinataire fou. Aimer jusqu’à en perdre la raison, sentir sa volonté s’échapper, et ne penser à rien d’autre qu’aimer la belle, la posséder en son entier, la faire sienne et ne pas la partager. Réaction pouvant durer de quelques secondes à quelques jours. Et la jolie Sasha ne pouvait rien contre cela, victime elle-même de cette fougue qui la poussa à se serrer contre le corps du Serpentard, sa main venant se perdre dans sa chevelure, son ventre papillonnant au fur et à mesure que le baiser se prolongeait. Elle pouvait avoir le contrôle sur tout cela, mais sa raison se perdait dans ses yeux millénaires…

_________________

      « I was damn near addicted
        I got into trouble with him, »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce O. Sogno

avatar

Messages : 36
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: You and me ; me and you {Luce}   Dim 21 Juin - 18:12

    Comme si le jeune homme pouvait oublier cette fameuse soirée ? Il faisait froid cette nuit là, le genre de nuit qu’il préférait passer dans ses draps ou dans la salle commune des verts et argents, cependant ce jour là c’était différent. Il était sorti, s’était faufilé dans les couloirs de Poudlard sans se faire remarquer. Il avait envi de jouer, besoin de jouer. Il n’aurait jamais imaginé croiser un ange lors de sa balade nocturne. Pourtant, ce fut le cas. Alors qu’il jouait, le jeune homme ne s’était pas aperçu que quelqu’un avait approché. Il était bien trop absorbé par la musique pour remarquer la rouge et or. C’était un morceau assez connu, un morceau que chacun et chacun a déjà entendu ne serait-ce qu’une fois dans sa vie. Une fois que la musique s’était éteinte, Luce s’était rendu compte qu’il n’était plus seul. Il n’avait pas entendu Sasha, il avait juste eu un pré-sentiment. D’abord, il l’avait observé avec froideur et rien dans ce regard n’aurait pu présager qu’un jour il la tiendrait par la main avec beau d’affection. Ce regard froid s’était changé en un regard lourd de question muette. Que faisait-elle là ? Pourquoi était-elle venue dans cette pièce dont peux de gens connaissait l’existence ? Pourquoi n’avait-elle pas fait demi-tour en voyant que quelqu’un se trouvait dans la salle sur demande ? Jamais Luce ne l’avait questionné à ce sujet, jamais il ne lui avait demandé ce qu’elle faisait là. Il savait que si elle avait eu envi de le lui dire, elle l’aurait fait. Non, sa réaction avait été tout autre, il avait fait de la place à la demoiselle pour qu’elle vienne s’asseoir à ses côtés, ce qu’elle avait fait. Elle l’avait complimenté sur sa façon de jouer, il lui avait demandé si elle faisait elle-même du piano. La conversation était lancé, il y avait quelque chose dès le premier soir, Luce avait senti que cette demoiselle était particulière, qu’elle était différente de toutes ces filles qui venaient se mettre à ses pieds en espérant passer ne serait-ce qu’une nuit à ses côtés. Il lui avait volé un baiser, effleurant tendrement ces lèvres si douces qui n’appelaient qu’à être embrassées, ensuite Luce avait proposé de la raccompagner jusqu’à son dortoir, jouant les gentlemen jusqu’au bout. Un baiser déposé sur sa joue, un « bonne nuit » soufflé d’une voix rauque et envoutante. Il ne souriait pas, mais ses yeux le faisaient pour lui. Il l’avait revue quelques fois, et tout était parti. Elle était devenue sa petite amie officiellement, et contre toute attente, cela fonctionnait. Les mauvaises langues leur avait donné deux semaines, trois maximum, mais ils étaient toujours là et tout semblait se passer pour le mieux entre eux.

    Le jeune homme comprit alors qu’il repensait à tout cela. Il devait considérer Angel comme son passé et Sasha comme le présent. Du moins, il essayait de s’en persuader. Il le fallait si il ne voulait pas briser les ailes de l’ange qui se trouvait à ses côtés, il le fallait si il ne voulait pas lui faire du mal comme il l’avait fait à la Poufsouffle. C’était sa plus grande crainte, faire du mal à l’être si fragile qu’était Sasha pour lui. Elle était douceur et tendresse, lui était son contraire. Elle était la lumière, lui l’ombre et l’obscurité. Qui se ressemble s’assemble, mais les opposés s’attirent. Il s’y perdait, Luce ne savait que penser de tout cela. Il lui arrivait de se demander où tout cela les conduirait. Il s’était ouvert à la demoiselle, énormément. Il lui avait même joué le morceau qu’il avait composé pour sa défunte mère. Ce morceau avait une signification spéciale pour le jeune homme, il n’en avait jamais parlé à personne, seule Luna était au courant. C’était le premier vrai morceau que le jeune homme avait écrit et il était en mémoire de celle qui lui manquait plus que tout au monde. Doux, mélancolique, le jeune homme ne le jouait que devant sa sœur d’habitude. Le soir où il lui avait joué ce morceau, les choses avaient changé. Quelqu’un d’autre l’avait entendu. Quelqu’un d’autre avait pu apprécier la douceur des notes et les sentiments qui transperçaient. Il lui avait expliqué ensuite tout la signification de ces quelques notes. Il avait partagé avec Sasha l’un des plus grands secrets de son existence. Il savait qu’elle pouvait comprendre, il savait qu’elle ne poserait pas toutes les questions gênantes qui suivent souvent ce genre de révélation. Le vert et argent avait laissé tomber le temps que quelques minutes son côté sombre pour s’ouvrir à la lumière qui était près de lui. Elle lui avait souri tendrement, il l’avait embrassé, ils n’en avaient plus jamais reparlé et cela convenait parfaitement au jeune homme. Luce aurait pu se laisser aller à aimer Sasha et ce dès le début, après tout elle était le genre de fille qu’il appréciait par-dessus tout : douce, tendre, discrète, fraiche. Elle détonnait parmi toutes les filles de Poudlard qui se jetaient à ses pieds, elle était la perle rare, l’exception qui confirme la règle, mais elle n’était pas sa perle rare. Il savait, au fond de lui, que même si il était heureux pour l’instant aux côtés de la rouge et or, ses vieux démons remonteraient rapidement à la surface et il ne pourrait s’empêcher de lui faire du mal.

    Luce prolongea le baiser encore et encore. Son cœur battait la chamade dans sa poitrine, ses traits se tirèrent. Il la voulait, la maintenant, tout de suite. Son cœur et son corps la réclamait elle toute entière. Il voulait se prouver qu’elle était à lui, que jamais elle ne l’abandonnerait. Les nuages qui parsemaient son esprit étaient entrain de s’en aller, elle était celle qu’il devait aimer, il allait l’aimer, il l’aimait. Même si Luce aurait eu envi d’arrêter ce baiser, il n’aurait rien pu faire, comme si ses lèvres étaient attachés à celles de la demoiselle. Son corps vibrait au rythme de son cœur, un désir plus violent que ceux qu’il avait déjà ressenti par le passé s’empara de lui. Il aurait aimé l’emmener dans un endroit où ils seraient seuls, l’allonger sur un lit de soie et l’aimer comme jamais aucun ne l’avait aimée auparavant. Luce se sentait partir, sa raison le quittait et il ne comprenait pas pourquoi. Des milliers de papillons voletaient dans son ventre alors qu’il réussit enfin à séparer ses lèvres de celle de Sasha. Il plongea son regard sombre dans celui de la rouge et or, cherchant à comprendre ce qu’il venait de se passer. Il n’y trouva aucune réponse et tout d’un coup, il s’en voulut d’avoir agi de la sorte.

    Luce : « Excuse moi, je n’aurais pas du. »

    Excuses jetées à la va-vite dans un souffle chaud et rauque où s’imprégnait encore le désir qu’avait éprouvé le jeune homme quelques secondes plus tôt. Jamais ce genre de chose ne lui était encore arrivé et il ne parvenait pas à comprendre comment il avait pu ainsi perdre le contrôle. Si il n’avait pas mis fin à ce baiser pleins de fougue, Luce aurait pu dépasser ses propres limites, il aurait pu prendre la demoiselle là sur ce banc au milieu de la rue, chose qu’il n’aurait jamais faite dans son état normale. Enfin, il laissa de côté ses questions et reposa son attention sur Sasha, la scrutant à nouveau du regard avant de reprendre sa main et de se remettre en marche.





hj : en espérant que ça te plaise :) j'ai hésité pour la fin donc hésite pas si ça va pas ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha I. Carlson

avatar

Messages : 209
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: You and me ; me and you {Luce}   Mer 8 Juil - 14:34

    Sa raison se perdait dans ses yeux bleus, la suppliant de ne pas résister à ce souffle chaud, de se laisser aimer de cet autre contre lequel elle se serrait, y cherchant la chaleur de son corps. Elle était douce la folie qu’elle insinuait au jeune homme, et qu’il lui rendait avec douceur. Elle ne maîtrisait pas encore ses baisers, pas assez pour ne pas être atteinte elle-même de cette déraison qui la poussait à passer ses mains sous les vêtements du jeune homme, pour trouver sa peau chaude et laisser ses doigts en caresser chaque parcelle. Elle pouvait sentir chaque frisson naissant au bout de ses doigts, la poussant un peu plus à son exploration, remontant le long de ses abdominaux pour atteindre le torse. Chacune de ses caresses était destinées à l’apprendre un peu plus et à attiser son désir, sans qu’elle ne s’en rende réellement compte. Et leurs langues se liaient, leurs corps s’attiraient, et ils ne faisaient pas attention au monde extérieur, enfermés dans une bulle qu’ils avaient construite sous l’impulsion d’un baiser qui ne serait jamais comme ceux des autres. La rouge et or allait rendre son Serpentard fou d’amour, pour un temps indéterminé, elle lui ôterait sa raison, le mettrait sous la loi de l’amour, comme Aphrodite le fit sur l’Olympe, et l’on en vient à se demander si la belle ne serait pas une très lointaine descendante de cette déesse… Il n’en était rien cependant, fille des eaux et de la lune, détentrice d’un cadeau qu’elle n’avait pas demandé. Et alors la belle se fit plus aventureuse, poussant le vert & argent à repousser ses propres limites ; elle le voulait pour elle seule, ici et maintenant, envie déraisonnable qu’elle ne contrôlait pas, mais qu’elle apprendrait à contrôler après cet épisode. A lui, rien qu’à lui… Elle était sa petite amie après tout, et c’était là un acte tout à fait normal… mais quelque chose pourtant l’empêchait de vouloir aller plus loin, une vieille promesse qu’elle tenait à tout prix à respecter, et qu’elle parjurerait un peu plus tard pourtant. Alors leurs lèvres se séparèrent, brusquement, redonnant à la belle toute sa raison. Glissant ses mains sur la peau du jeune homme pour faire le chemin inverse et la quitter, elle plongea elle-même son regard dans le sien, le regard doux et mystérieux, comme d’ordinaire, comme si rien ne s’était passé. L’innocence sous sa forme la plus ténébreuse.

    Luce : « Excuse moi, je n’aurais pas du. »
    Sasha : « Ce… Ce n’est rien. »

    Un sourire doux naquit sur ses lèvres rosées alors qu’elle acceptait les excuses infondées du jeune homme. C’eut été plutôt à elle de s’excuser, après tout, n’était-ce pas son baiser qui l’avait rendu légèrement incontrôlable ? Mais c’était une chose que la Gryffondor ne révèlerait pas au jeune homme, ce côté mystérieux qu’elle ne voulait dévoiler qu’au jour du mariage, lorsque son mari serait véritablement amoureux d’elle, lorsque leurs liens seraient suffisamment consolidés pour cela… Il y avait tant de choses sur son côté de fée qu’elle avait à révéler, du lien de son cœur à ses baisers audacieux. Mais elle ne pouvait pas le faire maintenant, pas tant qu’elle n’était pas certaine d’être vraiment aimée et d’aimer en retour. Après tout, n’est-ce pas le genre d’informations qui font fuir les jeunes hommes ? Alors, comme pour s’ôter d’un poids pourtant léger, la jeune fille se remit sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur la joue de son Luce, enfantine et malicieuse, robe de son mystère pourtant sérieux. Sentant la main masculine reprendre la sienne, elle y glissa ses doigts avec tendresse avant qu’ils ne se remettent en marche. Etrangement, elle se sentait assez sereine, comme si ce petit écart de conduite lui avait fait un bien fou, avait donné un coup de fouet à son sang, mais aussi parce que son petit ami ne lui avait pas posé de questions, ce qui, dans un autre sens, la rassurait assez, elle n’aurait pas à inventer de mensonges pour ne pas dévoiler sa nature. Elle refusait de donner trop d’informations au jeune homme, comme par crainte d’être jugée, ou qu’il ne parte tout simplement, car malgré tout, elle tenait à lui, assez pour ne pas vouloir le voir partir du jour au lendemain. Mais elle était égoïste l’enfant de la Lune, refusant de s’ouvrir totalement à lui quand lui l’avait fait. D’un air de piano pour une défunte aux explications le concernant… Elle s’était faite fidèle amie et amoureuse, se glissant dans ses bras sans chercher à en savoir plus, jouant de sa discrétion. S’il voulait lui en dire plus à un autre moment, elle serait là pour l’écouter, mais jamais elle ne lui poserait de question pour lui arracher les vers du nez. Elle était ainsi, peu curieuse et discrète. Ce que le Serpentard lui avait révélé, elle ne le répèterai jamais à personne, serment qu’elle lui avait fait en acceptant son baiser, elle emporterait le secret dans la tombe, avec beaucoup d’autres, importants ou insignifiants.

    Ils finirent par arriver à Scribenpenne, et constatèrent que la boutique était bondée ; un soupir d’agacement vint alors quitter les lèvres de la rouge et or qui avait désiré ne pas s’attarder dans cet endroit. Pourtant, elle poussa la porte, tirant son Serpentard avec elle, ils n’avaient pas fait tout ce chemin pour rien et la jeune fille avait absolument besoin de parchemin et de nouvelles plumes. Fort heureusement, elle semblait savoir ce qu’elle voulait, et très vite les articles furent en sa possession : plusieurs rouleaux de parchemins de longueur différentes, ainsi que quatre plumes d’oie, et une cinquième de faisan. Achetant diverses couleurs d’encres avec ceci, elle n’omit pas de prendre quelques crayons et fusains pour son propre plaisir. Mais le pire n’était pas là, il leur fallait maintenant faire la queue jusqu’à la caisse, aussi, pour passer le temps, Sasha fit glisser sa plume de faisan le long du cou de son petit ami, un regard amusé pour un sourire taquin… Avec lui, elle sentait qu’elle pouvait être autant enfantine que sérieuse, comme s’il était son protecteur ou quelque chose de ce genre. Et quand enfin ils sortirent de la boutique, la jeune fille pleinement satisfaite de ses achats, elle lui demanda ce qu’il désirait faire en l’instant, puisque ses propres achats étaient terminés et qu’elle n’avait pas grand chose à faire.

    Sasha : « Le suite du programme de la journée Monsieur Sogno ? »

_________________

      « I was damn near addicted
        I got into trouble with him, »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce O. Sogno

avatar

Messages : 36
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: You and me ; me and you {Luce}   Mer 12 Aoû - 10:23



    Sasha : « Ce... Ce n'est rien. »

    Non, non, ce n'était pas rien. Le coeur de Luce battait encore si vite dans sa poitrine qu'il se demandait ce qu'il lui était arrivé quelques instants plus tôt. Cette envie de l'avoir pour lui tout seul là, maintenant, cette envie de la serrer dans ses bras dans une étreinte moins chaste que les autres, il n'était pas ce genre de personne à l'habitude et pourtant, toujours cette envie qui chatouillait le bas de son ventre. Il aurait aimé savoir, il voulait comprendre ce qu'il lui était arrivé, cet écart de conduite ne lui semblait pas anodin. Le vert et argent se sentait responsable. Après tout, il avait toujours eu une fille différente chaque soir dans son lit et maintenant qu'il sortait avec Sasha.. Eh bien .. Il n'avait plus passé la nuit dans les bras d'une femme depuis ce premier baiser échangé avec la rouge et or. Il n'en avait jamais ressenti le besoin, il n'avait pas eu besoin de se perdre dans les draps d'une demoiselle choisie au hasard, la Gryffondor le comblait, mais si ce besoin se réveillait maintenant, il n'était pas sûr de pouvoir le contrôler, de pouvoir se contrôler. Il suffisait de voir la réaction qu'il venait d'avoir, incapable de s'arrêter alors que ce n'était qu'un simple baiser. Jamais le jeune homme n'aurait remis en cause la demoiselle qui se tenait à ses côtés, il ne le concevait pas que ce genre de comportement pouvait être du à ce simple baiser plus passionné que les autres qu'il lui avait donné et auquel elle avait répondu sans retenue. Le vert et argent avait senti ce désir chez Sasha, ce même désir qui l'avait pris et qui avait failli le pousser à faire l'inconcevable. Il ne se le serait jamais pardonné, si il avait fait ce à quoi il pensait, Luce n'aurait jamais pu se regarder à nouveau dans un miroir. Il ne regardait plus la demoiselle qui se trouvait à ses côtés, il n'avait plus ni conscience du temps ni de l'espace, le Serpentard était perdu dans ses pensées, gardant un pied dans la réalité grâce au contact qu'il avait avec la rouge et or. Alors qu'elle était le soleil qui illuminait ses jours, alors qu'elle le faisait sourire, Luce avait parfois cette impression qu'il ne la méritait pas, qu'elle devrait se trouver une personne qui lui ressemblait plus. Il avait aussi parfois cette impression que la demoiselle se trouvait à ses côtés, mais qu'elle n'était pas tout à fait là, fin observateur qu'il pouvait être, il remarquait que les yeux de la belle se faisaient parfois absents, qu'ils se perdaient dans le vague, Luce pouvait presque y lire les souvenirs se dessiner.

    Le vert et argent se mit à caresser la main de la belle avec son pouce et à la serrer un peu plus fort, de peur de ne sortir de sa songerie et de réaliser qu'elle n'était plus là. Une boule se forma dans la gorge du jeune homme, incapable de parler ou même d'ouvrir la bouche. Un voile sombre s'était glissé sur le regard de ce dernier, il fixait obstinément ce qu'il se passait devant lui, incapable de tourner les yeux vers Sasha, il craignait qu'elle lui en veuille pour ce baiser empli d'une passion qu'il s'était toujours obstiné à ne pas lui montrer. Pourtant, alors que les jours passaient, alors que les heures aux côtés de la Gryffondor filaient, il sentait de plus en plus son souffle se couper quand il était en sa présence, son coeur appartenait à une autre, de cela il était sûr, mais il sentait que ses sentiments à l'égard de la rouge et or s'amplifiaient, s'intensifiaient. Mais de nouveau ce désir qu'il avait ressenti un peu plus tôt vint se loger dans son esprit et cette peur de faire souffrir la jolie demoiselle lui serra le coeur. Alors qu'ils s'approchaient de la vitrine de la boutique qui était leur destination, Luce sentait la frustration s'emparer de la Gryffondor au fur et à mesure que le monde qui peuplait l'endroit était visible. Ils y pénétrèrent tout de même et finirent rapidement à faire la queue à la caisse. Sasha réussit à rendre son sourire au vert et argent en le taquinant du bout de sa plume, à peine eut-il réussi à la lui voler et à se venger que déjà ils se trouvaient devant le marchand pour payer les articles. Ce moment avait paru trop court aux yeux du jeune homme qui aimait cette complicité qu'il pouvait partagé avec Sasha. La jeune femme avait toujours le chic pour lui enlever toutes pensées sombres de l'esprit et pour lui rendre un semblant de sourire.

    Sasha : « La suite du programme de la journée, Monsieur Sogno ? »

    Le jeune homme hésita, il voulait la passer en compagnie de la demoiselle, mais il ne voulait pas lui imposer sa présence non plus.

    Luce : « Hum, je ne sais pas mademoiselle Carlson, un verre aux Trois-Balais vous tenterait-il? »

    Un sourire accompagna cette tirade alors qu'il plongeait son regard rieur dans les yeux de la jeune femme.




hj : désolée pour la lenteur & la médiocrité :S
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You and me ; me and you {Luce}   

Revenir en haut Aller en bas
 
You and me ; me and you {Luce}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» You grow, you grow like tornado. { Luce & William [X]
» Luce
» Such a precious toy, boy you’ll be my foil. [Luce & Jim]
» Luce & William } J'y suis jamais allé... Balade sur la Lagune.
» Elie Luce, mafioso

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c a v e . i n i m i c u m . rpg :: • Pré-Au-Lard • :: ▄ le village :: Les rues-
Sauter vers: