AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le staff de cave inimicum vous souhaite la bienvenue sur le forum.
Bientôt le forum subira quelques modifications et améliorations.
La semaine des milles mots et les élections de préfets sont maintenues.


Partagez | 
 

 Une nouvelle piaule pour un nouveau Gryffon

Aller en bas 
AuteurMessage
Antony Santarelli

avatar

Messages : 49
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Une nouvelle piaule pour un nouveau Gryffon   Mar 9 Juin - 20:59


Avec James Slayers Kent



    Antony - Bien Madame la Directrice

    Bon, il a fini cette fois la vieille ? Cela faisait presque un quart d'heure que Tony était assis dans une chaise en face de la directrice de Poudlard à l'écouter parler pour ne rien dire. Les discours de bienvenues, il en avait l'habitude et cela le faisait toujours autant chier. Savoir où se situaient les salles de cours ou avoir son emploi du temps ou encore connaitre les noms de ses collègues de dortoirs pour l'année à venir lui était vraiment égale et ce qui voulait c'était simplement rejoindre sa piaule et pouvoir aller dormi en paix. Le voyage en voiture depuis l'Ecosse l'avait fatigué et il voulait simplement se poser sans entendre quelqu'un lui rabâcher les oreilles avec une chanson (son père) ou avec des choses qui servent à rien comme la directrice en ce moment même. De toute façon, le nouveau Gryffondor savait pertinemment qu'il ne resterait pas ici jusqu'à la fin de sa scolarité. C'était ainsi depuis son entrée en école maternelle et ce n'était pas prêt de changer. Son père, Alessandro, pensait encore pouvoir rencontrer la gloire dans un pays et faisait le tour du monde à sa recherche, entrainant Tony avec lui. Cela lui prendrait une semaine, un mois voire un an pour comprendre que les anglais sont pas plus réceptifs à son talent que les français, les italiens ou les grecs. Enfin, il a beau lui dire, cela ne change rien. Il faut que son père est un peu fou sur les bords avec ses cheveux long et l'odeur d'alcool qu'il traine quotidiennement et Tony préfère éviter de s'opposer à lui. Alors, il le suit en essayant de garder un oeil sur lui pour éviter qu'il ne fasse trop de conneries.

    La directrice se leva et Tony fit de même avec un sourire presque sincère. Enfin, il allait pouvoir se barrer de ce bureau qui puait le renfermé et le rat crevé. Il serra la main que le femme lui tendait et mit son sac à dos sur l'épaule, attrapa sa valise avant de sortir du bureau. Il inspira une grande bouffée d'air frais tandis que certains élèves lui passaient devant sans le remarquer. Tant mieux, ils ne savaient encore pas à qui ils avaient à faire et croyez moi, ils resteront bien loin de lui lorsqu'il connaitront Santarelli. En tout cas, la seule chose qu'il avait retenu c'était le chemin pour rejoindre la tour des Gryffondors. Il ne perdit pas une minute et se mit en route. Il lui fallu à peine quelques minutes pour se retrouver devant le portrait de la Grosse Dame.

    Antony - Patacitrouille
    Grosse Dame - Tiens un nouveau
    Antony - Exact. Bon allez, tu m'ouvre, j'ai pas que cela à foutre
    Grosse Dame - Un peu de politesse jeune homme
    Antony - Oui, c'est cela

    Dès que le portait eut laisser un tout petit espace pour entrer dans la salle commune, Tony s'y engouffra sans un regard pour la Grosse Dame. La salle commune était vide. Normal, c'était l'heure de dîner et tout les élèves devaient être dans la Grande Salle . Tant mieux, Tony n'avait pas envie de faire connaissance avec ses collègues tout de suite, cela attendrait le lendemain. Un nouveau à Poudlard, les élèves ne tarderait pas à venir lui parler et cela le gonflerait vite. Il grimpa les dernier escaliers pour rejoindre son dortoir et entra sans même prendre la peine de frapper. Après tout, c'est chez lui maintenant, ici et on ne frappe pas chez soi. Manque de bol, il y avait déjà quelqu'un. Torse poil avec une fille en soutif en train de s'embrasser. Et bien, le directeur n'avait pas dit que les filles étaient interdits dans les chambres des mecs ? Tony leur lança un regard et leur fit un petit sourire. Bien loin d'être désolé, de s'excuser ou encore de sortir, il traina sa valise à l'intérieur de la pièce avant de fermer la porte grâce à un coup de pied. Il balança ses affaires sur le lit vide et se coucha sur ce dernier. Il parla à l'attention du couple

    Antony - Vous gênez pas pour moi, continuez vos petites affaires. Promis, je regarde pas



Dernière édition par Antony Santarelli le Jeu 18 Juin - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Slayers Kent

avatar

Messages : 677
Age : 28
Localisation : Dans la grande Salle
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Une nouvelle piaule pour un nouveau Gryffon   Mar 9 Juin - 23:17

    Elle pouvait pas se la fermer ? Ça faisait dix minute que James se répétait cette phrase en boucle dans sa tête tandis qu’il essayait de se concentré sur ce qu’il était en train de faire, c'est-à-dire aller plus loin avec la fille qui était dans ses bras. Mais elle n’arrêtait pas de parler ! Une vrai horreur ! Elle n’arrêtait pas de lui dire des mots doux genre « je suis bien dans tes bras » « tu embrasse tellement bien » ou alors tout simplement « oooh James… » . Mais ferme là putain ! Encore quand elle avait la boucher fermer elle pouvait faire illusion. Brûne, un air innocent mais espiègle a la fois et assez souriante. Bon d’accord elle était nettement moins jolie et elle n’égalerai jamais la splendeur de Susi mais bon pour une nuit elle pouvait faire l’affaire. Mais quand elle parlait… Quel horreur ! Elle n’avait rien du délicieux timbre de la miss Diamentino et elle avait une voix de crécelle qui lui détruisant les tympans manquant de les faires exploser a la moindre seconde. La ferme ! La ferme comme ça il pourra continuer d’imaginer qu’il est dans les bras d’une autre. Allez la ferme !

    Fille – « J’ai toujours rêver être avec toi… »


    N’en pouvant plus il se redressa et arrêta de promener ses mains sur son corps a moitié nu, stoppant également les baiser qu’il lui donnait dans le cou tandis qu’elle était coucher sur son lit. Elle se redressa a son tour pendant qu’il poussait un soupir, ayant l’air un peur perdue, ne comprenant pas se qu’il se passait.

    James - « Ecoute euh.. Fannie ? »

    Fille – « Sarah »
    James – « Oui c’est ça Sarah.. Ecoute Sarah je… je suis bien aussi avec toi tu embrasse super bien et tu es bien rouler et je… euh… je t’apprécie beaucoup mais… j’ai besoin de calme pour pouvoir me concentré sur ce que je m’apprête a te faire » dit-il avec un léger sourire crispé mais qui se voulait rassuré.

    Sarah – « Tu veux dire qu’tu veux que... j’me taise ? » demanda-t-elle d’une petite voix.

    Apparemment elle était plus contrarier par le fait d’embêter James que par le fait que sa demande était des plus honteuse, ne s’en rendant même pas compte. Tout ce qu’elle voulait c’ était le satisfaire. Cette fille avait beau être brune elle semblait avoir des racines blonde dans les neurones. Peu importe elle correspondait au profil qui satisfaisait le jeune Kent ces dernier temps. Ou du moins physiquement.

    James – « Woé c’est ça »
    fit-il en poussant un léger soupir, soulager qu’elle comprenne.
    Sarah – « D’accord » dit-elle d’une voie sensuelle et le regardant avec des yeux attendrie qu’il lui donnait envie de vomir.

    Peu importe elle se concentra plus sur la forme de son visage et se pencha de nouveau sur elle, recommençant à l’embrasser dans le cou. Il la caressa ainsi quelque minute avant de fermer les yeux pour se concentré. Au bout de quelque seconde le visage de celle qu’il attendait tant apparut. Un sourire ravit apparut sur ses lèvre et il rouvrit alors ses yeux et il aperçut celle qu’il désirait tant a la place de Sarah, entrant complètement dans son rêve éveiller. Faire naitre des illusions par la force de la pensé, un sort inventé par son grand père – il était très doué pour ça - et qu’il avait appris tout seul de lui-même. Observant le visage parfait de sa belle diablotine au sourire éternelle, il arrêta alors ses baiser empressé et se fit moins brutal, la regardant avec tendresse. Il leva la main et lui caressa doucement la joue.

    James – « Je tiens tellement a toi. Si tu savais comme tu compte a mes yeux. »


    Sarah était aux anges mais ce n’est pas à elle qu’il disait ça mais a celle que lui voyait, Susi. Sa Susi. Mais si James oser dire a cet instant ce qu’il aurait aimer dire a la jeune fille laissant évacué sa frustration c’est parce qu’il s’avait qu’on fond ce n’était pas elle mais l’illusion était parfaite. Et ça lui suffisait. Tant qu’il ne pourrait pas avoir la vraie car il n’en était pas digne il s’en contenterai. Il embrassa alors Sarah avec une tendresse insoupçonné, faisant glisser ses mains sur son soutien-gorge près a le dégrafer quand… la porte s’ouvrit ! James se retourna alors, perturber par le bruit et sa conquête d’une nuit se redressa. Tout deux regardèrent le nouveau venu, d’un air surpris. Kent lui semblait plus contrarier et agacer que mal à a l’aise a l’opposé de Sarah. L’intrus ne s’excusa même pas et poussa son sac dans la chambre.

    James – « T’a pas l’impression de déranger ? » lui dit-il d’un ton mauvais.
    Antony – « Vous gênez pas pour moi, continuez vos petites affaires. Promis, je regarde pas »

    Non mais il se foutait de sa gueule là ? Donc il comptait rester ? Sérieux ? Oh et puis merde tant pis pour lui ! Il avait cas ce boucher les oreilles ! James reporta son regard sur Sarah, mais l’interruption avait réduit a néant sa concentration et l’illusion s’était envolé. La jeune fille qu’il avait devant lui n’était plus seule qu’il désirait. Il poussa un soupir et se leva. Sarah restait incrédule, le regardant comme une pauvre chose, totalement perdue, toujours allonger sur le lit, cherchant a comprendre. James se pencha et attrapa son tee-shirt et l’enfila avant de s’adressait a elle mais sans la regarder.

    James – « Rhabille toi »

    Sarah – « Quoi mais je… »
    James – « T’es sourde ? Je t’ai dit rhabille toi. »
    Sarah – « James… »
    James – « Allez Dégage . Hors de ma vue. DEGAGE ! »

    Elle sursauta lorsqu’elle l’entendit criait et des larmes coulèrent sur ses joues mais James restait de marbre, froid et distant. Il se foutait royalement de se que ressentait Charlotte Anna ou peu importe son nom. Elle n’était pas elle.

    Sarah – « T’es qu’un sale Connard Kent » lui dit-elle entre deux sanglots avant de partir en claquant la porte.
    James – « Woé c’est ça si tu l’dit. Dégage. »

    James alla a la fenêtre et l’ouvrit avant de porter sa main a sa poche et de sortir un paquet de clope. Il fumait très rarement mais là il avait besoin de s’en griller une. Il alluma sa cigarette a l’aide d’un briquet, habitude de né Moldus, et se tourna vers le sale con qui l’avait interrompus, le détaillant de haut en bas. Le moins qu’on puisse dire c’est que James était loin d’avoir l’air d’être aimable. Il était froid et distant.

    James – « Sa t’arrive souvent d’avoir envie de mater les parties de jambe en l’air des autres ? »


Dernière édition par James Brendon Kent le Jeu 11 Juin - 11:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antony Santarelli

avatar

Messages : 49
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Une nouvelle piaule pour un nouveau Gryffon   Mer 10 Juin - 15:39



    Couché sur son lit, les yeux fermés et un bras derrière la tête, Tony avait déjà pratiquement oublié la présence des deux individus dans sa chambre et qui n'allait pas tarder à passer à l'acte final. Il n'avait qu'une envie, c'était d'arrêter de penser et de se laisser aller dans les bras de Morphée pour oublier l'espace de quelques secondes qui il est. Les moments où ils dormaient étaient les seuls où il ne réfléchissait pas, où il ne se détestait pas, où il ne pensait pas à son père, ses seuls moments où il semblait si paisible, si épanoui. Il se fichait pas mal de qui se trouvait à ses côtés à ce moment là et savoir que le gars qui était sur le lit d'à-côté était en train de bander, que la fille était en soutif et qu'ils n'allaient pas tarder à baiser ne faisait ni chaud ni froid à Tony vu qu'il en a l'habitude. Non pas qu'il aime être un voyeur mais plutôt qu'il n'a pas eu le choix. Depuis sa plus tendre enfance, il a toujours été obligé de se planqué dans un placard pendant que son père baisait des putes, toutes plus maquillés les unes que les autres. Au début, il se bouchait les oreilles, pleurait mais à force, il avait appris à faire abstraction de cela et s'il voulait continuer leurs ébats, ils ne fallait pas non plus qu'ils se gêne pour lui. Bon, il savait parfaitement que peu de personnes aimaient qu'on les regarde faire l'amour et le jeune Santarelli venait certainement de leur casser leur trip mais peu lui importait. A présence, cette pièce était sa chambre et pas question qu'on lui interdise d'y aller simplement parce qu'un mec se croit tout permis et veut baiser dans un lit, il a qu'à choisir un placard à balai, on viendra moins le faire chier.

    En tout cas, la pièce ressemblait malheureusement à toutes les autres piaules qu'il avait eu dans les écoles de sorcelleries : fade, sans vie et qui puait la clope et le déo pour mec. Il y avait bien quelques posters sur les murs ou quelques photos mais cela semblait vraiment minable pour Tony. Bon d'accord, il n'a jamais été habitué au luxe et a souvent dormi sur un matelas par terre ou sur un divan déglingué mais tout de même, dans une école réputé comme celle-ci, ils auraient pu faire des efforts. Tiens en parlant de fort, voilà que le jeune homme en question venait d'lever la voix pour signifier à sa conquête qu'elle pouvait partir. Pourquoi conquête et pas copine ? Simplement vu la façon dont il lui avait parlé. Elle devait juste être un coup pour passer le temps et autant dire que Tony s'y connaissait la dedans vu qu'il n'avait jamais eu de copine à proprement parlé. Il tenait bien de son père pour cela, comme pour la clope, l'alcool, la musique ou les langues mais pas la drogue qui le rebute énormément. En tout cas, Tony ne se redressa même pas pendant la scène entre les deux tourtereaux, se contentant de noter mentalement le nom et le prénom de son coloc : James Kent et d'entendre la porte claquer dans un fracas. Le jeune Gryffondor n'avait pas bronché mais il était à présent attentif à ce qu'il se passait autour de lui. Un vent d'air frais vint lui parcourir la nuque et il fut traverser d'un frisson. Il se redressa et fixa le dos de James qui venait d'allumer une clope.

    Antony - File en une

    C'était un ordre, aucun doute là dessus mais cela avait aussi le ton d'une demande amicale. Enfin cela pourrait le devenir s'il acceptait de lui lâcher une clope sans trop la ramener. Après tout, il ne savait pas pourquoi mais ce mec avait l'air sympa et il avait aussi l'air de lui ressembler alors pourquoi se tirer dans les pattes ? Autant essayer de commencer par se fumer le calumet de la paix ensemble en parlant de cette poufiasse qui venait de partir.

    James - Sa t’arrive souvent d’avoir envie de mater les parties de jambe en l’air des autres ?
    Antony - T'as qu'à faire cela autre part que dans ma piaule. Et puis, plains toi pas, elle ressemble à rien, j't'ai évité de te taper cette connasse, tu devrais me remercier.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Slayers Kent

avatar

Messages : 677
Age : 28
Localisation : Dans la grande Salle
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Une nouvelle piaule pour un nouveau Gryffon   Jeu 11 Juin - 12:53

    Antony – « File en une »
    James – « Tu rêve » fit-il avec un petit rire moqueur et une grimace, tirant un taff sur sa clope.

    Il se croyait où lui ? Il manquerait plus que ça tient. Il s’incruste et perturbe ses projets et maintenant il devrait lui filer une clope parce qu’il lui avait demander ? Crève ! James détestait les ordres. Encore plus quand cela venait d’un gars qu’il connaissait ni d’Eve ni d’Adam.

    James - « L’armé du salut c’est pas ici. Demande Dwayn McBright ou Nathaniel Ridinghton si tu le cherche. »

    Dwayn et Nathaniel. Deux tête a claque que James pouvait pas se saquer . Entre l’un trop… « tout » et l’autre trop psy a la noix, l’intru avait de quoi être servit. Peut-être qu’ils deviendraient pote qui sait puisque que le nouvel arrivant tenait tant a faire la discut. Woé James les voyaient bien Nathaniel et lui pote. Enfin tant qu’ils se tenaient loin de lui ça lui allait. Détaillant l’autre avec un regard froid, le jeune Kent lui demanda alors s’il trouvait normal de mater les autres quand ils étaient en plein acte intime.

    Antony – « T'as qu'à faire cela autre part que dans ma piaule.
    James – « Comment ça " ta " piaule ? Tu te fou d’ma gueule ? Tu veux dire que t’emménage ici ? Sérieux ? »

    Il semblait tout sauf ravis parce qu’il venait d’entendre mais il ne comptait pas se laisser faire. Ici c’était son territoire et il était hors de question qu’il le partage. Tom, Christian, Paul et Lambry étaient des gars cool près a lui lécher les bottes et a écouter toutes ses histoires de filles alors James n’avait aucunement besoin d’un autre coq de bassecour de sa chambre. Hors le garçon qu’il semblait n’avoir jamais vu à Poudlard semblait être un gars de sa trempe se qui pour l’instant le laissait plus méfiant qu’autre chose.

    Tony « Et puis, plains toi pas, elle ressemble à rien, j't'ai évité de te taper cette connasse, tu devrais me remercier. »


    Pas rasé, un air décontract sur le visage, James se demandait se qu’il avait bien foutu celui-là pour changer de chambre. Il avait tabassé ses collègue de chambré ou quoi ? Ah moins qu’il était surpris en position délicate car vu son franc parler il ne devait pas avoir une grande estime pour la gente féminine. En avait-il ne serait-ce déjà fréquenter une pour parler de l’une d’entre elle ainsi ?

    James – « Hey parle pas comme ça de Camille tu veux. C’est une fille bien ».

    Tout d’abord elle ne s’appelait pas Camille mais Sarah bien qu’il l’ai oublier et ensuite il l’a connaissait à peine. Mais bien qu’il se fichant de son sort et c’était comporté de manière détestable quelque minute auparavant seul James se donnait le droit de la traité ainsi. Le fauve qu’il était était toujours sur ses gardes près a bondir dès que l’intrus chercherai a lui volé des parcelles de terre. Soit il était digne d’être son égal soit il devrait se plier a ses envie car le jeune Kent n’était pas vraiment du genre a être dominer. Son regard toujours plongeait dans celui de l’autre élève, il s’adressa de nouveau à lui.

    James – « Et t’a un nom où c’est comme le fait de frapper aux portes t’a oublier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antony Santarelli

avatar

Messages : 49
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Une nouvelle piaule pour un nouveau Gryffon   Jeu 11 Juin - 20:12



    Tony était le genre à toujours se fier à se première impression. Soit il appréciait la personne et alors il faudrait vraiment qu'il soit à l'inverse de ce qu'il paraissait être au premier abord pour que le Gryffondor finissent par le trouver con. Mais c'était aussi pareil dans l'autre sens. S'il détestait quelqu'un, il fallait vraiment qu'il soit parfait pour que le jeune homme revoit son jugement. Bizarrement, il n'avait pas encore beaucoup parlé avec James mais il sentait qu'il allait bien s'entendre avec lui. Son physique d'abord avec son petit sourire en coin, son air supérieur et le fait qu'il fume. Sa façon de traiter les filles ensuite. Il venait d'envoyer chier la demoiselle sûrement de la même façon que l'aurait fait le jeune Santarelli mais après avoir tiré son coup. Pas question d'en laisser partir une si docile alors qu'il a l'occasion de la sauter et cela même si un inconnu était entrer dans sa chambre. Et enfin, il y avait sa façon de ne pas se laisser marcher sur les pieds et de tout faire pour défendre son territoire. Tony est le genre à s'imposer surtout dans les endroits qui ne lui appartiennent pas juste pour voir comment les autres réagissent. Lorsqu'on connait Santa, on évite de trop s'opposer à lui de peur de ses réactions violentes mais cela lui faisait presque plaisir de voir qu'il n'y avait pas que des lèches cul de partout et Tony avait tendance à apprécié ce genre de mec qui ne lui laissait pas dicter sa loi.

    En tout cas, lorsqu'il sortit sa clope, Tony se redressa sur son lit. La conversation allait commencer, chacun essayant de se tester l'un et l'autre par des gestes, des paroles afin de voir jusqu'au l'autre était capable de se rebeller. Une sorte de façon de marquer son territoire et de rester en quelques sortes le maitre de ce dortoir. En tout cas, Antony faisait tout pour le faire craquer avec ses petites remarques et il avait presque la certitude que jamais il ne lui lâcherait une clope surtout demander comme cela. Pas manquer et cela arracha un petit sourire sarcastique au jeune homme.

    James - Tu rêve

    Alors, le jeune homme se leva et se posa près de la fenêtre à côté de James et sortit à son tour une clope de la poche arrière de son pantalon. Il piqua le briquet des mains de son colocataire pour allumer sa cigarette avant de le lui reposer dans sa poche. Il aspira une grande bouffée de nicotine avant de recracher la fumée dans la figure de Kent. A la provocation. Cela pourrait facilement partir en baston mais ce n'était pas le genre de Tony dans ce moment là vu qu'il agissait ainsi simplement pour s'amuser et pour tester l'autre, non pas parce qu'il ne l'aimait pas. Il est bizarre Santa quand il s'y met mais c'est ainsi.

    James - L’armé du salut c’est pas ici. Demande Dwayn McBright ou Nathaniel Ridinghton si tu le cherche.
    Antony - McBright et Ridinghton. Quelque chose me dit que tu ne peux pas les voir, j'me trompe ?

    Evidemment, en temps que nouveau, Tony devait forcément rapidement se faire une place et commencer à connaitre les mecs les plus populaires du château et les filles les plus faciles. Tant qu'à faire. Aussi, il se doutait que les deux gars dont venait de lui parler James n'était pas du même style que lui et quelque chose disait à Tony que lui non plus n'allait pas s'entendre avec eux. Enfin, il faudrait qu'il pense à se renseigner sur leur compte un de ses quatre.

    Le sujet de l'emménagement de Tony fut le prochain à atterrir sur le tapis. Cela ne semblait pas bien plaire à James de voir un inconnu de son style prendre possession de les lieux de la sorte. Mais une chose était sûr, pour le jeune Santarelli, maintenant, il était dans sa piaule et rien ne pourrait le faire changer d'avis la dessus. Donc pas question de frapper ou de ne pas y venir quand il le désirait. C'était con pour Kent mais il devrait faire avec il n'avait pas le choix.

    James - Comment ça " ta " piaule ? Tu te fou d’ma gueule ?
    Antony - J'ai que cela à foutre
    James - Tu veux dire que t’emménage ici ? Sérieux ?
    Antony - Non, non, j'ai monté mes bagages jusqu'ici juste pour le plaisir. Faire du sport à cette heure de la soirée, c'est mon kif.

    Foutage de gueule encore, mais il n'y avait pas de quoi prendre peur, c'était la marque de fabrique de Tony mais cela restait dans l'amical et il n'y avait rien de méchant. D'ailleurs, même s'il parvenait à être ami avec James, ou avec un autre d'ailleurs, il continuerait d'agir de la sorte parce que les marques d'affection, ce n'est pas pour lui. Et en temps que nouvelle connaissance, Tony se devait de lui dire que la fille qu'il allait se taper ressemblait vraiment à rien et semblait aussi conne que la lune à penser qu'il s'attacherait à elle. Cela se lisait sur son visage que James n'était pas tellement le style romantique et attentionné. Et le fait qu'il veuille défendre la jeune fille alors qu'il venait de la traiter comme de la merde faisait doucement rire Tony.

    James - Hey parle pas comme ça de Camille tu veux. C’est une fille bien
    Antony - Mais bien sûr et c'est pour cela que tu la traiter comme cela ? Tu fera croire cela à n'importe qui mais certainement pas à moi et je sais de quoi je parle

    Les femmes, Tony n'en avait jamais eu le respect. Il faut dire que les seules qu'il connaissait était sa mère qui l'avait refilé à son père sans jamais chercher à le revoir et toutes les putes que son père ramenait pour assouvir ses désirs. Pas étonnant alors que Tony ne les voit que comme des objets sexuels, là pour assouvir ses désirs et se laisser docilement dominé.

    James - Et t’a un nom où c’est comme le fait de frapper aux portes t’a oublier ?
    Antony - Premièrement, j'ai pas oublié de frapper vu que je suis chez moi maintenant et de deux, je m'appelle Antony Santarelli, ravi de faire ta connaissance James


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Slayers Kent

avatar

Messages : 677
Age : 28
Localisation : Dans la grande Salle
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Une nouvelle piaule pour un nouveau Gryffon   Dim 14 Juin - 10:24

    L’inconnu lui recracha la fumer dans la tronche. Il voulait son poing dans la gueule ou quoi ? Il croyait quoi lui ? Qu’il était son pot ? James eut l’air blaser, sentant d’avance qu’entre eux ça allait pas le faire s’il continuer ainsi. Il balancer alors au hasard le noms de gars qu’il détestait, essayant de leurs refiler l’intru.

    Antony – « McBright et Ridinghton. Quelque chose me dit que tu ne peux pas les voir, j'me trompe ? »
    James – « Non. Brillante déduction Sherlock Homes » . Il ne semblait pas comprendre alors il rajouta avec un léger agacement. « Référence Modus » . Il poussa un soupir et leva les yeux au ciel, se forçant a en dire plus alors qu’il n’avait aucune envie de parler. « Le premier se la joue prince charmant bien que j’suis certain qu’il n’a jamais toucher une fille et l’autre s’attend a ce que tu lui déballe ta vie au premier sourire. En bref deux crétins quoi. »

    Un début de sympathie. C’était vraiment très minime et a peine décelable mais c’était mieux que rien. Ça n’empêcha pas James de rester sur ses gardes et de semblait toujours prêt a bondir sur l’inconnu dès qu’un geste de sa part le dérangerai. D’ailleurs il lui annonça qu’il emménageait avec lui et ça ne lui plus que moyennement.

    James – « Tu veux dire que t’emménage ici ? Sérieux ? »
    Antony – « Non, non, j'ai monté mes bagages jusqu'ici juste pour le plaisir. Faire du sport à cette heure de la soirée, c'est mon kif. »
    James – « Cool chacun son trip. J’espère que tu va bien « kiffé « de les redescendre alors ».

    En gros t’es pas le bienvenue, pas la peine de t’attacher a cet endroit. Au jeu des réparties cinglantes c’est James qui gagnerai. Comme toujours. Le pseudo Bad boy faisait pas le poids face à lui, Kent avait beaucoup trop de pratique et d’assurance. Il semblait des plus désagréable et pas prêt a se radoucir mais si le nouveau tenait le coup peut-être qu’il aurait droit de dormir ailleurs que sur le sol. Enfin peut-être. Il fallait déjà qu’il arrête de lui rappeler qu’il l’avait interrompus au mauvais moment. Même que maintenant il se mettait à insulter sa conquête.

    James – « Hey parle pas comme ça de Camille tu veux. C’est une fille bien »
    Antony - Mais bien sûr et c'est pour cela que tu la traiter comme cela ?
    James – « Traiter comme quoi ? J’vois pas c’que j’ai fait de mal »
    Antony – « Tu fera croire cela à n'importe qui mais certainement pas à moi et je sais de quoi je parle »
    James – « Ah woe ? Développe.

    Il ne l’aimait pas. James n’aurait pas sût expliquer pourquoi mais il ne l’aimait pas. D’ordinaire il était quand moins désagréable et plus sociable, ce servant de l’hypocrisie et un peu d’humour pour faire craquer les autres mais là il était a bout de nerfs et il était simplement détestable. Froid, antipathique, distant et désagréable et pourtant Antony restait sympathique. Enfin non même pas car s’il était réellement gentil genre « je suis ton ami » façon Nathaniel, ça aurait fait longtemps que James l’aurait balancé par la fenêtre . Mais là non il restait cool tout en imposant sa présence. Pire Kent n’avait pas l’impression qu’il cherchait a le dominer et a l’écraser mais juste a faire sa place et ça l’agaçait. Ses derniers temps il n’avait pas envie de se faire des nouveau potes et avait tendance a vouloir restait seul ou en compagnie de belle brune. Hors Santerelli semblait bien partir pour devenir un ami et c’est pour ça qu’a cet instant il ne l’aimait pas. Ce n’était pas le moment pour lui de sympathiser avec d’autre, il avait déjà tellement de soucis avec ses amis actuel. Pourtant James avait l’impression que c’était inévitable. Il lui demanda alors son nom en était toutefois toujours aussi peu jovial.

    Antony – « Premièrement, j'ai pas oublié de frapper vu que je suis chez moi maintenant et de deux, je m'appelle Antony Santarelli, ravi de faire ta connaissance James »
    James – « Ravi aussi » lui répondit-il avec une légère grimace peu convaincu. « Comment tu sais mon nom ? » lui demanda-t-il perplexe avant de se rendre a l’évidence. « Oh Sophia… Tu a retenu mon nom quand elle l’a dit . Tu sais que ce genre de truc c’est ce que je fais quand une fille me plait pour faire genre que j’le connais ? T’es pas gai au moins ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antony Santarelli

avatar

Messages : 49
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Une nouvelle piaule pour un nouveau Gryffon   Lun 15 Juin - 21:18



    Lorsqu'on sait que l'on ne va pas rester dans une école très longtemps et que l'on a pas franchement envie de lier des amitiés sincères avec d'autres élèves qui s'effaceront une fois qu'on aura quitté la ville, il y a deux solutions. La première serait de rester dans son coin, de vivre sa vie en solitaire, de ne ce soucier que de soit et de se foutre totalement de la présence ou non des autres. Mais franchement, y'a quoi d'intéressant là dedans ? On se fait chier constamment, on n'a aucune côte de popularité et pire encore, tout le monde vous ignore et ne savent même pas que vous êtes passé par là, une année. Ou alors, il y a une deuxième solution, celle qu'Antony a choisi depuis sa plus tendre enfance. Celle de profiter au maximum, de faire chier le monde, de s'amuser sans se soucier de ce qu'on pense de lui. C'est peut-être pour cela qu'il a un tel caractère. Manquant totalement de tact, adorant la provocation, restant toujours aussi franc, faire ce qu'il veut, quand il veut sans que personne ne lui dicte sa conduite, c'est ce qu'il fait tout les jours dès qu'il arrive dans un environnement nouveau. Et malgré ses dix-sept années, ce n'est pas aujourd'hui que cela va changer. En tout cas, il aimait bien ce petit Gryffondor qui semblait faire le malin et être le style de mec à être connu comme le loup blanc dans tout Poudlard. C'est peut-être parce qu'il semblait l'apprécier qu'il le faisait autant chier. Tony n'est pas très démonstratif par rapport à ceux qu'il appréciait et il le montrait pas de la provoc et des vannes lancés à tout bout de champ. Cela pouvait en agacer certains mais il n'y avait jamais rien de méchant et on le comprenait lorsqu'on apprenait à connaitre le jeune homme. En tout cas, en agissant de la sorte avec James, il pensait pouvoir gagner son respect mais aussi lui montrer qu'il n'était pas le genre à se laisser marcher sur les pieds. En tout cas, Tony n'était pas contre commencer à se faire une opinion sur certains des élèves avant même de les connaitre.

    James - Non. Brillante déduction Sherlock Homes. Référence Modus.
    Antony - T'inquiète, je connais Sherlock Holmes même si j'n'en ai jamais lu un seul. Bon, tu m'en dit plus sur ces deux là ?
    James - Le premier se la joue prince charmant bien que j’suis certain qu’il n’a jamais toucher une fille et l’autre s’attend a ce que tu lui déballe ta vie au premier sourire. En bref deux crétins quoi.
    Antony - Ouais je vois le genre. Le genre de mec à faire un peu des leçons de morale à tout bout de champ alors qu'il ne vaille pas mieux que nous tous. J'ai franchement horreur de ce genre de mecs qui se croient meilleur que tout le monde mais qui sont loin d'avoir des couilles. Ils mériteraient des baffes dans leur gueuler pour leur faire comprendre la vie. Cela ne m'étonnerait pas non plus qu'il ait toujours tout eut dans leur vie sans jamais avoir à se battre pour l'obtenir. Avec papa, maman et une petite existence bien tranquille.

    C'était fait. D'après la description de James, Tony ne pourrait pas s'entendre avec eux. Avec le premier, c'était parce qu'ils n'avaient pas la même relation avec les femmes. Loin d'être romantique ou attentifs avec elle, Tony était plutôt du style a ne pas les respecter, tout comme son père. Elles ne sont que des objets destinés à assouvir son désir sans avoir le droit à la parole. Pour le deuxième, raconter sa vie ne correspond pas à Santarelli qui aurait plutôt tendance à inventer tout sortes de choses pour le voir débiter des tas de conneries tout en se foutant de sa gueule. Mais bizarrement, il avait hâte de faire leur connaissance. Quelque chose lui disait qu'il allait bien se marrer avec ces deux crétins comme disait Kent et que pensait également Santa.

    Mais évidemment pour James, voir un mec comme Antony débarquer dans son dortoir et tenter de faire sa place, n'est pas forcément pour plaire à un mâle dominant comme lui et il lui signifia clairement qu'il n'était pas le bienvenue. Qu'importe, il n'allait pas avoir à supporter très longtemps sa présence, donc il faudrait juste s'y faire quelques mois et après ils se sépareraient juste avec une poignée de main, comme souvent.

    James - Cool chacun son trip. J’espère que tu va bien « kiffé « de les redescendre alors
    Antony - T'inquiète, tu n'aura pas à me supporter très longtemps. Une année tout au plus après je me casse d'ici. Alors prend ton mal en patience c'est tout ce qui te reste à faire parce que j'aime bien cette chambre et je compte pas faire tout les dortoirs pour me trouver une autre place. A la rigueur, si t'es pas content de ma présence, tu peux aussi partir, la porte est grande ouverte, j'peux même t'aider à faire tes bagages.

    Tony tira une autre bouffée de sa clope tout en observant les petites silhouettes qui bougeaient dans le parc juste en dessous. On ne pouvait pas dire s'il était content ou pas de devoir repartir bientôt, disons qu'il s'était fait à cette vie et qu'il en avait trouvé des avantages notamment celui de pouvoir comparer les filles de chaque pays ou de ne pas avoir à rester là où il n'avait pas envie. Mais forcément, à force de bouger, l'idée d'avoir une relation amicale sincère ou même amoureuse était totalement exclu pour le jeune homme. Pour l'instant, cela lui convenait, peut-être parce qu'il n'avait encore rencontré personne qui le méritait. Et évidemment, le sujet des filles revient sur le tapis entre les jeunes garçons qui avaient l'air avoir la même conception de la chose. Un sujet qui allait certainement devenir récurrent entre eux s'il sympathisait vu que sur ce point, ils avaient l'air de se ressembler.

    James - Ah woe ? Développe.
    Antony - Disons que j'ai l'impression que tu n'a pas plus de considération pour les femmes que moi j'en ai pour elles aussi. Tant qu'elle assouvisse nos désirs, c'est tout ce qu'on leur demande. Un peu de sexe et basta. Les sentiments, j'crois pas que ce soit compatibles avec moi

    Il était presque persuadé que James serait d'accord avec lui sur ce point, voilà pourquoi il avait volontairement utilisé le nous. D'ailleurs, il eut le confirmation plus tard que Kent se fichait pas mal de la jeune fille avait qui il avait failli coucher vu qu'il ne lui donnait pas deux fois le même prénom. Encore une occasion pour Santarelli de se foutre de sa gueule gentillement et lui montrer qu'il serait plus difficile que cela de le berner.

    James - Ravi aussi. Comment tu sais mon nom ?
    Antony - C'est mon petite doigt qui m'la dit
    James - Oh Sophia…
    Antony - Sophia ?
    James - Tu a retenu mon nom quand elle l’a dit .
    Antony - J'croyais qu'elle s'appelait Camille ?!
    James - Tu sais que ce genre de truc c’est ce que je fais quand une fille me plait pour faire genre que j’le connais ? T’es pas gai au moins ?
    Antony - Moi ? Franchement, tu m'a bien regardé ? J'ai l'air d'une tafiolle ? Et puis franchement, avoir une bite dans le cul, ça m'intéresse pas trop. Par contre, en parlant de gai, ça ne m'étonnerait pas que tes deux potes le soient vu que j'ai l'impression que les couilles leur ont été retirés à la naissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Slayers Kent

avatar

Messages : 677
Age : 28
Localisation : Dans la grande Salle
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Une nouvelle piaule pour un nouveau Gryffon   Jeu 18 Juin - 20:14

    Antony – « T'inquiète, tu n'aura pas à me supporter très longtemps. Une année tout au plus après je me casse d'ici. Alors prend ton mal en patience c'est tout ce qui te reste à faire parce que j'aime bien cette chambre et je compte pas faire tout les dortoirs pour me trouver une autre place. A la rigueur, si t'es pas content de ma présence, tu peux aussi partir, la porte est grande ouverte, j'peux même t'aider à faire tes bagages. »

    Sérieux ? Alors juste un an et il allait partir ? James accueillit cette nouvelle de manière assez inattendu, semblant être quelque peu désolé. Pas qu’il se faisait du soucis a l’idée qu’Antony s’en aille, il le connaissait a peine, seulement… Bin il le trouvait pas aussi dérangeant que ça en fait. Le jeune Kent avait beau tirait une gueule de six pied de long et ne pas vraiment être sympathique, il n’avait rien contre lui et au final il sentait qu’ils pouvaient bien s’entendre. Lorsque a peine âgé de douze ans James s’était rendu en Ecosse afin de rencontre sa grand-mère Karly pour la première fois il s’était montré aussi peu enthousiasme mais ça ne voulait pas dire pour autant qu’il la détesté. Pour Antony c’était un peu pareil mais maintenant qu’il savait que le jeune homme n’allait pas rester, James avait presque envie d’être plus sympathique avec lui et d’arrêter de le tester, ce disant que ça ne servait a rien de s’en faire un ami puisqu’il ne comptait pas rester. Alors autant être sympa. Puis de toute façon s’était pas grave, il avait besoin de rien n’y personne. James tira de nouveau une bouffé sur sa clope avant de lancer son mégots par la fenêtre. La conversation continua alors sur les filles.

    Antony - Disons que j'ai l'impression que tu n'a pas plus de considération pour les femmes que moi j'en ai pour elles aussi. Tant qu'elle assouvisse nos désirs, c'est tout ce qu'on leur demande. Un peu de sexe et basta. Les sentiments, j'crois pas que ce soit compatibles avec moi

    C’était faux. James avait de la considération pour les femmes malgré le mauvais exemple qu’il avait donné a Tony, traitant en effet Sarah comme un vulgaire. Mais penser que le jeune Kent était réellement comme ça, obséder, pervers et sans cœur était mal le connaitre. Ses derniers temps il souffrait de ne pas pouvoir obtenir se qu’il désirait et c’était seulement pour cette raison qu’il se comportait en véritable salaud, ne pensant qu’a ses désirs. Mais au lieu de contredire les dires de son nouveau collègue de chambré, il eut un léger sourire mesquin au coin des lèvres, appuyant presque ses dires. Il se fichait totalement qu’Antony le prenne pour se qu’il n’était pas et au contraire ça l’arrangeait de le laisser croire qu’il était incapable d’avoir un quelconque sentiment envers une fille. Quoiqu’il en soit le jeune homme se présenta alors et dit à James qu’il était ravis de faire sa connaissance, se qui l’interpella. D’où avait-t-il retenu son noms ? Il n’en eut aucune idée au début puis finit par réaliser qu’il l’avait entendu dans la bouche du substitut de Susi. Avec un brin d’humour, le jeune Kent ne pût alors s’empêcher de lui faire remarquer que cette façon d’apprendre le nom des gens était un tactique de drague qu’il pratiquer lui-même. Antony était-il gay ?

    Antony - Moi ? Franchement, tu m'a bien regardé ? J'ai l'air d'une tafiolle ?
    James – « Et fait gaffe a ton langage. J’ai des potes gay qui n’ont rien de « taffioles » comme tu dis.J’te présenterais Adam si tu veux j’suis sûr qu’il te plaira. Bon il adore sauté sur tout ce qui bouge ou sauté ce qui bouge tout simplement, mais il est cool. » fit-il avec un léger sourire espiègle, en pensant a son Serdaigle d’ami.
    Antony – « franchement, avoir une bite dans le cul, ça m'intéresse pas trop. »
    James – « Chacun son trip. Très peu pour moi aussi. »
    Antony - Par contre, en parlant de gai, ça ne m'étonnerait pas que tes deux potes le soient vu que j'ai l'impression que les couilles leur ont été retirés à la naissance. »
    James eut un léger rire amusé par la façon très vrai que son collègue avait de dire ça.

    James – « Moais. Peut-être. Ché pas…. A vrai dire j’en ai rien a carré. Tant qu’aucun des deux me fait du gringue ça me va. J’ai déjà un gay pour ça qui arrête pas de me coller au basque. D’ailleurs si un jour un mec du nom d’Astaroth me cherche dit lui d’aller se faire foutre. Enfin par tout le monde sauf par moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antony Santarelli

avatar

Messages : 49
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Une nouvelle piaule pour un nouveau Gryffon   Dim 21 Juin - 15:56



    Homophobe. J'pense qu'on pourrait largement qualifier Tony d'homophobe. Non pas qu'il soit du style à agresser verbalement ou physiquement les homosexuels mais plutôt parce qu'il préfère ne pas s'en approcher, comme si c'était une maladie contagieuse. En fait, cela le répugne de voir un mec se comporter de la sorte, sans aucune virilité, sans aucune arrogance, sans aucun courage ou machisme. Des fois, il se dit que les pédés mériteraient une bonne tarte dans leur gueule pour les réveiller un peu et leur faire comprendre qu'un homme, ce n'est pas cela. En tout cas, Antony n'en a jamais fréquenté et ne compte pas en approcher. Rien que d'imaginer que McBright ou Ridington puisse l'être le dégoute au plus haut point et aucun doute que ce ne sera pas avec ces deux Poufsouffles qu'il liera amitié. En fait, en ayant toujours vécu avec un père macho, qui n'avait pas de respect pour les femmes et qui se contentait de se croire largement supérieur à la gente féminine, le jeune Santarelli ne pouvait pas être autrement. Là dessus, il a prit de son père et jamais vous ne le verrez se rabaisser devant une gonzesse ou devant un pédé. Ce n'est pas pour rien qu'il les traite de tafiolle, parce que pour lui, un homme gay ne possèdent pas les qualité d'un homme pur et dur.

    James - Et fait gaffe a ton langage. J’ai des potes gay qui n’ont rien de « taffioles » comme tu dis.
    Antony - J'amerais bien voir cela
    James - J’te présenterais Adam si tu veux j’suis sûr qu’il te plaira.
    Antony - Euh, non, ça ira
    James - Bon il adore sauté sur tout ce qui bouge ou sauté ce qui bouge tout simplement, mais il est cool.
    Antony - Et bien, tu le garde le plus éloigné de moi et tout se passera bien. Et pour moi, tous les pédés resteront des tafiolles, franchement, ils n'ont aucune virilité et se contentent généralement de se trimballer en tordant le cul comme les poufiasses pour se faire remarquer

    Tony n'en avait jamais vu réellement à part quelques travesti dans les boites où son père se produisait et c'est pour cela qu'il avait cette image des pédés, comme d'ailleurs, il avait une image très arrêter des femmes qu'il assimilait à des putes. C'était la faute à son éducation. En tout cas, jamais il ne sympathiserait avec des personnes comme cela, c'était inconcevable pour le jeune homme et il utilisa son tact habituel pour signifier à James que c'était loin d'être son délire et le Gryffondor lui répondit la même chose. Cela surprit un peu Tony car pour lui ce qui trainent avec des pédés, sont aussi des pédés ou alors avec des tendances. Pourtant le jeune Kent n'en a pas l'air au premier abord. A surveiller tout de même.

    James - Moais. Peut-être. Ché pas…. A vrai dire j’en ai rien a carré. Tant qu’aucun des deux me fait du gringue ça me va. J’ai déjà un gay pour ça qui arrête pas de me coller au basque. D’ailleurs si un jour un mec du nom d’Astaroth me cherche dit lui d’aller se faire foutre. Enfin par tout le monde sauf par moi.
    Antony - Putain, tu traine avec des gays, y'en a un qui cherche à te sauter et t'es pas gay ? T'en ai sur parce que franchement, j'ai un doute sur ce coup là. Enfin si tu l'est, perso, j'men fout mais préviens moi et là, t'inquiète que t'entendra plus parler de moi

    Tony jetta sa clope par la fenêtre et vint se poser sur son lit comme pour s'éloigner de James. Après tout, on sait jamais si l'envie de lui sauter dessus lui prenait, il valait mieux pouvoir l'éviter. En tout cas, James était bizarre avec sa façon d'agir avec les filles qui ressemblait grandement à Tony et celle d'être potes avec des tafiolles que le jeune Santarelli méprisait. D'ailleurs, fallait peut-être pensé à parler de choses plus intéressantes, les filles de Poudlard.

    Antony - Bon et sinon côté filles, c'est comment ici ? Elles sont plutôt sauvages ou ouvertes si tu voit ce que je veux dire. T'as pas deux ou trois noms à me conseiller pour passer des nuits sympas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Slayers Kent

avatar

Messages : 677
Age : 28
Localisation : Dans la grande Salle
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Une nouvelle piaule pour un nouveau Gryffon   Sam 4 Juil - 10:41

RP CLOS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nouvelle piaule pour un nouveau Gryffon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nouvelle piaule pour un nouveau Gryffon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prévisions pour nouvelle commande a380
» Nouvelle tenue pour le bal !
» nouvelle zone pour FARMER comme un DIEU $$$
» New pet!!??
» Une nouvelle semaine pour Daniel G. Rouzier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c a v e . i n i m i c u m . rpg :: ▄ la bibliothèque-
Sauter vers: