AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le staff de cave inimicum vous souhaite la bienvenue sur le forum.
Bientôt le forum subira quelques modifications et améliorations.
La semaine des milles mots et les élections de préfets sont maintenues.


Partagez | 
 

 embrasse moi, Apollon, embrasse moi || pv James

Aller en bas 
AuteurMessage
Arabella E. Wolfsing

avatar

Messages : 59
Localisation : Absente du 4 au 18 Août
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: embrasse moi, Apollon, embrasse moi || pv James   Mer 17 Juin - 21:55



    « Qu'est ce que tu dessines Bella ?
    - Est-ce que je te demande comment tu vas ?
    - Bah, non...
    - Alors, la ferme, va te trouver une copine & fiche moi la paix, veux-tu. »

    Son crayon voletait sur sa feuille. La jeune fille ne l'avait pas quitté des yeux. Elle n'avait pas levé la tête une seule fois quand on lui avait parlé. Elle se contentait de dessiner le paysage, ignorant chaque personne qui essayait d'engager la conversation. Comme-ci elle en avait besoin. Comme-ci cela l'intéressait. Elle n'en avait jamais eu rien à foutre. Ce n'était pas maintenant qu'elle allait se montrer bavarde. Ce qu'elle dessinait ? Cette question était tellement stupide aux yeux de la belle Gryffondor. Tellement stupide qu'elle en aurait pleuré. Elle dessinait point. Pas forcément quelqu'un. Juste ce qui se passait dans son esprit perdu. Les gens, les paysages, ses envies... Qu'importe. Du moment qu'elle s'échappait. C'était tout ce qui contait. S'échapper, encore & encore. Partir le plus loin possible, tout oublié. La princesse sans royaume ne voulait plus de relation, plus de manière, plus de toutes ces choses qui avaient brisé son enfance, la rendant aussi dure qu'une pierre, aussi blessante qu'une vipère. Passionné dans son art, prise au piège dans ses rêves, dans ses contradictions. Il n'y avait aucune règle dans le jeu qu'était devenue sa vie. Un jeu, sans règle, sans consigne. Tous les coups étaient permis. Des plus bas au plus grandioses. Elle s'en foutait. Du moment qu'elle atteignait sa liberté. Cette liberté qui attirait les gens, ils voulaient tous la dépouiller, l'enlever, la faire partager. Mais le jeu n'appartenait qu'à elle. Et à personne d'autres. Sa liberté n'était pas à vendre. Jamais, laissez-donc fuir cette princesse...Laissez-la, elle n'était pas une lionne qu'on enfermait dans un cirque. Elle était une louve. Une louve qui n'en avait rien à faire de la vie. Mourir, vivre, cela n'avait plus d'importance pour elle. Trop brisé, trop éloigné, trop vivante, elle avait oublié. Ou plutôt faisait tout pour oublier qu'on avait qu'une seule vie & qu'il ne fallait pas la gâcher. Elle, elle voulait vivre à en crever, briser toutes les limites, dépasser chaque obstacle.
    Pauvre princesse. Elle était déjà piégée. Piégée derrière le mur que la mort de son père avait créé. Piégée, incapable de le surmonter, préfèrent s'enfuir. Foutant sa vie en l'air, changeant d'humeur comme on change de vêtement, incapable de montrer ses sentiments. Elle rirait. Riait de tout, riait à en mourir, riait à en souffrir. Peu importe.
    La belle aimait les tortures, elle s'en été faite une passion. Insensible aux commentaires autour d'elle, Arabella posa un regard sur sa montre. Bientôt.

    Flash back


    « Et Bella ! Qu'est-ce-que tu as passé à ce salop de Kent ?
    - Rien du tout ; mentit-elle avec un grand sourire innocent capable de faire fondre n'importe qui.

    Ses grands yeux bleus devaient bien servir à quelque chose. Capable d'attendrir n'importe qui, Bella fit un clin d'oeil à James. Bien évidemment, qu'elle lui avait passé un mot. Elle avait besoin de son Apollon aujourd'hui. Pas d'alcool ni de drogue aujourd'hui. Étonnamment, elle n'était pas aussi accrocs que beaucoup d'autres à la drogue. Elle aurait pu arrêter si elle le voulait. Mais quitte à foutre sa vie en l'air, autant le faire avec application, non ?
    Elle sut qu'il avait compris lorsqu'il hocha la tête. Elle avait besoin de lui aujourd'hui. Ou plutôt pour la nuit. Son esprit, obnubilé par Samaël, réclamait l'Apollon de ses nuits. Ce soir-là, la louve n'irait pas voir le Serpentard. Mais la poupée irait voir son amant régulier.
    Sur le mot qu'elle avait écrit de sa fine écriture on avait pu voir :
    « Ce soir, Salle sur demande. S'il te plait. »

    Fin du flash back


    Arabella ferma brusquement son cahier, la lumière étant à présent trop faible pour qu'elle puisse dessiner. Rejetant ses cheveux blonds en arrière, la Gryffondor entreprit de retourner au château, son calepin sous le bras et ses livres métamorphoses de l'autre. Elle mangea rapidement, soudainement impatiente d'aller voir James. Montant quatre à quatre les escaliers, elle arriva rapidement dans la salle formulant ses souhaits avec vitesse. Un large canapé apparut, le blason de Gryffondor & un feu dans la cheminée. De quoi la satisfaire le temps d'attendre le septième année. Habillée d'un chemisé presque transparent, laissant entrevoir ses courbes & d'un jean, elle se remit à dessiner. Elle dessinait l'objet de son attente, jetant parfois de vifs regards vers la porte. Quand tout à coup celle-ci s'ouvrit. Elle se contenta d'un sourire charmeur.

    « Comment va Apollon aujourd’hui ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Slayers Kent

avatar

Messages : 677
Age : 28
Localisation : Dans la grande Salle
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: embrasse moi, Apollon, embrasse moi || pv James   Sam 20 Juin - 12:09

    « Si personne ne rentre avant cinq minute, j’y vais ». La salle commune de Gryffondor était pratiquement pleine. La plupart des élèves discipliné et bien élever s’y trouver. Ceux qui l’étaient un peu moins devait certainement s’être rendue dans une fête illégale ou une partie du château se trouvant loin des regard indiscret. Il y avait donc peu de chance pour que le tableau de la grosse dame ne se pousse pour laisser entré un élève dans les cinq minute a venir. Pourtant c’est ce qui se produisit et une jeune fille de première année qui discutait avec une de ses camarades entra. James poussa un soupir, retournant a ses penser. « Si quelque chose tombe au sol avant que j’arrive a compter jusqu'à 20 j’y vais. 1…2…3….4….5….6….7….8….9….10….11….12…13…14….15…16…17…18…19… ». Le rouge et or se retourna en entendant le bruit d’une règle tomber au sol. Il poussa de nouveau un soupir. Le sort semblait s’être lier contre lui et il ne pouvait décidément plus nier son destin. Il n’avait pas pour habitude de se laisser dicter ses actes par la force de la nature et il faisait toujours ce que bon lui semblait, n’ayant besoin de rien ni personne comme il ne cessait de se le dire dans sa tête comme pour ce convaincre lui-même. Mais lorsqu’une poutre vous tombe dessus et vous plonge dans un coma dans vous sortez miraculeusement sans aucune séquelle vous apprenez a voir les choses différemment. Certes James avait toujours son libre arbitre mais il était plus a même de croire au destin car ça ne pouvait qu’être a cause de chose qu’il lui restait à accomplir qu’il avait était sauver. A trois reprise il s’était lancer mentalement des défis afin de savoir quoi faire et a trois reprise le résultat avait était le même : il devait se rendre a son rendez-vous avec Jasmine. Jasmine, sa prostituer en quelque sorte.

    Avant il n’aurait pas hésiter une seule seconde a la rejoindre, ce dévouant corps et âme enfin de la satisfaire, surtout corps d’ailleurs car il s’agissait de faire monter en elle le plaisir mais ces derniers temps le Gryffondor semblait penser avec un autre partie de lui que celle situer sous sa ceinture. Il était toujours célibataire et il était peu nombreux a avoir remarquer qu’il découcher moins souvent ses dernières nuit qu’a l’accoutumé, pourtant ses fréquentations avec la gente féminine semblait s’être diminuer. La raison a cela n’avait rien absolument rien a voir avec les attentats contrairement a certaine bizarrerie de son comportement de ses derniers temps. Non il s’agissait plus là d’un trouble de son cœur qui semblait pour la première fois battre pour une jeune fille qui ne le soupçonner même pas. James avait certes toujours des besoins mais il lui était devenu étrange de faire l’amour avec d’autre alors qu’il n’en désirait qu’une. Cependant sa régulière lui avait demander de l’aide et il se devait d’au moins l’éconduire de lui-même au lieu de lui poser un lapin. A moins que… Enfin il verrait.

    Il se dirigea vers la salle de bain afin de vérifier que sa tenue était parfaite avant de défaire d’un bouton sa chemise noire, un sourire naissant au coin de ses lèvres. Attrapant la bouteille de son parfum « Sea Sex and Sun », il en mit légèrement, laissant répandre sur lui une agréable odeur de soleil et de mer, mélange magique bien évidemment. Poussant de nouveau un grand soupir, James se débarrassa de sa culpabilité pour elle– après tout il n’était pas son petit ami – avant d’afficher un sourire et de retrouver son air léger tellement lui.

    Arrivant devant la porte de la salle sur demande, il se concentra afin de retrouver le même lieu qu’Arabella. Cet endroit était le préféré du rouge et or qui trouvait tout simplement extraordinaire le fait que des élèves pouvaient se trouver en même temps dans la salle sans le savoir s’ils n’avaient pas désirer la même chose. Cela faisait tellement longtemps que James et Bella se donner rendez vous afin de satisfaire les besoin purement sexuelle de l’autre que le rouge et or savait pertinemment a quoi penser . Lorsqu’il entra il fût tout de suite accueillit par un sourire charmeur de la part de sa régulière et il en eut un a son tour tandis qu’il se rapprochait d’elle, plongeant son regard dans le sien.

    Jasmine - « Comment va Apollon aujourd’hui ? »

    James – « A merveille. Comme toujours. Et toi ? Besoin de mes services ? »

    James hésita a commencer a déboutonner sa chemise, ne sachant pas encore s’il allait ou non la repousser ou encore si elle désirait le faire. Ils prenaient rarement le temps de discuter, échangeant a peine quelque mots de politesse pour la forme. Défois ils échangeaient a peine un « salut » avant de se sauter l’un sur l’autre et de le faire. Parce que autant être honnête entre eux ce n’était qu’un question de sexe. Ils ne se connaissait absolument pas l’un l’autre, que James ne savait même pas les passions d’Arabella, ses connaissance ou encore sa famille. Limite s’il avait sût son âge, sa maison ou encore son nom au début. Tout ce cela n’ayant aucune importance. Tout se qu’il savait c’est que contrairement a une véritable prostitué il n’avait pas la payer et qu’elle était désirable… Mais arriverait-il a ne pas lui céder maintenant que son cœur semblait s’être enfin animé et cela pour une autre ? Allez savoir….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella E. Wolfsing

avatar

Messages : 59
Localisation : Absente du 4 au 18 Août
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: embrasse moi, Apollon, embrasse moi || pv James   Jeu 25 Juin - 17:28

    court & en plus j'ai mis un temps fou à te répondre

    Lorsqu'il entra, la Lionne, referma prestement son cahier, évaluant du regard le beau James. Grand, musclé, au bout de toutes ces nuits elle connaissait par coeur le corps de son amant. Déposant son cahier sur la table basse, elle eut un sourire charmeur que lui rendit son Apollon. Ah, Apollon. Au départ elle ne s'était pas préoccupée de son nom, l'appelant Apollon. Par bien des côtés, Bella et James se ressemblaient. C'était sûrement pour ça que leur histoire n'avait pas été qu'une nuit. Pourtant,ce n'était pas une histoire d'amour non plus. Le coeur de Bella était pris depuis longtemps, tandis qu'elle sentait oscillait celui de James depuis quelques temps. Mais la pauvre poupée blonde ne supportait plus d'être brisée par son amour, préférant oublier. Et pour oublier elle avait besoin de James en l'occurrence.

    « Comment va Apollon aujourd'hui ? »
    « A merveille. Comme toujours. Et toi ? Besoin de mes services ? »
    « Bien puiceque tu es venu. Tu as tout compris mon Apollon. »

    Sa voix suave s'était faite un brin moqueuse, et la belle désira soudainement un peu d'alcool. Tendis que comme par magie, deux verres apparaissaient, elle en porta un à ses lèvres, examinant toujours le beau brun. Puis, se levant Arabella s'approcha sensuellement de l'autre, un sourire toujours aussi charmeur, dévoilant une rangée de dents blanches. Il n'avait pas l'air dans son assiette lui, quelque peu hésitant. Mais elle était bien décidée à avoir sa dose de sexe. Ses mains se glissèrent derrière la nuque de James tandis qu'elle posa ses lèvres sur les siennes. Sa langue allant chercher sa jumelle, elle l'embrassa d'abord gentiment puis plus fougueusement, le poussant sur le canapé. Relâchant son étreinte dans un sourire, elle s'assit sur ses genoux, lui tendant le deuxième verre d'alcool. Son regard d'un magnifique bleu océan, restait planté dans les yeux du Gryffondor. Arabella avait toujours été doué pour cerner les gens, ses sourcils se froncèrent sachant qu'il était toujours hésitant. Sa main caressa doucement la joue de James, son sourire charmeur passant au sourire doux. Quelque part il était son ami sans l'être. Elle couchait avec lui parce qu'il y avait cette harmonie entre eux qui lui faisait oublier tous ses soucis. Elle aurait pu renoncer à lui sans problème, mais, elle savait qu'il lui aurait certainement manqué dans ses jours d'ennuis. Elle approcha sa bouche de son oreille, les mains sur sa chemise, murmurant d'une voix douce :

    « Si tu n'en as pas envie, dit le tout de suite James. »

    S'il la repoussait, elle n'aurait qu'à aller se trouver un autre amant. Pas facile tout ça. James était pour ainsi dire parfait pour ce genre de « travail ». Travail qui consistait à assouvir les besoins de la Lionne. Et il fallait avouer que ce soir, elle avait vraiment besoin de lui. Son esprit était encore obnubilé par Bryce qui avait réussi à la briser une fois de plus. Soupirant discrètement, elle chassa la douleur de ses yeux, se concentrant sur le visage de son Apollon. Qu'est qui avait bien pu lui arriver ? Ses mains jouant vaguement avec le col de sa chemise, observant avidement les abdos de James. Elle ressemblait presque à une gamine qui boude parce qu'elle n'a pas ce qu'elle veut.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Slayers Kent

avatar

Messages : 677
Age : 28
Localisation : Dans la grande Salle
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: embrasse moi, Apollon, embrasse moi || pv James   Sam 27 Juin - 21:43

    James ne savait toujours pas pourquoi il était venu. Il avait beau se repasser en boucle la scène dans sa tête, il en venait toujours a la conclusion que cette situation n’avait aucun sens. Pourquoi se retrouvait-il ici prêt à s’adonner aux plaisirs alors que son cœur battait pour une autre ? Illogique et pourtant le fait que James soit amoureux l’était-il ? Etait-il ordinaire qu’un jeune homme tel que lui dont la réputation n’était plus a faire se retrouve d’un seul coup dans une confusion des plus totale, incapable d’arriver a séduire celle qu’il voulait vraiment ? Etait-il normal qu’il culpabilise de se qu’il s’apprêtait a faire alors qu’il n’avait aucun engagement avec Susi ? Qu’il culpabilise alors qu’ils ne sortaient même pas ensemble et qu’elle ignorait tout de la flèche qui l’avait percutait de plein fouet, l’empêchant dorénavant d’agir sans penser a elle ? Certainement pas et c’est que le jeune homme ne cesser de se répéter en boucle dans sa tête pour ne pas céder a son envie de sortir de la salle sur demande bien que son regard était captiver par les formes attirante de sa Jasmine. Il gardait son assurance, sachant depuis longtemps cacher ses doutes bien qu’elle le connaissait sûrement pour deviner lorsqu’il était dans son états normal et lorsqu’il ne l’était pas.

    Deux verres apparurent comme par magie et il esquiva un sourire, devinant qu’il s’agissait là du désir imprononcé de la tigresse, qui n’était nullement une proie contrairement aux autres filles aux yeux du fauve qu’il était. Arabella porta l’alcool a sa bouche mais il ne s’empara pas de son verre, préférant garder les idées clair jusqu’a qu’il ait enfin choisit s’il restait ou non. Il était nerveux et tendu, plus raide que d’ordinaire et il lui sembla lire dans son regard qu’elle s’en était rendue compte mais il garda le silence, ne la repoussant pas le moins du monde lorsqu’elle glissa ses mains derrière sa nuque avant de l’embrasser avec une certaine fougue dont il avait depuis longtemps l’habitude. Posant ses mains sur les hanches de la brune il se laissa vite entrainer par se baiser, le savourant plus qu’il ne l’aurait souhaiter. Simple appel de la chair, semblant dénoué d’émotion mais qui n’en rendez pas moins l’échange agréable. Hors malgré tout James se fit la réflexion que « il fallait y aller tout doucement pour avoir des frissons partout… » . Une phrase un peu débile et presque sans queue ni tête pour la plupart des gens mais pas pour le jeune homme autrefois de onze ans et dont il s’agissait là d’un souvenir…

    Sa Jasmine le poussa sur le canapé tandis qu’elle cesser de caresser sa langue avec la sienne. Lui lançant un sourire, elle s’assit ensuite sur ses genou avant de lui tendre son verre, n’ayant pas échapper au fait qu’il ne l’avait toujours pas but bien que d’ordinaire il ne refusait jamais un verre d’alcool. Un léger sourire passant sur ses lèvres il semblait se réjouir de la suite, mais elle plongea son regard océan dans ses magnifique prunelle bleue-gris. Ne le lâchant pas une seule seconde des yeux elle semblait être en train de sonder son âme afin de séparé le vrai du faux, se rendant compte qu’il était moins entreprenant qu’a l’ordinaire. Elle fronça alors les sourcils, semblant légèrement contrarier tandis qu’il se remit a sourire pour la convaincre sans un mot qu’il allait bien et que rien n’était différent. Pur mensonge…

    Bella lui caressa doucement la joue et il ferma les yeux savourant cet instant, avant de les rouvrir, son cœur se serrant en réalisant qu’il s’agissait là d’un geste tendre dont il n’avait pas pour habitude en compagnie de sa Jasmine. Pourquoi ? Peut-être tout simplement parce qu’au pays de mille et une nuit, le prince n’avait toujours eut besoin que d’un tapis volant pour faire des rêves bleue. D’ordinaire même lorsque s’était elle qui demander ses services, James s’empresser de prendre les choses en mains, la séduction se faisant plus avec les yeux et les caresses qu’avec des gestes tendres, les préliminaires étant souvent écourté. Hors là elle semblait se rendre compte qu’il fallait motiver la bête avant de passer aux choses sérieuse et bien que fidèle a elle-même, charmeuse et séductrice, James trouvait sa régulière beaucoup plus douce et avenante, se qui ne faisait que l’angoissé d’avantage en fin de compte. Elle s’approcha de son oreille, murmurant quelque mots et il déglutit avec difficulté, ayant de plus en plus de mal a cacher ses doutes.

    Jasmine – « Si tu n'en as pas envie, dit le tout de suite James. »
    James – « Je…. »

    …suis amoureux ! Non il ne pouvait certainement pas lui dire ça. D’autant plus qu’il l’était mais pas d’elle. Parfois il doutait tellement de la suite de sa relation avec Susi, l’annonce de l’amnésie de la jeune fille et sa façon d’être avec lui lui fessant penser qu’elle ne l’aimerai jamais plus, qu’il en venait en penser que lui aussi n’était pas amoureux. Ou peut-être non il ne le pensait pas vraiment quelque part il l’espérait, souhaitant retrouver sa tranquillité d’esprit. Mais faut-il mieux passait chaque jours de sa vie enfermer chez soie afin de rester en sécurité et ne jamais être blesser ou…. Faut-il mieux prendre le risque de parcourir le monde même s’il peut nous arriver de tomber ? James aurait certainement choisie la deuxième solution bien qu’une part de lui-même lui crier de rester enfermer dans ses habitudes pour protéger son cœur. Il était hésitant et la réplique de Bella n’était pas faite pour l’aider. Elle prenait un air faussement boudeur et il était presque certain que si il la repoussait elle se moquerai de lui. Après tout s’il n’était plus « le séducteur de ses dames » qu’était-t-il ? Un bouffon ? Se sentant obliger de défendre son honneur, son égo prit le dessus et il attrapa la jeune fille - toujours assise sur ses genoux – par les hanches et la fit pivoter afin de la coucher sur la canapé tandis que lui se relevait avant de gripper sur elle. Il le regarda avec un air malicieux et espiègle, son sourire s’accordant a merveille et semblant également insolent et des plus irrésistible.

    James – « J’ai toujours préféré être au dessus ».

    Sur ce il se pencha sur elle et commença a déboutonner son chemisier avec une ardeur assez inquiétante comme s’il avait hâte d’en finir. James avait toujours était fougueux mais là il semblait plus agir mécaniquement qu’être dévoré par le désir. Son cœur s’était serré dans sa poitrine et il avait presque l’impression qu’il s’était rétrécis tellement il refusait d’écouter ce qu’il essayait de lui dire. Ce concentrant sur la poitrine de Bella, il semblait vouloir éviter a tout prix son regard ou même son visage, comme si pour lui il se trouvait avec une autre….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella E. Wolfsing

avatar

Messages : 59
Localisation : Absente du 4 au 18 Août
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: embrasse moi, Apollon, embrasse moi || pv James   Dim 28 Juin - 14:50



    Arabella aurait pu être en mesure de le comprendre. Oui, sûrement. Elle aurait pu voir qu'à présent son cœur avait été volé. Elle aurait pu le repousser, lui dire d'aller rejoindre sa belle au lieu de se torturer. Mais trop lointaine, elle se contentait de lui laisser une chance de partir, une chance qu'il aurait dû prendre avant de s'enfoncer un peu plus dans sa douleur. En temps normal elle n'aurait pas résisté à l'envie de le tourmenter, insinuant des choses avec son humour noir, jouant avec sa raison, son cœur et son corps. Passée Maîtresse dans le jeu dans lequel elle nageait, elle n'en fit rien. Pas quand le cœur est volé. Pas quand les pensées sont accaparées par quelqu'un d'autre. Bella ne savait que trop bien, la pression que l'on devait affronter. Car, le cœur de la demoiselle avait été volé depuis longtemps. On lui avait dit de s'arrêter. De ne pas continuer. Qu'elle allait se briser, tomber du plus haut sommet et ne pas remonter. Mais, n'était-elle déjà abandonnée au fond du précipice ?Pourtant, elle s'était laissée emporter dans les tourments de l'amour, offrant son cœur sur un plateau d'argent, acceptent tout pour un seul être. Sauf que l'être l'avait jetée du haut de la falaise, pour le reprendre un peu plus bas pour mieux la faire tomber. Pauvre chose qu'elle était devenue, objet brisé, incapable de s'enfuir. Alors, pour oublier, elle se laissait allé dans les bras des autres, faisant miroiter leurs rêves comme on avait fait miroiter les siens. Mais pas avec James. Elle ne le ferait pas souffrir, pour la simple raison qu'il ne la jugeait pas. Il ne la connaissait pas assez, n'essayait pas, se contentait de lui offrir le nuage sur lequel elle devait se reposer. C'était peut-être pour cela qu'elle était devenue sa régulière. Alors, elle ne se permettait pas de faire jouer son ironie dans un sujet aussi douloureux que l'amour.
    Restant tout aussi silencieuse que James, son visage était couvert de ce masque charmeur, séductrice, lionne joueuse, elle voulait se laisser aller. Mais le destin n'en avait pas décidé ainsi. Son partenaire était crispé, étrange pour Bella qui le connaissait surtout comme un charmeur hors pair.
    Assise sur ses genoux, elle caressa doucement sa joue. Geste inhabituel elle le savait. Mais malgré le fait qu'elle montrait à qui le voulait son masque de « Je me fous de tout », la Belle restait sensible. Si sensible à la douleur des autres, qu'elle se mordit la lèvre. Elle voulait pouvoir oublier, elle voulait qu'il redevienne son séducteur pour qu'elle puisse oublier son Bryce. Ce soir, elle n'avait pas besoin du comportement étrange du Lion. Non, s'il restait ainsi, elle préférait encore qu'il parte. Ce qu'il ne fit pas.

    « Si tu n'en as pas envie, dit le tout de suite James. »
    - Je…. »

    Attendant patiemment la suite, elle était presque prête à se lever pour qu'il puisse partir. Dans ses prunelles bleue gris, on pouvait lire un combat, que Bella observait silencieusement. S'il partait, quelle serait sa réaction ? La moquerie ? Non. Pas avec elle. Pas maintenant en tout cas. Avec quelqu'un d'autre sûrement. Mais son régulier n'était pas les autres, il ne s'était jamais permis de la tourmenter, elle ferait de même. Ou alors ce serait de l'humour léger, un humour qu'il comprendrait. Soudain, James l'attrapa par les hanches et elle se retrouva allongée sur le canapé, sous le corps du beau brun. Arabella esquissa un sourire moqueur.

    « J’ai toujours préféré être au dessus ».


    Plaignant silencieusement la chose qui était sûrement une demoiselle, qui tourmentait le beau brun, la belle secoua vaguement la tête, levant les yeux au ciel. Ou en l'occurrence, le plafond. Il était tellement obnubilé par son honneur, que son cœur était relégué à la seconde place. Mais enfin, elle, elle n'allait pas se plaindre. Elle aurait sa nuit en sa compagnie au lieu d'être tourmenté par ses cauchemars.

    Pourtant, lorsqu'il déboutonna sa chemise, le doute planait encore aux yeux de la Belle. Il n'était pas comme d'habitude. Laissant pourtant faire le Gryffondor, dès que son chemisier fut complètement déboutonné, elle le laissa choir sur le sol. Ses mains allèrent d'elle-même déboutonner celle de James tandis qu'elle l'embrassait langoureusement. Elle caressa d'une main habile le torse musclé du Lion, tandis que soudain, elle bloqua sa tête, avec ses deux mains, pour le forcer à croiser son regard. On aurait dit qu'il l'évitait.

    « Tu mens. Tu évites mon regard. Arrête si ce n'est pas à moi que tu penses, si ce n'est pas moi que tu désires pour la nuit, si ta raison te crie de partir. Montre toi plus joueur Apollon, ou pars selon ton désir. Je m'en fiche moi.. Mais je ne te laisserais pas dix fois la chance de partir.»

    Son regard bleu océan croisa enfin celui bleu gris du jeune Kent. Ses yeux étaient doux, compréhensif presque, on aurait dit qu'elle pouvait lire en lui. Arabella avait toujours recelait une capacité d'analyse hors du commun, parvenant à déstabiliser du plus jeune au plus vieux. Son regard piègent toujours celui de James, elle relâcha son visage, ses mains caressants son torse, descendant lentement vers sa ceinture, pour remonter vers ses épaules, laissant planer le doute quant à ses intentions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Slayers Kent

avatar

Messages : 677
Age : 28
Localisation : Dans la grande Salle
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: embrasse moi, Apollon, embrasse moi || pv James   Lun 29 Juin - 20:32

    Il cherchait tout prix à éviter son regard. Il cherchait a tout prix a faire taire son cœur, trop effrayer a présent par l’inconnu pour faire marche arrière. Il était amoureux de Susi mais s’il s’abandonnait totalement a cet amour il ne savait pas du tout se qu’il deviendrait pas la suite et ça le terrorisait presque. Il avait peur de se perdre lui-même pour une histoire qui n’aboutirai peut-être a rien. En amour il faut prendre des risques et ne pas craindre de tombé. James n’était pas peureux et ne redouté rien ni personne, entièrement sûr de lui. Hors là il doutait plus que jamais, ayans l’impression de se retrouver dans un avion haut dans le ciel, près a sauter. Si ce soir il abandonnait Arabella, il n’y aurait aucune retour en arrière possible. Il aurait définitivement choisi d’écouter son cœur et une fois dans le vide son parachute pouvait ne pas s’ouvrir. Il s’écraserai alors peut-être au sol et sa vie serait perdu a jamais. Mais il pouvait continuer de rester dans l’avion et de conserver les apparences. Pour l’instant il semblait bien décidé a garder sa réputation de séducteur, une voix dans sa tête lui disant qu’il était impossible de l’aimer pour autre chose que son corps. Ses parents l’avaient abandonné étant petit. Sa sœur l’avait quitter a son tour. Puis ce fût un ami puis les filles. On l’avait toujours abandonné et jamais aimé pour ce qu’il était. Si James était aussi populaire dans Poudlard c’était pour son assurance, son charme et ses airs de séducteurs. S’il sortait avec une fille n’en deviendrait-il pas faible et sans intérêt pour tout les autres ? N’en deviendrait-il pas soumis ? Ne deviendrait-il pas juste « le petit ami de Susi » ? Il avait peur de perdre son identité et surtout peur du regards des autres, lui qui semblait tant s’en foutre. Alors il était prêt a tout pour sauver son honneur et il s’était montré soudainement empressé de passer a l’acte avec Arabella, évitant son regard mais déboutonnant toutefois son chemisier. Elle détonna alors sa chemise et l’embrassa langoureusement tandis qu’il fermait les yeux, toujours nécessiteux de ne pas se rappeler avec qui il se trouvait. Il les rouvrit lorsqu’elle caressa son torse mais il regarda au loin. La jeune fille lui bloqua alors la tête avec ses mains, le forçant a la regarder et il déglutit avec difficulté. Elle n’était pas elle…. Réaliser cela lui faisait déjà du mal mais les mots de Bella lui en fit encore plus…

    Jasmine - « Tu mens. Tu évites mon regard. Arrête si ce n'est pas à moi que tu penses, si ce n'est pas moi que tu désires pour la nuit, si ta raison te crie de partir. Montre toi plus joueur Apollon, ou pars selon ton désir. Je m'en fiche moi.. Mais je ne te laisserais pas dix fois la chance de partir.»


    Jamais il n’aurait cru Arabella capable de cela. Le fixant de son regard océan il avait l’impression qu’elle le comprenait. Les paroles qu’elle venait de prononcer était exactement celle qu’il avait besoin d’entendre. C’était comme si sa conscience s’était téléporté a l’intérieur de la jeune fille pour l’empêcher de commettre l’irréparable. La rouge et or n’avait était qu’une compagne de lit pour lui et il avait toujours penser qu’elle le connaissait pas. Pire il avait cru qu’elle se fichait de savoir se qu’il pouvait pensait ou ressentir. Hors a cet instant il comprit qu’elle le comprenait. Elle ignorait peut-être tout de ses connaissance, de ses goût ou de ses passion mais elle savait toutefois reconnaitre quand il était dans son états normal et quand il ne l’était pas. Mieux elle semblait avoir devinait ses pensée et ses appréhensions. A cet instant il regretta presque de ne jamais s’être d’avantage a elle. Elle ne le lâchait pas du regard attendant qu’il se décide mais il était troublé. Troublé que sa Jasmine soit capable de parler, pensée et ressentir. Troublé de se rendre compte qu’elle était une personne a part entière et pas seulement un corps et qu’elle tenait peut-être plus a lui qu’il ne le pensait. Car elle aurait très bien pût se taire et n’écouter que ses désirs a elle. Hors elle semblait aussi se préoccuper de son bien être et il en était surpris. N’étant pas certain de mériter un tel intérêt . Elle lâcha ensuite sa tête bien qu’elle continuait de le regarder avec insistance et lui incapable de détourner les yeux bien trop hypnotisé. Elle fit alors descendre ses mains vers sa ceinture . Seulement les paroles de sa Jasmine lui avait ouvert les yeux et tandis qu’elle remontait ses mains sur son torse en une caresse, il posa les sienne sur celle de la jeune fille afin de retiré ses mains et de l’écarter de lui et qu’elle arrête de le toucher. Il la regarda dans les yeux, son regard trahissant une certaine tristesse mais semblant déterminer.

    James – « Je suis désolé… Je peut pas…. »

    Non il ne pouvait pas. Il ne pouvait décidément pas. Il avait choisit. Peu importe si Susi ne voulait pas de lui au final. Peu importe le fait qu’ils ne sortaient pas ensemble. Peu importe si Bella se moquer de lui. Peu importe ce que les autres en penserait. Peu importe sa réputation. Peu importe ce qu’il devait à Bella pour toutes ces nuits où il s’était senti moins seul et abandonné grâce a elle, oubliant la douleur d’avoir de n’avoir jamais eut de parent et d’avoir perdu une sœur. Peu importe. Il ne pouvait pas faire ça. Elle venait elle-même de lui dire : il se mentait a lui-même et sa raison lui crier de partir. Adressant encore quelque seconde un regard plein d’excuse a la Gryffondor, il se dirigea vers la porte, bien décidé a s’en aller et a ne pas rester une seule seconde de plus ici. Mais alors qu’il s’apprêta a partir, posant une main sur la poignet il se retourna a la dernière minute vers Arabella et croisa son regard. Celui de James était brillant, et reconnaissant. Après toutes ses nuits où il ne l’avait considéré que plus ou moins seulement comme une prostitué elle venait d’agir avec lui d’une façon qu’il trouvait tout simplement…. Extraordinaire ! Elle ne lui devait rien et pourtant elle n’avait pas hésité a le guider et a le convaincre de faire le bon choix. Il en était toucher et il eut tout a coup une envie irréfléchi et pressante. Il s’élança vers Arabella et l’attrapa par les hanches pour l’embrasser passionnément. Un baiser plein de compassion et de tendresse. Un baiser différent. Il décolla ses lèvres de siennes et lui adressa un sourire sincère.

    James – « Merci…. »

    Un sourire de nouveau et il se dirigea vers la porte près a partir….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella E. Wolfsing

avatar

Messages : 59
Localisation : Absente du 4 au 18 Août
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: embrasse moi, Apollon, embrasse moi || pv James   Mer 8 Juil - 18:06

    Pourquoi ? Pourquoi faisait-elle ça ? Pourquoi accepter de le laisser partir ? N'avait-elle pas besoin de lui ? Ne voulait-elle pas oublier ? Ne voulait-elle pas oublier qui elle était, ce qu'elle voulait devenir, noyant tout dans une passion régulière avec un homme qui n'était pas celui qu'elle aimait ? Qui n'était pas son bourreau ? Un homme qui ne le faisait pas souffrir, qu'elle ne connaissait que très peu ou à moitié ? Elle aurait pu faire semblant, se jouer de ses sentiments, ne pas faire attention à ce qu'il pouvait ressentir. Se contenter de s'oublier pour pouvoir continuer à supporter sa misérable vie de princesse sans royaume, prisonnière de son univers, devenu poupée brisée plongée dans des tourments perfides. Mais incapable de supporter son hésitation, ses doutes ou même sa douleur, La Belle se refusait à les ignorer. Ne Supportant pas la douleur de James, qui n'avait pas lieu d'être. Ne supportant pas sa propre douleur qui se mêlait à la sienne devenant supplice dans la tête de la Lionne. La forçant à se mordre la lèvre inférieure pour ne pas crier de douleur. Douleur qui n'était pas la sienne, mais qui pourtant, créé un bourdonnement malsain dans l'esprit de Bella. Elle ne supportait plus la douleur des autres, pas après avoir vu trop de morts autour d'elle, de blesser, pas après avoir entendu cris & pleurs de gens qu'elle ne connaissait pas. Alors qu'elle, pauvre princesse n'avait vu qu'un seul mort, mort qui l'avait détruite de l'intérieur, la forçant à bafouer sa vie pour continuer son existence. Elle le tenait dans son regard d'un bleu si profond, si perdu qu'il empêchait quiconque de détourner son regard. Lorsqu'il arrêta ses mains, les écartent de lui, elle les serra un court instant avant de lâcher dans un murmure, un sourire compréhensif apparaissant sur son visage :

    « Je sais James, je sais. »

    Il se mentait à lui-même, elle faisait de même. Mais contrairement à lui, jamais l'avis des autres n'avaient contés à ses yeux. Elle préférait se perdre dans les tourments de la drogue, se laissant flotter dans l'océan noir qu'était devenue sa vie, transformant sa vie en jeu perfide fait pour oublier le traumatisme de sa jeune vie. Du moment qu'elle se perdait, du moment qu'elle oubliait, plus rien n'avait d'importance. Sauf la douleur des autres. Elle avait beau ignorer le monde autour d'elle, la souffrance de ses proches ravivait la flamme de souffrance dans son coeur, empiétant sur sa liberté. Princesse perdue elle ne pouvait s'empêcher de ressentir la douleur des autres, l'étouffant en elle lorsqu'elle n'était que passagère, ou la comprenant lorsqu'elle était trop intense. Son Apollon qui repartait sur sa propre voie, celle qu'il n'avait cessé d'ignorer jusqu'alors, s'était levé, le regard plein d'excuse qu'elle ne comprenait pas. Il n'avait pas besoin d'excuse, pas besoin de se justifier. Il devait vivre comme il le souhaitait, pas comme les autres le voyaient. Souriant doucement, elle se leva à son tour, remettant son chemiser. Lorsqu'elle eut fini, elle releva une dernière fois son regard sur le visage de son ancien amant régulier. Soudain le gryffondor, s'élança vers elle, l'embrassant une dernière fois. Avec compassion et tendresse. Baiser qu'Arabellla lui rendit doucement, baiser qui suffirait peut-être à lui faire oublier ses propres tourments qui devenaient pesants. Il décolla ses lèvres des siennes, un sourire moqueur apparut sur les lèvres de la demoiselle.

    « Merci.
    - Peut être que tu me manqueras qui sait. En tout cas, j'espère que tu seras heureux avec la fille que tu auras choisie.


    Un rire cristallin s'échappa de ses lèvres, si perspicace qu'elle en devenait déstabilisant. Lisant à travers les gens comme sur une feuille de papier, elle savait que c'était une fille qui lui "volait" son Apollon. Mais elle ne lui en voulait pas. Même, il était surement mieux que cela se passe ainsi.

    S'asseyant sur le fauteuil, elle regarda James partir, avec peut--être quelques regrets. Il allait surement lui manquer, elle avait beau ne pas le connaitre réellement, il lui était proche d'une certaine manière, lui offrant une chance de se perdre. Mais enfin, elle finirait par se trouver un autre Apollon qui conviendrait à ses désirs. Prise d'une soudaine curiosité sur l'identité de la demoiselle, elle le rappela :

    « Eh James ! Tu ne voudrais pas me dire qui est la fille qui a réussi à voler le coeur du grand séducteur ? Histoire de satisfaire ma curiosité. »

    Elle souriait toujours, son regard espiègle croisant celui de Kent. Oh non, elle n'était pas le moins du monde jalouse. Elle n'était pas une de ces jeunes filles capables de se venger pour une histoire comme celle-ci. James ne lui devait rien, il lui avait déjà beaucoup offert. Mais sa curiosité insolente faisait malheureusement parti de son caractère. Bien sûr, Bella n'avait pas l'intention de le crier sur tous les toits, ni même de bouder sous prétexte qu'il n'acceptait pas de le lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Slayers Kent

avatar

Messages : 677
Age : 28
Localisation : Dans la grande Salle
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: embrasse moi, Apollon, embrasse moi || pv James   Sam 11 Juil - 13:54

    Elle eut un rire cristallin et James ressentit soudainement comme un étrange malaise, les mots de Jasmine résonnant comme un adieu. Alors c’était fini ? Ils n’échangeraient plus leurs solitude et leurs maux a travers des échange endiablé et des nuit agités ? Plus jamais il ne franchirai la porte de la salle sur demande avec cet air séducteur, impatient de la retrouver et d’assouvir ses désirs ? Plus jamais il ne laisserai glisser ses doigts sur la peau si douce de sa princesse des milles et une nuits ? Il fallait croire que oui. Se refusant a elle, il renonçait ainsi pour toujours a l’avoir de nouveau dans son lit et tiré un trait sur sa réputation de coureur pour n’être fidèle qu’a sa diablotine au sourire éternelle qui n’était pas encore sienne. Etait-il normal que ça le rende si triste ? Si mélancolique ? Il avait l’impression qu’il s’agissait de la fin d’une époque. C’était étrange comme au fond il n’avait jamais réaliser a quel point il était attaché a ces moments passer avec Arabella. Comme un rituel ou une habitude, quelque chose qu’on fait sans y penser, croyant inconsciemment que cela durera éternellement. La jeune fille semblait avoir trouvé une place dans sa vie sans qu’il s’y attende et il se demandait déjà comme il comblerai le trou qu’elle laisserai. Elle lui avouer qu’il lui manquerai peut-être alors que lui était certain que serait le cas pour lui. Il s’en voulait de l’abandonner ainsi a ses tourments, lisant une tristesse dans ses yeux qui lui déchirait le cœur. Ils avaient passer tant de nuit l’un dans l’autre qu’il fallait croire qu’un lien invisible qu’il n’avait jusqu'à alors jamais remarquer c’était tisser.

    Il aurait aimer pouvoir rester cette nuit encore dans ses bras pour pouvoir la tranquilliser et effacer celui qui l’avait forcé a l’appeler ce soir. Il était prêt a se sacrifice pour la remercier de lui avoir ouvert les yeux et se sentant reconnaissant d’un tel geste alors qu’il était certain de ne pas l’avoir mérité. Plus qu’un simple remerciement il en avait presque envie tellement il était surpris et toucher de se rendre compte qu’elle ne l’avait jamais pris comme un simple coureur de jupon, consciente qu’il était capable d’aimer. Mais faire duré le mensonge cette nuit encore n’aurait fait que rendre leurs séparation encore plus dure et ne l’aurait aidé ni lui ni elle. Il n’était pas entrain de choisir entre Susi ou Arabella car son cœur appartenait belle et bien a la belle Diamentino mais il était seulement en train de tourner une page de son histoire pour commencer un nouveau chapitre dont il ignorait tout. Pour avancer sur la route du bonheur notre héro devait se défaire de sa compagne rencontrait sur le chemin en espérant la recroiser un jour et ce n’était pas rien. Mais c’était ainsi. Il n’y pouvait rien. C’était mieux comme ça. Avançant vers la porte, le cœur légèrement serré, il le camoufla avec un sourire tandis qu’elle lui adressa une dernière faveur.

    Jasmine - « Eh James ! Tu ne voudrais pas me dire qui est la fille qui a réussi à voler le cœur du grand séducteur ? Histoire de satisfaire ma curiosité. »


    Elle affichait un sourire espiègle et il lui rendit, lui-même amusé par ses dires. « la fille qui a réussi à voler le cœur du grand séducteur ». Propos tout a fait approprié mais qui semblait résonner a cette instant comme une farce. Un peu comme si Don Juan avait fini avec Juliette et que Roméo s’était révéler être le pire des salauds. Il hésita une seconde, étant assez fier pour ne pas oser avouer qu’il était bel et bien amoureux et encore moi de qui, mais ses yeux plongeant dans le bleu océan de Bella, il poussa un léger soupir. Il avait tendance a se trouvait indépendant et libre comme l’air, ne devant rien a personne mais en moins d’une heure elle semblait avoir gagner son estime et son respect plus qu’en toutes ses nuit passer dans ses draps. Au fond il ne la connaissait pas, il en était conscient a présent, ne la considérant plus seulement comme une prostitué prête a assouvir ses désirs mais comme une personne a part entière, mais une part de lui-même lui disait qu’il pouvait lui faire confiance. De toute façon même si elle avait oser révéler son secret, qu’est-ce que cela aurait changer ? Il était grand temps pour lui d’assumer ses sentiments et de ne plus avoir peur du regard des autres face a ses agissements en amour.

    James – « Susi. Elle s’appelle Susi…. » fit-il avec un sourire qui laisser transparaitre a quel point il tenait a elle.

    Inutile de préciser le nom de famille, il devait avoir grand maximum trois Susi dans Poudlard et seulement une se trouvait très souvent a proximité de lui. Les gens n’arrivaient jamais bien a définir ce qu’elle était pour lui, sachant qu’elle se retrouvait chaque été a passer ses vacances en sa compagnie. Parfois ils les voyaient s’embrasser mais cela semblait n’être qu’un jeu pour ce dire bonjours. Meilleurs amis ? Amitié amélioré ? Jeux de séduction ? Rien ne semblait définis entre eux aux yeux des autres mais tout le monde étaient d’accord sur le fait qu’ils n’étaient pas un couple et qu’ils n’étaient pas amoureux… Quoiqu’il en soit James ne connaissait pas du tout Arabella, ne s’étant jamais intéresser a elle en dehors de leurs rendez vous de folle passion a la salle sur demande. Il ignorait donc que sa diablotine et sa Jasmine étaient amis…. N’attendant pas une quelconque réponse de la part de la rouge et or, il eut un dernier sourire avant de partir pour de bon, l’abandonnant dans sa détresse a regret. Mais qui sait ils se reverraient peut-être plus tôt qu’il ne le pensait…..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: embrasse moi, Apollon, embrasse moi || pv James   

Revenir en haut Aller en bas
 
embrasse moi, Apollon, embrasse moi || pv James
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'embrasse ou J'embrasse pas?
» ✩ j'épouse, j'me tape, j'embrasse & je tue
» J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ▬ Colin
» J'embrasse, j'épouse, je tue.
» Jeu n°7 : J'épouse, J'embrasse, Je tue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c a v e . i n i m i c u m . rpg :: ▄ la bibliothèque-
Sauter vers: