AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le staff de cave inimicum vous souhaite la bienvenue sur le forum.
Bientôt le forum subira quelques modifications et améliorations.
La semaine des milles mots et les élections de préfets sont maintenues.


Partagez | 
 

 Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
James Slayers Kent

avatar

Messages : 677
Age : 28
Localisation : Dans la grande Salle
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Dim 28 Juin - 22:31

Spoiler:
 

    James - « Et ça tu crois que ça lui plaira ? » fit-il en montrant a Blake une chemise blanche. « J'met le pirate ou le pompier ? Pompier c'est le fantasme de toute les filles non ? C'est obliger que ça lui plaise ? Puis ça fait un peu genre " viens que j'éteigne ton feu ma jolie" » rajouta-il en mimant un homme sur de lui, bombant le torse et avec un sourire dentifrice et plein d’arrogance avant de retrouver son air préoccuper. « Ça peut le faire non ? Ou alors le pirate parce que ça donne envie d'évasion et ça fait le mec super libre et qui va te faire découvrir le monde. Quoique non en général ce genre de gars se tape toutes les filles et qu’il est dans la merde il se barre sur son bateaux. Non ça va pas le faire elle va penser que j'veux juste coucher avec elle. Ou alors en James Bond ça la fera rire et... Non après elle va encore pas prendre mes avances au sérieux et elle va penser que je suis " presque " en train de la séduire. Si je met une cravate j'la met rouge ou bleue ? »

    Sinon n’était qu’un petit aperçut de ce que raconter James depuis une bonne demi heure incapable de se décider. Pire qu’une fille. D’ordinaire il se trouvait beau et parfait dans n’importe quoi, pas prétentieux et fier pour deux soue, assument totalement son corps et ne doutant jamais de lui. Seulement là il devait a tout prix être ZE homme ce soir à la fête costumer pour la faire chaviré et que son cœur fasse boum boum. Fête costumer ? Quelle fête costumer ?Ah vous n’êtes pas au courant ? Alors faisons un petit retour en arrière de un jour….

    _______________


    James – « Il faut qu’tu me sauve la vie ! »

    Blake esquiva un sourire narquois mystérieux comme à son habitude et fidèle a sa réputation de prince des ténèbres. La phrase du rouge et or était sans doute une de celle que Milton-White adorait entendre, James sachant que son ami aimait avoir du pouvoir sur les autres. Le jeune Slayers semblait anxieux et quelque peu perturbé comme si en effet sa vie était en péril. Lui d’ordinaire si calme et détacher semblait en proie a une panique extrême, ne tenant pas en place comme une vrai pile électrique. De toute façon depuis son coma il redoubler d’énergie et jamais il ne s’était trouver aussi détendu et ouvert aux autres . Pourtant là il semblait vraiment perturber par quelque chose et Blake, son meilleur ami, l’interrogea du regard.

    James – « Toi et moi on fait une fête. C’était prévu depuis deux semaine. Déguisement obligatoire. Il faut inviter la moitié de Poudlard. 21h30 à la salle du désir. Dit moi que t’es okays ??? Sinon j’peut déjà m’pendre !

    _____________


    C’est ainsi qu’en se samedi soir, à 21h15 James était dans la salle des désirs, enfin prêt. Finalement il avait opter pour le déguisement de pirate, devenant un parfaite réplique de Jack Sparrow, un rôle qui semblait lui allait a merveille, et qui fallait le dire accentuer a son charme. Une chemise blanche, une perruque, un bandeau rouge, il avait le costume tout entier. Curieux de savoir les raisons de cette fête dont à présent tout Poudlard était bel et bien au courant grâce a la popularité de James et surtout de Blake qui s’était empressé d’invité la plupart de sa cour ainsi que les indispensable ? Eh bien c’est simple le jeune Slayers avait « presque » filer rencard à Susi alors pour camoufler cet acte irréfléchi il lui avait parler d’une fête, se disant que le rendez vous galant passerait plus inaperçu comme ça. Ainsi il y avait moins de chance pour qu’il se fasse rembarré même si vous l’avait compris il n’y avait aucune fête de prévue au début. Donc l’objectif numéro un était de séduire Susi. Le plan B était de s’amuser….

    Spoiler:
     


Dernière édition par James Slayers Kent le Dim 28 Juin - 23:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blake Milton-White
    Depraved prince • sex, drugs && rock'n roll

avatar

Messages : 1223
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Lun 29 Juin - 0:05

      HJ :
      déguisement à la fête obligatoire
      tout le monde est le bienvenue (L)
      pas de tours installés, postez quand vous le sentez





LET IT ROCK

« Because when I arrive
I bring the fire
Make you come alive
I can take you higher »



    James – « Il faut qu’tu me sauve la vie ! »

    Damned, que la journée commençait bien. Il n'était pas encore neuf heures que déjà l'on avait besoin de ses services. Et quand bien même cela venait de son meilleur ami, cela n'empêcha pas Blake d'avoir pour lui ce rictus sombre, narquois et jouissif. Pour un peu, il lui aurait demandé de répéter sa phrase.... Chose qu'il fit par ailleurs, dans un murmure suave et amusé, néanmoins l'anxiété de James l'amena à déballer tout autre chose : visiblement il avait affirmé à la belle Susi qu'une fête énorme et attendue avait lieu ce soir même... Alors même qu'en vérité rien n'avait été prévu et que le Serpentard n'avait pour la soirée qu'un rendez-vous en tête à tête avec Casey, sa petite amie du moment. Mais soit, Blake n'était pas de ceux qui laissaient tomber ses amis -bien qu'il leur volait leurs petites amies, mais passons- , le Serpentard finit par promettre à James de faire tout ce qui était en son pouvoir pour l'aider : ramener du monde, mais aussi tout ce qui était nécessaire pour une fête digne de ce nom. Quitte à en organiser une, même à la dernière minute, autant qu'elle soit mémorable et que les élèves en oublient les terribles attentats, et même jusqu'à la répression inflexible de Gallner. Le seul souci qui avait fait tiquer Blake, c'était d'abord la notion de soirée costumée... hors de question qu'il s'habille comme un clown sous prétexte que c'était le thème de la fête. Mais au vu d'un James insistant, anxieux et terriblement bavard, Blake n'eut en vérité pas le choix, et avait en cela opté pour un costume de prince.... Quelque peu banal, mais sobre et au moins pas des plus excentriques. Ayant miraculeusement fini les préparatifs dans la journée -ou du moins avait-il supervisé l'opération sans franchement lever le petit doigt, se voulant organisateur avec James-, le Serpentard avait fini par rejoindre son ami dans son dortoir, qui lui avait pour l'occasion donné le mot de passe des Gryffondors, qui de ce fait changerait sans doute le lendemain. Le vert-et-argent frissonna lorsqu'il passa l'antre des Gryffons, une moue méprisante sur le visage. Non pas qu'il les haïssait, la preuve en était qu'il avait nombre de rouge et or comme amis, en plus d'une petite amie et d'une amante de cette même Maison, mais il fallait avouer qu'une vipère s'insinuant dans le repère des Gryffondors n'était pas la bienvenue, et Blake leur rendait ainsi la pareille. Peu importait finalement, il rejoignit la chambre de James afin de l'aider à choisir son costume, étant donné que cela lui tenait à coeur. Et ce fut assis sur le lit, silencieux durant une heure durant à lever ses yeux noisettes vers le plafond tout en soupirant, qu'il dut subir les longs monologues de James sur le choix de son déguisement. Ce à quoi Blake avait finit par le taquiner avec amusement en lui affirmant que, de toutes façons, James finirait par se dévêtir de lui même à cause d'une bouteille de rhum en trop ou d'une bien jolie jeune fille passant par là. Ayant aidé son ami à trouver sa tenue adéquate, Blake quitta les lieux non sans une arrogance ne plaisant guère aux rouge et or, rejoignant alors le nid des vipères au sous-sol. Le jeune Milton se changea à son tour, d'un habit d'un bleu d'encre et de coutures d'argent, fait de soieries princières et d'une chemise blanche ; le prince était paré, mais ne coiffa ses cheveux d'ébène qu'en y passant rapidement sa main. Son regard accrochant le miroir l'espace d'une seconde, sa mine se fit grave, comme chaque fois qu'il toisait son reflet, et finalement quitta sa chambre d'un pas assuré et d'un port de tête orgueilleux qui lui était propre.

    . . . . . . . . . . . . . . . .


    La fête battait son plein, la salle était emplie de monde, pleine à craquer... en espérant que James n'avait pas eu dans l'idée d'organiser une fête des plus tranquilles, car Blake ayant invité ses amis, ses connaissances, sa petite cour personnelle, leur soufflant de ramener à leur tour leurs propres amis... cela faisait du beau monde, quasiment tous les élèves ayant seize ans et plus résidant à l'école. Pourtant, cela ne faisait qu'une demi heure que la fête battait son plein, mais l'ambiance était présente; les rires et les conversations fusaient, beaucoup dansaient déjà sur la piste de danse, un verre à la main, une fumée grisâtre planait au-dessus de leurs têtes, et certains s'étaient déjà mis dans l'idée de se saouler dans les dix minutes à venir... en espérant qu'aucun professeur ne viendrait mettre un terme à leur prestigieuse soirée. Assis à une table en compagnie de quatre de ses amis proches, Blake distribuait les cartes dans un sourire, une Lucky Strike coincée au coin des lèvres, le regard brillant d'un amusement presque malsain. Et pourtant les jeunes hommes ne s'adonnaient qu'au strip poker, mais furent bientôt rejoints par trois jeunes filles peu farouches et gloussant des rires interminables. La partie était déjà engagée depuis vingt minutes, laissant le loisir au perdant d'avaler cul sec un shooter de vodka, en plus d'être obligé d'ôter un vêtement. C'est ainsi qu'ayant pour lui malheureusement une mauvaise main depuis le début, Blake s'était retrouvé avec son manteau d'un bleu nuit en moins, trois verres de vodka s'infiltrant dans les veines... Mais ce n'était rien comparé à Alexander déjà torse nu et sans ceinture... La bonne humeur était au beau fixe, le petit groupe blaguait autant qu'il déblatérait des conneries hallucinantes dans des rires enjoués attirant les regards amusés des foules ; si Blake savait être terriblement sombre, il était aussi réputé pour amplement savoir faire la fête et attirer l'attention. Les cartes se retournèrent et s'échangèrent dans quelques regards complices et amusés.

    Alexander – « Alors ? » fit-il en regardant Blake d'un air amusé.
    BLAKE – « Full... » murmura-t-il d'une voix suave et amusée, posant ses cartes sur la table et tirant sur sa précieuse cigarette.
    Alexander – « Quinte flush ! » rétorqua-t-il triomphal. « Allez désappe toi ! »

    Des rires, des encouragements, et bientot des sifflements amusés lorsque dans un sourire provocant et diablement arrogant, Blake ôta seulement sa montre, se faisant désirer, dans une oeillade princière avant d'avaler un verre de shooter. Reprenant alors les cartes, son regard accrocha James passant par là en charmante compagnie, le sifflant alors.

    BLAKE – « James ! ... Hé James ? Viens jouer... Ramène ces demoiselles avec toi... » rétorqua le sombre Serpentard en battant les cartes d'un air amusé, légèrement allumé à la vodka.


_________________

    Blake Hunter Milton-White

    Come break me down, bury me, bury me
    I am finished with you. Look in my eyes
    You're killing me, killing me.

    blake's theme *


Dernière édition par Blake Milton-White le Lun 29 Juin - 9:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey S. Donahue
    fail meDo me a favour & break my nose

avatar

Messages : 216
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Lun 29 Juin - 1:57


      Casey avait passé une journée merdique, affreusement merdique. Elle s'était fait réveillée tôt, trop tôt. Un bruit immense résonnait vers 3 heure du matin venant réveiller la demoiselle au sommeil fragile. Dans sa chemise de nuit argentée, elle était descendu jusque dans la salle commune. Marchant doucement, faisant attention à où elle mettait les pieds. Elle fermait les yeux, elle détestait marcher dans le noir avec les yeux ouverts, trop perturbant pour elle. Elle avait la phobie d'apercevoir un truc qui lui sauterait à la figure. Rien qu'à y songer, elle imaginait déjà pleins de monstre dans sa tête. Tous plus affreux les uns que les autres. La torture était enfin terminée lorsqu'elle arrivait dans la salle des gryffondors. La lumière de la lune éclairait légèrement la pièce qui déjà était moins effrayante. La demoiselle avait cesser de respirer, écoutant les sons environnant. Aucuns, juste son petit cœur qui battait. Elle savait au moins qu'elle était envie. Quoi que peut-être pas pour longtemps. Le bruit venait de l'extérieur. Un autre énorme bruit juste derrière la porte de la tour. Son cœur s'affolait. Courageuse petite gryffondor qu'elle était, elle s'avança tout de même vers la porte. Courageuse ou folle, ça restait à discuter, n'empêche. Armée de sa baguette qu'elle avait sortit de sa poche, Casey ouvrit doucement la porte de la tour des rouge et or. Aucuns monstre, elle sortit doucement. Aller à gauche ou à droite ? Le bruit ce fit de nouveau entendre vers la droite et la téméraire demoiselle le suivit. Sa baguette illuminé fendant le voile noir des couloirs. Un main vient se poser sur son épaule alors qu'elle sursauta et virevolta violemment en pointant sa baguette. Un professeur de l'école, damn. Résultat, une retenue le lendemain (ou enfin, plus tard dans la journée) de 12h à 2h. C'est ce qui rendit sa journée complètement merdique. Elle pouvait au moins ce soulagé de passer la soirée avec son amoureux.

      11h40, Casey déambulait lentement tout en ce dirigeant vers sa retenue, lentement, mais sûrement. C'est alors que son petit ami arriverait derrière elle, lui saisissant doucement la taille avant de déposer un baiser sur sa joue. Changement de plan apparemment. Ce soir ce ne serait pas qu'eut deux, mais une énorme fiesta déguisée. Casey n'avait aucune idées du costume qu'elle allait porter, mais elle allait certainement venir. Elle savait que ça n'allait pas être facile de supporter toutes les prétendantes de Blake lui faisant de l'œil, mais bon. Après tout, n'avait-il pas juré de ne jamais lui faire de mal ? Ou enfin, un truc dans le genre. À défaut de rester avec lui, Casey du lui donner congé et partir à sa retenue. Ça arrangeait plutôt le jeune homme de toutes façons, il devait s'occuper des préparatifs. La demoiselle se rendit donc pour la punition de sa témérité. Un retenue affreusement longue où elle fit des copies et des copies.

      2h, elle fut enfin libérée. Elle aurait bien passer un peu de temps avec son serpentard, mais il était définitivement disparu. Lassée de chercher, Donahue décida tout simplement de ce rendre à sa chambre et tenter de trouver un costume qui ferait l'affaire pour une soirée costumée. Ce fut ardu, très ardu même. Elle voulait être jolie sa pour autant paraitre vulgaire.

      C'est vêtue d'une petite robe blanche qu'elle se présenta à la soirée. Miraculeusement, quoi qu'avec l'aide d'une de ses amies de serdaigle, Casey avait réussit à faire pousser des ailes dans son dos. Bien entendu, elle finiraient par disparaitre. Mais pour le moment, elles étaient belles et bien vraies. Sa chevelure doucement frisées, un légère touche de maquilla sans oublier un auréole qui volait doucement au dessus de sa tête. Tous ses sortilèges étaient temporaire. Ils disparaitraient d'eux même ou encore, elle pouvait les faire disparaitre à l'aide du sort que sa amie lui avait donner. Casey entrait dans la salle alors que la fête allait de bon train. La demoiselle restait devant l'entrée, cherchant Blake du regard. C'était peine perdu, il y avait tellement de sorciers à cette fête. En plus, elle ne savait même pas comment Blake serait vêtu. Il portait peut-être un masque, ce qui lui donnerait encore moins de chances de le reconnaître.


HJ : Okay, c'est nul, mais fallait une entrée. Angel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Susi Diamentino

avatar

Messages : 604
Age : 28
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Lun 29 Juin - 15:07



    Un après-midi pas comme les autres pour la jeune rouge et or. Et oui, comment du jour au lendemain on peut se lier d'amitié avec une fille, l'habiller et la traîner de force dans une fête afin de l'aider à conquérir un coeur déjà prit... On en viendrait presque à dire que Susi est machiavélique mais non, ne croyez pas les mauvaises langues! Ceux qui parlent sont tout simplement jaloux de ne pas avoir la meilleure entremetteuse de toute l'école à leur service, Hitchette! Nan mais plus sérieusement, je vous explique aussi court que possible -et ça va être dur -. Vous ne le savez peut-être pas mais Mademoiselle Diamentino à le don d'être là où il ne le faut pas et découvrir des trucs 'strordinaires... Un exemple? Blake et Sasha en plein échange salivaire, romantique à souhait! Et puis, curieuse comme elle est bah la rouge et or va chercher à comprendre avant de poser des questions... Donc, elle observe et se rend compte de certaines choses qui la poussent à croire que y' d'l'amour dans l'air. Un plan d'la mort qui tue germe alors dans sa petite tête et elle se lance et, magie magie, devient pote avec Sasha... Sauf que la petite bah elle y voit quedal... Donc investie d'une nouvelle mission, Susi doit se charger de la transformer en bombe sexuelle pour la fête et être ses yeux, en quelque sorte... Voilà donc pourquoi les deux jeunes filles ont passé l'après-midi ensemble à se préparer et aussi où Sasha a subit un interrogatoire! Et pour les plus curieux, je ne vise pas Blake, si vous voulez savoir le costume de la belle Sasha, faudra attendre sa réponse à elle vu que je ne spoile pas.

    Par contre, je vais me faire une joie de vous décrire celui de la brune! Sachez tout d'abord que ce n'est personne d'autre que James qui l'a invitée à cette fête, et pour cette raison, elle se devait de faire un geste... Vous connaissez Blanche-neige? Un conte pour moldus, que je ne vais pas vous le résumer car oui vous le connaissez. James le racontait souvent à Susi lorsqu'ils étaient plus jeunes, voulant absolument l'initier à la culture moldue. La belle avait toujours beaucoup aimé cette histoire et avait trouvé l'occasion rêvée pour devenir Blanche-Neige le temps d'une soirée, pour le plus grand plaisir de son ami. Bon, elle avait un peu revisiter la chose, c'était un peu la version de Susi quoi... Et puis qui dit fête clandestine d'ado en chaleur déguisée, dit costumes un peu plus osés, donc quelques centimètres en moins au niveau de la robe! Et puis ce geste effacerait toutes les gaffes qu'elle aurait pu faire auparavant, et croyez moi, y'en a vraiment beaucoup! C'est donc en Blanche-Neige que la rouge et or se présenta à la fête, accompagnée de Sasha, diablement cent fois plus magnifique qu'elle, si si c'est rare mais possible.


    Haaan!! Quand il va te voir... J'te jure il va mourir sur place tellement t'es canon! C'est normal, étant mon oeuvre d'art... bon et puis celle de tes parents aussi... Imagine que même que moi... J'te violerais presque quoi!

    Oui... Il y'avait eut quelques verres avant de venir, non ce n'était pas de l'eau... Et oui, Susi plaisantait... Breffons, elles finirent par arriver à la dite fête, dans la salle des désirs qui était bondée! En tout cas pour le moment la fête était des plus réussies! Tout le monde était déguisé, des costumes les plus extravagants aux plus élégants, il y en avait pour tous les goûts! Dur d'y retrouver du premier coup des visages connus, surtout après quelques verres. D'ailleurs, la brune en prit deux sur une table et en donna un a Sasha, histoire de se donner un peu de courage. La main dans celle de son amie, elle l'entraîna à travers la salle jusqu'à arriver vers une table qui semblait des plus animées. Au menu, shoots et strip poker! Cependant, la brune n'eut pas le loisir d'y porter réellement attention vu que James se trouvait quelques mètres plus loin, diablement sexy dans son costume de pirate! Susi se contenta de le regarder, un sourire aux lèvres, avant de lui adresser un petit signe de la main, attendant patiemment qu'il vienne les rejoindre...





    [Ouais c'est court... Mais je voulais pas m'attarder dans 10'000 détails et faire une chiée de trucs qui bloquerait tout le monde =/]

_________________
      Oh come on...
      Don't be bored, sad or anything else!
      Dance for me, smile for me...
      Have fun with me and everything will be ok
      I promise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Svetlana R. Vasilyevna
Svetlana V. ;What happened to the revolution?
avatar

Messages : 377
Age : 28
Localisation : Huuum, prie pour que ça ne soit pas derrière toi.
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Lun 29 Juin - 23:28

    Deux semaines plus tôt.

    Non mais quelle conne! Pourquoi avait-elle parlé à Callistô de cette fête? Pourquoi lui avait-elle demandé s’il y serait? Parce que maintenant, elle allait devoir y aller avec lui. Merde. Elle n’avait pas vraiment envie de se comporter comme la petite amie exemplaire. Et elle n’avait pas envie d’aller en couple à cette fête. C’était ridicule à la fin. Svetlana aimait faire la fête. Elle s’amusait toujours toute seule, ou avec des amis, mais jamais en couple. Et puis même. Peu de personnes savaient qu’elle sort avec Callistô. C’était leur secret. Quand un garçon faisait des avances à Svetlana, du moins, pour du plus long terme, elle déclinait en disant qu’elle avait quelqu’un d’autre. Seulement, elle ne précisait pas qui était l’autre. Après tout, on ne lui demandait pas un rapport détaillé sur sa vie, et encore heureux. Après tout, dans la vie réelle, ils étaient bien assez surveillés comme ça. De quoi devenir parano si vous voulez savoir. Bref. Heureusement pour eux, à Poudlard, ils n’étaient pas trop surveillés. En fait, comme tout le monde vivait avec tout le monde, tout finissait par se savoir, tôt ou tard. Parfois, c’était même plus tôt que tard, mais qu’importe. Tout ça pour dire que Svetlana n’avait de comptes à rendre à personne sur ses activités. Et encore moins sur ses fréquentations. Parce qu’on avait beau ne pas choisir sa famille, on pouvait choisir quand même ses amis. Parce que les ennemis, on ne les choisissait pas non plus. Quand on ne sentait pas une personne, on ne la sentait pas, point. Des fois, il n’y avait même pas de raison. C’était comme ça, et puis c’est tout.

    Bref, Svetlana, une fois n’est pas coutume, était dans le pétrin. Elle s’y était mise toute seule, à dire vrai. Elle avait fait une gaffe. Faut assumer. Maintenant, il y avait fort à parier que le jeune homme de Serpentard avec qui elle avait implicitement un rencard allait se présenter à la fête. Elle sourit cependant en pensant aux organisateurs de la chose. Connaissant bien Blake et son côté débauché, pour avoir à l’occasion froissé les draps avec lui, il y avait fort à parier pour que cette petite fête se transforme en orgie. Et Svetlana aimait bien ce genre de fête où tout n’était que débauche. Elle n’avait pas un comportement des plus responsables pendant les soirées. Il n’était pas rare de la voir réveillée dans le lit d’un inconnu le lendemain, ou de se prendre une gueule de bois comme on n’en fait pas d’autres. Mais elle était encore bien loin de celles qui finissaient par se désinhiber complètement, se trémoussant à moitié nues sur une table, autour d’une bande de mâles hurlant à l’instar des loups dans les cartoons de Tex Avery, et qui tapaient sur la table. Un comportement primitif, exacerbé par la consommation de drogues et d’alcool. Bref. Svetlana tenait relativement bien l’alcool, très bien même. Elle n’était pas russe pour rien en fait. Mais ça ne voulait rien dire, ça dépendait des personnes.

    En fait, la raison pour laquelle Svetlana tenait tant à écarter Callistô, c’était euh, plus délicat. Svetlana avait une idée précise de qui elle voulait voir à la fête. Et elle ne voulait pas tellement qu’il sache qu’elle avait quelqu’un. Enfin, tout était relatif hein. Elle n’en était pas vraiment amoureuse. Elle s’ennuyait dans cette relation. Les derniers instants passés dans la tour d’astronomie n’avaient fait que de conforter la jeune russe dans son opinion. D’autant plus que son séjour dans une salle vide avait un peu changé la donne, et motivé sa réflexion. Elle s’était découvert une autre partie d’elle-même. Sensible. Blessée. Svetlana avant de se confesser n’avait jamais cru qu’elle pouvait autant avoir de vieux démons. Même s’il y avait pire comme histoires. Et elle n’avait même pas pleuré. Juste peut être eu un peu d’amertume, un peu de cynisme aussi. Elle avait dit tout ce que même Kira ignorait. Elle avait juste tu le moment Callistô. Le cap. Le pas cap. Le jeu avait repris. T’es pas cap de m’embrasser, avait-il dit. Non, elle n’était pas cap. Elle n’avait pas été cap. Elle s’était rapprochée, lui faisant miroiter l’espoir d’obtenir un baiser de la belle, mais elle s’était dérobée. Elle avait pris la fuite, lâchement. Allez savoir pourquoi, vous. Elle-même n’arrivait toujours pas à se l’expliquer. C’était fou. Dingue. Irrationnel. Ca ne lui ressemblait tellement pas. Elle avait été à deux doigts de faire une connerie. Même si elle avait été diablement tentée de le faire. Elle pouvait faire toutes sortes de choses dans le cadre d’un pari. Mais pas ça. Elle n’embrassait pas à la demande. Mais elle avait voulu le faire. Elle avait été attirée par ces lèvres, et elle s’était à maintes fois demandée…Bref, ce n’est pas le plus important. C’était passé. Et il était inutile de se torturer l’esprit avec ça.

    Une semaine plus tôt…
    Svetlana savait ce qu’elle avait à faire. Elle allait avoir besoin de sa sœur, sa jumelle. Seul problème, comment amorcer le truc? Elle qui avait renié sa sœur depuis longtemps? Bref. Elle avait demandé à Kira un léger service. Oh, rien du tout, rassurez vous. Une bagatelle, en réalité. Mais elle s’est mal fait recevoir. Comme on pouvait s’y attendre.

    La conversation se déroule en langue des signes. Svetlana étant sourde, et Kira muette. C’est leur seule façon de communiquer.

      KIRA: Super sympa, merci... Je vois même pas pourquoi je me tue à vouloir des liens avec toi si je ne suis qu'un amuse gueule pour tes jeux à la con.
      […]
      SVETLANA: Tu serais capable de caresser le corps d'un homme sans trembler? De l'embrasser sans rougir? De t'asseoir sans aucune gêne sur ses genoux, dévoilant ton bas? L'aguicher pour susciter son désir? Sourire comme je le fais? Devenir moi?
      […]
      KIRA: Svetlana... Tout le monde nous différencie. Je supporte à peine les jupes de l'uniforme. Je n'ai pas ton style de vêtements, je passe inaperçue, je suis dans ton ombre...
      SVETLANA: Tu supportes à peine les jupes de l'uniforme? Ces horreurs? Tu passes inaperçue? Mais tu peux changer ça. Je te donne la chance de devenir moi pour ce soir. Profites en. Deviens réellement moi.
      KIRA: Mais je ne sais pas, Svetlana ! Je n'ai jamais embrassé un seul garçon de toute ma vie. Je ne sais pas être comme toi ! Comment tu veux que je me passe pour toi si rien que l'idée de toucher un garçon m'effraie ? J'ai peur du contact des gens... C'est pour quand, cette histoire, déjà ? J'ai le temps de me préparer ou pas ?
      SVETLANA; Eh bien, si tu n'as pas embrassé, fais le avec moi. Je pourrais t'apprendre. Tu as jusqu'à la semaine prochaine
      KIRA :[...]*baisse la tête* je n'y arriverais pas.


    Le jour même;

    Kira finalement avait accepté le marché. Svetlana savait que sa sœur ne manquerait pas de lui rappeler sa dette. Enfin, si on devait appeler ça comme ça. Elle avait finalement laissé croire à Callistô qu’elle allait y aller avec lui. Rien ne pouvait différencier Svetlana de Kira, à partir du moment où aucune parole n’entrait en jeu. Svetlana avait peut être un air plus garce, plus affirmé. Svetlana ne parlant pas souvent ces temps ci, il était aisément facile de faire croire qu’elle faisait la gueule et refusait de parler. Tout à fait son genre. La jeune russe avait son plan de secours. Elle pourra profiter de la fête comme bon lui semblait. Elle avait prévu d’y aller avec Hope, son amie de Gryffondor. Les deux jeunes femmes s’étaient arrangées, entre deux cigarettes et la bouteille de Gin qu’elles s’étaient partagées. Bref, elles s’étaient données rendez-vous quelque part au cinquième étage, près de la salle de bains des préfets. Et elles iraient ensemble jusqu’à la salle du huitième étage dans lequel la jeune femme, depuis qu’elle était à Poudlard, ne s’était jamais vraiment aventurée. Bref, Svetlana était en train de prendre son bain, actuellement. Elle eut bientôt marre de lézarder dans le bain plein de mousse, et elle s’enroula dans une serviette. Elle peigna ses longs cheveux blonds, et entreprit de les sécher, tout en les bouclant. Sitôt que cela fut fait, elle avait ses cheveux qui formaient des belles boucles blondes, cascadant sur ses épaules nues. Elle sourit en voyant les vêtements qu’elle avait choisis. Elle s’empara du vernis à ongles noir, et entreprit de se vernir les ongles. A l’aide d’un sort, elle fit sécher le tout en une poignée de secondes. Elle se leva, et elle alla chercher sa veste noire à longue manches. En dessous, elle avait mis un bustier noir assez échancré et avec des dentelles, au cas où elle aurait trop chaud. Elle enfila ensuite un petit short noir, et des chaussures montantes noires. Elle avait aussi mis des mitaines blanches, cette fois. Avec trois traits noirs sur le dos de la main, on aurait dit les gants de Mickey Mouse. Elle avait un joli nœud rouge autour du cou, avec des pois blancs. Elle passa au maquillage. Du noir sur les yeux. Du rouges sur les lèvres. Et le fin du fin…Les oreilles de Mickey. Plus montées sur un serre tête mais bon. Au pire, si ça la gonflait, elle pouvait toujours les enlever. Elle se parfuma, et après un dernier coup d’œil dans le miroir, elle sortit de la salle de bain.

    Elle retrouva Hope, déjà prête. Bises. Paroles insouciantes et pourtant silencieuse, loin de l’idée qu’on se faisait de jeunes filles en train de jacasser et de glousser. Huitième étage, enfin. Svetlana poussa la porte de la salle où se tenait la fête. Un sourire aux lèvres, elle se tourna vers son amie:

    « -Alors Hope, à quoi on joue, ce soir? »

_________________
SVETLANA R. VASILYEVNA
J'ai comme envie de
tourner le gaz
Comme envie de m'faire
sauter les plombs;


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha I. Carlson

avatar

Messages : 209
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Mar 30 Juin - 12:18

    L’après-midi avait été très étrange pour la jeune fille à la chevelure d’or, amusante d’un certain côté, mais à l’ambiance assez tendue de l’autre, passant de fous rires aux dents serrées. Une après midi avec pour seul objectif de préparer la demoiselle Carlson à une soirée où elle n’avait pas réellement eu l’intention de se rendre… L’histoire était longue et bien difficile à comprendre, mais jouons sur cet unique détail : la perte de sa vue. Sans ses yeux, Sasha savait qu’elle ne pouvait que compter sur ses autres sens… Hors, elle savait qu’à une soirée de ce genre, aucun de ses sens autre que sa vue ne lui serait utile. Et bien que légèrement ennuyée de ne pas assister à cet ode à la vie, elle avait alors désiré se rabattre sur une nuit bien sage dans ses draps. Ce qui ne semblait pas avoir été au goût de sa nouvelle amie, Susi Diamentino, d’un an son aînée, qui dès lors avait prit les choses en main, se proposant pour être les yeux de la jeune fille… Acceptant avec hésitation la proposition, la jeune fille avait alors soulevé un autre problème : le costume. N’ayant pas prévu de se rendre à cette soirée, la belle n’avait pas prévue de costume. Cependant, une idée avait finalement germé dans son esprit, qu’elle tenta d’exposer au mieux à son aînée, attisant un enthousiasme certain. Un costume original pour sûr, et la belle savait déjà que nulle autre n’aurait jamais le même. Extirpant alors une feuille de sa coiffeuse, Sasha la laissa entre les mains de la brune, lui intimant que si elle se sentait capable de retranscrire cette partie de son costume sur elle, alors elle viendrait. Aussitôt dit, aussitôt fait, ce fut nue que Sasha s’allongea sur son lit, laissant au soin de l’autre Gryffondor de s’occuper de son dos. Les piqures des aiguilles la firent frissonner, sans qu’elle ne ressente une grande douleur pourtant, mais plus un long frisson lui parcourant l’échine. Le travail dura longtemps, sans que la jeune fille ne sache à quoi ressemblait le travail de Susi, subissant sa curiosité, ne lui répondant qu’évasivement parfois… L’interrogatoire se tournant principalement sur Blake et elle… Sujet qui mettait assez mal à l’aise la jeune fille blonde, puisqu’ils ne sortaient pas ensembles et que rien ne laissait à croire qu’ils pourraient l’être un jour, ni même qu’il se passait réellement quelque chose entre eux… Sasha étant avec Luce quand lui avait pour petite-amie officielle Casey. Mais il semblait que la brune au caractère pétillant soit tombé sur un moment d’égarement de leur part… Un baiser tendre et amoureux au détour d’un couloir vide… Susi était désireuse de savoir ce qui les liait avec tant de ferveur, ce qui poussait le Serpentard à regarder la Gryffondor comme s’il allait la dévorer… Elle lui avait répondu la jeune septième année… Succinctement… Il n’en résultait qu’une chose : la belle était amoureuse du prince des Serpentards. Plus que de raison…

    Susi : « Haaan!! Quand il va te voir... J'te jure il va mourir sur place tellement t'es canon! C'est normal, étant mon oeuvre d'art... bon et puis celle de tes parents aussi... Imagine que même que moi... J'te violerais presque quoi! »
    Sasha : « Oh… Je suis flattée Susi… Mais le mérite t’en reviens de droit… Et je ne te remercierai jamais assez… »

    Il n’avait fallut que quelques minutes aux deux jeunes filles pour se rendre à la Salle des désirs, située au Huitième étage. Sasha n’avait jamais aimé cet étage là, réputé pour être bien trop dangereux. Aussi ne comprenait-elle pas tout à fait pourquoi une fête y était donnée…Mais soit. Sa main dans celle de la brunette, elle la suivait, sans ronchonner, ne songeant même pas à la marque de son dos qui la brûlait. Une rose aux pétales noirs, et dont les lianes s’entrelaçant semblaient des fouets écorchant. Une marque magnifique, mise à nue. La suite de son costume n’était pas moins farouche que ce tatouage s’imposant sur sa peau. Une chaine en or glissant sur ses omoplates servait de bretelle longue à une semi robe couleur rouge noire. Cette robe lui procurait un décolleté vaste, couvrant pourtant sa poitrine, mais laissant son dos nu, jusqu’à son sacrum. Mais ce n’était qu’une partie de son costume, car sous le bout de tissu à la couleur unique, le corps de la jeune fille était peint de couleurs uniques, de paillettes et de motifs tout aussi étrange les uns que les autres, et que seul Susi avait pu voir. Runes anciennes d’un monde oublié, qui assurait un certain revêtement à la peau dorée de la belle jeune fille, de sorte qu’on ne la voit jamais réellement nue. Un masque noir semblable au visage d’un chat couvrait son visage, et dont des plumes grimpant à l’horizontal s’attardait dans ses cheveux désormais bruns. Méconnaissable jusqu’au bout des ongles, elle avançait, jusqu’à entrer dans la salle préparée pour l’occasion, sans savoir à quoi elle ressemblait, laissant sa compagne la lui décrire. Susi n’avait pas mentie, elle serait ses yeux pour cette soirée… Pieds nus, elle continua d’avancer, sa main dans la sienne.

_________________

      « I was damn near addicted
        I got into trouble with him, »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bo Elroy G. Landon

avatar

Messages : 18
Age : 26
Localisation : Oh entre Poudlard et Great Torrington... Ça dépends du moment de l'année.
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Mar 30 Juin - 17:35

    ...Parce que ça donne de la visibilité. Parce que c'est bien pour la quotte de popularité. Il avait eu vent d'une fête dans la salle des Désirs et il ne s'était pas gêné pour s'y pointer avec une grande joie. Bo était toujours accompagné des phénomènes Poudlariques les plus étranges... Après tout, on est un artiste ou on ne l'est pas n'est-ce pas ? C'est en un Indiana Jones très très convainquant que Bo se profile à l'entrée de la salle avec une bande de profonds artistes un peu rejetés de la société qu'il entre... Parce que Bo est rarement tout seul. Il passe son temps à manifester dans les couloirs, à hurler qu'ils ont besoin d'argent pour telle ou telle pièce, qu'ils ont besoin de financement pour la chorale...

    Bref, ce soir, c'est l'occasion de faire preuve de leur talent. La petite troupe s'éparpille dans la salle, des plus jeunes pour la plupart, des élèves de toutes les maisons, Serpentard en minorité, pour une fois, un mélange de deuxième années jusqu'à la dixième, beaucoup de deux, trois, quatre et cinquième, qui s'éloignent dans la salle, un ou deux trop timides se tenant près de Bo sans le lâcher d'une semelle, les autres se placent stratégiquement, certains déguisés en Mime, en bouffons de toutes sortes, en Pierrot qui laisse échapper quelques bribes de poésie, quelques groupes de danseurs habiles, acrobates, maquillés pour ne pas être reconnus... C'est une vraie invasion d'artistes dans la salle... On croirait presque une fête médiévale dans laquelle on voit des performances pour divertir les invités...

    C'est très varié, de la petite chorale de nains dans Blanche Neige dans un coin, version Disney qui chante des chansons populaires accapella, des danseurs acrobates avec des léotars flamboyants et des maquillages exotiques... Bref, il s'est arrangé pour vendre sa marchandise le Poufsouffle. Tout sourire, il s'avance dans la salle avec un Jedi de huitième année qui regarde autour de lui nerveusement... Il n'était pas très fan des rassemblements publics. Il n'était pas très séduisant, ni très charmant, autant de monde l'intimidait affreusement. Il s'agissait d'un Serdaigle boutonneux et Bo en avait eu pitié... Il était doué en peinture et en dessin mais il n'était pas talentueux du tout pour les relations sociales.

    Il y avait également à côté de lui une petite poulette de première année, toute jeune, 11 ans tout juste atteints et Bo avait décidé d'être gentil. Elle avait les cheveux en bataille, un costume de Ninja assez réussi, elle avait une voix d'ange, terriblement talentueuse... Il ne restait qu'a la motiver à montrer ce qu'elle savait faire. Pour l'instant, le temps de s'habituer à la foule, elle suit son mentor... Parce que Bo aussi est un chanteur hors pair... Mais pour l'instant, il reste silencieux. Fran' et Gab' n'ont pas voulu venir... ou alors se pointeront-ils plus tard, ils avaient répondu sans grand intérêt quand il leur avait demandé... Puis du coin de l'oeil... Il remarque Susi et Sasha... Oh merde...

    ...Si Susi et Sasha étaient là... Y'avait James... Y'avait James qui...

    Levant les yeux vers une table plus loin, il devient couleur pivoine et se camoufle sous son chapeau, tournant le dos à tout ce visage Piratesque dans la foule...

    - Bo...?
    - Quoi ?
    - ... Ça fait bizarre que tu te sois retourné aussi vite, y'a quelque chose qui va pas ?
    - Non, non, rien du tout...
    - Tu peux me dire tu sais. Luis et moi on ne dira rien, promis juré ! Lance la petite Poufsouffle en désignant d'un geste ample le Serdaigle derrière eux qui ne dit pas un mot et qui remonte ses lunettes, bien caché sous son capuchon.
    - Non, j'peux pas. C'est pas grave, c'est pas important...
    - Si, si ! Ce l'est !
    - Marissa...
    - ...C'est toi qui voit ! Viens Luis ! On va laisser Bo s'embourber dans ses sentiments tout seul !

    La petite Poufsouffle rousse lève le nez bien haut et s'éloigne en tenant le dénommé Luis par la main, le trainant plus qu'elle ne l'emmène, il ne se débat pas mais la motivation n'est manifestement pas présente... Bo laissé à lui même, regarde autour de lui un moment... Puis se décide à se rapprocher de la rouge et or... Pour l'instant, à part sa troupe d'artistes, c'est la seule qu'il connaît un minimum...

    - Susi !

    Lance t-il en lui piquant deux doigts dans les côtes... Susi c'était un peu sa bouée... Quand il ne connaissait personne, il s'accrochait à elle... Parce qu'elle avait été gentille avec lui...Et qu'elle était... proche du fruit de sa convoitise... James... Elle était avec une de ses copines la belle Diamentino... Mais c'était pas grave... Elles étaient que deux, pas trente. Un signe de tête tout souriant en direction de Sasha, il pose les yeux sur la silhouette de Jack Sparrow plus loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaïs De Maubourg

avatar

Messages : 5
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Mar 30 Juin - 18:24

• Cours de Botanique.

« … L’Achiote est originaire d’Inde et d’Amazonie. Les Indigènes s’en servaient pour faire leurs peintures de guerre. Si ils l’utilisaient c’était pour ses propriétés de protection, et… »

Les yeux d’Anaïs commençaient à se fermer, trois jours qu’elle était en Angleterre, mais elle faisait encore les frais du décalage horaire. Et ce n’était pas les plantes qui la tiendrait éveillée, elle avait le sentiment de parler avec sa mère. Sa mère était docteur en médecine douce, et depuis toute petite elle avait été droguée à ce genre de plantes. Mais là, le remède anti-fatigue que sa mère lui avait préconisé ne semblait pas faire effet. Jamais elle ne s’était sentie aussi fatiguée. A moins que ce ne soit un début de déprime? Il était clair que la vie en Angleterre, et d’autant plus à l’école de magie la changeait largement de Portland. Exit douces nuits sur la plage, à siroter des bières autour du feu, chantant des classiques moldus comme The Doors ou Bob Marley. Exit les longues promenades dans les rues animées. Anaïs était au troisième rang dans la salle, assise seule à sa table. Personne ne s’était mis à côté d’elle. Elle n’avait pas encore eu le courage de parler à quelqu’un, et sa fatigue n’arrangeait rien. Mais il fallait avouer que les Anglais ne s’étaient pas montré d’une sympathie sans borne avec elle: eux non plus n’avaient pas cherché à lui parler. Ses yeux se fermèrent.

• • • •


Anaïs marchait le long de la plage, les vagues lui chatouillaient les pieds. Des petites gouttes d’eau salée se mêlaient au vent, arrosant son visage. Elle se sentait bien. Une odeur de frites émanait d’une baraque non loin de là. La jeune fille sourit. Elle était vêtue d’une robe légère qui suivait le rythme du vent, ses cheveux étaient détachés et ondulaient grâce aux embruns salés. Elle s’allongea dans le sable et ferma les yeux.
Quand elle les rouvrit, tout autour d’elle n’était que neige. Mais elle n’avait pas froid. Un chat noir passa à toute vitesse devant elle. En fond musical elle entendait « People are Strange » des Doors. Jim Morrisson lui courrait derrière le chat.
« Reviiiiennnnnssss sale bêêêteeeeeee ! »
Puis il vit Anaïs, se figea. Et commença à s’approcher, et de sa voix d’ange déchu lança, chantonnant:
« Hello… I love you. Won’t tell me your name? »
Et Anaïs répondit:
« Hello… I love you. Let me jump in tour game! »
Anaïs, Anaïs… Une voix aussi douce que celle de la publicité pour Cacharel se faisant entendre derrière. Anaïs, Anaïs… Et là le visage de Jim Morrisson changea... devenant celui de son professeur.


• • • •


Deux heures de colle. Deux heures de colle à cause de cette putain de fatigue. Décidément ils n’avaient aucune compassion, aucune pitié. C’était réellement dé-gueu-las-se. Dégueulasse c’était le genre de mot qui sonnait comme son sens. Dégueulasse. Anaïs n’en pouvait plus. La cloche sonna, elle ramassa livres et cahiers, et se dirigea vite fait bien fait vers la sortie. Elle ne pouvait plus voir la tête de ce professeur, même en peinture! Mais quelqu’un l’attrappa par le bras. Un jeune homme de sa classe, un Poufsouffle.

« Hé! Anaïs… si tu veux ce soir y’a une petite fête qui est organisée. Y’aura de quoi boire pour oublier, ajouta-t-il plus doucement pour ne pas être entendu. Viens déguisée par contre. »

Anaïs se dégagea, et ne dit pas un mot. Elle ne lui adressa même pas un sourire. Ni même un remerciement. De toute manière, elle ne savait même pas comment il s’appelait, çà ne le faisait pas vraiment de dire « Merci Bidule » avec un air hypocrite.
Bon maintenant il ne restait plus qu’à se trouver un costume. Et oui Anaïs n’allait pas refuser:
    1) Une occasion de se faire des amis
    2) Une occasion de faire la fête
    3) La possibilité d’accéder à de la bonne bière anglaise.

Anaïs courut jusqu’à la Salle Commune des Poufsouffles. La Maison Poufsouffle lui convenait à merveilles, à vrai dire si elle se fichait totalement de finir chez les Gryffondors, Poufsouffles ou Serpentards, elle avait pris en grippe les Serdaigles. Une bande de petits intellos goguenards, quelle horreur. Pour elle, ils étaient les pires vendus de Poudlard, et pour elle leur culture et leur goût du travail ne faisaient nullement leur intelligence.
Arrivée dans le dortoir elle se mit en quête DU costume. Un coup de baguette, et elle se retrouva en CatWoman. Miaaaouu. Non çà faisait trop pétasse. Un second coup, et elle était à présent recouverte d’un grand drap blanc, avec un boulet au pied (un vrai boulet, pas un garçon ;-D). Un peu trop cachée peut-être. Puis elle devint la Belle dans la Belle et la Bête, mais c’était beaucoup trop nunuche, puis un clown, mais là c’était carrément flippant. Une punk: là pour le coup çà faisait un peu trop british, puis une table (pour se fondre dans le décor rien de tel n’est-ce pas), un fleur, un papillon… Et là elle eût une idée géniale. Elle prit un de ses jean déchiré dans son armoire, ses chaussures aux talons vertigineux, enfila son T-short à l’effigie de David Bowie, et se dessina l’éclair rouge autour de son œil comme le chanteur. Et voilà elle était Anaïs Bowie. Bon ok, ok ce n’était peut-être pas une grosse prise de risque, mais au moins c’était un joli hommage non?

Anaïs se dirigea donc d’un pas décidé vers la fameuse fête. Mais il lui restait encore une chose à arborer avant d’en franchir les portes…Son plus beau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delilah A. Milton

avatar

Messages : 123
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Mar 30 Juin - 19:43

    Le miroir lui renvoyait le reflet d’une jeune fille à l’apparence boudeuse, regard sombre et bras croisés sur sa poitrine nue. Elle était en plein milieu de la pièce, ne portant qu’une simple culotte noire en guise de vêtements. La fête approchait, et elle n’avait toujours aucune idée de ce qu’elle allait bien pouvoir porter. L’idée même de devoir se déguiser l’ennuyait au plus haut point, tant elle avait peur de ressembler à toutes les autres, tant elle désirait se démarquer. Elle avait déjà essayé un costume de princesse, qui lui donnait l’air de la Vierge Marie – vous savez, dans la religion moldue, cette petite idiote qui était soi-disant chaste au moment où elle accouchait de son fils –, un costume de sirène qui, elle en était sûre, la boudinait, et enfin un costume d’infirmière qui, au lieu de lui attribuer un petit air provocant, donnait l’impression qu’elle allait se mettre à sadiquement enfoncer son aiguille dans l’œil du premier venu. Agacée, elle tapa du pied et se tourna vers son amie, celle-ci la regardant d’un air timide, comme si elle avait peur de parler. Depuis que Delilah était devenue muette, personne n’osait jamais élever la voix à ses côtés, comme si cela aurait constitué en une insulte que de parler devant elle. Cette dernière, pour sa part, ne faisait aucun effort, et avait refusé d’apprendre à s’exprimer par des gestes, tout comme elle se moquait de ceux qui lui tendaient parchemins, encre et plumes. Il en était hors de question. Elle utilisait donc simplement son regard, et ceux qui ne la comprenaient pas apprenaient à les fuir, elle et ses foudres. Car si elle ne pouvait plus cracher sa haine au visage de ceux qui l’insupportaient, elle ne se gênait pas pour multiplier coups bas et vengeances glacées. Elle adressa néanmoins un doux sourire à la petite Poufsouffle qui était plantée devant elle, en profitant pour replacer une de ses mèches rosées derrière son oreille, feignant un côté maternel qu’elle ne possédait pas. Puis, elle haussa les sourcils et jeta un coup d’œil à la pile de costumes qui se trouvait derrière elles. Ashley était chargée de l’habiller ce soir, et habituellement autorisée à se servir de la blonde comme mannequin, cette dernière étant ravie qu’on le lui demande à elle, bien qu’elle ne l’admette pas, agissant comme si c’était une faveur qu’elle accorderait avec bonté à sa camarade. Si elle n’avait pas possédé tellement d’argent, elle lui aurait probablement demandé qu’elle la paie en échange de ses services.

    « Tu n’as pas encore essayé cette combinaison… » fit soudainement son amie en lui tendant un costume une pièce qui faisait songer à s’y méprendre à celui que revêtait la célèbre Catwoman moldue dans les films d’action.

    Le tissu était noir, et si elle l’essayait, il la moulerait à la perfection. La Serpentard eut une moue perplexe, puis haussa les épaules. Au point où elle en était… Elle avait déjà donné son costume d’infirmière à Ashley, après l’avoir essayé évidemment, ne lui permettant de l’enfiler qu’après avoir décidé qu’il ne lui allait vraiment pas. Elle enfila la combinaison qui, comme prévu, lui allait comme un gant. Elle jeta cependant un coup d’œil critique à son miroir, lissant d’un geste nerveux ses cheveux blonds. Elle ne se montrait hésitante que dans les rares moments où elle se trouvait face à un miroir, et, d’une certaine façon, ceux qui voyaient ses rares instants de faiblesse étaient terriblement privilégiés par rapport aux autres. Elle se tira la langue, tout en se fusillant du regard, ne daignant pas se retourner vers celle qui lui avait conseillé de se transformer en Catwoman. Elle ressemblait à une pétasse. Et pas la mieux foutue des pétasses ; d’ailleurs, à son humble opinion. Delilah se résigna finalement à se tourner vers Ashley, une grimace affiché sur son beau visage. Elle était certaine d’avoir grossi.

    « Arrête Deli, tu es magnifique. Tu vas encore faire tourner les têtes. »

    Son amie lui adressa un sourire joyeux, et après un dernier coup d’œil à son reflet, Delilah lui accorda un sourire franc, lui sautant au cou pour exprimer sa gratitude. Puis elle la tira par la main, désignant l’horloge murale d’un doigt. Elles allaient être en retard. La septième année enfila le masque qui lui cachait les yeux, et, Ashley sur ses talons, se dirigea avec un entrain nouveau vers le lieu où se passait la fête. Elle n’avait jamais pu résister aux compliments, ce n’était donc pas ses propres doutes qui allaient mettre la merveilleuse soirée qu’elle allait passer en péril. D’ailleurs, elle ne lâcherait pas Johansson, pour la remercier. Elle qui était terriblement volage, passait d’un groupe à un autre sans un regard pour ceux qui l’attendaient sur le côté, elle allait se cramponner à cette fille aux cheveux roses bonbons, simplement parce qu’elle lui avait dit qu’elle était belle. Superficielle enfant à l’ego trop grand.

    La fête battait déjà son plein, et la cacophonie des voix qui se mêlaient lui donnait le tournis, elle si vite habituée au silence dans lequel elle se plongeait désormais tellement souvent. Elle s’accrocha au bras d’Ashley, comme à une bouée de secours qu’elle refusait de laisser s’éloigner. Elle ne reconnaissait que trop de visages, les garçons qui étaient passés dans son lit, ceux qui la déshabillaient du regard à ce même instant, sans même se préoccuper d’être discret, et les filles, rivales ou copines, visages sans noms, tous des inconnus. Elle repéra finalement son cousin, et plissa les yeux, observant d’un œil mauvais la fille qui était à ses côtés. Douce jalousie qu’elle n’avait jamais pris la peine de camoufler, elle se retourna vers son amie, ouvrant la bouche comme à l’accoutumée, oubliant pendant quelques secondes qu’elle n’avait plus de voix. Cette fois-ci pourtant, elle entendit distinctement le début de phrase qu’elle avait voulu lancer, et resta figée quelques secondes, incapable de réagir. Elle croisa le regard incrédule de la Poufsouffle, et s’agrippa avec plus de force encore à son bras, craignant de s’effondrer. Puis elle eut un léger sourire, tentant de reprendre contenance, jetant un nouveau regard à la table de Blake.

    « Viens, on va jouer avec eux. »

    Et ce fut avec un naturel déstabilisant qu’elle usa de paroles pour la première fois depuis l’attentat, glissant sa main dans celle, glacée, de son amie, qui semblait être toujours aussi choquée. Pour sa part, elle avait hâte de chanter, de parler à son cousin, juste pour voir la même incrédulité se peindre sur son visage, elle avait envie de glousser à ne plus s’arrêter, de tourner sur elle-même jusqu’à s’effondrer, et rire encore. Pourtant, elle gardait cette même retenue, comme si elle pressentait que tout ça était trop beau pour être vrai. Comme si, telle Cendrillon, son rêve s’évanouirait après minuit. Peut-être, peut-être s’était-elle trompé de costume, au fond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth M. McLean

avatar

Messages : 28
Age : 28
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Mer 1 Juil - 19:15

    Dave - J'adore, j'adore, j'adooooore!
    Seth - Tu ne trouves pas que ça fait un peu trop?
    Dave - Non, ce costume est parfait!
    Seth - Ce sont de vrais lames?
    Dave - Ouais, comme ça tu pourras te défendre, parce que c'est pas avec tes p'tits bras que tu vas arriver à quelque chose.
    Seth - Vous vous êtes passé le mot avec Alys ou quoi?
    Dave - A propos de?
    Seth - Non, rien...

    Le Poufsouffle observa son costume plus attentivement, détaillant les bottes de cuir à ses pieds, sa chemise en soie blanche ainsi que le reste de la tenue dont les détails semblaient avoir été minutieusement étudiés, afin de donner un résultat d'une rare élégance. Cette tenue n'appartenait pas à McLean, il l'avait trouvé dans les affaires de son meilleur ami, et même s'il avait de nombreuses questions à lui poser à ce sujet, il préféra les garder pour plus tard, et profiter de cette occasion de s'amuser. Tant qu'à faire, autant jouer le jeu à fond. Adressant un sourire à Dave, il abaissa la capuche sur sa tête, couvrant une grande partie de son visage, le rendant anonyme. L'assassin adressa un sourire à son ami avant de quitter le dortoir en sa compagnie pour se rendre à la fête, au huitième étage du château. Les deux adolescents discutèrent de tout et de rien durant le trajet.

    Dave - Bon, je te préviens à l'avance, si tu finis la soirée seul, tu m'entendras en parler pendant des mois.
    Seth - Tu me connais, je suis pas doué avec les filles.
    Dave - C'est ce que tu dis Seth. Tu pourras t'en sortir sans moi ce soir?
    Seth - Tu ne viens pas?
    Dave - Non, tu seras seul dans la salle des désirs, et je te fais confiance pour ne pas me décevoir.

    Baksh adressa un clin d'oeil à son ami avant de faire marche arrière, laissant Seth seul devant l'entrée de la salle des désirs. Le jeune homme ne parvenait pas à comprendre pourquoi il devait se débrouiller seul, sans celui qui l'avait toujours accompagné dans ce genre de soirée depuis des années. Sans doute ne s'était-il pas rendu que tout au fond de lui-même, son plus grand désir était de pouvoir continuer à vivre malgré l'absence de Dave, et que cette salle l'aiderait à y parvenir. Le Poufsouffle se décida finalement à pénétrer dans la pièce, rentrant dans la peau de son personnage, un assassin ayant pour cible une jeune demoiselle qui ne lui échapperait pas ce soir, du moins il l'espérait.

    L'ambiance était déjà bien festive, et nombreux étaient ceux dont la sobriété en avait pris un coup. D'un pas agile, Seth glissa entre les nombreux élèves, n'en reconnaissant que très peu à cause des déguisements. Ses yeux allaient et venaient, toisant la salle avec une rapidité déconcertante, cherchant la victime parfaite. Dans tout ce brouhaha, malgré son déguisement d'un blanc pur qui aurait pu attirer l'oeil, le jeune homme passa inaperçu, se faufilant telle une ombre, parvenant à ne jamais bousculer les diverses convives. Ce rôle de composition lui collait à la peau, et il ne fallut que quelques minutes avant que le regard du Poufsouffle ne soit obnubilé par une silhouette féminine. Il n'avait beau la voir que de dos, cette marque ancrée dans la peau de l'inconnue l'attira instantanément.

    Désireux de faire ce que lui avait demandé son ami, Seth avança de nouveau dans la foule, écartant en douceur ce qui venaient à se trouver sur son chemin, ne quittant plus des yeux celle qu'il ne parvenait pas à reconnaître. Puis, sans prévenir, l'assassin accéléra soudainement son pas, avant d'attraper le poignet de la jeune femme une fois à son niveau et de l'éloigner de son amie, tout en prenant soin de ne pas lui faire de mal. Le Poufsouffle ne s'arrêta qu'une fois à l'écart de la foule, avant de se retourner vers sa victime afin de détailler son visage. Manque de chance, le masque noir qui couvrait le minois de la demoiselle rendait impossible son identification, mais cela n'empêcha pourtant pas Seth de se pencher vers elle avant de lui murmurer à l'oreille d'une voix douce.

    Seth - Il est dangereux pour une jeune femme de se rendre à ce genre de soirée, qui sait ce qu'il pourrait lui arriver?

    Le Poufsouffle n'avait pas la moindre idée de qui pouvait être l'inconnue, et cette dernière ne l'avait sans doute pas reconnu non plus, mais il se contentait de jouer son rôle, même s'il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il allait faire à présent. Attendre de voir la réaction de la demoiselle déjà, pour ensuite improviser sans aucun doute. Seth sentit quelques regards se poser sur lui, mais il n'y fit pas attention, il se concentrait seulement sur Sasha, tout en ignorant ce qui allait se produire. Il faisait en sortes d'aller de l'avant, en espérant que cela fonctionne.


Dernière édition par Seth M. McLean le Sam 4 Juil - 14:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Slayers Kent

avatar

Messages : 677
Age : 28
Localisation : Dans la grande Salle
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Mer 1 Juil - 23:43

    Les fêtes c’est toujours ainsi, elles commencent sans qu’on s’y attende et une fois pris a l’intérieur l’ont s’y sent tout de suite dans son milieu naturelle. Les élèves avaient commencé a arrivé, James échangeant quelque sourire et parfois quelque bonjour, détournant aussi la tête comme si de rien n’était a deux trois passages de conquêtes d’une nuit. Elles étaient nombreuses et il était dur pour lui de ne jamais tombé sur l’une d’entre elle mais en règle général ça ne le dérangeait pas. Hors là il cherchait une jeune fille bien particulière des yeux, bien décidé a la séduire ce soir. Mais la popularité et le charme de James faisait qu’il était difficile voir impossible pour le jeune homme de rester longtemps seul. Un petite partie de strip pocker s’était mis en place et bien entendu Blake y avait une place de choix. James les observait de loin tandis qu’il portait a sa bouche un verre de Vodka, le stress l’ayant fait céder a l’alcool et vite oublier ses bonne résolutions de rester sombre. Un simple verre n’était pas suffisant pour l’enivrer, lui qui avait tant l’habitude de ses substances qui vous réchauffez de l’intérieur mais ça le décontracta légèrement. Un sourire, quelque regard, il fit vite entouré d’une rousse de cinquième année déguisé en tigresse et d’une grande blonde devenu sirène qui semblait vouloir passer a l’abordage. James eut a peine besoin de balancer deux trois phrase pour qu’elle se mette a glousser, totalement sous son charme alors qu’il ne cherchait pas vraiment a la séduire a vrai dire mais plus a s’occuper en entendant qu’une fille plus intéressante se pointe. D’ailleurs que faisait-elle ? Elle allait venir non ? Elle avait dit qu’elle viendrait…. Attrapant de nouveau un verre qui trainer le jeune rouge et or s’apprêtait a le boire afin d’arriver a continuer sa conversation avec la sirène au lieu d’avoir envie de la noyer, quand Blake lui fit signe.

    BLAKE – « James ! ... Hé James ? Viens jouer... Ramène ces demoiselles avec toi... »
    James – « Demander ainsi comment refuser » fit-il espiègle.

    Un sourire, quelque mots et elles le suivirent comme de gentils petit toutou, une brune s’étant même greffé a leur trio. Blake semblait commencé a être éméché, se plaçant derrière lui, il jeta un œil sur ses cartes tandis que les filles prenaient place a la table, au plus grand ravissement du jeune Slayers qui esquiva un sourire amusé. La petite sirène avait beau être soulante elle n’en restait pas moins agréable a regarder et avec moins de tissue ça devait sûrement mieux. N’empêche elle n’était vraiment pas futée car son déguisement ne lui laisser la possibilité de perdre que seulement deux fois avant de laisser sa peau complètement dénudé.

    James – « Putain t’es mal barré mon pote. A avoir un aussi mauvais jeu tu va finir par faire des heureuses. »


    Un sourire malicieux, James semblait être au meilleur de sa forme, cachant sa nervosité a merveille. Sa phrase était plein de sous-entendu insinuant que cette fois encore le vert et argent ne manquerai pas d’admiratrice. Blake avait actuellement une petite amie qui n’était autre que Casey la petite protéger de James a son plus grand ravissement mais Slayers savait que le cœur de son ami était instable et il redoutait le moment où la jeune fille ne serait plus la favorite. Il priait pour que ça n’arrive jamais, peu certain que la petite poupée rouge et or arrive a s’en remettre si elle se retrouvait de nouveau brisée, mais le prince des mystères était ainsi.
    Le jeune Slayers observa le déroulement du jeu sans pour autant y prendre part, veillant a la mise de son meilleur ami. C’est vrai après tout il n’était en rien obliger de participer pour se régaler de la vue qui s’offrait a lui. Il ne refusait jamais un défi mais là il préférait éviter d’être pris en flagrant délit de séduction lorsque sa belle arriverai. Peut-être plus tard qui sait… Il se dirigea donc vers le buffet juste après avoir adressé un sourire espiègle a la sirène qui le dévorer toujours des yeux. Qui sait elle pouvait peut-être servir un jour. Tout le monde étaient plus beau les uns que les autres, chacun ayant trouver le costume qui leurs convenait a la perfection. Une jeune blonde qui ne connaissait pas était d’ailleurs déguiser en David Bowie apparemment. James reconnu la référence car il était d’origine Moldus et possédait une grande culture. Légèrement amusé et un sourire un peu espiègle sur les lèvres il se tourna vers la jeune fille qui était en train de se servir un verre.

    James – « Hey sympa le costume. Tu a opter pour l’originalité ? Tu avait peur de passer inaperçu ? » fit-il légèrement taquin. « Si tu veux un conseil dans se genre de soirée ou tout le monde ne trouve pas vraiment sa place, le mieux c’est la maladresse, l’humour, et…peut-être la séduction. A toi de voir laquelle des trois tu choisis. »

    Son regard bleu-gris plongeait dans ceux de la jeune fille, James commençait a ressentir les effets des trois verre de Vodka qu’il avait désormais dans les veines, accentuant son assurance naturelle. Le jeune homme était loin d’être timide avec les filles, ça s’était le moins qu’on puisse dire. Il avait se sourire si caractéristique a lui-même, si agaçant et attirant en même temps. Espiègle, malicieux et insolent, il cherchait seulement a se distraire tout en jetant toutefois des coups d’œil furtif vers l’entrée, attendant toujours celle sans qui cette fête n’aurait jamais eut lieu. Un sourire apparut sur ses lèvres lorsqu’il la vit enfin entrée accompagner de Sasha. La jeune Carlson était tout simplement fabuleuse. Pourtant le regard de James s’attardait sur Susi, et il semblait n’avoir d’œil que pour elle. Il restait bleffé de son costume, qui devait sûrement signifier peu de chose pour les autres mais ce n’était pas le cas pour lui. Blanche neige. Elle était en Blanche Neige ! Combien de nuit avait-t-il passait a lui lire ce conte Modus en espérant la dégouter a vie des pommes et cela simplement car il s’agissait là du fruit préféré du jeune homme qui n’était guère préteur ? Sûrement beaucoup plus qu’il ne s’en rappeler, la jeune fille ne se lassant jamais d’entendre James commentait les moindres détail de l’histoire a sa façon, rajoutant des bruits où il n’en avait pas d’écrit et imitant la voix de Blanche Neige avec féminité, la faisant rire a chaque fois. « Le prince – ce crétin qui n’était même pas capable d’embrasser sa belle - décida alors de ramener Blanche Neige dans son château - oui parce que monsieur avait bien sûr un château pour se la pété avec ses 150 pièce qui servait a quedal – afin de trouver un remède a son sort. » Tout les jours s’en était presque devenu un rituel, le jeune Kent prenant plaisir a border Susi qui refusait de fermer l’œil et passer de longue minute a râler auprès que Katherine si James ne lui lisait pas l’histoire. En règle général elle n’avait pas a insisté bien longtemps, se faisant désiré mais au fond appréciant ce moment d’intimité où ils se retrouvaient côte a côte, et presque seul au monde. Et maintenant elle était déguiser en Blanche Neige lui rappelant a quel point ils étaient proche ! Le cœur de James se serra. Il était toucher et élue mais c’était comme si elle lui disait sans lui dire « Notre amitié est importante. Ça fait tellement longtemps qu’on se connait. ». Tellement longtemps en effet… Arriverait-elle a le voir différemment ? N’aurait-elle pas peur de gâcher leurs amitié ? Il n’en était pas certain…

    Elle lui fit un petit geste de la main pour qu’il la rejoigne. Ce qu’il s’apprêtait a faire lorsque… Bo Landon vint rejoindre Susi au moment où un jeune homme déguiser en assassin partait plus loin avec Sasha. Bo ! James sentait la jalousie et la colère montait en lui bien qu’il essayait de le cacher. Le pouffsoufle était en Indiana Johnes et le jeune Slayers était triste qu’une roue ne soit pas là pour écraser l’aventurier. Il n’avait pas grand-chose contre Bo a vrai dire, a part le fait qu’il était évident qu’il était amoureux de Susi. James le savait pas besoin de le lui dire, Bo était amoureux de Susi. Putain ! Voilà qu’il la coller déjà. Le regard de James se posant sur la jeune David Bowie, il eut une idée et avec un sourire l’invita a le suivre tandis qu’il rejoignait « les amoureux ». Avec un peu de chance Bo tomberai sur le charme de l’inconnu.

    James – « Hey Salut Susi tu es…tu es… » Il la regarda de la tête au pied et semblait être a cour de mots tellement il la trouvait… Waw ! « Déguiser en quoi ? »

    Il avait un air faussement intrigué et légèrement surpris. Les yeux écarquillé il semblait chercher l’origine du costume. Pur foutage de gueule. Un véritable petit comédien, ironique a souhait et légèrement agaçant. Il finit par lui adresser un sourire espiègle et insolent, le regard brillant amusé lui-même par ses répliques. Il c’était diriger directement vers Susi et n’avait adressé aucun regard au Pouffsouffle. Lorsque ses yeux tombèrent sur lui, James devint tout a coup froid et distant, tirant une tronche tout sauf sympathique.

    James – « Salut »

    Comme une curieuse impression qu’un vent glaciale venait tout a coup de passer tant le jeune Slayers avait refroidis l’ambiance avec

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope P. L. McGwen
    fornicatrice de serpents • la zoophilie est un art

avatar

Messages : 87
Camp : Du côté de Gallner. Discipline, autorité et sadisme !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Jeu 2 Juil - 1:53

    Les détails. Ce soir, il fallait jouer sur les détails. Aux yeux de Hope, c’était une chose assez importante. Bien sûr, elle n’était pas comme toutes ces pimbêches, demoiselles artificielles, qui ne vivent qu’en regardant leur nombril ou une autre partie de leur corps Ô combien plus intéressant. Non, elle n’était pas ainsi à vouloir paraître parfaite, car loin de là était son image. Les fois où on la retrouvait les vêtements sens dessus dessous parce qu’elle s’était endormie dans un endroit improbable ne manquaient pas. Mais il n’empêchait pas que la rouge & or était à la recherche de détails pour son déguisement du soir. Elle aimait avoir la petite touche finale fantaisie, et plus que cela encore, la petite touche kitsch. Alors, quoi de mieux qu’une sortie à pré-au-lard pour s’occuper des derniers détails. Rassurez-vous, c’était une sortie prévue de longue date, pas de celles que l’on fait à la va vite, en douce, dans la crainte de se faire peur. Direction la boutique de bonbons, que l’on appelait aussi confiserie. Bonjour Madame, Bonjour Monsieur. Non, je ne fais que regarder, merci. C’était fou ce qu’il pouvait y avoir comme sucrerie dans cet endroit. A commencer par les caramels dont la mention était « pour les enfants qui veulent perdre leurs dents rapidement ». Super longue mention qui, au passage, n’avait rien d’attrayant. Ca expliquait peut être en partie le fait que la case était encore pleine, aussi, qui allait acheter ça ? Regard rapide au niveau de la date de péremption. Dépassez depuis deux mois. C’était à s’en douter. Tout de même, la blonde en prit une poignée qu’elle glissa dans son cabas. Ce n’était pas destiné à elle, mais aux quelques malheureux et malheureuses qui voudraient la coller de trop près. Histoire de se montrer amicale et hop, des dents en moins. La classe, non ? Hope continua son manège, passa à côté des Fizbiwiz mais l’idée de s’élever à quelques centimètres dans les airs, très peu pour elle. Non pas qu’elle avait peur du vide, loin de là ; d’ailleurs, elle adorait le quidditch. Mais justement, comparé à ce sport, les quelques centimètres d’élévation que procurait le bonbon, c’était limite ridicule. Elle passa à côté. Sucettes, bonbon poivré, mentholé. Tube ressemblant à des carambars mais à l’odeur âcre, pastille goût sang ; tous les goûts y passaient. Mais rien ne convenait, c’était à désespérer. La demoiselle commença à s’échauffer toute seule dans la boutique, sous les regards inquisiteurs des gérants, et inquiets des clients. Car elle avait une idée bien précise de ce qu’elle voulait. Elle avait déjà vu ce modèle de sucettes dans un parc d’attraction moldu. Et espérait retrouver ceci en domaine sorcier. Bonne chance. Vous savez, ce sont les grandes sucettes rondes et aplaties. Vous ne voyez pas ? D’un côté, c’était mal expliqué Il s’agissait en effet de ces sucreries qui ressemblent aux trucs bizarres qu’ont certains psychiatres pour hypnotiser les gens. Avec des spirales. De deux couleurs différentes. La jeune femme voulait du rouge et du blanc, histoire de convenir parfaitement avec son déguisement. Une étagère étudiée supplémentaire, sans succès. D’autres passèrent également à la trappe. Rien. Bon sang ! Moue décontenancée, main dans les cheveux signifiait qu’elle était pommée, Hope regardait avec désarroi la dernière étagère. « Bonjour Mademoiselle, vous désirez ? » Deux gin tonic s’il-vous-plaît. Non mais franchement, c’était quoi cette question. On n’était pas dans un bar. Ni dans un restaurant. Encore moins chez le boulanger. Sourire rapide tout en fixant le vendeur. Elle expliqua rapidement ce qu’elle voulait, s’embrouillant dans les explications. Mais ça, c’était normal, c’était Hope. Il n’y en avait plus ? Vraiment plus ? Mince. Sourire enjôleur et je vais voir dans la réserve. Merci, c’est trop gentil. Et c’était fou comme les gens pouvaient se faire avoir. S’en était presque lamentable. Le jeune homme revint quelques instants plus tard, l’air victorieux, brandissant la sucette tel un trophée. Le problème ? La couleur verte et jaune. Un petit coup de baguette et c’était réparé mais Hope avait envie de râler. De discuter. Et c’était parti pour l’acheter à moitié prix. Pour la peine, elle voulait bien prendre quelques petites bricoles. Genre, les fizbiwiz. Avec tout les gens bourrés qu’il y aurait ce soir, ça pouvait être intéressant d’en refiler quelques uns. Histoire de les déstabiliser. Retour au château.

    Merde, j’vais être en retard A courir dans tous les sens, Hope aurait bien pu se déguiser comme le lapin blanc dans Alice au pays de Merveilles. Car cela faisait bien une heure qu’elle faisait des trajets réguliers entre son lit et son armoire en répétant toujours la même phrase. D’un côté, quand une partie de votre déguisement disparaît pendant que vous partez faire un tour, il y a de quoi se poser des questions. Le contenu de l’armoire fut rapidement renversé sur le lit. Rien. Sûre que c’était l’autre pouffiasse qui s’était servie. La blonde se dirigea vers l’armoire de Théa, qui était à l’opposé de la pièce. Et lui réserva le même sort. La pétasse. Elle ne s’était pas gênée pour lui piquer ces bottines. Mais l’heure n’était pas à la vengeance, aussi Hope préféra faire soft pour le moment et disposer un vêtement de chaque fille dans l’armoire de Théa. C’était juste un avant-goût. La rouge & or retourna alors à sa place. Le défilé pouvait commencer. Après avoir enfilé ses sous-vêtements, Hope enfila des bas blancs qui lui arrivaient mi-cuisse. De là, elle enfila un dessous de jupe en dentelle qui arrivait juste au dessus – à peine – de ses bas, afin qu’ils soient bien visibles. Ensuite, elle enfila une robe rouge, bien cintrée à la taille dont les manches courtes étaient bouffantes. Il ne manquait plus que les souliers, le chaperon et le panier d’osier. Qui lui aussi avait disparu. Un coup des elfes de maison, sûrement, qu’elle s’empressa d’appeler. Oh, ils avaient confondus cela avec un déchet et l’avaient mis dans la cheminée. Et bien, qu’ils lui en fassent un autre. Les elfes disparurent dans un claquement sonore, demandant qu’on les pardonne. On verra ça plus tard. Entre temps, il fallait se maquiller. Khôl, eye-liner, mascara. Blush, fond de teint. Tout y passa. Sans exception. Quelques gouttes de parfum derrière l’oreille et le tour était joué. On ne change pas les vieilles habitudes. Mais toujours pas de nouvelles du panier. Dérangeant. La rouge & or s’attaqua alors aux souliers. Mais aussi à rassembler ses affaires. Paquet de clopes. Bonbons du matin. Sucette blanche et rouge. Un peu de maquillage et d’autres conneries du même genre. Elle se chaussa et dût attendre encore une vingtaine de minutes. Juste pour elle le temps de voir les objectifs de la soirée. Le premier ? S’éclater. Le deuxième ? S’éclater avec Svetlana. Le troisième ? Changer la routine dans laquelle elle s’était embourbée. Sérieux. Cours. Cours. Fumette. Buvette. Jambette. Cours. Petits Mots. Basta ! Quoique … Ce n’était sûrement pas pire que la petite routine de Svetlana qui s’était fourrée avec un Serpentard un peu couillon si vous voulez un avis. Et puis, on voyait bien que cela ne la rendait pas heureuse. Car tant qu’à vivre, autant que cela se passe au mieux. Non, Hope n’était pas du genre dépressive même si elle avait un peu abusée de la boisson ces temps-ci. Mais cela, c’était un peu normal. Quand une de vos amies meure à vos côtés, vous n’allez pas faire comme si de rien n’était et allait tout sourire entre les gens. Au contraire, vous essayez d’encaisser, pour combler le vide que cela à procurer chez vous. Et dieu que c’était dur ! & ce n’était surtout pas le moment d’avoir une nouvelle crise d’angoisse. Crises assez fréquentes depuis l’attentat. Le panier arriva.

    Oui, ma journée s’est bien passée. Et toi. Salutations rapides. Hope était finalement arrivée en avance au point de rendez-vous qu’elle s’était fixée avec Svetlana. Echanges de banalités. Même si la complicité se faisait ressentir. Direction le huitième étage donc. Franchement, au lieu de s’épuiser à se rendre là où elle était allée, la rouge & or aurait mieux fait de rester à l’étage de sa salle commune. Elle n’aurait pas eu à remonter jusqu’au septième pour finir au huitième. C’était un peu con comme affaire, mais bon. Ambiance. Ambiance. Dès l’arrivée. La musique était déjà lancée. Des jeux de cartes aussi et l’alcool avait déjà été entamé. Ahem. Un gars habillé tout en doré passa devant la Gryffondor, un plateau contenant des coupes de champagne. C’était quoi ce délire ? Il y avait des gens qui servaient ou … Non, c’était vraiment impossible. Le jeune homme devait sûrement rejoindre des amis quelques part. Il n’empêcha que, discrètement, Hope en piqua deux sur son plateau. « Alors Hope, on joue à quoi, ce soir ? » Bonne question. Pour le moment, la concernée se contenta de déposer une des deux coupes dans les mains de sa compagne du froid… La Russie, la Finlande, ce n’était pas très loin. Fouillant dans son panier, elle rechercha sa sucrerie. Chercher… Une belle occupation. Très belle. Et qui pouvait être amusante. Prenant le ton le plus sérieux, la Miss répondit : « Le jeu de cartes, ça me dit vraiment rien. Il nous faut quelque chose d’original, tu vois ? Genre … une chasse au trésor. Géante. A échelle humaine quoi. » Le bout de papier ensorcelé qu’elle avait sorti de son sac et mit dans l’autre main de Svet commença à se mouvoir. Les phrases s’écrivaient d’elles-même, les mots se bousculant parfois s’ils étaient trop longs. La petite chose marrante, sur ce petit bout, c’est que les mots étaient écrits en italique si Hope insistait sur certains. C’était le cas du vraiment, qui manifestait bien le fait que le strip poker, très peu pour elle. Ou alors très éméchée. Mais il n’empêchait …Silence. Des fois, elle avait vraiment des idées bizarres. La dernière en date ? L’envie irrépressible de jouer au Cluedo. Rien que ça. La blonde porta à ses lèvres. S’il fallait déjà commencer à boire, que cela se fasse de manière classe. Le petit doigt en l’air, s’il-vous-plaît. Il paraît que ça aide à se concentrer. Et à réfléchir. Le premier indice ? Pourquoi pas. Quoique, ne parlons pas d’indices mais de quête. La jeune femme se tourna vers Svetlana. Elle se pinça les lèvres, reporta sa coupe à ses lèvres une nouvelle fois. Qu’est-ce qu’elle allait bien pouvoir lui dire. « Cherchons d’abord, celui ou celle qui possède le plus de bleu. Photos à l’appuie. » De son sac, Hope sortit son appareil. Histoire de faire sa paparazzi quand tous seront bien éméchés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celestia O'Keefe

avatar

Messages : 99
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Jeu 2 Juil - 2:52

La poufsouffle était assise décourager dans son lit, une pile de vêtement multicolore devant elle. Peu importe ce qu'elle mettait, elle n'était pas sexy ! Mignonne à la limite du sexy, mais elle avait toujours l'air d'une gamine. Son visage d'enfant était éternel. Elle avait tout essayer son linge, tout ses costumes! Rien qui puisse la rendre vraiment femme...et de toute façon à quoi cela servait? Razi lui avait clairement dit qu'il n,était pas intéressé à aller à cette soirée parce que MIss Susi y allait avec James. Et la queen Bee avait décider de rester avec son meilleur ami au lieu d'accompagner la poufsouffle. Et Ashley et pas mal tout le monde se tenait de plus en plus avec Susi dans son entourage. Bon elle avait perdue la mémoire et els gens s'attroupait autour d'elle. Normal...Mais se soir, Célestia voulait être celle qu'on allait regarder. Elle fixa son tas de linge pour la dernière fois et soupira, lorsqu'elle remarqua une robe asiatique rouge. Elle enfila la robe et prit une paire de ciseau qui trainait dans el tas de linge( car la demoiselle adorait modifier son linge) Elle s'examina dans le mirroir avec l'air de réfléchir et ce mit à couper le tissus ou son ventre. Elle avait maintenant une mini-jupe très taille basse et un haut très court. Elle enfila une paire de sandale qui se laçait jusqu'au genoux. Les talons était très haut. elle se regarda une nouvelle fois dans le mirroir.

''Bon on aime bien mes cheveux noirs...mais je suis sorcière autant en profiter...''

Elle transforma ses cheveux eben en cheveux blonds et lisses(hrj: On enleve biensure le bandeau rouge de sur la tête). Elle rajouta par la suite un maquillage foncer rouge et noir(voir blond). Le clou du costume était toue les armes qu'elle rajouta par la sutie. La poufsouffle adorait les armes et les collectionnaitent.totues les sortent, arme blnahce, fusil, arbalète Étaient accroché à son dos, deux véritable Katanas. À sa cuisse gauche elle avait un séduisant poignard et à sa droite un pistolet, un gun. Elle ressemblait à un personnages sexy de jeux video. Jamais les gens n'allait voir une Célestia aussi peu gamine. Elle était satisfaite et espérait franchement avoir des commentaires. Le seul his était que l'on voyait ses cicatrices de shoot sur la cuisse ainsi que des cicatrices sur le reste de son corps...tant pis, elle devrait vivre avec.

Avant de se rendre à la salle, Célestia se dirigea aux toilette du deuxième...qui franchement se soir là, avait beaucoup de visiteur. Soir de fête...Celie se dirigea vers son petit coin à elle, SON carreau, elle le souleva et fit son shoot avant d'aller à la fête. Après une quinzaine de minute à planer toute seule la jeune fille ramassa des pots de pillule à vendre à la soirée, un petit sac de poudre blanche pour elle et une bouteille de jack Daniel...et Voilà ready à faire la fête!

À la porte on la laissa entrer sans problème, après tout elle connaissait bien James...Elle se dirigea vers un petit groupe et leur venda de la came. Bouteille de Jack daniel en main elel fit le tour visuellement. Susi et James...Des filles qui l'aiment pas...La table de Strip de Blake. C'était l'élite. Elle, elle n,était rien à leurs yeux, mais qui sait se soir il allait peut-être la laisser jouer avec eux...

''Je peux me joindre a vous?''

Demanda t'elle un sourire joueur sur ses lèvres pulpeuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blake Milton-White
    Depraved prince • sex, drugs && rock'n roll

avatar

Messages : 1223
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Jeu 2 Juil - 10:51

    James ne tarda pas à arriver, sous l'appel de son ami Serpentard déjà un peu trop allumé à la vodka, et entrainant sa cour d'admiratrices avec lui. L'orgueilleux Milton ne tarda d'ailleurs pas à attraper délicatement l'une d'entre elles par la hanche alors que dans sa main gauche se tenaient quelques cartes au jeu plus que modeste qui arrachèrent une brève moue de dépit à Blake. Non pas qu'il était des plus pudiques, mais il avait encore une sainte horreur de perdre, même lorsque la soirée se prêtait à l'amusement. Néanmoins le cercle vicieux des fêtards invétérés était enclenché : chaque partie de perdue était propice à boire un shooter, chaque shooter de bu entrainait systématiquement une déconnexion rapide des neurones, qui en ce sens faisait perdre la partie audit joueur, qui se devait alors de reprendre un verre... Cruelle fatalité, n'est-ce pas ? Encore heureux, Milton tenait encore bien l'alcool -plus par entrainement intensif que bonne constitution, car il était bien connu que le Serpentard mangeait peu et donc buvait bien souvent à jeun- , aussi il demeurait encore que légèrement éméché et en rigueur tout de même de gagner une ou deux parties. Quoique pour le moment , la malchance parlait pour lui.

    James – « Putain t’es mal barré mon pote. A avoir un aussi mauvais jeu tu va finir par faire des heureuses. »
    BLAKE – « C'est une feinte... »

    Il esquissa un sourire amusé comme il murmura sa phrase qui signifiait un " je fais exprès de perdre pour mieux les feinter..." d'une mauvaise foi certaine, avant d'avaler une autre gorgée de vodka lui brûlant la gorge. Les rires s'amplifiaient, les invités arrivaient par dizaine, et déjà il était impossible de retrouver aisément une personne que l'on souhaitait chercher du regard, tant la pièce regorgeait d'une foule adolescente festive. Par ailleurs, en parlant de personnes attendues, Blake finit tout de même par se retourner brièvement, sa cigarette toujours au coin des lèvres, à la recherche de la silhouette frêle de Casey qu'il n'aperçut pas pour autant. Néanmoins ce fut sur les courbes graciles de sa cousine que les yeux noisettes du Serpentard se posèrent alors, comme elle se dirigeait vers eux d'un sourire ravi. Cela faisait bien longtemps, depuis les attentats, que Blake ne l'avait pas vu aussi rayonnante. Captivé par la grace de Delilah, la toisant de son regard complice et provoquant, il ne fit pas même attention au départ de James parti retrouver sa Susi. Lâchant alors l'autre demoiselle gloussant au creux de ses bras, Blake attrapa la main de sa cousine, la tirant délicatement vers lui afin de la faire asseoir sur ses genoux. Un baiser sage sur sa joue et le Serpentard posa son regard sur ses cartes, alors qu'autour de lui ses patenaires de jeu s'agitaient, chantaient, riaient et se saoulaient à l'alcool blanc.

    BLAKE – « Dis-moi que tu ne veux pas voir ton cousin se retrouver sans chemise. Tu seras mon porte-bonheur. » murmura-t-il de sa voix grave avant d'écraser sa Lucky dans le cendrier lui faisant face.

    Lui et sa bande d'amis, personne d'autres. Un cercle fermé qui laissait entrer les importuns mais à quel prix ... Blake ne semblait guère se soucier en l'instant des autres personnes, pour le moment il n'importait que sa vodka, gagner la partie en beauté et sa belle cousine sur ses genoux. Néanmoins il était certain qu'une fois qu'il s'en lasserait, Blake partirait à la recherche de visages familiers comme de nouvelles têtes ; loin d'être introverti il était de ceux qui s'imposaient, narguant presque les autres car ne les faisant pas tout à fait rentrer dans son monde. Milton n'en donnait la clé qu'à certaines conditions, et ces dernières demeuraient toujours très floues et aléatoires, en un sens le Serpentard était des plus imprévisibles et il pouvait tout aussi bien en interdire l'accès à une personne populaire que d'y faire entrer le dernier des parias ou la brunette de Poudlard faisant tapisserie... Et en parlant de marginale, Celestia pointa le bout de son nez, reconnaissable par sa voix sucrée mais ayant pour autant grandement changé d'apparence. Plus sexy, plus femme sans doute et moins gamine, qui fatalement poussa le jeune homme amoureux des courbes féminines à poser sur elle un regard moins indifférent qu'à l'accoutumée, ainsi qu'un sourire en coin explicite.

    ''Je peux me joindre a vous?''

    Pas de réponse dans l'immédiat, d'abord taciturne Blake posa son regard noir sur ses cartes avant de finalement les lever dans un haussement de sourcils vers une demoiselle assise autour de la table faisant potiche. La toisant de ses prunelles de plomb, ses yeux parlaient pour lui lorsque son visage se faisait impassible et narquois, jouant les princes orgueilleux et capricieux jusqu'au bout, il força ladite demoiselle à se lever afin de laisser sa place à Celestia sans même avancer un mot. Les Milton et leur arrogance à outrance, une si belle histoire d'amour... Vexée, la rouquine alors chassée réprima un râlement tout en restant néanmoins autour de la table, à présent debout. Blake fit un geste délicat envers la chaise libre et invita la Poufsouffle de sa voix incandescente à y prendre place.

    BLAKE – « Avec plaisir princesse. Mais je doute que tes deux morceaux de tissu tiennent en place bien longtemps. »

    Des rires, puis la partie reprit dans une conversation enjouée. Néanmoins, le Serpentard soudainement las finit par poser ses cartes sur la table dans un soupir : game over... Le jeune prince s'était déjà lassé, il lui fallait une autre occupation. Gardant sa délicieuse cousine contre lui, Blake avala un autre verre, prêt à attendre un signe de Delilah, n'importe lequel. Les cousins Milton, en plus de se comprendre aisément, avaient tous deux le même défaut : ils s'ennuyaient bien vite, quand bien même la fête battait son plein. Il leur fallait de l'indécence, de l'excès à outrance, de l'imprévu impromptu... Constamment, il fallait les étonner, au risque de perdre grandement de leur attention. C'était le cas de Blake en cet instant précis.

_________________

    Blake Hunter Milton-White

    Come break me down, bury me, bury me
    I am finished with you. Look in my eyes
    You're killing me, killing me.

    blake's theme *


Dernière édition par Blake Milton-White le Jeu 2 Juil - 20:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katheryne McGregor

avatar

Messages : 97
Localisation : Derrière ton ombre
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Jeu 2 Juil - 11:57

    - « Hey, Katheryne, tu vas où ? »
    Au secours ! Madelyne Green. S’il y avait bien une personne que Kathy n’avait pas envie de voir aujourd’hui, c’était bien elle. Remarquez avec quelle étrangeté cette jeune irlandaise de quinze ans respectait son aîné au point d’utiliser son prénom au complet, ne se contentant pas d’un vulgaire diminutif comme tout à chacun dans Poudlard. Non, Madelyne Green ne mangeait pas de ce pain-ci. Chez Madelyne, les paillètes et le maquillage étaient souvent de sortie. Les talons fusaient mais n’étaient pas aussi rapides et bruyants que sa langue fourchue qui ne pouvait pas s’arrêter de bouger continuellement en provoquant des sons tous plus irritants les uns que les autres. Une vraie bergerie à elle toute seule. Alors, quand son troupeau de copines rapplique derrière ses basques, on ne vous explique même pas le mal de crâne. En quelque sorte, vous l’aurez bien compris : Katheryne n’était pas la grande amie de Madelyne.
    - « Je ne sais pas, Madelyne. Loin de toi, surement. »
    - « Je vous avais bien dis qu’elle avait le sens de l’humour. Ce n’est pas la cousine de James pour rien. »
    S’exclamant auprès de ses copines, la jeune Serdaigle ne semblait pas comprendre les paroles de la Gryffone, les prenant pour l’exact contraire. Quand on vous disez que Katheryne n’aimait pas la jeune fille.
    « Tu vas à la petite soirée, ce soir ? » demanda la petite bleu&argent après avoir fini de glousser avec ses copines. Indéniablement, nous avions à faire avec quelques petites groupies de James. Le boulet, pourquoi fallait-il qu’elles viennent la voir, elle ? S’arrêtant au milieu du couloir, Kath’ dévisagea Madelyne comme si elle venait de l’offenser. Comment ne pourrait-elle ne pas être au courant. Assurément, la jeune groupie pot-de-colle de son cousin voulait s’incruster ou se pavaner devant elle et rien que son attitude avait le don de la mettre en rogne. Œil pour œil & dent pour dent, dit-on. « Bien entendu, ce n’est pas tous les jours qu’on peut faire la fête à la lisière de la forêt interdite au début de la nuit. » feinta la huitième année en prenant une mine ravie, plus par la crédulité de son interlocutrice que par la petite sauterie. « Vous voyez, je vous l’avais dis. Elle est cool, Katheryne. » déclara la petite tout en s’exclamant en pouffant avec ses copines avant de se retourner vers la rouge&or. « Elles pensaient toutes que tu étais une sorte de peau-de-vache mais, je leurs prétendais le contraire. C’est impossible. Après tout, tu es notre amie. » répliqua la petite tout en donnant un petit coup de main sur l’épaule de Katheryne qui se forçait à sourire sans broncher, bien que l’envie grandissait au fur et à mesure. Finalement, la groupie et sa petite troupe continuèrent leur chemin tout en lui promettant de se revoir le soir-même. C’est alors que le sourire de Kath’ devint plus fluide et léger. Au moins, celles-ci seront loin de la famille, ce soir. C’est à ce moment-là qu’une ombre se profila sur le carrelage, se rapprochant de la jeune fille, telle une ombre vengeresse. Un ressentiment. Une présence. Un soupir.
    - « Qu’est-ce qu’elle t’a fait, celle-ci ? » susurra une voix au creux de son oreille.
    - « On ne touche pas à la famille. C’est la première règle, non ? »
    « Hum, hum… » étrangement, le jeune homme ne semblait pas du même avis mais, il laissa faire. « Tiens, j’ai profité d’un saut à Pré-au-Lard pour aller chercher les costumes, mon petit chaperon rouge. »
    Se retournant vers son frère, le regard de Katheryne était à la fois amusée mais aussi froid. Depuis l’attentat, elle rigolait rarement, semblant plutôt taciturne et renfermée sur elle. Cependant, l’attentat n’avait rien à voir dans le cas présent. Depuis que James était venu parler de sa soirée à Matthias, ce dernier n’avait en tête que de faire un remix du petit chaperon rouge et du grand méchant loup. Le problème était que ce dernier semblait ne pas vouloir entendre le danger pour lui que représentaient ses paroles. L’insouciance des McGregor face au renfermement et au caractère sombre des Ibañez qui se répercutaient à la fois chez Katheryne et Matthias McGregor. L’échange se termina ici… pour qu’une énième dispute entre fratrie ne démarre plus tard….


    […]

    Après avoir perdue un pari entre McGregor il y avait de cela quelques semaines, Matthias avait trouvé l’action que sa sœur devait accomplir : il choisirait le costume qu’elle allait porter durant la soirée. Quelle ne fut pas la réaction de Katheryne lorsqu’elle aperçut un voile blanc ainsi qu’une longue tunique blanche dans le paquet ramené un peu plus tôt. Matthias y était allé fort, ce coup-ci. La petite dépérissait au fur et à mesure qu’elle enfilait son costume. Le blanc ne lui allait pas au visage. La plaisanterie était vraiment de très mauvais goût. Eux qui avaient été rejeté comme des suppôts de Satan. Eux qui avaient connu railleries, trahisons et haines face aux Moldus, voilà que Kath avait sur le dos le costume typique d'une religieuse. Trop, s’en était trop. C’est une Katheryne énervée qui s’en alla trouver son frère qui avait revêtu un parfait costume de militaire, métier qui lui plaisait s’il n’avait pas été moldu. Mais comme toujours, Katheryne s’abaissait face à Matthias. Personne ne comprenait comment une seule personne arrivait à faire flancher la ténacité et le mauvais caractère qui s’était développé chez la jeune fille. Le pire des salops n’y arrivait pas. Le plus sadique des professeurs non plus. Un simple frère, si. Pourquoi ? Les secrets sont toujours bien gardés… Rejoignant tous deux la bande d’amis de dixième année de Matthias, on pouvait apercevoir un groupe étrange se promener dans les couloirs de Poudlard, zigzaguant afin d’éviter d’éventuels gêneurs, nommés professeurs. Une lampée de whisky dissimulée dans la gourde du cow-boy et nos joyeux lurons continuèrent leurs routes.
    Un cow-boy dans un côté du couloir. Un militaire de l’autre. Au milieu, James Bond avançait sur la pointe des pieds, tandis qu’un Jules César discutait avec une religieuse sous le regard lourd du militaire. Si Matthias avait choisi le costume de religieuse pour sa sœur, c’était pour une bonne raison : personne n’approche les bonnes sœurs. Un trait Slayers qui ne devrait pas se trouver dans les gênes McGregor. Finalement, la joyeuse bande arriva à bon port. Ayant trop de monde pour pouvoir s’y retrouver, le petit groupe se faufila à l’intérieur en prenant soin de bien refermer la porte, saluant les personnes connues au passage. Cherchant des yeux Tigrou && la Hyène, Katheryne n’arriva à trouver ni l’un, ni l’autre. Sa petite vague de tristesse se dissipa pourtant rapidement lorsqu’on l’entraina dans un concours de descente. Vu l’état de la Gryffone, ses derniers temps, l’alcool ne pouvait que l’aider à se détendre et pouvoir redevenir elle-même. Beaucoup d’alcool. Que la soirée commence…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey S. Donahue
    fail meDo me a favour & break my nose

avatar

Messages : 216
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Jeu 2 Juil - 20:08


      La petite ange était restée dans son coin. Légèrement adossée à un mur, quoi que pas trop pour ne pas se faire mal aux ailles. Peut-être que finalement, sa brillante idée ne l'était pas tant. Ses ailles risquaient d'être plus encombrantes que ravissantes. Qu'importe, elle pouvait les faire disparaitre en un coup de baguette qu'elle avait laisser dans la poche à l'intérieur de sa robe blanche. Le nombre d'invités augmentait, la salle se retrouvait bientôt pleine, encore moins de chances pour elle de trouver celui qu'elle cherchait. Les minutes s'écoulaient et toujours pas de Blake à l'horizon. Le cœur de la demoiselle se serrait désagérablement dans sa poitrine alors qu'un million de scénario apparaissaient dans sa tête. Blake entouré d'une tonne de jolies filles, plus belles les unes que les autres. Blake embrassant une demoiselle dans un coin. Elle avait envie de vomir juste à imaginer la scène. Bien entendu, elle faisait confiance à son serpentard, mais c'était aux autre fille qu'elle ne faisait pas confiance. Son homme avait un charme fou auquel aucunes femmes ne pouvaient résister. Ce sourire diaboliquement beau, ses expressions faciales lorsqu'il plissait doucement son nez ou ses sourcils.

      Soudainement, le regard de la demoiselle se posait sur son amoureux dans la foule. Assis à une table, elle ne le vit que très brièvement. Elle se désadossa doucement de son mur. Se frayant un chemin à travers les danseurs et les fêtards tout en faisant bien attention à ses ailles. Elle arriva finalement à côté d'eux. Une table où apparemment on jouait aux cartes. Blake inlassablement entouré d'une panoplie de fille. Même que l'une d'elles était assise sur ses genoux. La demoiselle se tenait face à eu, restant sans mots. Elle ne voulait pas s'emporter et faire un scène pour une fille qui n'était sans doutes qu'une amie, du moins, c'est ce qu'elle espérait. Définitivement, la soirée aurait été mieux s'il n'y avait eu qu'eux deux. Elle n'aurait pas eu ce sourire de déception posé sur son doux visage alors qu'elle regardait son prince qui malgré sont costume semblait plus de faire bourreau des cœurs que prince.

      « Bonsoir Blake, tu passes une bonne soirée ? »

      Demanda la demoiselle doucement. Son ton était calme même si son cœur avait envie de crier au meurtre et d'assassiner de sang froid celle qui était à la place où Casey aurait du être : au creux des bras de Blake. Mais il lui avait dit qu'il lui ferait sans doutes mal, elle aurait du le croire lorsqu'il l'avait avertit. Parce que même s'il était son prince, sa cours ne se limitait pas qu'à une seule princesse qu'elle avait cru être. Elle aurait seulement voulu qu'il tasse cette pétasse et qu'il l'emmène avec lui loin, loin d'ici, loin d'elles toutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxence Giokovich

avatar

Messages : 22
Age : 24
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Jeu 2 Juil - 21:12

    La jeune Poufsouffle était presque prête. Après quelques hésitations, Maxence avait finalement opté pour une tenue d’indienne, très sobre. Elle ne tenait pas à paraître plus tentatrice qu’elle ne l’était déjà. Une petite robe frangée, accompagnée de bottes montantes du même acabit suffisaient à faire d’elle une véritable Pocahontas. Maxxie avait pris soin d’accrocher quelques plumes dans ses cheveux, paufinant son style avec quelques bijoux de type amérindien. L’illusion était parfaite. Elle aimait cette image de fille à la fois douce et déterminée que lui conférait ce costume. Il ne lui restait maintenant plus qu’à appliquer la dernière touche, le maquillage. Maxence n’était pas toujours qualifiée de très féminine, cependant cette dernière appréciait se redessiner le regard à l’aide d’un peu de khôl. Ce soir était un soir particulier et elle tenait à ce que rien ne soit laissé au hasard. C’est ainsi qu’elle décida de s’appliquer un maquillage dans les tons naturels, dans le marron et ses dérivés. Elle se leva ensuite de sa coiffeuse, admirant son reflet dans le miroir, tournant sur elle-même. Elle était plutôt satisfaite du résultat.

    « Parfait. »

    Elle attendait cette fête depuis longtemps. Etant organisée par Blake et James, elle était certaine de s’amuser. Elle espérait seulement qu’ils avaient prévu une bonne quantité d’alcool. Oui, car pour elle, une fête sans alcool n’en était pas vraiment une. Blake faisait parti de son cercle d’amis proches, du genre aussi fêtard qu’elle, un garçon avec lequel elle se sentait toujours à l’aise. Une espèce de tension sexuelle opérait entre eux, mais leur relation restait strictement amicale. Seulement, quoi de plus normal ? Je veux dire, Blake est tellement sexy ! Toutes les filles vous le confirmeront. Mais Max’ préferait le garder comme ami. De toute manière, on pouvait lui attribuer les pires frasques, la miss se contentait de boire et de fumer, la luxure n’était décidemment pas parmi ses vices. Marie couche toi là, sans façon. Evidemment, elle aimait le jeu de la séduction, se jouer du sexe opposé faisait parti de ses passes temps favoris, néanmoins, ça s’arrêtait là. Les pauvres choses étaient donc souvent frustrés.

    Maxence se rendait seule à cette fête. Elle savait que d’autres Poufsouffle s’y rendaient – la moitié de Poudlard y était convié de toute façon -, et elle les retrouverait sûrement là bas. Maxence était fin prête, il était inutile de s’attarder une seconde de plus dans son dortoir des plus mornes. La fêtarde qu’elle était sentait que quelque chose de beaucoup plus excitant était en train d’avoir lieu non loin. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres, vite chassé pour laisser place à son habituel moue impassible. Elle se dirigea alors vers la si convoitée ‘salle des désirs’ d’où elle devinait déjà les sons de la fête qui battait son plein. Il y avait déjà pas mal de monde, beaucoup de sorciers et sorcières qu’elle ne connaissait pas. Qu’est ce que des premières ou seconde année faisaient ici ? Elle était bien tentée d’aller les embêter afin de les dégouter à jamais des fêtes de Poudlard, mais freina vite ses envies sadiques. Elle était là pour s’amuser. Elle distingua alors Blake non loin de la table où semblait avoir lieu une partie de strip poker, en compagnie de sa supposée petite amie. Celestia, une jolie Poufsouffle qui l’attirait étrangement, était en train de participer au jeu de carte. Maxxie irait sûrement la rejoindre plus tard. Pour l’instant, elle était assoiffée. Elle alla donc vers le bar, se servir de jus de citrouille - pour commencer -, son regard de perdant au milieu de la piste de danse, scrutant à la recherche d’une âme aussi corrompue que la sienne avec qui elle pourrait s’amuser un peu.

    « Que la fête commence. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delilah A. Milton

avatar

Messages : 123
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Jeu 2 Juil - 22:38

    Douce main dans la sienne, elle s’écroula sur ses genoux, un sourire rieur au bord des lèvres. Ses yeux pétillent, et elle se laisse gagner par cette euphorie que, prudente, elle avait d’abord repoussée. Elle oublie momentanément Ashley, pour un instant au moins. Au cœur du jeu, son cœur battait la chamade, et elle savait, elle savait que si elle ouvrait la bouche, les mots s’échapperaient pour danser autour d’elle, se mêlant aux conversations mondaines qui l’entouraient. Les yeux grands ouverts, elle se blottit un peu plus contre son cousin, sourit en sentant ses lèvres se poser sur sa joue. Sagesse infinie, la partie se situe ailleurs pour ce soir, et elle savoure ce maigre repos sans en demander davantage. Elle laisse elle aussi son regard s’égarer sur ses cartes, petite moue, au fond, elle n’y connait pas grand-chose, ou du moins, ne veut pas y réfléchir ce soir. Elle se sent soudainement comme une petite fille dans un costume de grande personne, brûle de passer ses bras autour du cou de Blake pour y enfouir son nez, mais se contente de le regarder avec ce même regard complice qu’elle pose sur lui à chaque fois. Mélodie de l’âme, elle n’est jamais plus à sa place qu’en cet instant, et si la fête bat son plein, elle n’a pas l’impression d’y être, pas encore du moins. Elle ne le sera que lorsqu’elle aura dévoilé son secret, comme un écrin, lorsque les phrases s’envoleront dans l’air pour se mélanger à l’atmosphère de la pièce, lorsqu’elle aura repris son existence en main. La jeune fille ferma les yeux, une simple fraction de seconde, se rappelant de ne pas s’emballer. Elle était terrifiée, angoisse de voir l’illusion lui échapper, lui filer entre les doigts, et si cela ne se produisait qu’une fois ? Pourtant, elle se rappelle de l’expression de la Poufsouffle, et de cette vague d’espoir en entendant le son de sa propre voix, depuis si longtemps oublié. Alors elle se détend, sourit doucement, plonge dans le brouillard de l’incertitude. Tant pis, elle saurait plus tard.

    BLAKE – « Dis-moi que tu ne veux pas voir ton cousin se retrouver sans chemise. Tu seras mon porte-bonheur. »

    Un simple murmure, elle glousse doucement. Il était le seul à ne pas avoir peur de parler devant elle, mis à part Seth, le seul qui ne l’agace pas par ses mots, sans pour autant oublier qu’elle ne répondrait pas. Il s’exprimait avec naturel, s’agitait autour d’elle, l’éloignant de cette affreuse réalité, il était, plus que jamais, son prince. Une fois de plus, elle se demanda ce qu’elle ferait sans lui. Probablement pas grand-chose, ce qui, au fond, l’énervait au plus haut point, elle qui refusait de dépendre de qui que ce soit. Malgré tout, elle était bien obligée de l’admettre, si elle avait dû choisir entre lui et elle-même, elle n’était pas sûre de le sacrifier – ce qui, lorsqu’on connaissait son égoïsme habituel, constituait en un fait particulièrement troublant. Delilah jeta un coup d’œil à la chemise en question, un air mutin se dessinant peu à peu sur ses traits fins. Elle tira sur le col, l’air d’hésiter, poussa un soupir, ménager ses effets. Puis elle jeta un nouveau coup d’œil aux cartes, expression concentrée, mademoiselle devient soudain une pro. Finalement, elle haussa les épaules, ce qui aurait, d’habitude du moins, constitué en la seule réponse qu’elle puisse lui fournir. Ce soir pourtant, elle se penche, féline, et sa bouche est à quelques millimètres de son oreille quand elle lui répond, provocante.

    « Je ne vis que pour te voir sans ta chemise, Blake. » Elle se recula ensuite, éclatant d’un rire cristallin, sans s’attarder sur l’expression, elle en était sûre, abasourdie du jeune homme. Puis, s’emparant du verre qui traînait en face d’elle, probablement celui de son cousin, d’ailleurs, elle y trempa ses lèvres avant de secouer la tête. « Quant à être ton porte-bonheur, vu tes cartes, je ne pense pas être suffisante. Au pire, si tu perds, ce sera moi qui enlèverai un vêtement. »

    Taquine, bavarde enfant, piquante, venimeuse, parfois même sanglante. Enlever un vêtement reviendrait à se déshabiller entièrement, et, bien qu’elle n’ait pas pensé à ça en s’habillant, elle trouvait l’idée amusante, voire particulièrement intéressante. Une énième provocation faite à son encontre, comme quoi la partie n’était pas terminée, simplement repoussée à plus tard. Elle reposa le verre de Blake avec un large sourire, toujours sans daigner lui accorder un regard. Au fond, elle ne tenait pas à une explosion de joie. Elle ne voulait pas voir le bonheur se peindre sur les traits du Serpentard, tout comme elle ne tenait pas à y croire. C’était trop irréel, et Merlin seul savait à quel point elle se méfiait des jolies choses. Toujours trompeuses. Elle en était la preuve incarnée. Elle se glissait avec son plus beau sourire près de ses proies, s’enroulait autour d’elles, puis s’éloignait sans aucun remord. Elle faisait miroiter le plus beau des trésors, puis leur arrachait en un sourire. Elle ne pouvait rien attendre d’autre qu’un juste retour des choses. Ainsi, ce fut avec une décontraction particulièrement réfléchie qu’elle observa le jeu, sans même s’y attacher vraiment. Les cartes tombaient sans se lasser, ils misaient, jouaient, pariaient, et les tissus tombaient à leur tour sur le sol, laissant apparaître les peaux nues de joueurs les plus malchanceux. Malheureusement pour elle, son cousin était un bien meilleur joueur qu’il n’y laissait paraître, et il abordait toujours sa chemise, l’air digne du prince qu’il était réellement ce soir affiché sur son visage sombre.

    A vrai dire, elle commençait à s’ennuyer, et seule la proximité de son cousin la distrayait quelque peu, tandis qu’elle songeait à lui demander de s’en aller avec elle ; tout en ayant peur de partir. La salle semblait être comme une bulle protectrice, et, si elle s’en éloignait, ne serait-elle pas réduite à devoir se sauver seule ? Elle n’en avait pas la force. Une nouvelle venue vint la sortir de son ennui, bien qu’elle ne reconnaisse pas l’étrangère, et hausse un sourcil quant à l’attitude de son cousin à son égard, qui, sans se hâter certes, la fit s’asseoir à sa table. Elle rumina pendant quelques secondes ses questions, répugnant à ouvrir la bouche à nouveau, de peur, encore une fois, que le destin s’acharne et qu’elle se retrouve sans voix. Finalement, alors qu’elle s’apprêtait et laisser aller ses mille et unes questions sans pudeur, loin d’être gênée quant à sa curiosité, une petite brune vint l’interrompre, avant même qu’elle n’ait pu prononcer un son.

    CASEY – « Bonsoir Blake, tu passes une bonne soirée ? »

    Il ne lui fallut pas longtemps pour la reconnaître, jeune demoiselle qui pouvait se vanter d’être la nouvelle conquête de son très cher cousin. Une étincelle de jalousie au fond des yeux, un ton un peu trop doux pour être naturel, et ce costume ridicule qui lui arracha un sourire moqueur. Sans daigner se dégager des genoux du garçon, elle poussa le vice jusqu’à entourer le cou de son cousin de ses bras fin, toisant l’ange d’un air hautain. Elle l’avait déjà croisée dans les couloirs auparavant, mais cette dernière ne lui avait jamais semblé aussi mièvre qu’en cet instant – bien que pour être franche, le costume qu’elle avait revêtu ne jouait clairement pas en sa faveur. Son nez se fronça quelque peu tandis qu’elle la détaillait. Jolie certes, mais qu’est-ce que Blake foutait avec elle ? Elle semblait presque gentille, c’en était presque repoussant. S’emparant une nouvelle fois du verre qui ne lui appartenait pas, elle adressa une moue faussement engageante à la Gryffondor.

    « Blake passe toujours une bonne soirée lorsqu’il est en ma compagnie, n’est-ce pas, darling ? »

    Sa voix ne lui avait jamais semblé aussi provocante, peut-être car elle ne s’en était plus servie depuis longtemps. Elle rayonnait, littéralement, et ne se souciait absolument pas de la réaction du jeune homme suite à son comportement. Après tout, ils étaient des Milton. Ils vivaient pour le jeu. Elle eut un léger gloussement, consciente de la tension qui s’était soudainement glissée dans la pièce. Loin d’en être gênée, elle était au contraire ravie d’être au centre des conflits, pouvant ainsi manipuler ses pantins à sa guise. Décroisant les jambes, elle se leva cependant d’un bond, cherchant sa petite Poufsouffle du regard. Ashley n’était pas loin, elle devait être restée à côté d’eux sans rien dire. Delilah eut un air vaguement coupable, et se saisit de la main de la jeune fille, nouant ses doigts aux siens. Puis elle se tourna vers le couple, se retenant de rire en les voyant côte à côte. C’était… Adorable. Elle secoua la tête, ses cheveux blonds virevoltant autour de sa tête.

    « On va vous laisser, Ash’ et moi. On ne voudrait pas déranger les amoureux. » Elle recula d’un pas, puis s’arrêta brusquement, et se mordit la lèvre, pensive. « A moins que vous ne vouliez faire la fête tous ensemble ? »

    Paroles surexcitées d’une enfant intenable, tandis que sa voix montait dans les aigus, l’étincelle cynique s’accrochait à ses prunelles, laissant entrevoir, pour ceux qui la connaissaient, qu’elle était en train de se foutre de leur gueule. Qu’avait-elle songé, encore, le petit ange ?

    Ah, oui… Pétasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashley Johansson

avatar

Messages : 194
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Ven 3 Juil - 3:29

    Ashley détournait le regard du miroir. Elle voyait le visage insatisfait de Delilah. Ashley n’aimait pas croiser le regard de Delilah, en fait, depuis qu’elle avait perdu la voix. La Poufsouffle avait pour mission de costumer Delilah pour la fête. Elle lui avait fait essayer plusieurs des costumes qu’elle avait trouvés, mais aucun n’était à la hauteur de la Serpentard. Elle avait toujours son petit mot à dire, même si techniquement elle ne disait rien. Son regard indiquait si oui ou non, elle se plaisait dans ce costume. Ashley croisait les doigts à chaque costume que la Serpentard essayait. Heureusement pour Delilah, Ashley était patiente et adorait les vêtements ainsi que les costumes Elle aurait pu abandonner dès le début ou refuser tout simplement de l’aider. Un refus d’aider Delilah et c’était s’attiré les foudres de cette dernière. Ashley n’avait pas plus envie que Delilah lui fasse la tête. Puis bon, elle devait s’avouer qu’elle aimait faire plaisir aux gens. Puis bon, Delilah lui rendait déjà service en étant une de ses mannequins. C’était facile, aussi, de créer pour Delilah. Elle portait tout, même si c’était osé, elle s’en fichait. Delilah était franche et Ashley aimait ça ainsi, même si parfois elle avait de petits pincements au cœur quand une de ses créations n’est pas à la hauteur des attentes des autres. C’est la vie, après tout. Ashley prenait bien les critiques, il fallait écouter les critiques pour pouvoir finalement donner son meilleur. Ashley osa regarder son amie qui se tenait devant le miroir à moitié nu. Il n’avait rien de gênant. Sérieusement, Ashley avait vu plus qu’une fois des seins et ce n’était pas la fin du monde… D’autres se seraient choqués par ça. Qu’est-ce que les gens pouvaient bien trouver de choquant ? Nous ne sommes pas nés nue ? Auparavant, pendant l’air préhistorique, les gens étaient nus et rien n’y changeais. Elle pouvait apercevoir Delilah lui sourire et elle en profita pour lui replacer une de ses mèches roses derrière son oreille. Ashley regardait toujours Delilah. Elle calma sa nervosité pour parler à Delilah d’une voix douce et joyeuse.

    « Tu n’as pas encore essayé cette combinaison… »

    Elle s’était retournée pour prendre le costume de Catwoman, une héroïne d’un film. Ashley souriait pour inciter Delilah à essayer le costume. Le tissu était moulant, elle savait que Delilah aimait faire tourner les têtes, en gros, être la meilleure. C’était normal, même si Ashley n’était pas comme ça. Elle était plus le genre de fille à regarder les gens et être heureuse quand ils sont heureux. Puis, Ashley était déjà déguisée. Elle ne s’était pas cassée la tête, elle s’était déguisée en infirmière. Pour une fois, elle n’allait pas être celle qu’on regarde à cause de son style assez bizarre. Elle était différente en se détachant de la masse, elle s’attire parfois des regards mauvais, comme des bons regards. Il y a des gens qui aimeraient être à sa place, être capable de se montrer différent, mais ils sont incapables de peur que leurs amis ne veuillent plus d’eux pour être différents. Les gens se ressemblent tous en fait. Ceux qui se détachent de la masse sont souvent étrange aux yeux des autres. Les gens peuvent rejeter une personne juste par le fait que celle-ci ne ressemble aucunement à eux, malgré que les personnes qui se différencies sont bien… Ashley le savait très bien, elle était dans ce monde. Pourtant, il y avait des gens qui l’appréciaient. Elle s’était démarquée, mais ne se gonflait pas la tête. Elle aidait les autres d’Ailleurs, comme à ce moment. Elle était là quand on avait besoin d’elle, mais les autres l’étaient-ils pour elle ? Delilah se retourna vers elle. Ashley regarda les yeux de Delilah. Elle savait pertinemment ce qu’il n’allait pas. Delilah hésitait encore, quand le costume lui faisait à merveille.

    « Arrête Deli, tu es magnifique. Tu vas encore faire tourner les têtes. »

    Elle était joyeuse à la vu de son amie qui portait le costume de Catwoman. Le costume lui allait bien, même si Delilah n’avait pas l’air convaincu au tout début. Ashley ne s’attendait certainement pas de se faire sauter dessus par la Serpentard. Elle avait eu le droit à un vrai sourire de cette dernière. Elle n’avait pas autant espéré de Delilah, mais parfois le peu qu’on pouvait recevoir pouvait faire un grand bien. Ashley se fit tirer par la main et empoigna à la dernière minute son masque qui était resté à l’écart pour la séance d’habillage. Elle suivait Delilah. Son choix avait été fait dès qu’elle avait su qu’il y aurait une fête. Ashley adorait les fêtes. Ce n’était pas pour rien qu’elle se présentait à plusieurs d’entre elles. Elle adorait voir les gens, faire la fête, faire de nouvelle rencontre… et même plus parfois. Ashley n’était pas une sainte-ni-touche, il faut mettre ça au clair. Pourquoi je vous dis ça ? Car plusieurs le pensent. C’est totalement faux. Nous nous éloignons pas trop du sujet… Ashley suivait Delilah le plus vite qu’elle le pouvait… Elle avait hâte ce que ça donnait une fête donnée par Blake et James.

    La fête était commencée à leurs arrivées. Ashley regardait tout autour, elle se sentait toujours dans son élément. Elle reconnaissait des visages et d’autres qu’elle ne connaissait pas leur nom, mais elle se rappelait de leur visage… Ashley sentit Delilah s’accrocher à elle. Elle regardait Delilah avec douceur et lui sourit. Elle allait être là pour elle toute la soirée s’il fallait. Elle ne voulait pas abandonner son amie, même si Delilah… Ne serait pas le genre de fille qui serait présente pour elle quand le temps viendra… Elle s’en doutait ou jugeait trop vite… Ashley croyait que Delilah pourrait avoir un aussi bon fond qu’elle, même si elle se trouvait méchante. Ashley était le genre de fille qui était trop gentille, mais ne le voyait pas. Ashley entendit la voix de Delilah. La poufsouffle croyait que c’était une hallucination auditive ou encore qu’elle a confondu la voix de la Serpentard avec une autre. Delilah s’accrocha à elle encore plus. Ashley tapota son bras pour la réconforter. Elle la regardait toujours aussi surpris et choqué. Delilah proposa d’aller jouer avec eux. En fait, elle était un peu obligée de suivre Delilah, mais elle ne chiala aucunement. Elle suivait. Ashley se retrouva donc à une table où se trouvait Blake et d’autres. Elle resta debout. La poufsouffle fixait Blake, mais elle était tombée carrément dans un autre monde. Elle était dans la lune. Elle perdit la notion du temps ce qui se passait carrément. Comment tomber dans un monde à part à un party ? Ashley se balançait sur un pied et puis sur l’autre. Elle ne se rendait pas compte de ce qu’elle faisait. Elle était totalement hors d’état. Elle resta cinq minutes dans cette état jusqu’à…

    « On va vous laisser, Ash’ et moi. On ne voudrait pas déranger les amoureux »
    « Hum ? Quoi ? »
    « A moins que vous ne vouliez faire la fête tous ensemble ? »

    Ashley revenait parmi les sorciers. La terre appel la lune ! Ashley regardait tour à tour les gens qui se trouvaient. Delilah avait repris sa main, elle la serra justement. Elle n’était pas contente. Ashley voulu sortir un Aïe ça fait mal, mais elle s’abstient de dire autre chose. Elle croisa le regard de Casey et Blake. Ashley tourna la tête vers Delilah et croisa son regard méchant envers elle. La poufsouffle baissa la tête… Elle avait honte et ne se trouvait pas digne d’être l’amie de Delilah…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kira A. Vasilyevna

avatar

Messages : 22
Age : 27
Localisation : Somewhere...
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Ven 3 Juil - 16:12

    Le silence est un ami. Il n’y a pas de risque pour que l’on soit trahit par une malheureuse parole. Le silence était un des rares amis de Kira, pour ne pas dire le seul. Il l’accompagnait, partout où elle allait, l’isolant des frasques des autres élèves, l’isolant des ondes néfastes de certaines personnes. Personne n’approchait jamais une muette. Trop difficile d’apprendre une autre langue, surtout non-verbale. Trop difficile de se dire que, peut-être, on ferait l’effort d’apprendre au moins à dire bonjour. Parce que les efforts, c’était Kira qui les faisait. Si elle devait communiquer, elle écrivait. Contraignant mais efficace. Si on voulait lui parlait, elle écrivait. Kira se complaisait dans cette solitude, à l’abri des regards, à l’abri des menaces. Elle n’enviait pas le sort des autres. Du moins, c’était une chose à laquelle elle essayait de se convaincre, en vain. En fait, elle les enviait. Les filles surtout. La facilité et l’aisance avec lesquelles certaines d’entre elle évoluaient en ce bas monde. La beauté de leur visage, la grâce de leur corps. Et surtout et non moins le plus important : leurs relations. Elles avaient des amis, des petits-amis. Des bras dans lesquels pleuraient tout en racontant leur malheur. Kira, si elle devait faire ça, devait s’écarter à chaque fois… Pour éviter de gifler par inadvertance la personne qui serait près d’elle. Pour la simple et bonne raison, qu’en réalité, le Langage des Signes pouvait être et était fort handicapant. Certes, c’était l’un des meilleurs moyens de communication pour les personnes muettes – ou sourdes – comme elle. Mais il fallait toujours que l’autre en face soit attentif aux gestes qu’elle faisait. La moindre erreur d’interprétation et tout le message se modifiait. C’était quelque chose de terriblement douloureux parfois. Et quand l’incompréhension s’installait, c’était fini, il n’y avait plus rien à faire. Car on partait alors sur un énorme quiproquo qui menaçait de ne jamais finir. Puis, elle repensa à ce service que sa sœur lui avait demandé de faire pour elle. Service, service, tu parles ! C’est surtout que Svetlana allait encore faire des conneries et que, forcément, c’était Kira qui s’y collait pour la couvrir. Mais elle avait beau pester, elle ne pouvait s’empêcher de vouloir l’aider parce que bon... Après tout, c’était quand même sa sœur jumelle. Mais quand même ! >Lui demander de prendre sa place ? Elle qui ne tenait pas l’alcool du tout et qui devenait ivre au bout de deux ou trois verres maximum ? Elle soupira. Et le pire, ce n’était pas ça. C’était quand sa sœur lui avait limite annoncé de but en blanc qu’elle devrait sûrement caresser le corps de… Comment il s’appelle déjà ? P.Z ? Ah non… Callistô… Svetlana avait insisté sur le fait qu’elle devait l’appeler Callistô. Très drôle… Comment l’appelerait-elle puisqu’il ne sait sans doute pas parler le Langage des Signes ! Bref… Donc, caresser le corps de ce type – beurk – et l’embrasser ? Rebeurk ! Kira n’avait jamais eu de relations intimes avec qui que ce soit. Elle était encore vierge et comptait encore le restait un long moment. Elle n’aimerait sûrement jamais personne et si cela devait arriver eh bien… On verra à ce moment-là. Toujours est-il que Svetlana semblant avoir une certaine science dans cet art et Kira ben elle c’était zéro pointé avec les félicitations du jury. Et Svetlana lui avait « appris » à embrasser…

    Ouh… Rien que l’idée d’embrasser le petit-ami de sa sœur la rebutait. Et dire que, comme beaucoup de rêveuse romantique elle avait espéré donner son premier baiser comme sa première fois à la personne qu’elle aimerait. Si son premier baiser c’était rapé, elle se mettait un point d’honneur à ce que ça ne soit pas le cas avec sa première fois. Elle ne tomberait pas dans le lit du premier clampin venu et ne se ferait pas avoir comme une idiote. Elle inspirait profondément, son costume en main. Et dire qu’elle n’aimait pas les fêtes et elle se retrouvait limite forcée à aller à l’une d’elle. Allez, courage Kira, tout se passera bien. Parfaitement bien ! Elle retourna dans son dortoir et se prépara, visiblement seule. Mais elle n’avait besoin de l’aide de personne. Elle s’était maquillée de façon à ce que son teint soit plus pâle que d’ordinaire mais avait su faire ressortir ses yeux vert. Ses longs cheveux blonds furent, pour une fois, dompté et remonté en un chignon complexe agrémenté de baguettes de perles. Ensuite, elle enfila d’abord les sous-vêtements typiques, elle mit autour d’elle la première partie du Kimono qui ressemblerait au final à ceci, cette partie qui ferait un col blanc et qui opposerait un contraste avec le reste du kimono. Par la suite, elle enfila le reste du vêtement. Une élève de Serdaigle, qui était rentrée à ce moment-là, eut pitié d’elle et l’aidé à nouer l’obi. S’abaissant avec grâce, Kira attrapa l’ombrelle et se glissa ensuite dans les savates typiques. Elle attrapa ensuite l’éventail et le cala dans l’obi avant de sortir. Elle en vit passer des costumes mais n’y prêtait aucune attention. La décoration de l’une des baguettes se balançait tranquillement contre le côté de son visage. Elle en voulait à sa sœur de l’avoir fait sortir alors qu’elle aurait sûrement trouvé quelque chose de plus intéressant à faire. Elle lui en voulait mais ne lui rappellerait pas sa dette tout de suite.

    Kira prit la direction de la Salle des Désirs. Elle se pinça les lèvres, se demandant ce qu’elle ferait ensuite. Elle se glisserait dans la Salle, certes. Et après ? Eh bien… Elle chercherait sa sœur. Et après elle verrait en fonction. Son estomac se serrait au fur et à mesure qu’elle avançait. Elle craignait la suite des évènements. Parce qu’elle ne savait pas ce qui allait lui tomber sur le coin de la figure. Avec crainte, elle entra dans la salle, cherchant à se faire toute petite. Et vit le monde. Il y avait du monde ? Trop de monde, trop de monde. Prise d’une crise d’angoisse, elle préféra sortir et attendre dehors, le temps de se ressaisir. Merde enfin ! Elle devait se douter qu’il y aurait du monde. Mais justement la foule, ça lui faisait peur à Kira ! Mais qu’est-ce qui était passé dans la tête de Svetlana justement quand elle lui avait demandé de faire ça ? Et qu’est-ce qui avait pris à Kira d’accepter aussi ? Tout en sachant pertinemment que, nom de Dieu, elle avait peur de la foule. Elle s’adossa contre le mur et inspira profondément. Allez… Une… Deux et hop ! Dans la Salle. Elle chercha du regard Svetlana, ignorant le plus possible la foule qui l’entourait. Cherche là bien… Elle la vit, accompagné de son amie… Hope ou un truc du genre. Son rythme cardiaque s’affolant de plus en plus, Kira s’approcha à grand pas – c’était un bien grand mot à cause du kimono – de sa sœur jumelle, qui n'était pas loin de l'entrée pourtant, et se planta devant elle. Elle se mordilla la lèvre inférieure et leva les deux mains, enchaînant une suite de geste saccadés.

    « Svetlana… Je n’aime pas les foules… »

    Kira ou l’art de dire « Bonjour ma sœur, comment vas-tu ? Moi la super pêche, je me retrouve entourée de dizaine de personne que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam mais c’est pas grave ! » C’était juste histoire de trouver une certaine contenance. Enfin, surtout pour tenter d'oublier que, merde, il y avait des gens autour d'elle et qu'elle avait terriblement peur de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella E. Wolfsing

avatar

Messages : 59
Localisation : Absente du 4 au 18 Août
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Ven 3 Juil - 21:47



    Arabella posa un regard plutôt satisfait dans son reflet. Cela faisait maintenant plus de quatre bonnes heures qu'elle s'était enfermée dans le dortoir, des milliers de croquis éparpillés sur son lit. Là pour le coup, la jeune Wolfsing avait fait fort. Plus que fort pour être exacte. La chambre étant sans dessus de sous, mais son déguisement était magnifique. La Belle au bois Dormant. Elle avait toujours apprécié ce conte de fée moldus que son père lui avait un jour donné. Il lui lisait souvent des contes moldus, il disait que cela avait ouvert son imagination. Dans cette magnifique robe bleue, brillant de milles feus, on pouvait voir cette lignée royale qui coulait dans ses veines. Ses épaules étaient dénudées tandis que la robe était lacée, dévoilant ses formes fines. Une couronne d'or ornait ses cheveux blonds, ondulant sur ses épaules.
    Aussi gracieuse qu'une véritable princesse, puisse qu'elle en était une par la descendante de sa mère, elle sortit enfin du dortoir. Bella avait toujours détesté repenser au passé et lorsque ses pensées se dirigèrent vers sa mère, elle se mordit la lèvre. Cette femme avait toujours été dure, sûrement parce qu'elle avait du subir l'éducation royale qu'on lui avait impliqué lors de son enfance. Bien qu'elle se forçait de le cacher, Bella en avait gardé certaine manière telle que la posture et la grâce. Son passage dans la salle commune n'échappa à personne, bien qu'il ne restait presque que des morveux des cinq premières années. Les filles eurent des sifflements jaloux, sachant très bien que ELLE, elle se rendait à la fête de Milton et Kent. Un sourire moqueur apparut sur son visage et elle n'hésita pas à leur sortir d'une voix suave :

    « Vous inquiétez pas les filles, plus tard vous aurez l'âge pour ces choses-là, enfin, pour ça, il faudra qu'on vous invite évidemment. Donc je vous conseille d'aller embrasser vos minus de copains et de pas venir embêter les grands. OK ?. »

    A vrai dire, ce n'était pas vraiment une question, plutôt une affirmation. Sortant de la salle commune, elle rejoignit le garçon qui l'attendait d'un air impatient. Bella ne pu s'empêcher de sourire doucement. Elle se glissa dans son dos et déposa un baiser sur sa joue, se levant sur la pointe des pieds pour l'atteindre. Et bien sûr, elle manqua de se ramasser sur lui en se raccrochant à son cou en riant à moitié.

    « Oups, désolé Franc'. T'es super ce soir, tu comptes avoir toutes les filles de la fête dans ton lit où je me trompe ?»

    Son regard d'un bleu océan brillait de malice. Elle au moins n'espérait pas coucher avec lui. Heureusement d'ailleurs. Du fait qu'ils étaient sortis longtemps ensemble et qu'elle avait eu largement profiter du corps athlétique du beau brun. Si les gens l'avaient vu ainsi, accrochée à la nuque de son ex-petit-ami ils auraient eu de gros soupçons. Pourtant, les deux étaient devenus de très bons amis. Le lâchant en riant, Arabella s'accrocha à son bras et l'entraîna vers la salle des Désirs. La Belle avait toujours adoré les fêtes. Surtout quand c'était Kent et Milton qui les organisaient. Les portes s'ouvrirent et elle se détacha doucement du bras de Francesco, ses yeux brillant d'une envie irrésistible de s'éclater. Faisant un signe de main à son ex-petit ami, elle se faufila parmi la foule, tenant sa robe d'une main. Repérant Maxence près du bar, un sourire illumina son doux visage moqueur. La poufsouffle avait un caractère identique au sien. Elle considérait la demoiselle comme l'une de ses meilleures amies et c'était avec elle qu'elle s'éclatait le plus. Lui sautant dessus par derrière -oui c'était une manie chez elle- Bella s'écria, souriant malicieusement :


    « Coucou ! Alors Maxou', prête à faire craquer tous les beaux garçons de la fête ? Ton costume est magnifique !»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Svetlana R. Vasilyevna
Svetlana V. ;What happened to the revolution?
avatar

Messages : 377
Age : 28
Localisation : Huuum, prie pour que ça ne soit pas derrière toi.
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Ven 3 Juil - 23:07

    Svetlana Vasilyevna était accoutumée aux fêtes. De tous genres. Que ce soit la fête huppée par excellence, avec champagne, gens importants et faisant partie de l’élite russe, ou alors la débauche pure, dans un bar à Oxford, avec quelques personnes. Pour le premier type de fêtes, la jeune femme y était abonnée depuis sa plus tendre enfance. Que voulez-vous, c’est le lot de tous les enfants riches. Les parents, pour se faire bien voir de la société, donnaient de grandes réceptions chez eux. Rassemblant le gratin de la société russe. Des gens importants, tels que des hommes d’affaires, des PDG d’entreprises, des gens du show-biz, des artistes, et tout un petit monde qui petite, avait laissé un goût amer dans la bouche de la jeune femme. Les parents avaient toujours su s’entourer, des meilleurs, de l’Elite, et ils avaient toujours préféré ces gens à leurs filles. Les filles qui pendant ces soirées, n’étaient bonnes qu’à faire tapisserie, saluer -sous le regard sévère du paternel-, ou à complimenter, sous l’égide de la mère. Svetlana était blasée de cette vie de famille plus que pourrie. Tu parles d’une famille. Jamais d’anniversaires fêtés. Jamais de repas en famille, le dimanche. Toujours des gens extérieurs. Des brunchs organisés à l’occasion de la signature d’un précieux contrat, des fêtes données pour l’inauguration d’un énième chantier financé par Dimitri Vasilyev, ou quoi que ce soit de bien énervant dans le genre, transpirant l’hypocrisie, sentant à plein nez le champagne, et peuplé de rombières détestables, poudrées jusqu’au yeux avec une haleine empestant légèrement l’absinthe. Svetlana ne pouvait s’empêcher à chaque fois de darder un regard venimeux sur les invités, alors que ses lèvres fines et rosées s’étiraient en un sourire hypocrite et mielleux. Tout et son contraire. Svetlana, à elle seule, était un paradoxe. Elle savait vraiment bien jouer des apparences. Etre née et avoir vécu dans une famille riche, ça aide. Mais apparemment, elle seule avait pu profiter de ce côté hypocrite et dédaigneux. Kira, elle, semblait à peu près saine d’esprit. Du moins, elle n’avait pas trop mal évolué, compte tenu de ce qu’elle pouvait voir dans les couloirs. Une fille parfaite, la fille à papa. La prodige de la famille, la digne fille de Dimitri Vasilyev. Pas comme l’autre.

    La rebelle de la famille, la tarée, la fille prodigue, la catin junkie aussi. Ah, c’est vrai que les parents n’avaient pas vraiment lieu d’être fiers de l’autre jumelle, partie de la maison depuis déjà onze ans. Elle avait mal tourné, la Svetlana. Que diraient Dimitri et Elizaveta, ces hypocrites si soucieux de leur réputation de bourges à la con, de la voir ainsi? Vêtue de façon tout à fait provoc’, à cette fête? Ca leur ferait quoi de la voir se droguer? De savoir le nombre de mecs qu’elle avait eus dans son lit? Ils la réprimanderaient, sûrement. Et non pas parce que Svetlana était leur fille. En fait, elle voyait venir Elizaveta. Elle lui dirait que la drogue, c’est mal. Elle la réprimanderait, d’abord en lui énonçant les sempiternels dangers de tels substances, discours que Svetlana connaissait par cœur à cause des leçons de morales infligées par les sœurs au couvent lorsqu’elle se comportait mal. Mais après, fin stratège, Elizaveta poursuivrait sur le fait que si les gens venaient à savoir que c’était une junkie, la réputation de la famille en prendrait un sacré coup. Elizaveta n’était qu’une sale hypocrite. Elle semblait se préoccuper des autres, mais au final, elle trouvait toujours le moyen de prendre les choses à son propre compte, tirer son propre avantage. N’y voyant que son intérêt personnel, et éventuellement celui de son mari. Svetlana frémissait d’horreur en pensant qu’elle était peut être comme sa mère. Vénale, hypocrite, une graine de garce. Elizaveta semblait bien cacher son jeu derrière son air de mère modèle. Elle était trop belle pour être honnête. De même, l’absence perpétuelle de son mari devait sûrement aider à la prolifération de nouveaux amants. Catin vous dites? Sûrement. Elizaveta et Svetlana n’étaient pas si différentes que ça finalement. Svetlana avait au moins le mérite de ne pas être mariée et de ne pas tromper froidement son mari. La fille était certes une catin, mais elle n’avait pas de petit-ami fixe. Alors encore elle avait une excuse.

    Tu parles. Comme si refourguer son petit-ami à sa sœur était excusable. Remarque, Kira elle a accepté assez rapidement le contrat, pour peu qu’on puisse appeler ça contrat. La pauvre, elle avait contracté avec le Diable. Peut être était-ce exagéré, mais connaissant Svetlana, ses frasques et ses petites habitudes, c’était presque ça. La jeune femme n’était pas une personne tout à fait honnête, et même avec sa propre sœur. La preuve, elle n’avait pas dit à Kira la vraie raison que dissimulait l’échange. De toute façon, Svetlana n’avait pas vraiment d’idée quant à cette raison. Peut être était-ce simplement parce que Svetlana ne sentait pas cette fête, du moins, en compagnie de son futur-ex petit-ami. Futur-ex? Ben…Il ne fallait pas avoir un talent particulier en divination pour comprendre qu’ils avaient largement fait le tour des choses et qu’ils ne faisaient que de s’enliser dans cette relation qui ne leur apportait plus rien. Dans la tour d’astronomie, l’autre fois, ils avaient passé un moment ensemble, mais Svetlana ne voulait plus être avec lui. Si au début de la soirée, elle doutait, maintenant, elle en était sûre. Elle allait rompre. Elle ne savait ni quand, ni comment, mais elle le ferait, c’était imminent. Elle ne supportait plus vraiment le carcan de la fille casée, c’était trop pour elle. Déjà, elle ne savait pas trop comment elle avait réussi à tenir dix mois dans ces conditions. Ce n’était pas non plus exécrable, il ne fallait pas charrier, elle avait eu pas mal de bons moments avec lui, et ça faisait autant de bons souvenirs. Mais voilà, arrivait un moment où les souvenirs devaient rester souvenirs, et ce moment était venu. Svetlana n’allait certainement pas rompre ce soir. Elle n’allait quand même pas gâcher son plaisir à Callistô. Elle était peut être une garce sans cœur, mais elle savait bien choisir ses moments pour annoncer le mauvais. Parce que…Même à son niveau, quoi. Elle se serait sentie assez mal pendant la fête et elle ne se serait pas amusée autant qu’elle l’aurait voulu. Déjà qu’elle allait être sacrément diminuée à cause de sa soudaine surdité, il ne fallait pas en rajouter. Elle avait trouvé la solution. Elle allait refourguer le petit ami à sa sœur, et elle irait voir ailleurs avec Hope.

    Hope qu’elle avait d’ailleurs retrouvée au détour d’un couloir. Déguisée en Petit Chaperon Rouge. Tout était parfait, jusque son panier qu’elle se trimballait. Svetlana arqua un sourcil quand son amie lui tendit un parchemin. Une conversation donc? Ecrite? Soit. Hope dictait, les mots s’écrivaient d’eux-mêmes sur la feuille, Svetlana répondait. Une conversation qui aurait pu être tout à fait normale si la feuille n’était pas un élément faisant partie du décor. Allons, bon. Si ça se trouvait, Svetlana allait devoir se contenter de cette méthode, à défaut de devoir s’exprimer par le langage des signes. Seul problème, tout le monde ne le parlait pas. La preuve avec sa propre sœur. Muette, Kira ne communiquait qu’avec elle et sa gouvernante dont le nom échappait à la jeune russe. Parce que les autres ne parlaient pas cette langue. Elizaveta et Dimitri n’avaient même pas cherché à apprendre ça, même pas pour pouvoir communiquer avec leur propre fille. Elle est belle, la famille, pas vrai? En bavardant ainsi, donc, les deux jeunes femmes s’étaient rendues vers le huitième étage, où, disait-on, il y avait une salle qui exauçait des désirs. Mais c’étaient que des rumeurs, selon Svetlana. Là bas, il n’y avait pas grand-chose, si ce n’est que des trucs flippants qui ont vite fait de faire tourner en bourrique le plus sain d’esprit des individus. Mais soit. Elle irait voir de ses yeux voir les effets de cette salle si salle il y avait. D’ailleurs, elle était devant la porte. Elle avait demandé à son amie tout en franchissant l’entrée à quoi elles allaient jouer ce soir. Elle arqua un sourcil en voyant Hope lui fourrer une coupe de champagne dans les mains. Aha. Elle imaginait la tête du type qui venait de passer avec son accoutrement de serveur si jamais il venait à s’apercevoir qu’il lui manquait deux coupes. Bref. Et ses lèvres s’arrondirent en un O plus que surpris. Elle écarquilla les yeux, sonnée. Et porta sa main à ses lèvres. Lâchant la coupe de champagne qui s’écrasa sans ménagement au sol, s’éparpillant dans une dizaine d’éclats de verre. Le champagne était perdu. Tant pis. Elle prit sa baguette magique, dissimulée dans la poche intérieure de sa veste. En ouvrant ladite veste, elle révéla ce qu’elle portait en dessous. Quelque chose d’assez sexy et provoc. Mais bref. Elle murmura faiblement:

    « -Evanesco. »

    La coupe de champagne cassée disparut sans que la jeune russe ait pu en profiter. Eh bien, eh bien. Qu’est-ce qui avait pu la mettre dans un état pareil? Elle avait entendu Hope. Elle voulait jouer à une chasse aux trésors à échelle humaine. Elle l’avait entendue! Entendue! Alors qu’elle n’avait entendu aucun son depuis des lustres! Depuis les attentats, en fait. C’était tout récent comme évènement, mais pour elle, il semblait que cela ait eu lieu il y a une éternité. Elle arqua un sourcil. Elle entendait la musique de fond. Les paroles de ses voisins proches. Pour la première fois, elle entendait tout. En elle, c’était l’explosion. L’explosion de joie, de ravissement. Elle n’était plus condamnée à rester dans son monde de silence. Elle pouvait vivre à nouveau, comme avant! Elle sautillait, fébrile, alors qu’elle reconnaissait la musique qui passait. Elle oublia tout. La partie qui s’annonçait. Elle ne tint plus. Elle se mit à crier, tout en battant des mains. Elle avait l’air ridicule comme ça, à être complètement hystérique, mais elle avait envie de relâcher la pression.

    « -Oh mon dieu! Oh mon dieu! Hope! HOPE! Je…C’est incroyable! Hope! J’entends tout! Tout! Je peux même te chanter la musique qui passe! Oh mon dieu! I’m bringing sexy back. Yeah! »

    Elle ponctua sa petite séance de chant par un léger déhanché, et elle battit une autre fois des mains. Elle se calma ensuite, son regard papillonnant dans la foule. Elle ramassa sa baguette magique tombée au sol dans son élan de joie, puis elle referma sa veste. Inutile de déclencher un scandale avec un décolleté trop plongeant. Quoique, certains devaient avoir un costume vraiment provoc, juste histoire de marquer le coup. Dans les fêtes, il y en avait toujours des comme ça. Svetlana en faisait partie. Mais n’avait-elle pas dit qu’elle restait chaste ce soir? Peut être. En tout cas, la jeune femme vit sa sœur arriver. Et se planter droit devant elle. Langage des signes. OK, elle n’aimait pas la foule. Svetlana lui répondit quelque chose qui devait ressembler à:

    « -T’as pas le choix. Et tu verras, ça va être marrant. »

    Bon, OK. Elle allait sûrement être la seule à s’amuser ce soir. Parce que tout le monde n’avait pas la même définition du marrant. Mais soit. La phase un du plan était sur le point d’être enclenchée. Il suffisait calmement d’attendre Callistô. De prendre la place de Kira. Tout comme Kira prendrait la sienne. Il suffisait d’un bonne soirée Svetlana pour que la soirée commence pour de bon. Restait juste à ne pas s’embrouiller dans le prénom lorsque le moment sera venu.

_________________
SVETLANA R. VASILYEVNA
J'ai comme envie de
tourner le gaz
Comme envie de m'faire
sauter les plombs;


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blake Milton-White
    Depraved prince • sex, drugs && rock'n roll

avatar

Messages : 1223
Camp : De mon côté. Je mène ma propre bataille !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Ven 3 Juil - 23:51

    Dieu que sa cousine était appétissante dans son costume appelant presqu'au viol, mais il était encore connu que la relation entre les deux cousins était fort ambiguë, quand bien même en vérité Blake ne s'adonnerait jamais aux vices de l'inceste. Pour le jeune homme ce n'était qu'un jeu, autant que c'en était un pour sa délicieuse cousine, et tous deux ignoraient qu'ils s'aventuraient en réalité sur un terrain miné. Continuant sa partie sans attendre en vérité un seul mot de la part de sa Delilah, et ignorant un peu trop la douce Ashley se faisant taciturne -il était de renommée que l'égocentrisme de Blake le poussait à occulter beaucoup de personnes au profit de certaines autres-, le "prince" continua sa partie, jusqu'à ce que , dans un sourire, il laissa sa Delilah s'emparer doucement de son col dans une langueur sensuelle et équivoque.

    « Je ne vis que pour te voir sans ta chemise, Blake. »

    Stupéfaction et étonnement, le jeune homme porta aussitôt son regard des plus surpris sur Delilah qui avait détourné rapidement sa tête dans un rire enfantin, arrachant un sourire radieux à son ténébreux cousin. "Depuis quand ?", ce fut la question tacite teintant son regard noisette que sa cousine ne daigna pas vouloir croiser, mais loin de vouloir l'affubler de questions trop lourdes pour le moment, il préférait partager ce moment d'euphorie avec sa cousine, persuadé alors que le déclic du mutisme dû au choc post-traumatique de l'attentat avait cessé, libérant la douce voix de sa Serpentard préférée. Esquissant alors un sourire en coin, ténébreux et triomphal, Blake redressa la tête alors qu'il reprit sa partie, sa belle cousine toujours sur ses genoux secouée de rires divins. Les deux Milton en pleine action, se prenant pour les maîtres du monde, petits arrogants de première se croyant tout permis... Qu'elle était belle, la famille orgueilleuse, mais qu'importait, ils semblaient se complaire dans ce qu'ils étaient. Et alors que la belle prit une fausse moue désabusée quant au fait que Blake avait pour lui une mauvaise main, elle surenchérit d'une flamme provocatrice qu'elle-même pouvait enlever un vêtement, sous le regard affamé des jeunes hommes assis à la table. Blake lui-même répondit par cette provocation en pressant un peu plus sa poigne sur la hanche trop fine de sa cousine, lui desservant une caresse le long de cette dernière, ignorant les quelques regards offensés les fixant comme deux incestueux qu'ils n'étaient pas. Puis, posant ses cartes et avalant une gorgée de vodka d'un verre partagé par Delilah, le jeune homme stoppa le jeu, las, prêt à se lever lorsqu'une voix angélique se leva alors.

    « Bonsoir Blake, tu passes une bonne soirée ? »

    Le jeune homme leva les yeux vers la délicieuse brunette pleine d'une douceur calme mais trop poussée pour être naturelle, puis il lui desservit un sourire tendre, ne captant pas véritablement le mal qu'il lui infligeait alors à être là, entouré de sa petite cour et laissant sa cousine se serrer contre lui. Pour Blake, cela avait toujours été ainsi, autant sa proximité avec Delilah que toutes ces jeunes filles gravitant autour de son monde, aussi il ne pouvait voir ni même comprendre la tristesse assaillant sa Casey.

    BLAKE - « Casey, princesse, je te cherchais... »

    Oui et non en vérité, on ne pouvait affirmer que le Serpentard était parti activement à sa recherche. Et pourtant, il aimait sa Gryffondor autant qu'il tenait à elle, bien qu'il avait une façon bien détachée et purement égocentrique voire blessante de le montrer. Ne relevant pas l'attitude dédaigneuse de sa cousine, et en vérité ne se sentant pas plus gêné de la savoir sur ses genoux alors que sa petite amie du moment semblait se sentir exclue, le prince de ces dames ne demeurait pas toujours gentleman, malgré cette douceur teintant son murmure suave et pourtant sincère.

    « Blake passe toujours une bonne soirée lorsqu’il est en ma compagnie, n’est-ce pas, darling ? »

    Un sourire amusé sur les lèvres de Blake alors qu'il la fixait dans les yeux de son regard complice, ignorant tout le mal qu'il pouvait faire à son ange de douceur en approuvant ainsi les dires de Delilah avec tant de jouissance et de perversité... De plus la voix chantonante de sa cousine l'avait tant manqué qu'il s'en délectait alors, léger et insouciant. De plus les cousins Milton étaient ainsi, et l'alcool n'aidant pas, le Serpentard peinait à demeurer un petit ami sérieux. Puis finalement, la jolie blonde se leva, laissant Blake en faire tout autant. Quittant ainsi la table, il passa derrière Celestia non sans poser une main sur son épaule, se penchant vers cette dernière avant de lui murmurer à l'oreille dans un sourire divin quelques paroles que seule la Poufsouffle pouvait entendre.

    BLAKE - « Si tu as besoin de quoique ce soit darling, je suis là. »

    Un murmure suave et un sourire délicat comme il déposa un baiser sur la joue de la princesse junkie, avant d'enfin se redresser et de se diriger vers Casey. Prenant alors ses mains frêles dans les siennes, Blake l'attira contre lui tout en arquant les sourcils, une moue incompréhensive sur le visage alors qu'il finit par lui esquisser un sourire tendre. Glissant sa main dans les cheveux d'ébène de la demoiselle, inconscient du mal qu'il avait pu éventuellement lui faire, le Serpentard l'enlaça doucement avant de glisser ses mains sur ses hanches fines, lui soufflant quelques murmures enfin presqu'inquiets à l'oreille de sa Gryffondor.

    BLAKE - « Ca n'a pas l'air d'aller, tu veux prendre l'air ? »

    Le jeune homme se redressa alors, plongeant son regard dans le sien avant de lui offrir un doux sourire comme il la détaillait dans son costume qui la rendait d'autant plus douce et vaporeuse. Posant son front contre le sien, le tendre moment des retrouvailles aurait pu être prolongé si la voix railleuse de Delilah ne s'était pas élevée dans les airs avant qu'elle ne s'adresse à Ashley. Toujours la même rengaine, toujours et en tous temps, sa sadique cousine avait toujours été particulièrement cassante avec les petites amies de Blake, quand bien même ces dernières passaient rarement les unes voire deux semaines fatidiques. Habitué et surtout s'attendant à des paroles acerbes de sa belle blonde, le Serpentard soupira avant de lever son regard au plafond, se tournant alors dans toute sa prestance vers cette dernière. Du foutage de gueule, certes, mais en vérité Milton ne s'attendait pas à moins... Lui même aurait réagi tout à fait de la même manière s'il avait dû se retrouver face au petit ami du moment de Delilah : cassant et cynique. C'était seulement une épreuve à passer, plus pour Casey que pour Blake lui-même cependant qui s'était fortement attendu à une attaque de la part de sa belle cousine. Et si lui s'en fichait éperdument, gardant son sourire moqueur et son regard arrogant pour Delilah, il ne donnait néanmoins pas véritablement cher de sa tendre Casey devant subir les attaques mordantes de la tigresse cynique.

    BLAKE - « Je t'en prie Delilah... » murmura-t-il d'une voix suave et diablement railleuse. « Est-ce le sarcasme ou la jalousie qui te rend soudain si laide ? ... Ashley s'impatiente... »

    Et il fit un signe de tête dédaigneux envers la pauvre poupée qui n'avait rien demandé ; certes, Blake était en couple, certes la demoiselle ne convenait sans doute pas à Delilah -et laquelle lui conviendrait, en tout honnêteté -, mais ce soir Delilah ne pouvait s'enorgueillir également de faire cavalier seule, quand bien même elle n'était venue qu'avec son amie. Prêt à planter ici sa cousine, Blake s'apprêta alors à tourner les talons, préférant encore préserver Casey des griffes acérées de Delilah.

_________________

    Blake Hunter Milton-White

    Come break me down, bury me, bury me
    I am finished with you. Look in my eyes
    You're killing me, killing me.

    blake's theme *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet E. Halley

avatar

Messages : 138
Camp : Neutre. Je m'en contre-fiche.

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Sam 4 Juil - 14:16

    La demoiselle traversait les couloirs du château au pas de courses. Son regard brillait, elle avait un sourire qu’on ne lui connaissait pas dessiné sur le visage. Elle était pressée et ne prendrait pas le temps de s’arrêter si on l’abordait. La Serdaigle bouscula quelques personnes, s’excusa à la va-vite mais continua sa course folle jusqu’à ce qu’elle ait rejoint son dortoir. Juliet posa sur son lit le paquet qu’elle portait, une housse grise qui, à première vue, contenait des vêtements. Ce n’était pas n’importe quels vêtements, c’était son costume pour la soirée qui se profilait, soirée organisée par l’un de ses plus proches amis.

    Kate : « En quoi tu te déguises Ju’ ? Princesse ? Quelque chose du genre ? »
    Juliet : « C’est une surprise .. Et non ce n’est pas en princesse. »
    Kate : « Ah. »

    Son amie semblait perplexe, Juliet était pourtant connue pour sa pudeur et toutes ses amies avaient pensé que son choix se porterait sur une belle robe ou quelque chose du genre. Mais elles se trompaient, toutes. Juliet avait bien pensé à se déguiser à l’aide d’une robe sublime et d’un masque, style carnaval de Venise, mais son choix s’était porté sur un costume d’un tout autre goût, un costume qui surprendrait sûrement. Elle le savait, personne n’aurait pensé qu’elle choisirait cela, ce n’était pas vraiment son style de se montrer, mais pour une fois, Juliet voulait faire partie de ces demoiselles qui font tourner les têtes, elle voulait leur prouver qu’elle n’était pas que cette fille sage qui fait plutôt office de décors que de personne qui se trouve être au centre de la soirée. La bleue et bronze avait attendu patiemment que tout le monde quitte le dortoir, certes elle arriverait dans les derniers, mais elle n’y accordait guère une grande importance, au contraire, au moins elle était sûre d’arriver dans l’ambiance. La jeune femme s’assura qu’il n’y avait plus personne qui pourrait la surprendre puis se mit à se déshabiller. Une fois cela fait, elle sortit sa baguette magique et donna un petit coup sur sa tête. Ses longs cheveux cendrés s’allongèrent en une cascade de cheveux châtains qui tombaient jusque dans le creux de ses reins. Elle souligna son regard bleuté d’un trait de khôl noir et glissa un stick rouge vif de gloss sur ses lèvres douces. Une fois maquillée, Juliet entreprit de s’habiller. Elle enfila d’abord un short bleu qui faisait plutôt penser à un sous-vêtement. Au dessus, elle passa un corset rouge vif parsemé de parures dorées. Sur le short, elle passa une ceinture en métal dorée et sur ses poignets elle enfila des bracelets de cette même couleur avant de passer dans ses cheveux un bandeau semblable à la ceinture qui tombait sur ses hanches. Une paire de bottes rouges et un lasso doré vinrent compléter la tenue de la jeune femme. Elle mit une cape noire sur ses épaules afin de s’assurer que personne ne la surprenne. Déjà, elle regrettait son choix, l’audace qui l’avait prise au moment de la confection de son costume s’envolait doucement alors qu’elle jeta un coup d’œil dans le miroir. On la reconnaissait, mais c’était une toute autre personne qui se trouvait là. Une personne sûre d’elle, emplie de confiance, un sourire enjôleur vint se dessiner sur ses lèvres. Non, elle ne pouvait pas faire demi-tour, pas maintenant, de toute manière, c’était trop tard. Elle devait y aller, elle avait promis à James de venir à cette soirée et elle tenait toujours ses promesses. Malgré l’assurance qui était dessinée sur son visage, Juliet hésitait. Elle sentait presque ses jambes trembler sous elle, elle était même sûre qu’elle allait finir par s’effondrer ! Pourquoi n’avait-elle pas choisi de se déguiser en un truc banal à mourir qui lui aurait permis de s’échapper sans que personne ne le voie. Quoique, son costume pourrait passer banal aux yeux des autres, peut-être s’était-elle trompée. Mais Juliet prit son courage à deux mains et continua, arrivée à la salle, elle retira la cape qu’elle avait sur ses épaules et l’abandonna dans un coin. Elle était mal à l’aise, mais n’en montrait rien. Au contraire, elle resplendissait. Son regard bleuté se baladait sur l’assemblée à la recherche d’un visage connu. Elle vit plusieurs personnes, mais toutes semblaient occupées et, malgré cette fausse assurance qu’elle affichait, Juliet n’avait pas assez confiance en elle pour couper des conversations. Elle aurait aimé voir James ou que quelqu’un de connu l’aborde. Elle repéra James au loin, mais ce dernier semblait assez occupé. Juliet se mordit la lèvre inférieure, que diable foutait-elle là ? N’aurait-elle pas pu simplement rester dans son coin comme elle le faisait si bien ? Pourquoi avait-elle voulu faire son intéressante ? Il lui fallait un verre, et vite. Juliet se retrouva rapidement avec un verre de vodka à la main. Elle observa la table de poker au loin. Streap-poker, intéressant. Seulement, la demoiselle n’avait pas grand-chose à ôter ! Elle était particulièrement nulle à ce jeu et finirait rapidement complètement nue. Elle s’abstient donc d’approcher de trop près les joueurs. Elle sentit une main se poser sur son épaule et se retourna ..


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Susi Diamentino

avatar

Messages : 604
Age : 28
Camp : Du côté de Truescott. Vive la rébellion !

MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   Sam 4 Juil - 20:19

    [Pourri mais faut qu'on avance et je retardais du monde =P]



    Et bien, comme vous l'avez si bien constaté la fête battait son plein! Entre alcool, séduction et tensions, tout le monde semblait avoir trouvé sa petite place! Mais la foule, les gens qu'on connaît pas, on s'en tape un peu. Ce qui nous intéresse c'est les aventures de la jeune Diamentino et Dardevil Sasha. Les rouge et or venaient d'arrivé, à la recherche de visages connus. Malheureusement durant quelques instants, la partie semblait perdue d'avance, jusqu'à ce que Susi repère le joli minois de James. Et là, malheur. Un espèce d'assassin - 'fin c'était plutôt un mélange de chevalier et de bonne soeur si vous voulez mon avis, avec les couteaux en plus - prit le poignet de Sasha et l'entraîna loin de Blanche Neige qui la regarda s'éloigner sans vraiment comprendre ce qui se passait. Depuis quand on débarquait et volait les potes des autres? Mal poli, même pas bonjour, au revoir... La brune lança un regard noir en sa direction, levant le poing avant de crier, légèrement hystérique.

    Tu me la ramène entière Fatima!

    Ouais Fatima parce qu'en y regardant de plus prêt - de loin en l'occurrence - c'était peut-être une femme ninja tueuse du Maroc. Dans le genre déguisement ambigu, il avait la palme d'or ce petit malin. Breffons, il y'a un proverbe qui dit un de perdu, dix de retrouvés. Ici c'était plutôt une Sasha de perdue, un Bo de retrouvé. D'ailleurs celui-ci était déguisé en aventurier, du genre Indiana Jones, avec quelques années de moins. Ou alors, le fils d'Indiana Jones - blague gratuite obligée, mais mal formulée - parce que oui, si les aliens existent, il a le droit d'avoir un fils, normal. Bon, nous ne sommes pas là pour discuter du dernier film qui, comme vous avez pu le remarquer, m'a énormément déçue. Le jeune Langdon rejoignit donc la Gryffondor, la chatouillant au passage. La brune l'accueillit avec un petit baiser déposé sur sa joue avant de le regarder de haut en bas. Il était vraiment à croquer dans son costume, rien à dire! Ce soir Bo allait faire des ravages, elle en était sûre!

    Tu savais que t'étais carrément canon dans ce costume?

    Juste le temps de lui faire un petit clin d'oeil que James rappliquait avec une fille au bras. Susi n'arrivait pas vraiment à savoir en quoi elle était déguisée, disons qu'elle n'a pas grandit dans la culture moldue mais a été initiée avec James. Donc les petits clins d'oeil, elle ne le comprenait vraiment pas. Le beau gryffondor quant à lui était en pirate, le genre de pirate dont on a envie d'être le trésor qu'il cherche aux quatre coins du monde. La jeune femme ne devait pas être la seule à penser ça vu la façon dont la plupart des filles présentes regardaient le jeune Kent. D'ailleurs ce dernier ne trouva pas vraiment les mots décrire sa beauté son costume. Comment ça elle était déguisée en quoi? Enflure, son déguisement lui était carrément dédicacé et il ne trouvait rien d'autre à dire que "T'es déguisée en quoi?". Il la détaillait et semblait essayé de deviner ce qui eut le don de vexer profondément la belle qui ne voyait pas qu'il plaisantait. Elle baissa la tête quelque peu déçue mais lorsque James lui adressa son sourire aussi beau qu'agaçant, elle se surprit à éclater de rire, soulagée.


    Imbécile, j'ai faillit regretter d'avoir fait ça pour te faire plaisir!

    Loin de réchauffer l'ambiance, James lança un regard froid à Bo, lui adressant un salut des plus glacials. C'était quoi son problème au juste? Jaloux de son costume? Qui sait, il avait peut-être voulu le même mais Bo le lui avait chipé dans la boutique! Mouais, sûrement plus profond que ça, mais la brune s'en fichait un peu. Tout ce qui l'importait c'était que tout le monde passe une bonne soirée, sans disputes. La brune adresse un petit sourire à la nouvelle venue, et rassura Bo en lui faisant un léger clin d'oeil. Il devait pas avoir peur de James et James ne devait pas être méchant avec Bo, un point c'est tout. D'ailleurs la belle le lui fit comprendre en lui adressant un regard qu'il connaissait par coeur. "sois gentil" combien de fois lui avait-elle fait comprendre la chose de ses yeux noisettes lorsqu'il se comportait mal avec quelqu'un? Et puis vu ce qu'elle avait fait pour lui il lui devait bien de se conduire en parfait petit ange avec ses amis. Bon, il était temps de faire les présentations avant que l'un d'eux ne brise le silence pour aggraver la situation.


    James, je te présente mon AMI Bo. Bo, je te présente James le mal poli.

    Elle haussa un sourcil, provocatrice, tout en souriant, il l'avait bien cherché. Elle avait d'ailleurs accentuer sur le mot "ami" pour que James comprenne bien qu'elle connaissait l'aventurier et qu'il n'était en rien un danger. C'est bien connu, dans les fêtes y'a toujours un gros boulet pour venir emmerder les filles. Après tout, peut-être que James s'était juste montré protecteur avec son amie. Le regard de la brune fut attiré par un voile blanc non loin du petit groupe. Un espèce de none qui descendait de l'alcool, de quoi attirer l'attention! Mais ce n'était pas n'importe quelle none, c'était Katheryne! Leur Katheryne! Une McGregor déguisée en bonne soeur, encore plus rare qu'une éclipse! Susi se mit alors à éclater de rire tout en essayant de faire des signes à Kathy pour qu'elle les rejoigne. Manquant de se casser la figure à cause de son fou rire improvisé, elle s'accrocha à James, histoire de garder un certain équilibre.

_________________
      Oh come on...
      Don't be bored, sad or anything else!
      Dance for me, smile for me...
      Have fun with me and everything will be ok
      I promise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au bal masqué ho hé ho hé [Commun venez tous ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La fête à l'italienne ! [RP Commun avec tous ceux qui veulent]
» → TOPIC EN COMMUN :: Venez danser à la mode Charlie Chaplin
» 2. Bal masqué - Sujet commun
» Sujet commun ☞ Un bal masqué pour l'anniversaire de Privelina.
» Se moquer de la tête du Grand Méchant Masqué

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c a v e . i n i m i c u m . rpg :: • poudlard intra muros • :: ▄ le huitième étage :: La salle des Désirs-
Sauter vers: